Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
evolution psychique
Auteur Message
Répondre en citant
Message evolution psychique 
Bonjour,

Comme je l'ai dit dans ma présentation, je sais juste que j'ai fait des bouffées délirantes interprétatives. Et j'aimerais vous parler de mon évolution que je trouve positive.

Mes problèmes psychiques ont vraiment éclaté à l'adolescence. Tout est devenu étrange, et je ne pouvais quasiment plus parler. Parler me faisait une curieuse impression comme si je n'étais plus dans la parole, mais à côté. Je m'entendais parler, et c'était désagréable. Parler n'était plus quelque chose de spontané, mais c'était ma préoccupation principale. Je me disais souvent, par exemple: mais comment fait-il pour parler ? Comment savait-il qu'il fallait commencer par ce mot pour que tout s'enchaîne ? Je ne faisais plus rien, restais sur mon lit, ou écoutais de la musique avec le casque. Des années sont passées puis des angoisses, des vécus étranges sont apparus. J'en parle depuis peu (20 ans après) car je me sens un peu moins fragile. En voici 2 qui m'ont marquée:

- Le premier est lié à l'achat de mon 1er CD. J'avais été surprise que le contenu tienne sur une seule face. Donc je réfléchissais à ça sur mon lit. Et quelques jours plus tard, toujours sur mon lit, une phrase s'est imposée à moi, et se répétait inlassablement: "moitié de disque". A cette phrase s'associait la vision d'un disque coupé en 2 ce qui m'angoissait. Pour calmer cette angoisse, je devais me tourner d'un côté sur l'autre à chaque fois que j'entendais cette phase. Etait-ce déjà une bouffée délirante ?

- Le 2ème est encore plus effrayant, et s'est produit quelques jours plus tard. Je ne pouvais pas dormir, et une nuit, j'ai eu la sensation physique que mon corps allait éclater. Il fallait absolument que j'évacue quelque chose aux WC pour éviter cet éclatement. La nuit a été terrible, et je me demande encore ce qu'il m'est arrivé. Une bouffée délirante ?

Beaucoup plus tard (en 1998, puis 2006), j'ai été hospitalisée pour des bouffées délirantes interprétatives. Depuis 2 ans, ca va. Je prends bien mon traitement qui est léger maintenant (1/2 AD et 1/2 neuroleptique). Mes "bouffées" sont toujours survenues quand je cessais de prendre mon traitement. Je commence alors par ne plus dormir, puis je me sens à la fois déprimée et angoissée. Et, j'en viens alors à me faire du mal en m'insultant. Je crois que le délire peut se déclencher si jamais une parole extérieure vient, pour moi, comme confirmer le bien-fondé de mes insultes. J'ai alors le sentiment que les autres veulent ma peau, et que ce serait un bon débarras si je me tuais.
Mais depuis 2 ans, je suis en paix, et prends plaisir à faire ce que j'aime. Mais, je me demande, bien sûr, si je pourrai un jour arrêter mon traitement.

Voilà. Peut-etre avez-vous vécu des choses similaires ?

Iona

PS Vous aurez peut-être 2 fois ce message. Lors du 1er envoi, il n'est pas apparu. Plus tard, peut-être...

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message evolution psychique 
Parfois il y a des bugs, il y a des messages qu'on envoie et qui disparaissent. Ca arrive rarement, mais parfois quand même.

Tu as demandé à ton psy ce qu'il pense de l'éventualité d'un arrêt du traitement un jour ? Comme il te connait, qu'il connait ton histoire et ta maladie, il est le mieux placé pour te conseiller par rapport à cette demande.
Si ça va mieux depuis que tu prends ce traitement, ça me semble important que tu puisses en discuter avec lui. C'est rare de trouver assez facilement l'équilibre avec un traitement, ça serait dommage de risquer de remettre cet équilibre en cause en bidouillant par toi-même.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message evolution psychique 
Oui, j'en ai parlé à mon psychiatre. Il pense qu'il sera peut-être possible d'arrêter l'anti-dépresseur. Il faut dire que j'ai longtemps eu une "relation" compliquée avec les médicaments. Maintenant, grâce au travail effectué avec mon psychiatre, et ma psychanalyste, je peux prendre correctement mon traitement. Et en plus, je n'ai aucun effet secondaire avec. Ca aide ! Actuellement, j'aurai peur de l'arrêter mais seul l'arrêt me permettrait de savoir si je vais réellement mieux. Pour le moment, continuons comme ça !

Répondre en citant
Message evolution psychique 
Ton évolution est très positive il me semble ! Deux ans c'est quand même récent et je pense aussi que tu pourrais, pour le moment, profiter de cet état sans trop t'inquiéter de savoir comment tu serais sans traitement. Tu es encore dans une phase de stabilisation qui comporte sans doute une certaine fragilité et il est probable que la "consolidation" prendra plus de temps, mais avec le travail très fructueux que tu as l'air de faire avec tes soignants, ton parcours est vraiment très encourageant.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message evolution psychique 
Merci Traviata ! Oui, je pense avoir fait du chemin depuis ma toute première consultation. J'ai démarré mutique, et sans comprendre ce que je faisais là, alors... Grâce à mes soignants, j'ai appris la confiance, et je les en remercie. Pouvoir se sentir en sécurité avec un autre, c'est pas rien !

Répondre en citant
Message evolution psychique 
Bonsoir à tous !

Voilà, j'en sais un peu plus... J'ai appris par mon psychiatre et ma psychanalyste que j'aurais pu "basculer" à une période. Je vis encore avec la sensation d'une coupure dans ma vie: je ne suis plus celle que j'étais avant toute cette période de crise. Me reste cette question lancinante: que m'est-il arrivé ? J'avais tout le temps la sensation d'être "à côté", et de ne plus pouvoir participer, comme si la vie, en moi, avait disparu. Je passais de longues minutes devant la glace à rechercher je ne sais trop quoi. J'ai recherché un mot qui pourrait rendre compte de l'état dans lequel j'étais alors, et crois l'avoir trouvé: dépersonnalisation (mon psychiatre a d'ailkleurs évoqué ce mot ). Mais je me pose cette question: cet état de dépersonnalisation peut-il affecter notre rapport au corps ? J'ai vraiment éprouvé un jour (voir plus haut) la peur de mourir dans l'éclatement de mon corps. Est-ce l'état de dépersonnalisation qui peut faire éprouver une telle angoisse ? Sinon, d'où ça vient ?

Si vous pouvez me répondre, ou me conseiller des lectures...

Merci !

Répondre en citant
Message evolution psychique 
A mon avis l'impression d'éclatement du corps et la dépersonnalisation ne sont pas liés.
Sinon les sensations de détachement, d'être "à côté", ça ressemble bien à la dépersonnalisation. Mais l'éclatement du corps... non, je ne pense pas. Est-ce que tu as demandé à tes soignants à quoi pouvait être rattachée cette impression ?


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message evolution psychique 
J'ai posé des questions à mon psychiatre, et je sais qu'il y a des termes de psychiatrie qui rendent compte de ce que j'ai vécu mais je ne sais pas lesquels... Mon psy ne m'a pas dit, et je n'ai pas osé insister. Je sais juste que "ça lui parle" ce que j'ai vécu, alors j'essaie de savoir de quoi précisément... Je ressens le besoin de relier ce que j'ai vécu (et que j'ai parlé récemment; après 20 ans!) à des termes psy pour mettre tout ça à distance.

Répondre en citant
Message evolution psychique 
Je ne sais pas s'il existe des termes "psy" précis pour ça... peut-être d'autres personnes du forum sauront.

Pour moi, l'éclatement du corps je le comprends comme un éclatement du psychisme, quelque chose de l'ordre de la psychose quoi. On parle souvent de morcellement dans la maladie, je ne sais pas si c'est complètement lié mais ça m'évoque un peu les mêmes choses, un genre de morcellement avec toute la violence que ça peut induire.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message evolution psychique 
Ça ressemble bien à des angoisses de morcellement en effet, une forme très violente d'angoisse qui se manifeste surtout dans les psychoses mais qui peut advenir de façon transitoire chez n'importe qui.

Tu as dû traverser une période de très grande fragilité Iona, je comprends que tu restes marquée par cette période mais j'espère que cette impression de "coupure" va s'atténuer avec le temps.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message evolution psychique 
Oui, Traviata, une période de grande fragilité, et de grande solitude... Bon, je pense être plus riche intérieurement qu'avant. En cherchant dans le vocabulaire psy ce qui pourrait rendre compte de ce que j'ai vécu, je cherche, je crois, à ne plus être seule avec ce vécu... Comment peut-on éprouver un tel truc dans le corps ? J'ai même pensé que c'était le médicament que je prenais (haldol), et que je ne supportais pas (impatiences terribles dans les jambes) qui avait provoqué cette violente angoisse...

Répondre en citant
Message evolution psychique 
 
 Bonjour à tous

 Je me sens un peu "chamboulée" en ce moment. Ca va mais j'ai l'humeur en vrac depuis quelques temps. Et là, pour le coup, je me sens triste car je viens d'apprendre que mon chien a des problèmes cardiaques. Tant que ça me concerne, j'arrive à réagir mais là...

Répondre en citant
Message evolution psychique 
Désolée iona, je comprends ton inquiétude, je suis pareille avec mes chats. J'espère que ça ne sera pas trop grave pour ton chien, le vétérinaire lui a donné un traitement, tu as des conseils ?
Si tu te sens fragile en ce moment, parles-en à ton psy, il pourra peut-être adapter ton traitement pour te soulager et/ou te recevoir pour parler de ce qui ne va pas. Bref, ne reste pas seule avec tout ça.
Je te souhaite plein de courage !


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message evolution psychique 
Coucou Iona

Je suis désolée pour ton chien... il est très malade là ? Ton véto t'a donné des instructions vis-à-vis de sa diète tout ça ?

J'espère que ton moral va remonter. Peut être est-ce justement ce questionnement qui te perturbe ?





Dernière édition par Manamana le Jeu 11 Juin 2009 - 05:37; édité 1 fois
Répondre en citant
Message evolution psychique 
 Merci Traviata.
 Oui, le vétérinaire lui a donné un traitement qu'il devra prendre à vie. Je dois retourner le voir dans un mois, et je dois surveiller son ventre (risque d'oedème pulmonaire lié à l'insuffisance cardiaque). Je sais que son insuffisance va continuer à évoluer mais je ne sais pas à quelle vitesse. J'espère le plus lentement possible.

Je me sens fragile. Je sentais que quelque chose n'allait pas mais je ne savais pas quoi (pleurs sans raison, nuits agités... Je me suis même réveillée un matin la tête au pied du lit...). Là, au moins, je sais ce qui ne va pas.



Message evolution psychique 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation