Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
TAT
Auteur Message
Répondre en citant
Message TAT 
Bonjour,
est ce que quelqu'un pourrait me renseigner sur les principales caractéristiques observables dans un TAT pour les troubles névrotiques, psychotique e état limite ?
Cad les principales caractéristique de la vie psychique, de la représentation des personnages, des thèmes du récit etc...

Merci d'avance.

AB

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message TAT 
Bonjour Balga,

Tu dois passer le test bientôt ? Parce que dans ce cas, il vaut mieux y aller sans te poser trop de questions, et voir ensuite avec ton psy.

Sinon Traviata a fait des posts pour expliquer le TAT : sollicitations manifestes et latentes du matériel et dépouillement.

Dans tous les cas, le mieux est de poser les questions au psy qui te connait et qui saura te dire en fonction de toi.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message TAT 
Tu as aussi ici le résumé d'un bouquin de C. Chabert qui présente l'utilité du Rorschach et du TAT pour la psychopathologie : http://questionspsy.leforum.eu/t908-Les-methodes-projectives.htm

Alors, tu es patiente ou étudiante en psycho ?


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message TAT 
Je suis étudiante en psycho et j'ai bientot mes examens sur le rorschach le AT et d'autres tests. je suis en Master 1.
Notre prof n'applique pas la méthode traditionnelle d'interprétation du TAT, il fait une recherche pour une nouvelle méthode donc pour chaque réponse, nous devons repérer des éléments de l'identité et identification du personnage, sa vie psychique, les mises en relations et type de relation, puis les thèmes pour chaque planche et ensuite la construction du récit.

Puis il faut faire des synthèse de chaque rubrique et ensuite interpréter et poser des hypothèses de diagnostic.
Le prof nous a donné quelques éléments fréquents pour les troubles névrotiques, psychotiques et état limite. mais très peu.
Du coup je me demandais si vous pourriez me dire s'il y en a qui sont assez caractéristique pour chaque type de trouble ?

Répondre en citant
Message TAT 
Séverine a écrit:
le mieux est de poser les questions au psy qui te connait




Je n'avais pas compris que tu étais étudiante


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message TAT 
Ce n'est pas grave !! sourire

Répondre en citant
Message TAT 
Il est un peu gonflé ton prof, même s'il fait une recherche perso, il est censé vous enseigner l'utilisation classique du TAT, celle dont vous aurez besoin quand vous bosserez...  Confused

C'est quasiment impossible à résumer en quelques lignes...

Tu fais l'analyse des récits et tu classes en fonction de la feuille de dépouillement dont Séverine t'a mis le lien au-dessus.

Un grand nombre de récits de 2ème catégorie (A2 et B2) montre un conflit intrapsychique, donc plutôt un fonctionnement névrotique (sûr si tu trouves des procédés de 3ème catégorie montrant des défenses névrotiques). Pour ça, tu ne devrais pas avoir de problèmes, la réalité est bien reconnue mais laisse place à une fantasmatisation susceptible de montrer un conflit, avec retour du refoulé, les défenses sont là même si parfois mises en échecs, l'identité est assurée.

Des procédés de la série C marqués par des relations spéculaires, une porosité des limites (narrateur/sujet de l'histoire, dedans/dehors), un appui sur le percept, un clivage (personnages "séparés"), l'idéalisation d'un personnage et le dénigrement d'un autre, des éruptions pulsionnelles violentes (un viol...), un besoin d'étayage (appel au clinicien), une instabilité des identifications (être dans tous les rôles à la fois...) signent plutôt un état limite.

Des procédés de la série E, avec une réalité franchement altérée (objets ou sujets non vus ou très mal identifiés, focalisation sur des détails peu importants, fausses perceptions...), des projections massives (fabulations, persévération de thèmes inadéquats, thèmes de persécution, idéalisations mégalomaniaques...), désorganisation des repères identitaires (confusion des identotés, instabilité des objets, désorganisation spacio-temporelle...), altérations du discours (craquées, flou, coq-à-l'âne...) montrent plutôt un fonctionnement psychotique.

Mais bon, tout ça reste à affiner considérablement...

Si tu as le temps d'ici ton exam, essaye de jeter un coup d'oeil sur le "Nouveau Manuel du TAT" de Brelet-Foulard et Chabert chez Dunod, tu y trouveras des exemples plus parlants que ce que je t'ai résumé.

Bonne chance !


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message TAT 
Merci beaucoup pour toutes ces infos !!

Je vais essayer d'aller voir ce livre demain a la Bu.

J'aurais juste une petite question de vocabulaire ? Ca va paraitre bete mais je ne suis pas sure de comprendre ce que veux dire "s'appuyer sue le percept" ?

Répondre en citant
Message TAT 
Quelqu'un qui va rester dans le descriptif par exemple (pour éviter l'expression d'affects) et qui va te dire à la Pl. 1 qu'il voit "un garçon assis, devant une table, il a une chemise blanche, la tête dans les mains, il regarde un violon posé sur la table, il y a un archet à côté...." et ça à longueur de planches !


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message TAT 
Je trouve que vous expliquez les choses vraiment clairement ! C'est agréable ! Ca change de certains qui tentent de nous réexpliquer certains termes par d'autres termes encore plus compliqués !
J'abuse peut etre un peu mais c'est le stress des exams je voudrais le maximum d'infos pour etre au point...

Est ce qu'il y a des procédés à travers chaque trouble vu précédemment qui permettent de diagnostiquer vraiment si la névrose est hystérique, obsessionnelle ou d'angoisse ?
ou encore de différencier nettement la schizophrénie, le trouble schizo-affectif et le trouble délirant ? Je sais en quoi consiste chaque trouble et je crois savoir que la névrose obsesionnelle s'observe par un récit desaffectivé, de la culpabilité, une sévérité de la conscience morale... la névrose hystérique : affectivité importante, érotisation des relations, dramatisation... Mais qu'en est il de la névrose d'angoisse ?

La schizophrénie : inhibition, thème d'isolement, délires d'influence, de destruction du monde, distorsions cognitives...
Et des troubles délirants ? et du troubble schizo-affectif ?

Est ce que je me suis trompée dans ce que je crois connaitre ?
Je suis dsl de toutes ces questions mais le cours n'est pas complet je trouveet je préfère en savoir trop pour ne pas avoir de surprise au partiel

Répondre en citant
Message TAT 
balga a écrit:


la névrose obsesionnelle s'observe par un récit desaffectivé, de la culpabilité, une sévérité de la conscience morale... la névrose hystérique : affectivité importante, érotisation des relations, dramatisation... Mais qu'en est il de la névrose d'angoisse ?


Tout bon ! Pour l'obsession, tu vas aussi avoir des doutes, des ruminations, un besoin d'exactitude, une certaine rigidité. Pour l'hystérie c'est bien ça, une nette "mise en scène", une labilité dans l'expression, des thèmes sexualisés, éventuellement une séduction dans la relation au clinicien. Pour l'angoisse tu vas avoir soit un discours très inhibé, pauvre, des évitements (mais l'accrochage au réel est maintenu, le protocole de bonne qualité, avec éventuellement l'expression directe d'angoisse (situations anxiogènes, etc.), soit au contraire quelqu'un qui va être dans un flot verbal ininterrompu, dans une fuite d'une planche à l'autre.

balga a écrit:


ou encore de différencier nettement la schizophrénie, le trouble schizo-affectif et le trouble délirant ?

La schizophrénie : inhibition, thème d'isolement, délires d'influence, de destruction du monde, distorsions cognitives...
Et des troubles délirants ? et du troubble schizo-affectif ?


Ok pour la schizophrénie, et c'est surtout la qualité du discours, désorganisé ou très inhibé, qui va te le montrer.

Pour les troubles délirants, les thèmes : paranoïaques, des constructions "logiques" mais délirantes, fantastiques, mégalomaniaques...

Schizo-affectif, tu vas avoir du mal à le distinguer au TAT, je ne crois pas qu'on te le demande !

Tu peux voir par contre des discours maniaques (rapidité, productivité, associations dans tous les sens, thèmes de grandeur...) ou mélancoliques (extrême ralentissement, thèmes de culpabilité, de fin du monde...).


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message TAT 
Par ailleurs j'avais une interogation. Le prof nous a parlé de la schizophrénie et de la dépression schizophrénique... Mais pas d'explication ! Je me demandais donc si la dépression schizophrénique était une dimension de la dépression, avec des troubles que l'on retrouve dans la schizophrénie ?

Et on parle aussi de personnalité limite dépressive. Et là je suis larguée.
Tout comme je ne comprends pas la différence entre la dépression narcissique et la personnalité limite narcissique ?

Répondre en citant
Message TAT 
Plutôt une schizophrénie avec manifestations dépressives ? Mais franchement, ce n'est pas un terme en usage...

Pour les états-limites, il y a toujours une dimension dépressive (ou une lutte anti-dépressive), de type de "dépression essentielle" qui est justement narcissique - ce n'est pas la dépression classique avec ralentissement psycho-moteur, manifestations de culpabilité, etc., mais une dépression quasiment toujours permanente qui comprend des éléments nettement narcissiques : honte, sentiment d'abandon, impression d'avoir failli (ou de grandeur si tu es dans la lutte anti-dépressive), accrochage à l'objet, problèmes identitaires, etc.

Simplement, quelqu'un peut faire occasionnellement une dépression narcissique de ce type sans présenter par ailleurs un tableau clinique complet d'état limite.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message TAT 
d'accord... C'est déjà plus clair. J'avais peut être mal noté les termes du prof mais je ne crois pas. Enfin en tout cas merci beaucoup pour toutes ces infos !!!

Vous etes un véritable dictionnaire vivant des termes et notions de psychologie !!

Encore merci !

Je vais aller noter toutes ces infos sur mes fiches !

Au besoin je reviendrai poser mes questions et consulter d'autres discussions qui ont l'air intéressantes !
Bonne soirée
AB

Message TAT 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation