Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
TREND
Auteur Message
Répondre en citant
Message TREND 
Phénomènes émergents liés aux drogues en 2006
Huitième rapport national du dispositif TREND
CADET TAIROU A/GANDILHON M/TOUFIK A/EVRARD I, Observatoire français des drogues et des toxicomanies, Paris, 2008, 191 p.


Ce huitième rapport national présente les résultats issus du fonctionnement du dispositif TREND (Tendances récentes et nouvelles drogues) pendant l'année 2006. La synthèse figurant au début du rapport intègre pour sa part les premières observations portant sur l'année 2007.

TREND, mis en place en juin 1999, a pour objectif d'identifier et décrire l'évolution des tendances et des phénomènes émergents liés aux produits illicites ou détournés de leur usage. Ce travail permet de fournir une information précoce destinée à tous les acteurs engagés dans le champ de la toxicomanie, qu'ils soient professionnels ou usagers. Pour ce faire, le dispositif s'appuie notamment sur un réseau de sept coordinations locales en France métropolitaine, un dispositif d'observation centré sur l'étude de la composition toxicologique des produits illicites circulant en France (SINTES) ainsi que sur des partenariats avec des organismes publics relevant du domaine des substances psychoactives.

Concernant la période étudiée trois phénomènes méritent une attention particulière :

■ un brouillage croissant des repères s'agissant des produits et des modes d'usage, qui tend à estomper les différences entre l'espace festif et l'espace urbain. De plus en plus de pratiques comme le sniff ou l'injection et de produits comme l'héroïne, la cocaïne ou l'ecstasy, que l'on pensait attachés spécifiquement à un univers donné, se retrouvent là où on les attendait pas.
Ainsi l'injection dans certains milieux festifs ou l'usage d'ecstasy au sein de couches très marginalisées de l'espace urbain.

■ le deuxième point marquant est lié au retour significatif de l'usage d'héroïne « brune », non seulement au sein des usagers précarisés mais aussi de certains usagers fréquentant l'espace festif.

■ enfin, troisième élément, qui s'inscrit pleinement dans les constats établis les années précédentes, la diffusion et l'augmentation de l'usage de cocaïne dans toutes sortes de couches sociales, des plus favorisées au plus marginalisées.
Hormis ces tendances, le lecteur trouvera dans ce rapport une synthèse, pour chaque grande famille de produits, accompagnée de données quantitatives permettant d'apprécier et de mesurer leur impact sanitaire et social dans la population française.

Le rapport est ici : http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/epfxaco2.pdf



Dernière édition par Traviata le Sam 6 Mar 2010 - 16:02; édité 1 fois

_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message TREND 
Quelles réponses aux addictions ?

Quelle prise en charge aujourd’hui en France pour les consommateurs de drogues ? Les professionnels s’inquiètent d’une tendance répressive qui prendrait le pas sur la prévention et la réduction des risques

Selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), les jeunes fument moins, mais consomment davantage d’alcool et… de drogues dures. Récemment, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, annonçait un projet de loi contre les addictions des jeunes pour fin octobre : installation d’éthylomètres dans les discothèques, interdiction de vente aux mineurs des boissons alcooliques, interdiction de consommation sur la voie publique et retrait de tout breuvage alcoolisé des vitrines réfrigérées des stations-service sont au programme. En outre, les formules d’open bar grâce auxquelles, pour un forfait, le client peut consommer autant de boissons alcooliques qu’il veut, devraient être encadrées, voire interdites. En effet, l’alcool occupe une place toujours plus préoccupante dans le paysage des addictions, sa consommation chez les jeunes restant en forte progression. Le 23 mai 2008, la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) achevait la concertation engagée avec les professionnels sur la lutte contre ce phénomène, et émettait ces quelques propositions. Quid de la prévention ? La répression n’empêchera pas les jeunes de s’alcooliser plus discrètement. Alors ? Le champ de l’éducation à la santé ne demande qu’à remplir son rôle. Encore faut-il qu’il en ait les moyens. Et cette notion s’applique aux autres addictions [1].

L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) estime qu’environ 11 % des jeunes de dix-sept ans sont fumeurs réguliers de cannabis. Depuis la fin des années 1990, le nombre des consommateurs accueillis dans des centres spécialisés de soins aux toxicomanes (CSST, disposant de consultations jeunes consommateurs) est en hausse : 35 000 personnes reçues en 2005 (derniers chiffres). Côté répression, les interpellations pour usage de cannabis ont été multipliées par quatre depuis le début des années 1990. Et, toutes drogues confondues, plus de 150 000 usagers ont été interpellés en 2007.

S’inspirant du succès d’un site Internet allemand de prévention, l’association nationale des intervenants en toxicomanie (ANIT) promeut actuellement le service Quit the shit, qui vise à aider les jeunes adultes usagers « intensifs ou déjà dépendants » à arrêter temporairement, puis durablement, leur consommation, au moyen d’un accompagnement personnalisé de cinquante jours et d’un journal personnel  [2]. L’ANIT – qui organise à Nîmes, ces 12 et 13 juin, ses 29èmes journées nationales sur les addictions – estime en effet nécessaire de diversifier l’éventail des réponses anti-dépendance.

La répression n’empêchera pas les jeunes de s’alcooliser plus discrètement

De quelque côté où l’on se tourne, l’aggravation des addictions en France interroge la prévention et les traitements mis en œuvre. Ainsi, l’usage de la cocaïne s’est-il fortement « démocratisé » depuis 2002, le produit bénéficiant encore le plus souvent d’une image valorisante et « branchée », le sniff se banalisant dans les fêtes et soirées… Si l’on s’en réfère aux chiffres de l’office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS), le nombre de consommateurs interpellés a doublé entre 2002 et 2006. Mais, contrairement à l’héroïne que l’on peut remplacer par la méthadone, aucun traitement de substitution n’est encore au point, la prise en charge restant essentiellement psychothérapeutique.

Où en est la réduction des risques (RDR), politique de santé engagée à partir de 1987 et définie comme un ensemble de stratégies visant à limiter les risques et les dommages sanitaires ou sociaux liés à la prise de produits ? L’année dernière, deux médecins du centre médical Marmottan, Michel Hautefeuille et Marc Valleur, se demandaient si la drogue n’était pas l’« oubliée » de la campagne présidentielle et dénonçaient un retour en arrière : « sous prétexte de prévention, le discours sécuritaire entends combattre la toxicomanie mais marginalise les toxicomanes » (Libération, 18 avril 2007). Plus d’un an plus tard, ils sont plus d’une douzaine de spécialistes à pousser un cri d’alarme analogue (« Addictions : vingt ans en arrière ? », Libération, 26 mai 2008). En ligne de mire, entre autres, ces « stages de sensibilisation » payants, prévus par le gouvernement, « prévention qui ne serait qu’information obligatoire ». Quelques indicateurs avaient déjà alerté : en fin d’année dernière, l’association d’autosupport d’usagers de drogues (ASUD) se voyait refuser la subvention accordée chaque année. Quelques semaines plus tôt, le réseau Toxibase – outil de recherche participant à la base de données francophone en matière d’addictions – avait été lui aussi condamné. Et, quelque temps auparavant, un… Plan addictions avait très vite, de l’avis des professionnels, démontré sa vacuité. Reste à revenir à la prévention.


Joël Plantet

Là : http://www.lien-social.com/spip.php?article2478


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message TREND 
Drogues et usages de drogues en France : état des lieux et tendances récentes 2007-2009. Neuvième édition du rapport national du dispositif TREND
CADET TAIROU A/GANDILHON M/LAHAIE E/CHALUMEAU M/COQUELIN A/TOUFIK A, Observatoire français des drogues et des toxicomanies, Paris, 2010, 281 p.

Disponible sur Internet : http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/publi/rapports/rap10/epfxacq1.html

Le dispositif TREND (Tendances récentes et nouvelles drogues), mis en place en 1999, s'appuie sur un réseau de sept sites situés en France métropolitaine (Bordeaux, Lille, Marseille, Metz, Paris, Rennes, Toulouse).
Ce rapport présente une synthèse des résultats des observations réalisées pendant les années 2007 et 2008 ainsi que les premières données à disposition portant sur l'année 2009. Il comporte deux grand volets : une partie transversale qui s'intéresse aux différents groupes d'usagers, aux contextes et aux modes d'usage; et une partie centrée plus particulièrement sur les grandes familles de produits psychotropes (opiacés, stimulants, hallucinogènes, médicaments détournés). À côté des tendances de fond enregistrées depuis plusieurs années, comme la continuation de la diffusion de la cocaïne ou la désaffection pour l'ecstasy sous sa forme comprimé, plusieurs phénomènes méritent une attention particulière : la diversification sociale croissante des populations usagères de substances illicites, les prises de risques au sein des populations jeunes les plus précarisées, la confirmation d'un nouveau cycle de diffusion de l'héroïne après des années de déclin de l'usage consécutif à l'introduction des traitements de substitution.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message TREND 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation