Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Psychasthénie
Auteur Message
Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Dites, j'ai une question par rapport à la psychasthénie.
Quand on se balade sur internet pour avoir une définition, la psychasthénie est tour à tour décrite comme

- un dérèglement de la personnalité
- une forme de névrose
- une terminologie vieillie autrement appelée névrose obsessionnelle, ou plus récemment TOC
- un quasi synonyme d'aboulie
- un type de personnalité

moi je pensais que névrose et personnalité sont deux choses distinctes
qu'on parle de personnalité psychasthénique
mais que c'est pas une névrose
la névrose "correspondante" serait la nevrose obsessionnelle

ensuite est-ce que personnalité psychasthénique, c'est un trouble de la personnalité, ou juste une personnalité

et - est-ce qu'on peut dire d'une personne qu'elle "fait de la psychasthénie", donc comme si c'était un trouble qui venait se greffer par dessus une autre pathologie... genre la dépression.
Ou est-ce que là il serait plutôt question d'aboulie.
Non parce que bon quelqu'un peut parfaitement, en raison d'une dépression, se mettre à avoir des difficultés à agir, à prendre des décisions, avoir des ruminations etc



Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Psychasthénie 
c'et pas moi qui vais te répondre, mais je me demande ou tu vas chercher tous ces trucs???


_________________
"Je crois qu’une majorité d’êtres sont plus intelligents dans leur jeune âge qu’ils ne le seront une fois éduqués." - Pierre EMMANUEL
Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Laughing  le site de CAIRN, celui de la Bibliothèque psy, wikipedia, séminaires en ligne, articles par-ci par-là, mes bouquins psy, mes bouquins de cours, les propos de mon psychiatre, les témoignages en ligne sur forums ou autre...
mais bon voilà, ça paraît bcp, mais en fait bon j'ai pas une capacité d'attention énorme  je saute beaucoup d'un truc à l'autre, je comprends pas toujours les textes mais suffit pour me plaire que deux trois trucs dans le texte fassent émerger une idée dans mon crâne... je marche un peu à l'intuition quoi...

Comme quand on lit une phrase dans une langue étrangère et qu'on comprend pas tous les mots, mais qu'on devine le sens de la phrases grâce à un ou deux mots qu'on connaît.

Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Pour moi la psychasthénie c'est un symptôme. Une catégorie de névrose ça me semble bizarre, et je ne vois pas trop le rapport avec les Toc. A la limite un type de personnalité dans ses formes pas trop handicapantes, dans une limite "raisonnable" quoi.
Je serais curieuse d'avoir l'avis de spécialistes


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Pris tout seul, c'est tout bonnement un symptôme, une asthénie psychique, qui peut donc apparaître n'importe quand chez n'importe qui et dans n'importe quel trouble (dépressions, etc.).

Historiquement, le terme fait référence à un état pathologique décrit par Janet au début du 20ème siècle, qui l'opposait à la "neurasthénie" de Beard. Il s'agissait, au sein des névroses obsessionnelles, de décrire des personnes souffrant de ce que l'on appelle la "folie du doute" (ruminations incessantes sur des thèmes métaphysiques ou triviaux).

Actuellement, dans une optique théorique psychanalytique, le terme renvoie à une organisation pathologique de la personnalité, qui peut précéder ou aller de pair avec une névrose obsessionnelle décompensée ou exister en elle-même sans lien encore avéré avec un état névrotique décompensé.
On trouve en fait 4 types de personnalité pathologique dans celles qui sont proches de la névrose obsessionnelle : la personnalité psychasthénique, la personnalité obsessionnelle-compulsive, la personnalité anankastique et le caractère anal.
La personnalité psychasthénique représente un type pathologique marqué par les doutes, les scrupules, les ruminations, l'inhibition affective... L'idée ici est que le surinvestissement de la pensée est utilisé pour éviter l'action, les actes étant perçus par le sujet comme susceptibles de libérer une charge agressive débordante.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Ok merci Traviata, c'est beaucoup plus clair pour moi.  sourire

Mais du coup dans une optique cognitivo-comportementale, c'est perçu comment ? On n'y réfléchi pas en terme d'organisation de la personnalité ? Uniquement en terme de comportement, d'adaptation ?  

Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Dans une optique comportemantalo-cognitive, il n'y a pas de référence à un problème de ce genre


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Ah ok, dans l'optique comportementalo-cognitive, je n'existe pas Laughing


non mais bon plus sérieusement, je suppose qu'ils ont des "recettes" à adresser à la procrastination, quelque chose comme ça ?

Je crois me souvenir avoir lu quelque part que les cognitivo-comportementalistes considéraient la procrastination, à partir d'une certaine intensité/répercussion sur le quotidien, comme un toc ?
Moi j'y vois plus de la phobie, de l'évitement...

je parle de procrastination parce que bon, c'est encore ce que je peux rapprocher le plus de mon comportement sans la notion de faiblesse de volonté, de doute et de ruminations chronophages...

Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Je suppose qu'un thérapeute TCC tenterait la même approche que pour ce qu'ils appellent un "TOC", oui... Je dis "je suppose", parce que, pour ceux que je connais, les symptômes que tu décris ne seraient pas une bonne indication de traitement, ni sous l'angle "TOC" ni sous l'angle "phobie".
Il faut savoir que les bons thérapeutes TCC, formés sérieusement, traitent les personnes qui présentent 1 symptôme gênant (ou 1 par 1), mais ne traitent pas les organisations névrotiques.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Ah, je pensais que dans l'aspect "cognitif" de la TCC il y avait un travail de, disons, "conscientisation" de ses processus mentaux ?

Genre capter ce qui génère l'angoisse, ou... je sais pas... un peu comme en sophro... enfin j'ai une expérience de sophro, j'étais très accablée par des pensées euhm, négatives on va dire, en suivant la psy ça m'a fait comme si je passais sous une zone de turbulence (comme en avion quoi, disons qu'on passe sous les nuages d'orage) - ça a été violent, puis + de paix.
Donc après j'ai appliqué deux ou trois de ses recettes pour pas ruminer ni alimenter ces pensées qui beh... à leur tour alimentaient l'angoisse etc - mais j'avoue que j'ai trouvé ces recettes très obsessionnelles Laughing
genre focaliser sur mes pas ce genre de truc, bon... lol


enfin c'est quand même un peu comme se mettre à brailler une chanson en se bouchant les oreilles quand y'a quelqu'un qui nous ennui... content

Mais je vois l'intérêt de traiter 1 symptôme à la fois. De ce que je sais, et c'est pas grand chose, des TCC, j'ai toujours pensé que ça pouvait être un bon outil dans une démarche plus large et dépendant bien sûr de la personne, enfin du patient, et de ses symptômes.

Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Pour les pensées envahissantes, certains thérapeutes TCC utilisent le "Stop pensée", avec parfois des résultats satisfaisants. C'est peut-être de ce côté-là que tu pourrais regarder, parce que les autres techniques sont en effet très obsessionalisantes elles-mêmes et je ne suis pas sûre que ruminer et passer tes journées à noter tes ruminations te soit d'un grand secours immédiat.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Psychasthénie 
Je suis contente que tu dises ça, que c'est obsessionnalisant ! Parce que c'est vraiment ce que je pensais !!!

A vrai dire le Stop pensée en lui-même, tel que je l'imagine, je le trouve totalement obsessionnel aussi.
 
enfin c'est quand même un truc qu'on utilise naturellement, spontanément, quand on a des pensées intrusives ou des ruminations à n'en plus finir - je trouve que cela bloque certe mais bloque avec violence, avec résistance, et qu'en fait ça renforce le processus au lieu de le calmer.
Moi la solution que j'ai trouvé c'est de me parler pour faire "glisser"
Genre je reste québlo sur un truc et il faut que je me grouille pour un rdv, j'essaie de me décrocher du truc, et je me parle pour faire partir mes pensées dans différentes directions, je passe de paroles à chantonner etc, enfin tout pour brouiller le truc

c'est pas formidable, mais ça marche à peu près. Bon l'essentiel étant pour moi que j'arrive à partir pour mon rendez vous.

Pour l'aspect procrastination, "faire", bon soit quelqu'un me motive, ce qui est quand même ni formidable pour eux ni pour moi, en plus j'avoue que ça peut soit me culpabiliser énormément, ou au bout d'un moment me rendre énervée comme une gamine (m'en suis rendue compte récemment, enfin jusque là je voyais pas de lien direct avec le fait qu'on tente de me bouger - rêves d'intrusions etc).

Soit faut que j'arrive à instaurer une ritualisation du quotidien... et ça j'ai du mal. Dès que j'arrive à en installer une, ça dure quelques semaine, quelques mois au mieux, et ça s'écroule.
Mon quotidien EST ritualisé, mais comment dire, pas de manière qui me permette de faire les choses, trop de décalage horaire essentiellement, donc trop peu de temps par rapport au temps dont j'ai besoin pour chacune des situations à visée rassurante ou je sais pas quoi.
ce qui est lourd c'est que le moindre changement - visite de mes parents, un peu plus de socialisation, et je reperds le truc que j'ai pu construire. 

Bon je dis ça à titre de témoignage hein

Sinon pour ce qui est de noter mes ruminations, j'ai passé beaucoup de temps scotchée à mon journal intime. Au début c'était qui a fait quoi dit quoi qui est coupable et qu'est ce que j'ai fait moi, est-ce ma faute ou pas, qui a commencé etc etc. Bon ça a changé au fur et à mesure, j'y vois une évolution. Maintenant j'écris quasiment plus jamais.



  

Répondre en citant
Message Psychasthénie 
en fait la psychasthnie est très handicapante...
si on passe son temps à fuire l'acte, ça anéantit la volonté et l'etre à un moment...

le problème c qu'on a l'air normale lol


moi j'ai un langage à chaque fois à toujours décortiqué mes états, mes gestes etc, donc les gens pensent que j'ai assez de recul on va dire pour me prendre en charge, or le fait que je passe mon temps à me penser, justement c obsessionel...
j'essaye de tout expliquer... sans fin... à cause de ce genre de discours on me trouve pas trop malade...
d'ailleurs moi non plus mais le gros problème c que vivre et interagir avec sa volonté et le monde, c tout un processus compliqué qui remet toujours l'acte en pensée...

immaginez vous donc... comment on fait pour trouver du boulot dans cette façon de fonctionner, or c une des bases de socialisation, de couvrir ses besoins etc, donc c vraiment handicapant.

c pas étonnant d'ailleurs en y repensant que c temps ci chui fasciné par ricoeur l'agir chez moi c obsedant... voilà comment on transforme le mouvement du corps et de l'esprit, en un truc bizarre d'envie d'interagir, mais de ne pas vouloir perdre le controle de ce qui devrait etre dans l'acte...

et franchement qd ça dure des années, la dépression pointe son nez périodiquement...

tout ce qui m'aide c qd meme le fait qu'on me prenne par la main pour faire, à mon age...et qu'on me félicite comme un enfant dès que je fais un pti truc...

y a que ça qui marche en plus de la thérapie pour parler surtout de mes conflits...

parceque je ne pense pas avoir eu un programme du genre pendant la conception de ce que je devais etre... c apparu progressivement dans ma vie...


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message Psychasthénie 
ça me rappelle un passage dans le "journal de l'amour" de Anaïs Nin, où elle dit que personne ne se doute à quel point elle ne connaît pas la vie... si les gens se doutaient un instant à quel point elle méconnaissait la vie...

pareil pour moi faut me prendre par la main, mais je veux faire tout seule comme une grande...
ça va complètement à l'encontre de mon fichu orgueil... contre ma morale, mes valeurs...et mon besoin d'indépendance.

Répondre en citant
Message psychasténique aussi 
Bonjour, vous décrivez bien le problème que je vis depuis tout le temps, et qui est gère ma vie de tout les côtés. Je suis un peu dans l'impasse dans tous les domaines de ma vie. 

Message Psychasthénie 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation