Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Le jeu vidéo suscite la frénésie parlementaire
Auteur Message
Répondre en citant
Message Le jeu vidéo suscite la frénésie parlementaire 
Le jeu vidéo suscite la frénésie parlementaire

Le Monde - Playtime, 02 mars 2009
Laurent Checola

Une fillette atteinte de “Palmare PlayStation Hidradenitis ”, une “ pathologie ” liée à la pratique intensive du jeu vidéo. L’anecdote, parue sur le site du Monde.fr, trône durablement, depuis plusieurs jours, parmi les articles les plus envoyés, même si de nombreux commentaires oscillent entre dépit, courroux, et cynisme.

Le récit pourrait faire tristement sourire, s’il n’était pas révélateur d’une idéologie bien ancrée, notamment parmi les classes politiques. Car huit députés UMP ont déposé, jeudi 5 février, un amendement au projet de loi sur la réforme de l’hôpital.

Pour ces parlementaires, il s’agit de faire figurer “ un message de caractère sanitaire ”, “ lorsqu’un jeu vidéo présente un risque en matière de santé publique en raison de son caractère potentiellement addictif ”. Une telle initiative rappelle le dépôt d’un autre amendement fin 2006, par d’autres membres de l’UMP, afin “d’interdire purement et simplement certains jeux à la vente et à la location”.

La première remarque qu’appelle cette nouvelle proposition, est de savoir selon quels critères les autorités entendent déterminer le degré d’addiction potentiel. Ce qui est également navrant, c’est la profonde méconnaissance du dossier, qui affleure du texte législatif. Exemple significatif : pour évoquer le système de recommandation pan-européen, les auteurs de l’amendement évoquent une mystérieuse ” PEGGY ” (en lieu et place du classement PEGI !)…

Dans une lettre adressée à la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, le Syndicat national du jeu vidéo (SNJV) répond aux préjugés qui minent ce texte, d’abord en ” invitant à ne pas stigmatiser un moteur de l’économie numérique française “. Prenant pour contre-exemple l’essor du jeu sérieux, le syndicat souligne aussi que ” les professionnels du jeu vidéo ne nient pas les phénomènes d’utilisation excessive des jeux vidéo. Les moyens de préventions mis en place dans ce domaine le prouvent sans ambiguïté “.

Yann Leroux, psychologue clinicien et psychanalyste, apporte pour sa part son expertise sur son site Psy et geek. “Les jeux vidéo ne sont pas une drogue, ils ne sont pas non plus un médicament. Les “bienfaits” des jeux sérieux n’ont pas été plus prouvés que les “méfaits” du MMO”, souligne-t-il.

Concernant les dispositifs de contrôles envisagés par les autorités, M. Leroux exprime également sa défiance. “Mettre en place un système de limitation du temps de jeu n’est pas une solution pertinente. D’une part parce que tout système d’interdiction qui n’est pas soutenu par les parents sera inefficace. Ensuite, parce que ce qui est structurant, c’est l’interdit posé sur le désir. Cet interdit est un défendu : il défend les intérêts de l’enfant. Un programme ne fera qu’empêcher d’accéder au jeu vidéo. Un empêchement est sans doute quelque chose d’ennuyeux; ce n’est jamais quelque chose de structurant ”.

http://playtime.blog.lemonde.fr/2009/03/02/le-jeu-video-suscite-la-frenesie…


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation