Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Aller bien et pourtant souffrir...
Auteur Message
Répondre en citant
Message Aller bien et pourtant souffrir... 
Bonsoir,

Depuis mon dernier rendez-vous chez ma psy il y a une conclusion qu'elle a prononcé et que je retourne dans ma tête en me demandant si c'est possible ?

C'est vrai, quand on va mieux, on n'est pas censé souffrir et pourtant c'est mon cas. Je souffre pour de multiple raisons par exemple une nébuleuse de phobies et d'autres choses qu'il serait fastidieux d'énumérer.

En même temps, je vais mieux sur certains points comme pour mes relations sociale.

Et pourtant, je trouve cette situation paradoxale... est-ce que ça veut dire que je peux encore progresser et effacer ma souffrance ou cette souffrance est indépendante de mes troubles et qu'une personnes normales pourrait en être sujette ?


_________________
Hervé

Let's do the time all again (The Time Warp, extrait de The Rocky Horror Show)
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Aller bien et pourtant souffrir... 
Space Oddity a écrit:
Et pourtant, je trouve cette situation paradoxale... est-ce que ça veut dire que je peux encore progresser et effacer ma souffrance ou cette souffrance est indépendante de mes troubles et qu'une personnes normales pourrait en être sujette ?


Je pencherais volontiers pour la deuxième

Pour moi, aller bien signifie que du point de vue de la maladie, ça va mieux.
Mais ça ne signifie pas qu'il n'y a pas ou plus de souffrance. Peut-être même que le fait d'aller mieux dans la maladie permet d'une certaine manière de ressentir des souffrances qui passaient avant pour la maladie elle-même.
Ce n'est pas pathologique de souffrir, c'est même très normal.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Aller bien et pourtant souffrir... 
Moi je penche pour la première solution . Hervé n'est pas dans l'optique de quelqu'un qui se remet d'une crise aigue et fait une dépression au contact de la réalité en constatant ce qu'il a perdu. Je dirais que c'est plutôt le contraire : il intègre mieux des sentiments affectifs, a une certaine réussite sociale, se laisse moins marcher sur les pieds et ne subit plus sa vie. Il est dans une vraie dynamique de réussite à tous les niveaux, retrouve de l'ambition pour plein de choses, gère spontanément des contacts pour les expos, cherche à comprendre de nouveaux logiciels. Et il se met à vouloir aller à des concerts, il a moins peur de l'attente et de la foule.

Et malgré tout, il est paralysé par des peurs qui sont tout sauf rationelles : peur maladive si on va dans un resto à 19h sans avoir réservé, sauvegarde de tous ses fichiers en 3 exemplaires, peur que moi, ou son père, ou sa soeur, ne meurre dans les jours qui vont arriver. Angoisse dès qu'il y a un imprévu dans la routine quotidienne. Angoisse au moment de se lever le matin, peur de la journée à venir qui fait qu'il n'arrive pas à se lever le matin, qu'il comate beaucoup sur le lit...

Pour moi ce sont encore des éléments de maladie, et s'il arrive à enrayer ça, tout un champs de possibles s'ouvre à lui ! Espérons que les anxios vont le soulager !

Répondre en citant
Message Aller bien et pourtant souffrir... 
C'est quand même bien que tu dises aller mieux Hervé, je m'inquiétais un peu de ton relatif silence de ces derniers jours, je me demandais comment tu te sentais...

Tu as peut-être dépassé une phase critique, mais qui ne signifie évidemment pas que toute souffrance soit exclue - souvent, il y a encore des années de travail, pour attaquer les "vrais" problèmes en quelque sorte.
C'est quelque chose que j'ai éprouvé moi-même et que je retrouve chez pas mal de patients - je pense notamment à une jeune femme anorexique qui m'a dit récemment, de façon très touchante, qu'elle pensait qu'elle serait "guérie" quand ses symptômes les plus invalidants auraient disparu, ce qui est le cas, et découvrait avec angoisse que la vie lui semblait toujours très dure. C'est sans doute pour cela que l'on pense souvent, en psychothérapie, que le travail commence vraiment quand la personne pense qu'elle n'a plus rien à dire.

Tu as sûrement traversé cette période difficile au prix de défenses qui te font souffrir, d'un certain "cadenassage" j'ai l'impression, mais que tu as encore la possibilité de faire évoluer, bien sûr !
Ensuite, que tout le monde souffre à certains moments et à divers degrés, c'est certain ! Mais, comme disait Freud, il s'agit alors d'avoir transformé une souffrance insupportable en "misère ordinaire", et je n'ai pas l'impression que ce soit déjà vrai pour toi.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Aller bien et pourtant souffrir... 
je crois qu'on en finit pas de progresser mais que ça n'est pas linéaire, une rechutte peut nous faire régresser et alors il faut se remettre au travail

Répondre en citant
Message Aller bien et pourtant souffrir... 
Merci les filles,

Et petite pensée pour Lilou qui nous lit peut-être...


_________________
Hervé

Let's do the time all again (The Time Warp, extrait de The Rocky Horror Show)
Répondre en citant
Message Aller bien et pourtant souffrir... 
Je ne vais pas bien : assommé par les benzo et le retour des angoisses (ou des phobies) !


_________________
Hervé

Let's do the time all again (The Time Warp, extrait de The Rocky Horror Show)
Répondre en citant
Message Aller bien et pourtant souffrir... 
Tu n'as pas l'air bien effectivement ces jours-ci, c'est un peu l'impression que j'avais ! En dehors de ton suivi psychiatrique et des ajustements de traitement, tu parviens à travailler tout ça en psychothérapie ?


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Aller bien et pourtant souffrir... 
Oui, fort heureusement, j'arrive à travailler tout ça en psychothérapie...

Merci de t'inquiéter pour moi !


_________________
Hervé

Let's do the time all again (The Time Warp, extrait de The Rocky Horror Show)
Message Aller bien et pourtant souffrir... 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation