Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 2 sur 2
Aller à la page: <  1, 2
Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique
Auteur Message
Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
jade a écrit:
merci soeur sourire de nous faire part de ton savoir via ta psychoéducation

moi aussi je souffre de cette maladie, et ej m'en sors plutot bien, enfin, ça dépend par quel biais on me regarde ;) vu que par exemple, je ne travaille pas


à bientot




Là, Jade, vous touchez une corde sensible. A l'âge de 54 ans, je me retrouve sans emploi, après avoir travaillé 35 ans dont 30 ans dans la même boîte (parcours professionnel toutefois très chaotique entrecoupé de prestations à temps partiel et d'incapacités médicales de plus en plus fréquentes). Je vis très mal cet arrêt. Pour le moment, je suis en incapacité, en attendant de convenir avec mon employeur d'un plan de départ financier convenable. Théoriquement, je deviendrai demandeuse d'emploi à partir du mois de janvier. En fait, je ne me sens plus du tout capable de travailler mais cette situation m'insécurise et me culpabilise.
Comment le vivez vous, vous, Jade ?

Annemarie (Soeur Sourire)


_________________
annemarie
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
salut soeur sourire,


des fois, j'en ai marre de ne pas travailler, mais des fois ça m'arrange bien car j'ai aps tant envie que ça de travailler, surtout pour un job qui ne serait pas un choix, mais qui serait une contrainte pour l'argent


là, je fais du bénévolat pour aider des gamins à faire leurs devoirs, ben même ça, ça commence à me gaver, et chui à la limite de l'arret


je susi inquiete pour ma retraite : ça sera le minimum vieillesse, humhum, pas de quoi faire des frivolités, mais bon, j'ai travaillé 5 min, alors je le vaut bien  (ironie)


à bientot


_________________
"Je crois qu’une majorité d’êtres sont plus intelligents dans leur jeune âge qu’ils ne le seront une fois éduqués." - Pierre EMMANUEL
Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
Il est vrai que certains psys ne font pas dans la dentelle. A dix-sept ans, j'ai été diagnostiqué schizophrène à l'issue d'une première séance et expédié derechef dans un service fermé dont je me suis échappé à la première permission. Ce qui n'a pas du tout réglé les problèmes que j'avais alors. L'ennui c'est que mes parents ont pris ce diagnostic pour parole d'évangile, sachant que le psychiatre était un bon ami du médecin de famille et que le médecin de famille, ils l'avaient placé sur un piédestal. Dès ce jour, j'ai été considéré, dans ma famille, comme une "bombe à retardement" (!). Comme j'avais de réels problèmes d'angoisse et d'adaptation (études en échec, jeté à 16 ans dans la "vie active" sans la moindre qualification, un déménagement où j'avais perdu tous mes copains et repères, un nouveau quartier que je n'aimais pas et auquel je ne m'habituais pas, une ambiance délétère avec mes parents...) je suis allé consulter dans un CMP... où j'ai passé quinze ans. J'y ai vu défiler une bonne dizaine de psychiatres, de l'interne frais émoulu de la Faculté au vieux routier du délire, en passant par le charcutier de l'âme aux ordonnances à rallonges qui voyait sans sourciller ses patients se suicider les uns après les autres. J'ai suivi une psychothérapie très longue, quinze années, avec un excellent psychologue aujourd'hui à la retraite. Le dernier psychiatre qui m'ait suivi était l'un des internes évoqués plus haut. C'était entre 1989 et 1991, année où j'ai décidé de tout arrêter, thérapies, traitement, suivi.

Aujourd'hui, mis à part le fait que je ne travaille pas, je me porte on ne peut mieux. Je vis en couple depuis quinze ans, cela se passe à merveille, sans un nuage. Mais je n'ai pratiquement plus de relations avec ma famille, qui s'en est toujours tenue à ce premier fichu diagnostic posé par un individu que je n'hésite pas à qualifier de criminel. Ma compagne ignore tout de mon passé. Officiellement je perçois l'AAH pour un problème de dos.

Alors comment peut-on parler de schizophrénie, de troubles dysthymiques, schizoïdes ou bipolaires lorsqu'on n'est pas à même, en tant que médecin, d'apporter la démonstration de ce que l'on avance ? Je n'ai jamais souffert de la moindre hallucination. J'ai souffert, par contre, des traitements médicaux lourds qui m'ont été infligés, et qui durant des années ont fait de moi un légume. J'ai souffert d'avoir vu des camarades du CMP se fiche en l'air sans que leur "thérapeute" (toujours le même) ne soit inquiété. J'ai souffert de l'attitude condescendante, infantilisante des fonctionnaires des Cotorep, dès lors que j'essayais de faire des démarches en vue de me reclasser.

Aujourd'hui je me considère comme un rescapé. Loin de moi la volonté d'incriminer les psys en général. Mais j'exprimerais quelques doutes, que chacun ici comprendra, quant à la validité de la psychiatrie en tant que discipline scientifique.

Bonne journée à tous.

Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
Msg du 09/11/2009 de MatitunaL :  Effectivement, la psychiatrie n'est pas une science exacte. En principe, cette discipline est de bonne intention :  soulager les personnes malades mentalement. Bien évidemment, dans votre cas, apparemment, le but a été loupé par un diagnostic erroné, une étiquette qui vous a valu une condamnation de quinze ans et peut-être perpète. Que de souffrance !  Sans parler du regard des autres, de votre famille entre autres, qui en a été influencé ! Quel gâchis !
Personnellement, j'ai plus de chance que vous. Je suis vraiment bipolaire. Je ne remettais en question que le volet schizo-affectif. Jusqu'à présent, le personnel médical que j'ai consulté est très compétent. Bien sûr, nous tâtonnons parfois, parce que deux cas de bipolaires peuvent être très différents par leur personnalité intrinsèque, leur métabolisme, leur héritage génétique, leur vécu et ils ne réagissent pas toujours de la même façon au même traitement. La clef du problème, c'est le dialogue. L'entourage est aussi très important. Il peut vous aider sans vous materner, sans vous contraindre. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas et j'entends beaucoup d'autres patients se plaindre d'une emprise familiale handicapante. Vous faites bien de tenir la vôtre à distance. Soyez heureux.


_________________
annemarie
Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
Msg du 04/11/2009 de JADE :  le ton léger, désinvolte, que vous employez cacherait-il un certain malaise par rapport à la reconnaissance de votre incapacité professionnelle ? Personnellement, cette apparente insouciance me dérange. Je peux toutefois traduire vos mots, car je ressens la même chose. Je ne me sens plus capable de travailler parce que je ne suis pas résistante au stress. C'est en effet le grand point faible des personnes souffrant de bipolarité. C'est le stress qui induit nos crises, parce que nous sommes hypersensibles. Quoi qu'il en soit, accrochez-vous au bénévolat, quel qu'il soit. Il ne peut que vous donner une meilleure estime de vous-même, le sentiment d'être utile, la satisfaction de travailler comme tout le monde et le bonheur de rendre service. Enfin, il vous distrait de votre train train quotidien. Sachez toutefois doser vos capacités pour ne pas en abuser. S'il le faut, prenez du recul mais n'abandonnez surtout pas. Clin d'oeil.


_________________
annemarie
Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
Bonsoir,

Je cherchais encore des informations sur les troubles schizo affectifs et je suis retombée sur cette discussion. Je vais mieux, je prends du recul. Est ce la diminution de mon traitement anti psychotique qui me donne de l'espoir, je ne le sais vraiment. Mais il est vrai que je me sents plus en accord avec moi même en étant un peu plus active. Je continue le travail que j'ai commencé en octobre 2006 ; toujours à la même place, dans le même environnement depuis presque 4 ans, cela fait beaucoup de bien. Je travaille 26 heures par semaine et profite des vacances scolaires, je travaille sous contrat précaire à l'éducation nationale. Je viens d'avoir 50 ans et je lis les informations concernant l'emploi et les seniors, puisque nous sommes considérés comme des seniors, cela ne me réjouit pas pour les temps à venir. Mais j'ai encore 1 ans et 6 mois devant moi. Peut être aurais je trouvé la solution d'ici là.

Je vous en dirais plus une autre fois sur mes pensées et cette maladie et ce diagnostique que j'accepte aujourd'hui un peu mieux. Lorsque je pourrais avoir cette pause sur mon ordinateur.

Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
soeur sourire a écrit:
Je viens de lire un e-mail interpellant de mai 2009 sur le diagnostic de 'schizo affectif' et j'espère que je réponds à la bonne personne, qui avait l'air bien découragée et même désespérée.
Comment allez-vous aujourd'hui ?  Avez-vous vu un autre psychiatre ?  N'ayez pas peur de poser des questions, de réclamer des explications. Pour parler crûment, vous payez un service, vous avez le droit à un service bien presté. Il s'agit de VOUS, de votre corps, de votre mental. Allez-y, foncez, osez la transparence et si vous n'êtes pas satisfait(e), cherchez ailleurs. Cherchez, jusqu'à ce que vous ayez trouvé.

Je suis d'accord avec vous, une thérapie médicamenteuse ne suffit pas. En plus d'une thérapie individuelle, avez-vous pensé à suivre de temps à autre une thérapie de groupe ?  Cela fait du bien de rencontrer des gens qui souffrent de la même pathologie. On se sent plus fort et moins seul et Dieu sait si la solitude est l'ennemie du dépressif !

Je souffre de bipolarité et il y a quelques années, un psy m'a diagnostiquée M.D. 'schizo-affective'. Moi aussi, cette étiquette m'intrigue et me dérange. Je lui trouve une mauvaise connotation. Actuellement, je suis des séances de psychoéducation en groupe. Je vais m'informer auprès du personnel médical qui nous encadre de la signification de ce diagnostic. Si la réponse vous intéresse, veuillez bien me le faire savoir. Je la communiquerai sur ce site.

Anne-Marie




Je vous réponds un peu tard mais ce forum ne nous envoie pas de message lorsqu'on intervient dans une discussion sans utiliser la touche "quote" en haut à droite du message, enfin j'espère que vous serez averti de ma réponse. Je prends de plus en plus de recul avec le temps qui passe et une activité régulière depuis bientôt 4 ans. Je pense comprendre ce diagnostique un peu mieux mais je serai curieuse d'avoir l'avis de votre équipe médicale. Depuis quelques mois, je suis suivie par un nouveau psychiatre très différent des deux autres que j'ai rencontré très régulièrement. Ce sera le troisième qui me suit et que je rencontre aujourd'hui chaque mois.  Mon traitement anti psychotique est diminué très lentement depuis près de 6 mois. Je reste fragile et ressents la dépression qui revient de temps à autre alors j'augmente l'anti dépresseur (qui me ralentie moins).
J'espère avoir de vos nouvelles

Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
Bonjour HZLZNZ,

Il y a un bouton en bas à droite de chaque discussion "Surveiller les réponses de ce sujet", pour être avertie des nouveaux messages postés.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
Séverine a écrit:
Bonjour HZLZNZ,
Il y a un bouton en bas à droite de chaque discussion "Surveiller les réponses de ce sujet", pour être avertie des nouveaux messages postés.



Bonjour et bonne année,

J'avais bien utilisé ce bouton mais ne recevais pas les messages pour autant. Mais j'ai récemment changé l'heure GMT, peut être étais ce cela. Je ne sais pas.

Répondre en citant
Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 
Bonjour,


Venant d'être diagnostiqué dépression dysthymique à tendance dépressive, je me permets de relancer ce sujet afin de pouvoir échanger avec des intervenants, si des personnes consultent toujours ce post...

Message Trouble schizo-affectif ou schizophrénie dysthimique 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 2 sur 2
Aller à la page: <  1, 2
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation