Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Appel des appels
Auteur Message
Répondre en citant
Message Appel des appels 
Alors que nos métiers respectifs, qu’il s’agisse de la santé, du soin, du travail social, de l’éducation, de la recherche, de la justice, de l’information et de la culture, subissent une attaque sans précédent de la part du gouvernement - alors que des appels de réaction et de protestations sont lancés par dizaines dans le pays - le temps est venu, nous semble-t-il, de coordonner ces différents mouvements et d’en tirer tout le sens politique. Si cette initiative rencontre votre adhésion, nous vous proposons :
 de signer cet appel
 de le faire signer en le relayant dans tous les cercles et réseaux auxquels vous avez accès. Mais aussi et afin "d’étendre le domaine de la lutte :
 de participer à la réunion de coordination du 31 janvier, qui aura lieu, de 10 h à 18 h, au "104 rue d’Aubervilliers", à Paris, au cours de laquelle le pays réel se fera entendre à travers les témoignages des professionnels en lutte et devrait faire émerger des propositions d’actions transversales pour l’avenir.
S’inscrire à la journée du 31 janvier (par courriel) ---- Soutenir l’appel ----- voir les autres signataires

Appel des appels :
« Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, attirons l’attention des Pouvoirs Publics et de l’opinion sur les conséquences sociales désastreuses des Réformes hâtivement mises en place ces derniers temps.
A l’Université, à l’École, dans les services de soins et de travail social, dans les milieux de la justice, de l’information et de la culture, la souffrance sociale ne cesse de s’accroître. Elle compromet nos métiers et nos missions.
Au nom d’une idéologie de "l’homme économique", le Pouvoir défait et recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels et les usagers aux lois "naturelles" du Marché. Cette idéologie s’est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est issue.
Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, refusons qu’une telle idéologie mette maintenant en "faillite" le soin, le travail social, l’éducation, la justice, l’information et la culture.
Nous appelons à une Coordination Nationale de tous ceux qui refusent cette fatalité à se retrouver le 31 janvier 2009 à Paris. »
Le 22 décembre 2008,
Roland Gori et Stefan Chedri


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Appel des appels 
Signé !


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Appel des appels 
Merci, tu me fais penser que je l'avais retranscrite en oubliant de signer ! Mr. Green


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Appel des appels 
En fait je l'ai signé hier mais le mail de confirmation n'est arrivé que cet aprem.
Bon, si au moins ça change même un tout petit peu les choses, ça sera toujours ça de gagné


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Appel des appels 
«Une nouvelle façon de penser le politique»

C’est ce samedi, au «104», le nouveau lieu culturel de la ville de Paris, rue d’Aubervilliers, que se tient la réunion de l’Appel des appels. Ce texte, publié par Libération le 23 janvier, se voulait un point d’ancrage du malaise de tous les professionnels de l’éducation, de la recherche, de la santé, de l’information, de la culture. Tous s’inquiétant de la dérive de rentabilité et de la performance que l’on impose à leurs métiers. Roland Gori, professeur de psychopathologie et psychanalyste, qui est à l’origine de l’appel, fait le point.

Comment expliquez-vous votre succès ?
On est un peu dépassé par notre succès. Le texte a été signé par près de 50 000 personnes, et notre journée, qui devait rassembler au départ 200 personnes, a plus de 1 000 inscrits. Il se passe quelque chose. C’est tout un réseau qui se met en place, sur l’Internet d’ailleurs, avec des juristes, des psychiatres, des analystes, des enseignants, des chercheurs, des journalistes, des hommes de culture. Comme une sorte d’autorité morale qui émerge alors que la voix des politiques est en difficulté.

Qu’allez-vous faire de cette mobilisation ?
Ce samedi se veut d’abord une rencontre pour partager des expériences diverses. Pour nous, c’est une première étape : montrer une nouvelle façon de penser le politique. Donner la parole reste le point de départ de la démocratie. Et c’est ce que nous allons faire.

Un mouvement de désobéissance civile est-il en train de naître ?
Il est curieux que l’on nous renvoie toujours cela, montrant bien une confusion entre la loi et la norme. Je ne me mets pas dans cette logique, je ne suis pas désobéissant, je me sens plutôt dans l’inservitude. Et ce qui se passe là avec notre appel relève d’avantage de la critique des organisations sociales qu’une désobéissance par rapport à la loi. Nous critiquons des dispositifs de servitude, de normalisation sociale et de conformisation des comportements. C’est cela notre angle d’attaque : il est aberrant de nous faire ingurgiter dans nos métiers des logiques de marché, de rentabilité et de performance.
Pour autant, il y a parmi les gens qui ont rejoint notre appel des composantes qui vont jusqu’à appeler à la désobéissance, comme des psychiatres qui refusent de participer aux expertises pour les mesures de rétention et de sûreté.

Et ensuite ?
Comment savoir ? Nous sommes sortis de nos petits rendez-vous entre nous, une autre dimension collective est apparue. A l’image de ces centaines de professionnels qui veulent témoigner, dire pourquoi ils ne peuvent plus pratiquer. Nous verrons ensuite. Mais d’abord parler plus fort et crier contre l’asservissement que l’on cherche à nous imposer.




_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Appel des appels 
L’Appel des appels organise sa deuxième Journée, le 22 mars prochain — date hautement symbolique — à Montreuil, à « La parole errante ».
 
Vous trouverez ci-après le programme de cette Journée, susceptible encore de quelques ajustements de dernière minute.
 
La salle de La parole errante, à « La maison de l’arbre », est de 700 places.

Autant dire que nous avons fait en sorte de pouvoir vous y accueillir nombreux, et que nous vous y espérons nombreux — plus nombreux encore que le 31 janvier.
L’accès à la Journée est libre ; nous vous conseillons néanmoins de vous y inscrire, par mail uniquement, au 22mars@appeldesappels.org
 
L’Appel des appels, qui a recueilli à ce jour plus de 72 000 signatures, vous invite à l’échange des informations, au recueil des témoignages, à la confrontation des idées, à la constitution de comités locaux, au débat et à la rencontre.
 
Pour qu’à La parole errante, précisément, la parole prenne sa pleine fonction !
 
A dimanche prochain.

Le comité d'organisation

Programme de la deuxième Journée de 
l’Appel des appels 
22 mars 2009 
à « La parole errante » 
Maison de l’arbre 
9, rue François Debergue 
93 100 Montreuil-sous-bois 
(métro : « Croix de Chavaux ») 
 
9 h – 9 h 30      
Accueil des participants 
9 h 30 – 10 h 
Paroles de bienvenue  
 

-         Dominique Voynet, maire de Montreuil,
-         Stéphane Gatti, « La parole errante »
-         introduction à la Journée : Laurie Laufer
10 h – 12 h 30 
« En résistance » 
 

modérateurs : David de Pas et Marie-Laure Cadart
 

six séquences de 20’, suivies d’une 1/2 heure de débat :
— culture et médias 
Marie-José Mondzain et invités 
— champ social et solidarités 
Michel Chauvière, Jacqueline Duchêne (MP4) 
— les libertés publiques et la justice 
Syndicat de la Magistrature 
— évaluation, recherche et enseignement 
l’Appel, SLR et invités 
— santé, pratiques médicales et citoyenneté 
André Grimaldi, Philippe Mangeot 
— clinique, éthique et pratiques du soin psychique 
Nathalie Georges, Pascale Giravalli 
Possibilité de déjeuner sur place : 
paniers–repas africains 
Ouverture de l’après midi : 
14 h – 15 h 
Des Comités locaux se mettent en place 
 

modalités, perspectives, questions
(témoignages des Comités de Marseille, Rennes, Strasbourg, Toulouse)
 

modérateurs : Laurent Le Vaguérèse et Marie-José del Volgo
15 h 15 – 16 h 45 
Normalisation, évaluation et engagement 
 

exposé : Barbara Cassin et Roland Gori
puis débat avec Christian Laval, Louise L. Lambrichs,
Marie-José Mondzain, Nicolas Roméas, Karim Sarroub, Charles-Yves Zarka.
modérateurs : Alain Abelhauser et Philippe Petit
17 h  – 18 h 
Les convergences avec l’Appel des appels


avec : Fondation Copernic / FNAREN / « Convergence » / « Nous refusons une politique de la peur »
modérateurs : Pierre Tartakowsky et Isabelle This – Saint-Jean

18 h 15  – 18 h 45 
En guise de conclusion


Échanges avec la salle, et clôture par Rémy Potier :
« Ce n’est qu’un début … »

 
Les temps de battement de l’après-midi seront consacrés à des lectures 
effectuées par Jean-Damien Barbin. 
  
Un espace sera dédié pendant tout la Journée 
aux Comités locaux constitués, ou en cours de constitution. 
Nous proposons à ceux qui souhaitent y figurer de prendre contact dès à présent 
avec Marie-José del Volgo (mjd.cm@wanadoo.fr
et Laurent Le Vaguérèse (appel@oedipe.org
  
  
La librairie Lipsy 
15, rue Monge 
75 005 Paris 
aura un stand et offrira ses services tout au long de la Journée 
   
Les possibilités de restauration proches de La maison de l’arbre 
étant très limitées le dimanche, 
un plateau repas africain sera proposé pour 10 €. 
Nous vous demandons de le réserver dès maintenant en indiquant 
votre nom et le nombre de plateaux souhaités au 
  
L’accès à la Journée est libre ; 
nous vous conseillons néanmoins de vous y inscrire, par mail uniquement, au 
   
Vous voulez soutenir l’Appel des appels ? 
Il vous est possible pour cela d’adresser un chèque, du montant que vous souhaitez, libellé à l’ordre de « Appel des appels – Syndicat de la magistrature » 
à l’adresse suivante : 
Syndicat de la magistrature 
Ollivier Joulin – Appel des appels 
12 – 14, rue Charles Fourier 
75 013 Paris 



_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Appel des appels 
Premières impressions après le 22 Mars - par Roland Gori et Daniel Le Scornet

Plus de mille personnes ont répondu présents le 22 Mars 2009 au deuxième rassemblement national de l’Appel des appels qui s’est tenu à Montreuil à la Maison de l’Arbre.
Ils ont été accueillis par Dominique Voynet, Maire de Montreuil, et par Stephane Gatti, au nom de la « Parole errante ».

Dans ce lieu et à une date, hautement symboliques, chaque champ socioprofessionnel concerné par les appels (qui se multiplient) a porté témoignage de la manière dont ses praticiens résistent aux politiques de normalisation, de détricotage systématique des métiers dans chacun des domaines, justice, culture, recherche, information, psychiatrie, hôpital public, et plus généralement dans tous les secteurs du « bien public », garant ultime de l’espace de l’intime et du lien social.
L’assemblée a pris acte à partir du témoignage exemplaire des comités locaux qui se réclament de l’Appel des appels (Marseille, Strasbourg, Toulouse, Rennes, Bordeaux, Brest, Nancy, etc.) de leur constitution.
L’assemblée a tenté de cerner davantage le périmètre de ses actions et de ses valeurs afin d’éviter d’entrer en concurrence avec les autres mouvements politiques et sociaux tout en soutenant leurs actions lorsqu’elles se fondent sur les mêmes valeurs. La singularité de l’Appel des appels provient de l’éthique citoyenne qui prend racine dans les valeurs des pratiques professionnelles et des finalités humanistes dont elles sont issues.
Il conviendrait à l’avenir de rassembler davantage le continuum complet de chacun de ces métiers en y intégrant des travailleurs pauvres et précaires qui paradoxalement, pour une société dite de la connaissance, les peuplent plus encore que dans d’autres secteurs professionnels.
Une première table ronde a permis d’approfondir les dispositifs de normalisation et l’idéologie de l’évaluation produisant l’actuel malaise dans la civilisation. Il s’agit d’une véritable initiation sociale à la soumission volontaire des individus et des populations.
La seconde table ronde a débattu des possibilités de convergence avec les autres appels qui résistent à cette politique de la peur et de la norme. Le débat reste ouvert, mais l’essentiel demeure de reconnaître à l’Appel des appels sa singularité irrévocable sans pour autant se priver des solidarités partagées pour défendre les valeurs qui nous rassemblent.
L’Appel des appels se veut un véritable laboratoire d’analyses et de réflexions transversales aux champs artistique, scientifique et social, d’expérimentations, de soutien à la production de savoirs et des actions alimentant, sur la durée, chacun des appels en lutte pour la préservation et la promotion de l’éthique humaniste.
L’Appel des appels ne saurait se substituer aux responsabilités spécifiques des mouvements syndicaux et politiques dont il salue la tradition et la détermination. Tout en révélant le caractère citoyen des valeurs, des savoirs et des pratiques des métiers, l’Appel des appels suscite une culture du politique sans confusion avec « la politique ».
L’Appel des appels, fort des 73 200 signataires qui ont soutenu son initiative, souhaite créer les conditions d’une deuxième vague d’expression en nouant avec les institutions nationale et européenne de la société civile, les partis, les organisations syndicales, les associations, les mutuelles et coopératives, un dialogue permettant dans la durée de résister à la civilisation actuelle de la norme et de la peur, et de faire des propositions à la hauteur des défis de la crise.
Roland Gori et Daniel Le Scornet
Le 26 mars 2009



Information
Constitution d’un comité local à Paris

Parmi les demandes faites dimanche l’une concerne les comités locaux de Paris et de l’ile de France. Afin d’aider à sa constitution nous allons inscrire sur une liste tous ceux qui le souhaitent et en particulier ceux qui dimanche se sont manifestés.
Nous proposons à ceux qui habitent Paris et qui souhaitent participer à la constitution de ce comité local de se signaler.
Il vous suffit d’envoyer un message à l’adresse suivante
appel75-subscribe@yahoogroupes.fr
A très bientôt


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Appel des appels 
L’ Appel des appels
 

 
MONTPELLIER 
  
LE SAMEDI 9 MAI 2009 
A l’Université Paul Valéry Montpellier 3- amphi B -route de Mende  
  
NON A LA TYRANNIE   
DE LA MARCHANDISATION ET DE L’EVALUATION ! 
  
 
 
 
  
                                     ENTRÉE LIBRE 
            
               
 
PROGRAMME :
 
 
         - 14H Accueil  des participants
       
        - 14h 30  Ouverture : Rajaa Stitou et Roland   Gori
 
      - 15h Singularité et pluralité des modes de résistances
 
Séquences animées par Rajaa Stitou
 Christine Massac, Jean-Charles Taddei
 
        - Culture et médias : Jean-Marc Urrea  et Jacques-Olivier Teyssier
 
                  

        - Justice : David De Pas
 
-       Education-Social-Citoyenneté :  Bastien Cazal , Salim Mokaddem et Jean-Charles Taddei
 
        - 15h50 Discussion suivie de paroles de citoyen
 
        - 16h20 Santé :
Hôpital ,médecine somatique : Jean Ribstein
      Clinique  et éthique : Claude Sibony
      Psychiatrie : Robert Brès  et Hervé Bokobza
 
      - 16h50 Société et folie : « la déprime des opprimés » Patrick Coupechoux
(sous   réserve)
 

 
      - 17h20 Recherche et Université :  Olivier  Coux-Jean et Bernard  Paturet 
 
17h40 -Discussion suivie de paroles d’étudiant
 
18h   En guise de conclusion 
         Inservitude et engagement : Roland Gori



_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Appel des appels 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation