Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
La Qualité de vie
Auteur Message
Répondre en citant
Message La Qualité de vie 
La Qualité de vie

Issu des courants humaniste, existentiel et phénoménologique, le concept de Qualité de vie s'est développé dans les années 1960 pour être rapidement adopté dans le champ de la santé : on a alors commencé à s'interroger sur le retentissement des maladies graves et/ou chroniques et/ou évolutives (cancer, diabète, sclérose en plaques...) sur la vie quotidienne des patients, dans un désir d'appréhender leur vécu de la maladie.

Dans les années 1980, le concept de Qualité de vie a commencé à servir de base à de nombreuses recherches en psychologie et en psychiatrie. En lien avec les mouvements destinés à promouvoir les droits des usagers, un changement profond s'est également manifesté dans le monde soignant, avec une prise en compte de plus en plus marquée des attentes et des insatisfactions des patients, de leur souhait de participer aux décisions les concernant, de leur statut dans la société et, en général, du fait qu'ils étaient les mieux placés pour s'exprimer sur leur propre vie.

Le concept de Qualité de vie subjective (QVS), opposé à celui de Qualité de vie objective, s'est ainsi développé et a donné lieu à diverses tentatives de quantification par le biais d'auto-questionnaires.

De nombreuses définitions ont été proposées pour ce concept difficile à saisir, car éminemment subjectif, soumis aux normes culturelles et comprenant de très nombreux paramètres : conditions de vie, bien-être psychologique, écart par rapport à un idéal de vie, besoins perçus, satisfaction... Il est de plus, dans ce domaine, difficile d'échapper à un point de vue normatif (valorisation de l'autonomie, etc.) et de choisir des critères qui puissent être universellement appropriés.

Je retiendrai, parmi d'autres, la définition de l'OMS (1994), qui décrit la Qualité de vie comme "la perception qu’a un individu de sa place dans l’existence, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquels il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes. Il s’agit d’un large champ conceptuel, englobant de manière complexe la santé physique de la personne, son état psychologique, son niveau d’indépendance, ses relations sociales, ses croyances personnelles et sa relation avec les spécificités de son environnement".

Avec cette proposition complémentaire : "L'un des premiers objectifs de la promotion de la santé mentale est d'aider les Etats Membres à améliorer la qualité de la vie de leur population et à inscrire la santé mentale en bonne place dans le programme d'action national".

Martin & Azorin (2004) suggèrent pour leur part de prendre en compte 3 dimensions essentielles du concept :
- Le bien-être physique : santé, activité quotidienne, absence de handicap, mobilité...
- Le bien-être social : loisirs, famille, travail, éducation...
- Le bien-être mental : sérénité, estime de soi, émotivité équilibrée...

Dans tous les cas, il importe d'accorder de l'attention au système de valeur du patient, à ses objectifs, à l'importance relative qu'il accorde, lui, à chaque domaine.



Dernière édition par Traviata le Mar 2 Nov 2010 - 20:39; édité 1 fois

_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message La Qualité de vie 
Mesures de la Qualité de vie subjective

Même s'il est évidemment compliqué de quantifier une notion aussi complexe, de nombreuses études utilisent désormais des échelles de Qualité de vie subjective pour évaluer le retentissement des troubles, mesurer l'impact des traitements, des mesures thérapeutiques, des programmes de réhabilitation psychosociale, etc.
Cette notion a ainsi permis le passage de la notion d'efficacité, trop colorée scientifiquement, à celle d'efficience, qui s'adapte mieux à l'évaluation des psychothérapies par exemple.

Des échelles génériques, valables pour tous, et des échelles spécifiques, destinées aux personnes souffrant de telle ou telle pathologie, ont été progressivement construites et validées. Les principales mesures portent sur l'autonomie, le lieu de vie, le statut marital, l'ennui et l'inactivité, les réseaux sociaux, le symptomatologie, la sexualité, l'insécurité, l'efficacité et les effets indésirables des traitements.

Parmi les échelles génériques, je vais citer la WHOQOL (OMS, 1994) et le PQVS (Guérin et al., 1989, 1992), deux instruments disponibles en français :

- La WHOQOL (World Organisation Quality of Life) :

L'échelle WHOQOL-26 est un auto-questionnaire destiné à évaluer la qualité de vie des adultes et des adolescents. Elle a été réalisée à la demande de l’OMS et construite avec la collaboration de 15 pays. La WHOQOL-26 est une version courte de l’échelle WHOQOL à 100 items. Elle explore principalement 4 domaines de qualité de vie : la santé physique, la santé mentale, les relations sociales et l’environnement. Le sujet doit remplir le questionnaire (environ 10 min. de passation), en répondant à des questions abordant son ressenti au cours des 4 dernières semaines. Les réponses sont organisées selon une échelle de type Lickert (pas du tout satisfait à très satisfait).
Voir ici : http://questionspsy.leforum.eu/t2513-WHOQOL-26.htm

- Le PQVS (Profil de qualité de vie subjective) :

Le PQVS explore la qualité de vie subjective dans 8 domaines : la santé, le sommeil, la réflexion, la sexualité, les relations avec les proches et avec l’entourage en général, la notion d’avenir et de vie intérieure. Pour chaque item (30 items minimum), le sujet doit indiquer son degré de satisfaction (de très insatisfait à très satisfait, en passant par l’indifférence). Plusieurs modalités de réponse peuvent être ajoutées en plus de la satisfaction, comme l’importance accordée à chaque domaine de vie, ou bien les attentes de changement. Cet instrument a été utilisé dans le champ de la psychiatrie, puis dans celui des pathologies somatiques. Il prend en compte que les modifications longitudinales chez les mêmes sujets, en comparant et en estimant une éventuelle différence entre 2 évolutions.
Voir ici : http://questionspsy.leforum.eu/t2510-PQVS.htm

Pour les échelles spécifiques, je vais prendre l'exemple de la schizophrénie :

Martin & Azorin (2004) recensent et décrivent 16 échelles de Qualité de vie subjective élaborées spécifiquement pour les sujets souffrant de schizophrénie. J'en décrirai deux disponibles en français : la SOL et la S-QOL.

- La Schizophrenia Quality of Life Scale (SOL) - Martin (2003), Martin et al. (2004).

Il s'agit d'un auto-questionnaire à 74 items (une version courte à 42 items est disponible) évaluant la Qualité de vie selon 14 facteurs répartis en 4 dimensions :
+ La vie relationnelle et émotionnelle : relations en général, relations familiales, vie affective et sexuelle
+ Les activités et la gestion de la vie quotidienne : autonomie, vie quotidienne, gestion de l'argent, loisirs, vie professionnelle
+ Les soins médicaux : connaissance de la maladie, rapport aux médicaments, effets des médicaments sur le corps
+ La vie du sujet en général : satisfaction de vie, avenir, sentiment de sécurité

- La Schizophrenia Quality of Life (S-QOL) - Auquier et al. (2003)

C'est un auto-questionnaire qui mesure l'écart par rapport aux attentes du patient. Il comprend 41 items répartis en 8 dimensions : bien-être psychologique, estime de soi, relations avec la famille, relations avec les amis, résilience, bien-être physique, autonomie et vie sentimentale.
Voir ici : http://questionspsy.leforum.eu/t2529-S-QOL.htm


Bibliographie :


MARTIN P. & FERRERI M. (1997). Dépression et… le concept de qualité de vie. Neuilly-sur-Seine : Ardix médical.
MARTIN P. & AZORIN J.-M. (2004). Qualité de vie et schizophrénies. Montrouge : J. Libbey Eurotext.
TERRA, J.-L. (1994). Qualité de vie subjective et santé mentale : aspect conceptuels et méthodologiques. Paris : Ellipses.

Thèses :

BARTHELEMY, D. (2001). Contribution des données cliniques et des données de l'anamnèse à la qualité de vie du patient schizophrène. Mémoire pour le DES de psychiatrie, sous la direction de J.P. Olié et M.-F. Poirier, Université Diderot – Paris 7, non publié.
MAOZ, Z. (2007). Réhabilitation des schizophrènes et qualité de vie à propos d'une étude en Israel. Thèse de doctorat en psychologie clinique et psychopathologie, sous la direction de Raymond Fourasté, Université de Toulouse-le Mirail, non publié.
PERSEHAYE, C. (2003). Relation entre cognition et qualité de vie chez les patients schizophrènes. Thèse d’exercice en médecine, sous la direction de Perrine Brazo, Université de Caen, non publié.
REINE, G. (2005). Qualité de la vie et schizophrénie. Thèse d’Université : Méthodes d’analyse des systèmes de santé, sous la direction de Pascal Auquier, Université d’Aix-Marseille 2, non publié.
SZTERN, M. (2008). Performances cognitives et qualité de vie d'un groupe de patients bipolaires normothymiques. Mémoire pour le DES de psychiatrie, sous la direction de Charles-Siegfried Peretti, Université Diderot – Paris 7, non publié.



Dernière édition par Traviata le Jeu 19 Mar 2009 - 20:59; édité 1 fois

_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message La Qualité de vie 
J'aime bien cette définition de la qualité de vie. Ca rejoint un peu la définition de la pauvreté que j'avais en tête, "[la pauvreté est] la négation des opportunités et des possibilités de choix les plus essentielles - longévité, santé, créativité, mais aussi conditions de vie décentes, dignité, respect de soi-même et des autres, accès à tout ce qui donne sa valeur à la vie"
PNUD, rapport mondial sur le développement humain 1998


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message La Qualité de vie 
Merci de noter que j'ai supprimé quelques messages qui demandaient tous en substance un accès aux liens vers les échelles et tests. Les conditions d'accès à ces ressources sont explicitées ici : http://questionspsy.leforum.eu/t2582-Acces-aux-tests-et-documents.htm
Merci de ne pas polluer ce fil, réservé à la discussion, avec ce genre de demande.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message La Qualité de vie 
Comment pourrais-je mettre la main sur les échelles de qualité de vie SOL et S-QOL ? Merci infiniement de votre réponse :)
Sarah

Répondre en citant
Message La Qualité de vie 
Lire ci-dessus  Rolling Eyes

J'ajouterai que l'expression "mettre la main dessus", émanant (je suppose) de quelqu'un qui s'imagine comme une future psychologue clinicienne, est particulièrement consternante - je vous suggère de changer rapidement d'orientation, pour le bien de tout le monde.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message La Qualité de vie 
Bonjour, je suis étudiante en master 1 de psychologie et je recherche le protocole complet de l'auto-Questionnaire PQVS (Qualité de vie subjective) dans le cadre de mon mémoire de recherche concernant la qualité de vie de patients en service d'hémodialyse. Pour l'instant j'ai recherché sur internet et je n'ai rien trouvé de vraiment complet et fiable mis a part des résultats d'études ayant déjà utilisé ce test ou des éléments de validation du test. Est ce que quelqu'un saurait ou je peux le trouver ?
merci d'avance pour vos informations

Mouchacha.

Répondre en citant
Message La Qualité de vie 
Traviata a écrit:
Lire ci-dessus  Rolling Eyes
J'ajouterai que l'expression "mettre la main dessus", émanant (je suppose) de quelqu'un qui s'imagine comme une future psychologue clinicienne, est particulièrement consternante - je vous suggère de changer rapidement d'orientation, pour le bien de tout le monde.

Prendre de haut quelqu'un qui vous pose cordialement une question (certes, skyzosar aurait pu lire les conditions d'utilisation que vous mentionnez plus haut, mais je ne crois pas qu'elle vous ait manqué de respect pour autant) en préconisant à son intention, sur ce seul argument, de "changer vite d'orientation" – tout en prenant bien soin de la rabaisser ("qui s'imagine comme une future psychologue clinicienne") est d'une vulgarité bien pire que de demander "où puis-je mettre la main sur tel questionnaire?".
Vous donnez un exemple risible de notre profession, en extrapolant les qualités de cette personne sur un message écrit à la hâte sur un forum internet.
Est-il nécessaire de vous montrer présomptueux pour modérer ce forum ?
La courtoisie s'applique autant aux modérateurs qu'aux personnes qui interviennent dans ce forum.

Message La Qualité de vie 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation