Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
La dangerosité des malades mentaux
Auteur Message
Répondre en citant
Message La dangerosité des malades mentaux 
Les homicides commis par des personnes psychotiques


Impossible de remettre la main sur les documents que je cherche… en tout cas, de diverses sources, le taux d'homicides commis par des personnes schizophrènes est de 3%.
Si on s'en tient au taux couramment admis de 1% de personnes schizophrènes dans la population, il en ressort que les personnes schizophrènes commettent en moyenne 3 fois plus d'homicides que la population générale.


Il ne faut pas confondre ce taux avec l'évolution de l'irresponsabilité pénale
On lit régulièrement des raccourcis visant à confondre le nombre de personnes malades mentales impliquées dans un crime avec le nombre de personnes ayant bénéficié d'un non-lieu psychiatrique. Au début des années 80, 17% des irresponsabilités pénales étaient prononcées en raison de pathologies mentales. Depuis 1997, ils représentent 0,17% des irresponsabilités pénales, c'est à dire 100 fois moins.
Ce ne sont pas les crimes et délits des malades mentaux qui ont diminué, c'est la tolérance sociale et la reconnaissance de l'état pathologique. Avant on soignait, maintenant on punit.


Citation:
Les personnes à risque criminel sont plus probablement celles qui souffrent du cumul de troubles psychopathologiques (troubles de la personnalité, de l’humeur, psychotiques, addictifs, psycho-traumatiques etc.) et de difficultés sociales complexes : familiales (familles violentes et/ou négligentes, abusives, incestueuses, carencées), scolaires (échec scolaire), professionnelles (perte d’emploi), relationnelles et affectives (rupture des liens, isolement), toutes situations exposant à la marginalité et/ou l’exclusion. La similitude des facteurs de prédiction de risque de violence "criminelle" et ceux de risque de développement d'un trouble psychiatrique (pouvant se manifester par des actes de violence) favorise la confusion entre violence criminelle et violence psychiatrique (Bourgeois et Bénézech, 2001). (P.22)


On constate que les jurys d’assises prononcent souvent des peines plus longues pour des personnes souffrant de troubles mentaux et qui ne bénéficient pas d’une irresponsabilité et ceci dans un réflexe de protection vis-à-vis des risques de récidive (Senon 2004). (P.43)

Anne Lovell, Commission « Violence et santé mentale », Mars 2005
http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/054000729/0000.pdf



Les suicides


Il me semble qu'on ne peut pas évoquer les meurtres commis sur autrui en occultant le même passage à l'acte sur soi.

Par rapport à la population générale, les décès par suicide sont environ 15 fois plus nombreux chez les personnes schizophrènes avec un taux qui varie de 10 à 13% des décès de patients schizophrènes selon les études (Rapport sur les maladies mentales au Canada P.52 sur http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/miic-mmac/pdf/chap_3_f.pdf).


Ces mêmes décès par suicides sont 20 fois supérieurs chez les bipolaires et les unipolaires dépressifs (La crise suicidaire, reconnaître et prendre en charge, Conférence de consensus octobre 2000, Fédération Française de Psychiatrie, John Libbey Eurotext P.78 )

Les violences subies par les personnes psychotiques


Citation:
En fort contraste avec l’abondance de la littérature consacrée aux violences causées par des personnes souffrant de trouble psychiatrique grave, peu de recherches ont été menées sur la problématique des violences que subissent patients ou anciens patients. D’ailleurs, et à notre connaissance, il n’existe pas d’études équivalentes en France aux études internationales concernant cette problématique.

Travaux préparatoires à l’élaboration du Plan Violence et Santé, Dr Anne TURSZ, Mai 2005, P.34
http://www.psy-desir.com/leg/IMG/pdf/rapport.pdf

Le peu d'éléments à ce sujet…
Citation:
Une étude transversale de personnes sans domiciles fixes et souffrant de trouble mental, montre que 44 % des sujets avait subi des violences, dans les deux mois précédant l’entretien, qu’il s’agissait d’un vol, d’une attaque physique, ou d’une agression sexuelle, ou encore d’un cambriolage ou d’une menace avec une arme (Lam et Rosenheck 1998). De même, une autre étude révèle que, chez des patients souffrant de schizophrénie et vivant dans des logements thérapeutiques, 34 % avaient été victimes de vol ou d’attaque au cours de l’année écoulée (Lehman, Ward, Linn 1982). Dans un registre cette fois comparatif, d’autres travaux apportent des précisions significatives. Ainsi, rapporté à la population des individus sans diagnostic de trouble mental, une de ces études met en évidence que les patients souffrant de schizophrénie ont 3 fois plus de risques d’être victime d’un crime violent (Chuang, Williams, Dalby 1987). Enfin, une dernière étude porte sur 331 patients ayant été hospitalisés sans consentement, puis assignés à des soins ambulatoires obligatoires. Il en ressort que, si dans les 4 mois précédant l’entretien, le taux de victimisation pour crime non-violent (cambriolage, larcin ou escroquerie) y approche celui que l’on peut trouver en population générale (autour du 22 %), par contre, le taux de crime violent (attaque, viol, vol avec agression) se situe lui à un niveau qui est presque 3 fois celui trouvé en population générale (8,2 % contre 3,1 %).


Commission « Violence et santé mentale », Anne Lovell, Mars 2005, P.25
http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/054000729/0000.pdf




_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message La dangerosité des malades mentaux 
quand tu parles de psychotiques tu inclus qui parce que le chiffre me parait énorme Shocked

Répondre en citant
Message La dangerosité des malades mentaux 
Les études se font au compte-goutte... J'ai essayé de spécifier quand on savait.

Pour les homicides, je n'ai jamais eu que des stats sur les personnes schizophrènes. Rien sur les bipolaires, ni les paranoiaques, nada, il faut croire qu'il n'y a que la schizophrénie qui relève l'attention sur le sujet. Ou alors peut-être que ça existe, mais je n'ai jamais vu.

Pour les suicides il y a des chiffres qui différencient, schizo, bipolaire vs population générale.

Et pour les violences subies, à l'exception des études sur les sdf ce sont des études étrangères où pas grand-chose n'est différencié, il n'y a que le critère "psychotique".

Je me doute que les chiffres sont quelque peu choquant...
Mais, quand on dit qu'il y a 3 fois plus d'homicides commis par des personnes schizo, ça semble utile de spécifier que la même violence est retournée contre soi 15 fois plus. Et qu'il y a aussi 3 fois plus de violence commises contre les personnes psychotiques.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message La dangerosité des malades mentaux 
3 fois plus (de violence subie), ça me semble assez peu comparativement à ce que j'aurais dit comme ça, à la louche ! Au vu des vols, agressions, menaces, rackets, etc., qu'on observe dans les institutions et que les patients vivant en foyer ou appart thérapeutique nous rapportent... 


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message La dangerosité des malades mentaux 
Je connais surtout la population psychotique sans-domicile, et ça me semble assez réaliste 44% dans les 2 mois précédents.

Les études (sauf celle sur les sdf) sont étrangères. De pays occidentaux donc pas trop éloignées non plus, mais quand même... je me demande jusqu'où on peut comparer le traitement social d'un schizo canadien avec un schizo français. Parce que pour ces études, à moi aussi les résultats me semblent sous-évalués pour chez nous, en France.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message La dangerosité des malades mentaux 
Citation:
Mais, quand on dit qu'il y a 3 fois plus d'homicides commis par des personnes schizo, ça semble utile de spécifier que la même violence est retournée contre soi 15 fois plus. Et qu'il y a aussi 3 fois plus de violence commises contre les personnes psychotiques.



Je sais que je suis nulle en maths, mais je ne vois pas comment tu déduis qu'il y a 3 fois plus d'homicides commis par des schizos que dans la population générale. Il est dit que 3 % des homicides sont commis par des schizos, ça n'est pas la même chose. 97 % des homicides sont commis par des non schizophrènes.

Répondre en citant
Message La dangerosité des malades mentaux 
3 fois plus d'homicides au prorata du nombre de personnes schizophrènes.

A la louche, 1% de la population est schizophrène et 99% ne l'est pas,
et 3% des homicides sont le fait de personnes schizophrènes et 97% de non-schizophrènes.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message La dangerosité des malades mentaux 
Ah oui, Rose Noire, tu es vraiment nulle en maths Mort de Rire !! Je suis contente, j'ai trouvé pire que moi Laughing !

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message La dangerosité des malades mentaux 
 

Embarassed

Message La dangerosité des malades mentaux 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation