Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
Je ne sais plus où j'en suis...
Auteur Message
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Il y a un petit moment que je ne suis pas venue ici et puis comme je n'ai pas l'expérience d'aider les gens ici je me sens toujours un peu pleignarde et profiteuse de poster ici... Mais je n'ai personne d'autre à qui parler de tout ça.

Le titre décrit bien ma situation, je ne sais plus où j'en suis. J'ai l'impression de tout faire de travers, de n'être bonne à rien, je me sens vide et démoralisée... Je vous dresse le tableau. Pour débuter, depuis bientôt trois mois je suis en couple avec un garçon très gentil et attentionné. Le problème ( ou pas au fond... c'est juste ma perception des choses qui en fait un problème) est que ce garçon en question a déjà vécu un épisode de dépression sévère qui l'a mené jusqu'à la tentative de suicide. ( c'était il y a un peu plus d'un an, me semble t'il) Après avoir passé une semaine en hospitalisation il en est ressortit vivant, mais avec des séquelles à vie. Je ne peux m'empêcher d'avoir sans cesse peur pour lui, à cause de ça... Il m'a déjà dit une fois ( il n'est pas le genre à beaucoup parler de ses sentiments et de choses qui le touchent profondément) qu'il lui arrive encore de se sentir comme ça parfois. Je ne veux pas lui dire que je m'inquiète pour lui et lui en mettre ainsi encore plus sur les épaules, mais cela me rend triste... Je sais qu'il souffre encore et qu'il souffrira toute sa vie de problème de santé à cause de sa T.S, et juste hier on discutait de choses banale et il a dit " de toute manière je ne me rendrais pas à 65 ans" je lui ai demandé pourquoi, et il a dit " parce que je me rendrai pas là". point barre. Je n'ai pas su quoi dire et j'ai préféré me taire... Je sais qu'il regrette beaucoup la gaffe qu'il a fait en tentant de se tuer, et je trouve ça cruel de savoir qu'il va continuer de s'en rappeler tous les jours et de regretter son geste pour le reste de sa vie. Cela me fait peur et me rend triste parce que je l'aime énormément. Nous ne sommes pas ensemble depuis longtemps, certe, mais malgré mon jeune âge, je n'ai jamais aimé quelqu'un autant que lui.

J'ai toujours peur de lui faire part de ce qui ne va pas chez moi, parce que je sais que pour lui ce n'est probablement rien du tout, après ce qu'il a vécu. Parfois à cause du stress et de la fatigue que je vis je ne peux m'empêcher de pleurer pour aucune raison, je ne contrôle pas très bien mes émotions de ces temps, et je sais que ça lui fait mal de me voir pleurer. Il me demande sans cesse si c'est à cause de lui, si il a fait quelque chose, et il me fait toujours jurer de lui dire si je pleure à cause de lui... Je lui répond toujours que non, de me pas s'inquiéter, même si en fait oui, je pleue à cause de lui... je pleure parce que je l'aime, que j'ai peur de le perdre, que je n'amaie pas savoir qu'il souffre. Mais je ne peux pas lui dire ça... Je sais qu'il ne s'en sentirait que plus mal. Tout ça fait aussi en sorte que même si je l'adore plus que tout au monde, j'ai peur de m'attacher à lui. J'ai peur qu'un jour on doivent se quitter pour X raison et de trop souffrir. Je ne suis pas le genre de fille qui aime se dévoiler aux gens, je n'aime pas que quelqu'un me connaisse "trop". J'ai l'impression de devenir vulnérable et ça m'obsède. Je sais que ce garçon là est un de mes " points faibles" parce que je n'ai qu'une seule envie, ce serait de lui donner tout ce que j'ai, juste pour qu'il soit heureux enfin.

Mis à part de lui, je me sens mal dans ma peau... Je mesure 1m68 pour 60 kilos, et je sais que c'est un poids normal pour mon âge et ma grandeur, mais je ne m'aime pas. Je me trouve trop grosse et j'ai peur de grossir. Cela fait longtemps que je me sens comme ça, mais de ces temps-ci, c'est de pire en pire. Je me surprend à compter tout ce que je mange, à calculer mes portions, à sentir de la satisfaction à la fin de la journée quand je sais que je n'ai pas beaucoup mangé... Je me suis mise à faire du sport il y a un petit moment, dans le but de me remettre en forme, mais je m'apperçois que je passe mon temps à espérer perdre du poids, et quand je monte sur la balance et que je vois que les chiffre ne baissent pas je me sens démoralisée, j'ai envie de hurler. Je n'ai perdu qu'un seul kilo depuis que je fait du sport, et je trouve ça ridicule. Ce n'est pas comme si je faisait un peu de sport et que je m'empiffrais de n'importe quoi par le suite! Non, je fais attention à ce que je mange, je fait du sport assez intensif deux fois par semaine ( et entre ça je fait de la marche tous les jours) et malgré tout, je n'ai perdu qu'un minuscule kilo...

Je suis fatigué, j'en suis consciente. J'ai de la difficulté à dormir et mon sommeil ne semble pas assez réparateur. Je suis stressé et j'ai beau travailler autant que je peux depuis un mois, j'ai l'impression de ne jamais en faire assez. Je ne sais pas si je suis trop exigeante envers moi-même ou si je ne met effectivement pas assez d'effort dans mes études. J'ai sans cesse la tête ailleurs, ce qui ne m'aide pas non plus.

Pour ce qui est de mon problème de dépendance, que j'ai abordé dans un autre sujet, la psy que je consultait m'a proposé lors de notre dernière rencontre que si au retour des fêtes je sentais le besoin d'aller consulter une personne qui est spécialisé dans le genre de dépendance dont je souffre, que je n'avais qu'à venir la voir, qu'elle a bien vu que les moyens que nous avions essayé ensemble pour remédier au problème n'ont pas fonctionné et que je ne suis pas arrivée au but escompté. Comme nous ne nous revoyons pas d'ici janvier, ça me laisse pas mal de temps pour y penser. Cela me semble une bonne idée, à première vue, d'aller consulter quelqu'un de mieux spécialisé que ma psy. D'un autre côté, elle a dit qu'elle ferait des recherche car elle n'est pas sûr que ce genre de "spécialiste" se trouve dans notre ville. Et si il n'y en a pas ici? Et puis je n'ai pas les moyens financier de payer pour ce genre de service, alors si les consultation coûte quelque chose, je devrai dire non... Tout comme j'ai un peu peur aussi. Je ne sais pas à quoi cela peut ressembler, quel genre de conversation serait tenu, bref, j'apréhende un peu... Je sais que mon problème est loin d'être réglé et qu'il me faudra plus qu'une discussion sur mes sentiments par rapport à cela pour m'aider à changer mon comportement. J'ai essayé toute sorte de chose, dont j'ai fait part à ma psy et qui m'a encouragé en ce sens, et rien n'a fonctionné. Mes rencontres avec elle m'ont permis de m'appercevoir que ma dépendance est plus encrée en moi que je ne le croyait, et que cela vient de plus loin que je ne le croyait.

Bref... c'est un peu pêle-mêle tout ça je sais... Mais je ne sais plus trop par où regarder, je me sens un peu envahie de partout, et ça me rend désagréable voir agressive avec mon entourage. Je fais des efforts monstre pour contrôler mon humeur et parfois ma mauvaise humeur transparaît quand même... j'ai vraiment hâte que tout ça finisse... en espérant que ça finisse, et étrangement, j'en doute... je ne sais pas quoi faire...


_________________
If I could escape, and re-create a place as my own world... =)
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Bonsoir,


Je trouve que c'est bien que tu fasses attention à toi, de faire du sport, mais si c'est pour souffrir davantage, ce n'est pas la peine, car suite au stress on mange davantage et on perd le bénéfice. Je pense que tu devrais continuer au final ca devient il parait une "addiction" mais il ne faut pas trop forcer, et ca ne doit pas devenir une obsession car si tu fais ca n'importe comment ca risque de te faire souffrir les muscles aussi.

Sinon, j'ai l'impression que tu portes le poids de tes soucis et ceux de ton ami, tu as de chances d'être en couple, ca pourrait être un moteur, si tu apprenais à te désolidariser de ses problèmes dont tu dois te dire que tu n'es pas responsable.

Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire, en tout cas, je te souhaite plein de courage et la réussite dans ta relation : .

Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Bonjour Imagimo,

60 kg pour 1m68 c'est tout à fait normal, il n'y a pas à faire de sport en excès sauf si c'est pour ton plaisir, fait attention à ne pas remplacer une addiction par une autre.

Je pense que tu devrais vraiment songer à consulter quelqu'un de plus spécialisé. Même si ça doit coûter un peu.
Comme tu dis, tes problèmes sont ancrés plus loin que tu pensais, et seule tu risques surtout de multiplier les addictions au fil du temps.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Le problème en fait, ce n'est pas que je ne veux pas consulter quelqu'un de plus spécialisé... c'est juste que si cela me coûte des frais, je n'ai pas les moyens... j'ai juste assez d'argent pour réussir à m'alimenter convenablement et payer tous les coût du matériel dont j'ai besoin pour mes études... je n'ai pas les moyens du tout de payer des frais de consultation en dehors de ça... Je vis déjà avec peu d'argent...

Je ne fait pas de sport en excès puisque je n'ai ni les moyens ni le temps d'aller plus souvent au gym. Mais je me connais, et je sais que si j'en avait les moyens j'irais tous les jours. Depuis que j'ai commencé a me remettre en forme, je me sens un peu mieux. Ça m'aide à gérer mon stress et à lâcher un peu prise, mais j'ai l'impression que ce n'est jamais suffisant. En fait je dirais que depuis un mois, un mois et demi, rien n'est jamais suffisant pour moi on dirait... Je ne fais pas autant de sport que je voudrais en faire, je n'arrive pas à avoir les résultat scolaire que je voudrais avoir, j'ai l'impression de ne jamais en faire assez, même si avec un peu de recul je passe mon temps à travailler sur mes projet scolaire... Et ça ne me dérange même pas! Parce que je sais que si j'en faisait moins, je me le reprocherais encore plus... J'ai réussit à arrêter de fumer ( grâce au sport, je suis tellement heureuse d'avoir re-saisit un cardio qui se peut que ça m'encourage à persévéré) et j'en suis fière, mais je crois que ce n'est qu'une suite logique des choses. Ma consommation de tabac ne faisait que me rajouter du poids sur les épaules ( à cause du coût, à cause de mon état de santé, etc.) et je me sens plus "légère" depuis que je suis désormais non fumeuse. Mais bon, comme on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre, maintenant quand les gens autour de moi fume ça me dégoûte... La cerise sur le sunday, mon copain fume, et pas rien qu'un peu... Sans cigarette il devient irritable et presque déprimé. Comme quoi c'est vraiment de la cochonnerie ce truc...

Tout ça pour dire... J'ai l'impression de faire du zèle dans tout ce que je fais, de manière plus ou moins consciente... Je sais qui si j'en faisait moins je me le reprocherais, je me trouverais lâche et stupide, mais je n'ai l'impression d'aller nul part avec ça... je ne vois pas ( du moins pas encore) le résultat de mes efforts et ça me fait (désolé) vraiment très ch*er... j'ai l'impression de faire tout ça pour rien, d'être une incapable... J'étudit dans un milieu ou la critique est très présente et où, certain jour, il faut avoir un moral d'acier pour éviter de se dire qu'on est pourri et qu'on ferait mieux de toute abandonner. Comme je suis moi même au départ plutot perfectionniste et éxigeante envers moi-même, depuis quelques temps je me sens satisfaite du travail que je met ( qui est je dirais..70% plus qu'avant) mais je ne suis pas folle non plus, je sens que je m'épuise un peu... hier je n'ai même pas réussi à travailler, j'avais la tête vide, rien ne sortait ni n'entrait. Ce n'est pas mieux aujourd'hui, mais je n'aurai pas le choix de me bouger si je veux poursuivre mon travail... Je me dit qu'il ne reste pas long avant les vacances, et que je serai contente rendu là. Pour le moment, je me contente de me botter les fesses, de "fermer ma gueule" et d'essayer de ne pas arracher de tête avec mon moral d'ogre carnivore. ( le stress ça ne me fait pas trop ^^°)


_________________
If I could escape, and re-create a place as my own world... =)
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Tes difficultés ont tout de même l'air circonscrites à une problématique qui est assez fréquente chez les jeunes femmes : autour des troubles de l'alimentation, avec une forte tendance aux addictions et des comportements de performance. Les psy spécialisés dans les problèmes de l'adolescence (je ne sais plus si c'est le cas de la personne que tu vois) ont une bonne connaissance de cette problématique, qui est de toute façon toujours difficile à traiter (patience, même si ce n'est pas ton fort! ).
Donc spécialiser dans le sens où ce serait bien de voir un pédopsy ou un psy plus particulièrement impliqué dans les problèmes des ados et jeunes adultes, mais spécialiser au-delà de ça n'est peut-être pas absolument nécessaire.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
si vous souhaitez parler a une professionnelle en psychanalyse et diététique [supprimé par l'administratrice : pas de publicité]

Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Pour revenir là dessus...
Finalement le centre où ma psy voulait me faire consulter ne sont pas autorisé par la loi à traiter le genre de problème dont je souffre.
Je me retrouve donc avec un gros rien du tout puisque ma psy non plus ne sait plus quoi me dire. Toutes les solutions que nous avons tenté ont été un échec. Elle m'a donc demandé la permission de consulter ses collègues pour voir si eux n'auraient pas une vision différente du problème et ne pourrait pas apporter d'autre solutions. Pour le moment je n'ai aucune nouvelle de tout ça.

Je dois admettre que je suis plutôt démoralisée...
J'ai l'impression que tout ça n'a mené à rien. En fait c'est exactement ça. Tout ça n'a mené nul part.
Je suis aussi pommée qu'au point de départ, excepté que je me sens encore plus submergée et encagée.
Je n'arrive plus à dormir convenablement, je suis sans cesse crevée. je n'ai plus d'appétit, j'en ai perdu du poids...
Je suis même tombée malade, je suis médicamentée pour deux infections en ce moment...
yen a marre...


_________________
If I could escape, and re-create a place as my own world... =)
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Un centre "non autorisé par la loi" à prendre en charge des patients souffrant de troubles spécifiques et une psy qui abandonne aussi rapidement et cherche des "solutions", tout ça paraît surréaliste (mais ça va devenir habituel sans doute...).
Je ne sais pas trop quoi te conseiller... changer de psy ? Tu as une possibilité de consulter en libéral un psy de ton choix ?


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Je me suis peut-être mal exprimée...
Le centre en question est un centre communautaire, et ils ne possèdent pas de programme pour les gens qui souffre du genre de dépendance dont je souffre et ne sont donc pas autorisé à me prendre comme patiente parce qu'ils n'ont rien pour moi. Le gouvernement ne leur permet pas de traiter mon problème parce qu'ils n'ont pas de programme adéquat et adapté pour cela.

Pour ce qui est de ma psy, elle fait de son mieux... Nous avons essayé diverse solutions dites "cognitivo-comportementales" qui se sont avoué un pur échec, donc elle m'a demandé si je l'autorisait à consulter ses collègues pour voir si eux, ayant une approche différente ne pourrait pas lui suggérer quelque chose. (tout en gardant mon anonymat bien sur) Lorsqu'elle a vu qu'elle ne savait pas comment me venir en aide, elle avait avec mon accord contacté le centre pour me référer à quelqu'un de plus spécialisé et malheureusement le centre ne pouvait pas me prendre en charge donc son plan B est  comme tombé à l'eau...

Je ne peux pas vraiment en consulter d'autre psy puisque cela impliquerait des frais que je n'ai pas les moyens de payer... Je suis sans revenue et étudiante, j'ai à peine d'argent pour subvenir à mes besoins vitaux tels que manger et les frais se rapportant à mes études... On me dira " ouais mais si tu veux t'en sortir tu n'auras pas le choix de payer" oui mais je n'ai pas l,argent, et ça ne pousse pas dans les arbres non plus... je ne remplacerai pas un problème par un autre!


_________________
If I could escape, and re-create a place as my own world... =)
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
C'est bien ce que je disais, penser en terme de "programmes" spécialisés et de "protocoles" à mener à bien ne peut que conduire aux absurdités que tu décris. Alors qu'un suivi psychothérapeutique ouvert, qui accepte la complexité de ta problématique et le nécessaire temps long d'un traitement, pourrait sans doute te venir en aide sans te renvoyer à un "échec" au bout de quelques mois !
Mais tu n'es pour rien dans tout cela bien sûr, et il est évident que quand l'argent manque, on est bien obligé d'en tenir compte, qu'on soit motivé à s'en sortir ou pas ! Reste à espérer que ta psy va pouvoir te trouver une prise en charge plus efficace.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Oui en effet... reste à espérer...
Pour le moment je suis toujours sans nouvelles et je dois dire que les choses ne vont pas très bien...
Je ne sais plus quoi faire ni même si j'aurai l'aide que je recherche.
Ça me déçoit beaucoup d'avoir fait les efforts d'aller voir une psy et d'investir du temps là-dedans et de me rendre compte au bout de
quelques mois que ça a mené à un échec total... que je me retrouve sans rien et que ça ne va pas mieux, pour ne pas dire plus mal...
Je ne sais plus quoi faire...


_________________
If I could escape, and re-create a place as my own world... =)
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Ca fait 1 mois que tu n'as plus de nouvelles de ta psy ?
Tu devrais essayer de la solliciter. Peut-être qu'elle n'a pas encore eu les renseignements qu'elle attendait, mais ça te permettrait au moins de savoir où elle en est, et de te rassurer sur le fait qu'elle ne t'oublie pas. Et puis tu peux aussi demander à la revoir si ça ne va pas, elle est aussi là pour t'aider à surmonter les moments d'attente comme celui-ci. Il n'y a pas besoin d'être spécialisé pour aider à passer les mauvais caps.
Courage Imagimo !


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
J'ai eu de ses nouvelle aujourd'hui, nous avons cédulé une rencontre la semaine prochaine.
J'ai passé la semaine à penser à elle, à me demander si elle me contacterais bientot. le problème avec l'organisation du centre de santé ici,
c'est qu'à moins d'avoir un rendez-vous cédulé avec ma psy, je dois toujours passé par l'infirmière du centre pour la voir. Je n'ai pas de numéro
où je peux la rejoindre ni rien de tout ça alors c'est assez agaçant...

Sur ce, j'ai assez hâte à la semaine prochaine, pour savoir ce qu'il en retourne de tout ça...


_________________
If I could escape, and re-create a place as my own world... =)
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Super, ça n'a pas été si long finalement... Bonne chance pour la semaine prochaine alors !


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Je ne sais plus où j'en suis... 
Oui... mais moi, mine de rien, j'étais tellement insécure quant au fait que je ne savais pas quand j'aurais suite à tout ça que j'ai trouvé ça super long XD

Quoi qu'il en soit, merci pour ton bonne chance...
En fait c'est idiot, mais tout va tellement mal dans ma tête en ce moment que je ne sais juste meme pas comment je vais abordé ça avec ma psy... mon problème ne se limite plus au problème pour lequel je consultait au départ, on dirait que je ne fais qu'accumuler les obssession une à la suite de l'autre, que je ne fais qu'empiler les dépendance et que je suis incapable de me débarasser d'une chose sans la remplacer par une autre. J'empile les montées d'angoisse c'est fou... je crois que je vais tenter de mettre ça sur papier, ça m'aidera peut-être à lui parler...


_________________
If I could escape, and re-create a place as my own world... =)
Message Je ne sais plus où j'en suis... 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation