Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
Médicaments et conduite automobile
Auteur Message
Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Bonjour,

Comme la question revient régulièrement, voici un lien vers les recommandations de l'AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) concernant la prise d'un traitement et la conduite automobile.

Le bon usage des produits de santé : médicaments et conduite automobile. 25 septembre 2008 : http://afssaps.sante.fr/htm/10/picauto/sommaire.htm

Voir notamment la mise au point de 2005, toujours d'actualité : http://afssaps.sante.fr/htm/10/picauto/mapauto.pdf


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Merci pour les liens, Traviata sourire  ! Je crois qu'il ne faut pas trop stresser !

Ce qui prévaut, ce sont les règles de bon sens. Il n'y a pas, que je sache, d'interdiction formelle à conduire une voiture parce qu'on prend un traitement psychotrope (y compris les neuros, anciens ou modernes).

C'est au cas par cas. Tout dépend de chacun, et des effets secondaires que le traitement entraîne chez lui : fatigue, ralentissement, trouble de la vigilence. Dans la situation idéale où le traitement est bien adapté, il n'y a pas de répercussion sur la conduite. Je donne alors aux patients des conseils que je m'applique à moi-même : ne pas conduire si fatigué, si préoccupé par des idées noires ou des ruminations obsédantes, adapter la durée et le type du trajet (ville ? beaucoup de circulation ? Et c'est là un domaine où la longueur joue vraiment un rôle )...

Dans les cas de traitements très lourds, je déconseille la conduite. Mais le plus souvent les patients y ont alors déjà renoncé d'eux-même et c'est un faux problème...

Plus que le fait d'avoir un traitement, l'important est que celui-ci soit bien adapté et que la pathologie soit bien équilibrée... Bien sûr qu'une décompensation psychotique, ou un état de désinhibition hypomaniaque ou maniaque, ou encore une dépression majeure sont des contre-indications à la conduite...

Ce qui serait à mon humble avis à prendre plus au sérieux par les autorités, c'est le cas des gens qui présentent des retards mentaux, des troubles du comportement (toxicomanes, alcooliques, pyschopathes, impulsifs), les paranoïaques et les gens qui présentent une détérioration intellectuelle (Alzheimer etc...). Mais il n'y a déjà pas assez de médecins pour soigner, alors où trouver tous les experts qui seraient nécessaires pour juger de l'aptitude ?

En général, il m'arrive plus souvent d'encourager mes patients à conduire (souvent ils savent, mais n'osent pas) pour développer leur confiance en eux et leur "périmètre" d'autonomie

Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Personnellement, j'ai renoncé à conduire depuis longtemps. Et ce n'est pas l'acquisition d'une voiture qui va me faire revenir sur cette mesure de prudence : je constate au quotidien que je n'ai plus l'attention et la vigilance suffisante pour conduire en toute sécurité...


_________________
Hervé

Let's do the time all again (The Time Warp, extrait de The Rocky Horror Show)
Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
perso ma voiture c'est ma liberté et j'entends bien la préserver encore longtemps

on dit que j'abuse et que je pourrai aller au travail en bus mais elle me permet de faire la coupure entre le travail et mon appartement et de me sentir bien

en plus j'adore les voitures Embarassed

Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Dans Le Figaro.fr du 08/12/08, relance du débat entre conduite et, entre autres, prise de psychotropes.

Un million de personnes seraient inaptes à la conduite

Angélique Négroni,
08/12/2008

Le Conseil national de l'ordre des médecins réfléchit à la façon d'informer sans violer pour autant le secret médical.

Il est malade, prend un traitement incompatible avec la conduite automobile et se rend régulièrement chez son médecin… en voiture ! Des cas comme ceux-là, les praticiens en voient défiler des centaines dans leur cabinet. Des personnes âgées invalides, d'au­tres qui n'ont plus que 3/10es à chaque œil ou sont en insuffisance cardiaque majeure, d'autres encore qui prennent des psychotropes à haute dose ou qui affectionnent trop la bouteille… Tous ceux-là ne de­vraient plus toucher une voiture tant ils mettent en danger la vie des autres. Avec le plus grand mutisme des médecins.

Or, ce secret médical qui les oblige à garder le silence pèse de plus en plus à ces praticiens conscients qu'avec le vieillissement de la population, le nombre d'inaptes à la conduite ne fera que croître. Mais terrible dilemme : ils savent aussi que rompre le silence, c'est rompre le rapport de confiance avec les patients. «Si on avait le droit de signaler les personnes qui prennent le volant alors que c'est contre-indiqué, certains patients dissimuleraient leur état de santé», confie le Dr André Deseur, vice-président de la section exercice professionnel au Conseil national de l'ordre des médecins. Cette institution, qui veut préserver ces liens confidentiels, travaille à l'heure actuelle sur le moyen de faire néanmoins remonter les informations au sujet d'un patient dangereux. Véritable travail d'équilibriste : il s'agit d'informer sans violer le secret et cela passerait par une procédure nouvelle, qui devrait être présentée en début d'année à la session plénière de l'Ordre. En cas de validation, elle sera soumise ensuite aux pouvoirs publics.

L'intervention du préfet

Concrètement, le patient remplirait un questionnaire médical évoquant les maladies et les traitements qu'il adresserait ensuite à son médecin. Ce dernier déciderait de l'envoyer ou non en consultation auprès d'un collège de médecins dans les préfectures, lesquelles se prononceraient sur l'aptitude ou non à la conduite. «Le secret médical serait ainsi protégé», estime André Deseur précisant qu'en cas de fausse déclaration du patient, les conséquences seraient lourdes. «Sur le plan pénal et du côté des assurances en cas d'accident», souligne-t-il, en rappelant qu'il y a deux années, l'Ordre, en partenariat avec l'Académie nationale de médecine, avait tenté d'élaborer une procédure. Un projet qui avait achoppé faute d'accord. Car du côté de l'Académie, une autre piste avait été explorée : celle d'une entorse à la violation du secret médical.

«A-t-on le droit de laisser quelqu'un mettre en jeu la vie d'au­trui ?», interroge le Pr Henry Ha­mard, membre de l'Académie, qui avait travaillé sur ce protocole commun et espère que les pouvoirs publics se pencheront sur ce délicat sujet. «Les spécialistes estiment à un million le nombre de personnes qui ne devraient pas conduire en raison de leur état de santé», dit-il. «En matière de persuasion, le médecin a un rôle important à jouer. Mais encore faut-il qu'il soit bien informé et sensibilisé au sujet, ce qui est loin d'être le cas», explique de son côté le Dr Charles Mercier-Guyon, secrétaire du Conseil médical à la Prévention routière. La famille peut aussi faire barrage. «Avec mon frère, on a été obligé de confisquer les clés de son véhicule à notre père âgé de90 ans et invalide. Ce fut un déchirement pour nous et un drame pour lui», raconte un père de famille. Mais si les proches échouent, il leur reste la possibilité de recourir à une procédure rarement utilisée. Ils peuvent informer le préfet qui, après avis de la commission médicale départementale, décide du sort du conducteur.

Le gouvernement ne semble pas encore enclin à faire ce qui se fait à l'étranger, comme l'a rappelé le secrétaire d'État aux Transports, Dominique Bussereau, interrogé sur le sujet par le sénateur, Michel Houel. Pour lui, si des examens médicaux devaient être mis en place, ils concerneraient tous les usagers. Sans distinction. «L'inaptitude à la conduite dépend davantage de l'état de santé du conducteur que de son âge», estime Bussereau. «Mais qui paiera alors ces contrôles ?», s'interroge le Pr Henry Ha­mard, membre de l'Académie de médecine, qui évalue à 28 euros le coût de chaque examen.

http://www.lefigaro.fr/sante/2008/12/08/01004-20081208ARTFIG00315-un-millio…


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message permis de conduire et médicaments 
Bonsoir tout le monde sourire
Le fils est en train de constituer son dossier d'inscription à l'auto-école et bien sûr arrive la question :
faut-il informer l'auto école de la prise du traitement ?
Pour le moment il n'en a rien dit et n'en a pas envie...il doit rapporter son dossier demain
Pouvez-vous me dire s'il y a des obligations légales par rapport à cela ?


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
je crois qu'il y a un fil la dessus et que c'est assez contraignant de dire la vérité car il faut le faire à la pref ect ect je recherche le truc content

Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Merci Tinou sourire


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Hello Fracat,

Voici le lien de la discussion en question : http://questionspsy.leforum.eu/t1906-Medicaments-et-conduite-automobile.htm

Et le lien réactualisé de l'AFSSAPS : http://www.afssaps.fr/Infos-de-securite/Mises-au-point/Medicaments-et-condu…

Il n'y a toujours pas d'obligation légale.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Merci Traviata

Bon c'est une bonne chose, au moins comme cela il pourra faire comme il le sent...

(peut-être que ma question pourrait être raccrochée à la discussion de départ ?)


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Moi j'avais rien dit mais faut voir ... 


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Fusionné ! 


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Merci Traviata !
allez savoir pourquoi ce besoin de rangement Mr. Green


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
tant mieux qu'il y ait rien de légale encore , je me vois mal renoncer à ma liberté de conduire, d'autant plus que je m'estime très prudente

mais d'un autre côté , en mettant une obligation de le signaler peut être pouvons nous penser que la france ne serait plus le premier pays utilisateur de psychotrope d'europe  

Répondre en citant
Message Médicaments et conduite automobile 
Mr. Green héhéhé

mais plus sérieusement, clair qu'une fois qu'ils regarderons combien d'accidents sont causés par la conso d'anxyo et compagnie, je suppose qu'ils feront une loi... serait logique vu les lois sur l'alcool et les shit.... ou peut être que les médecins en prescriront moins pour doper les gens afin de leur permettre de travailler... me dis que plutôt que doper les gens pour qu'ils continuent de travailler, serait mieux de leur donner des arrêts maladie....

Message Médicaments et conduite automobile 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation