Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Grand froid et médicaments
Auteur Message
Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
Grand froid  et médicaments
Mise au point sur le bon usage des médicaments en cas d’épisode de grand froid 

1 - LES RISQUES INDUITS PAR LES MÉDICAMENTS SUR L’ADAPTATION DE L’ORGANISME AU FROID :
 
Certains médicaments, du fait de leurs propriétés pharmacologiques, pourraient théoriquement être responsables de la survenue ou de l’aggravation de symptômes liés au froid en interagissant avec les mécanismes adaptatifs de l’organisme. 
En effet, des médicaments peuvent contribuer à aggraver une hypothermie. De plus, certains médicaments peuvent provoquer à eux seuls une hypothermie dans des conditions normales de température. En outre, certains médicaments ont un profil pharmacocinétique qui peut être affecté par la vasoconstriction survenant lors de l’exposition au froid. Enfin, des médicaments peuvent indirectement aggraver les effets du froid. 
 
􀂾 Les médicaments susceptibles d’aggraver une hypothermie : 
􀂙 Les médicaments pouvant perturber la thermorégulation centrale (hypothalamus) : 
o les neuroleptiques par inhibition du mécanisme du frissonnement au niveau central et par action sur les centres thermorégulateurs ; 
o les barbituriques, les benzodiazépines et apparentés, par dépression du système nerveux central. 
􀂙 Les médicaments pouvant perturber la thermorégulation au niveau périphérique (vaisseaux) par limitation de la réponse vasoconstrictrice : 
o certains anti-hypertenseurs (alpha-bloquants, inhibiteurs calciques, inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II) ; 
o les vasodilatateurs, notamment les dérivés nitrés. 
 
􀂾 Les médicaments pouvant induire une hypothermie : 
La prise de neuroleptique est une situation connue pour favoriser les dysrégulations thermiques, que ce soit dans des conditions normales de température ou en cas d’épisode de grand froid. 
 
􀂾 Les médicaments ayant un profil pharmacocinétique pouvant être affecté par la vasoconstriction : 
􀂙 Les médicaments à faible marge thérapeutique (par modification de leur distribution ou de leur élimination) notamment : 
o les sels de lithium ; 
o la digoxine ; 
o certains anti-épileptiques (carbamazépine, acide valproïque, phénobarbital, phénytoïne). 
􀂙 Les médicaments dont l'absorption peut être modifiée : 
o les patchs, notamment ceux contenant des dérivés nitrés ou du fentanyl ; 
o les médicaments administrés par voie sous-cutanée. 
 
􀂾 Les médicaments pouvant indirectement aggraver les effets du froid : 
Les médicaments agissant sur la vigilance (sédatifs, benzodiazépines et apparentés) peuvent altérer les capacités à lutter contre le froid. 

2 - LES RECOMMANDATIONS
 
En cas de vague de froid, il est important de repérer les personnes à risque. 
Il est recommandé aux personnels de santé qui sont amenés à prendre en charge ces patients à risque de : 
Surveiller l’état général des patients au plan clinique (température, pression artérielle, pathologie chronique stable) ; 
Informer ces patients des risques d’hypothermie et des mesures préventives à mettre en place pour se protéger du froid ; 
Inciter les patients à consulter leur médecin en cas d’aggravation d’une pathologie préexistante à risque ; 
S’assurer de la dispensation des médicaments indispensables malgré des conditions climatiques gênantes ; 
Dresser la liste des médicaments pris par le patient, qu’ils soient sur prescription ou en automédication ; 
Identifier les médicaments pouvant altérer l’adaptation de l’organisme au froid, en consultant la liste figurant sur le présent document et en se reportant avec attention aux mentions légales des médicaments (RCP) qui comportent les informations nécessaires pour procéder à cette évaluation ; 
Réévaluer l’intérêt de chacun des médicaments en termes de bénéfice-risque individuel et supprimer tout médicament apparaissant inadapté ou non indispensable, en tenant compte de la pathologie traitée, de l’état pathologique, du risque de syndrome de sevrage et d’effets indésirables ; 
Recommander aux patients de ne prendre aucun médicament sans avis médical, y compris les médicaments délivrés sans ordonnance. 
 
C’est au terme de cette réévaluation qu’une adaptation du traitement, si elle est nécessaire, peut être envisagée. 
En aucun cas il n’est justifié d’envisager d’emblée et systématiquement une diminution ou un arrêt des médicaments pouvant interagir avec l’adaptation de l’organisme au froid. 
Source et alerte AFSSAPS


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
coucou séverine , c'est très interressant ton texte .

Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
Je ne savais pas du tout que la plupart des psychotropes avaient une action sur la régulation thermique

D'ailleurs ça m'a fait penser que quand je prenais des médicaments (AD+anxios) je suais toute les nuits, je me réveillais chaque matin le lit trempé de sueur. Et j'avais très froid la journée, mais je le mettais sur le compte d'une très mauvaise alimentation (c'est certainement vrai aussi). Mais peut-être bien que ça venait aussi du traitement... enfin ils ne parlent pas des AD mais des benzos.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
Ce que je sais sans savoir pourquoi c'est que ma fille sous l'action des psychotropes    ne ressent pas la chaleur comme avant, la température qui lui convient nous brûle (on s'en aperçoit quand on ne règle pas le robinet thermostatique après qu'elle ai pris sa douche Shocked ).

Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
dom a écrit:
Ce que je sais sans savoir pourquoi c'est que ma fille sous l'action des psychotropes    ne ressent pas la chaleur comme avant, la température qui lui convient nous brûle (on s'en aperçoit quand on ne règle pas le robinet thermostatique après qu'elle ai pris sa douche Shocked ).

Je radote, parce que je crois en avoir déjà parlé dans un autre post, mais je me souviens de schizophrènes en HP dans les années 80-90, qui restaient immobiles adossés contre de radiateurs et présentaient des brûlure style barbecue... mais ne ressentaient aucune douleur... Shocked

Il faut donc être vigilant, et gérer ce type d'effet indésirable en appliquant des méthodes simples de bon sens. Idem d'ailleurs à propos de l'exposition au soleil en été...

Je crois que j'avais aussi précisé que, avant les neuroleptiques, l'espérance de vie d'un schizophrène était de l'ordre de trente ans... Juste pour rappeler la notion de balance bénéfices-risques...




_________________
Aussi longtemps que les ours n'auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur.
(proverbe africain, personnalisé)
Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
gronounours a écrit:
Je crois que j'avais aussi précisé que, avant les neuroleptiques, l'espérance de vie d'un schizophrène était de l'ordre de trente ans... Juste pour rappeler la notion de balance bénéfices-risques...


L'effet "barbecue" je m'en souviens mais ça je n'ai pas vu. 30 ans !  Shocked
Pourquoi, de quoi mourraient-ils ? C'était la souffrance qui les menaient au suicide très jeune, ou c'étaient d'autres causes de décès ?


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
Tu me fais peur, là, Gronounours !
Oui tu l'avais déjà écrit, moi aussi d'ailleurs , pour dire qu'on radote, mais tu ne m'avais pas donné de réponse à mon questionnement... sur la température de l'eau de la douche.

Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
Cette histoire d'eau de la douche qui brûle je l'ai déja vu chez des personnes qui vivent dans des institutions, et je n'avais pas fait le lien avec la prise de neuros. Mais en y repensant, c'est vrai que les personnes dont je me souviens prenaient toutes des psychotropes, on (les collègues et moi) mettait ça sur le compte des troubles de la cognition.
En tout cas le cas de ta fille n'est pas isolé, j'ai vu ça quelquefois.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
J'en avais parlé avec un psy, qui ne m'a rien répondu, comme si je me faisais des idées...
Là, Gronounours me répond et ça me fout la trouille ; faudrait que je sache ce que je veux

Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
Bonjour,

Je prends des neuroleptiques et AD mais, même avant d'en prendre, j'ai toujours aimé que l'eau me brûle. Et comme toi, Séverine, je me réveille la nuit régulièrement trempée de sueurs. Je règle la température à 16, et j'ai toujours chaud. Est-ce les médicaments ? En même temps, j'ai le sommeil agité...

Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
Séverine a écrit:
gronounours a écrit:
Je crois que j'avais aussi précisé que, avant les neuroleptiques, l'espérance de vie d'un schizophrène était de l'ordre de trente ans... Juste pour rappeler la notion de balance bénéfices-risques...


L'effet "barbecue" je m'en souviens mais ça je n'ai pas vu. 30 ans !  Shocked
Pourquoi, de quoi mourraient-ils ? C'était la souffrance qui les menaient au suicide très jeune, ou c'étaient d'autres causes de décès ?plus



Le suicide bien sûr, encore plus qu'aujourd'hui (actuellement 10 à 15 % de décès par suicide dans la population des schizos, ce qui est énorme, malgré les traitements sophistiqués et les dispositifs de soins...), mais aussi les états catatoniques (très fréquents avant l'ère des neuros), la dénutrition, le refus d'alimentation et de boissons pour des raisons délirantes, une prise en charge des maladies somatiques associées qui était quasi-inexistante... Sad  

Mais ce n'est pas une généralité : j'ai vu il ya quelques années une vieille dame (+ de 80 ans !) qui avait passé sa vie en HP de 20 à 50 ans, pour schizophrénie - j'avais retrouvé le vieux dossier - et n'avait été traitée que tout à la fin de cet interminable internement, et je l'avais vue pour tout à fait autre chose (une perte de mémoire banale pour l'âge...)

Pour Dom : c'est le seuil de perception de la douleur - et des sensations en général - qui est modifié, par la maladie (les pbs pouvant se situer aussi bien au niveau du sytème nerveux central, qu'au niveau du système périphérique), et peut-être aussi par les neuros (et sans doute aussi d'autres psychotropes). Et le "thermostat" est aussi "déréglé", ce qui peut déclencher des réactions végétatives (sueurs) inadaptées.




_________________
Aussi longtemps que les ours n'auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur.
(proverbe africain, personnalisé)
Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
Ma fille est frileuse depuis toujours. En général elle a froid, mais elle a aussi des moments de sueurs intenses.

Pour le problème de nutrition, avant qu'elle prenne des médicaments, elle n'avait pas de problème. Au retour de la clinique (3 semaines), donc début du traitement, je lui ai réappris VRAIMENT à manger et à boire. Elle buvait comme un petit oiseau, ne sachant plus comment s'alimenter.

Le psy de la clinique m'avait parlé de troubles qui pouvaient venir de la peur d'empoisonnement, des trucs que j'avais lu aussi dans les bouquins ; je ne pense pas que c'était son cas.

On aurait pu faire le lien avec d'autres patients qui souffraient d'anorexie à la clinique, d'ailleurs elle me demandait de lui acheter ce qu'ils mangeaient, des cubes avec une paille, si je me souviens bien ?? ; mais ça n'était pas possible, donc elle demandait des petits pots pour bb et de la bouillie, elle était complètement à l'ouest, à l'époque. J'ai acheté la bouillie mais pas les petits pots Embarassed , pourquoi pas de la bouillie au petit déj ?

Ça s'est arrangé avec le temps.

Le début des traitements médicamenteux est une période très difficile pour tout l'organisme, je crois ; pareil en cas de changement de neuro.

Répondre en citant
Message Grand froid et médicaments 
perso, je crois que je prends mes douches à température normale !!!


mais....


quand je vais mal, j'adore prendre des bains, et au dernier moment du remplissage, je mets le robinet à fond chaud. Je me suis dit que c'était comme se retrouver protégée dans le liquide amiotique, mais je me fais peut être mes films.



En tout cas, ça détend, et hop, dodo. Enfin, faut se secher, et là on a froid !!! vite vite vite !!!!


_________________
"Je crois qu’une majorité d’êtres sont plus intelligents dans leur jeune âge qu’ils ne le seront une fois éduqués." - Pierre EMMANUEL
Message Grand froid et médicaments 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation