Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 3 sur 4
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer
Auteur Message
Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
hooo hermes, tu es de la campagne !!! moi aussi, je comprends bien avec ce genre de métaphores


_________________
"Je crois qu’une majorité d’êtres sont plus intelligents dans leur jeune âge qu’ils ne le seront une fois éduqués." - Pierre EMMANUEL
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Bonjour lg33040,

Je suis un homme et je traverse exactement dans ma vie les mêmes problèmes que toi.

Je pensais naïvement être assez unique dans mon genre, mais maintenant que je t'ai lu, je me dis : "oh, un autre moi" :)

Je comprends ta souffrance, celle qui bouffe la vie, et qui existe essentiellement dans les relations affectives. Moi aussi je me pose en permanence la question "Est-ce que je l'aime ? Est-ce la bonne ?". La réponses est souvent non, et cette réponse engendre une douleur psychologique extrêmement forte.

J'ai reproduit ce comportement dans toutes mes relations, tombant vite (trop vite ?) amoureux, ayant peur de ne pas être aimé, et me réveillant un jour plein de doutes sur mes propres sentiments.

Également j'ai eu un père absent et j'ai du jouer auprès de ma mère ce rôle "du manquant", un substitut finalement, venant combler des attentes affectives qui ne doivent pas être demandées à un enfant.

Aujourd'hui j'ai peur que ma compagne parte. J'ai peur d'être abandonné car elle s'éloigne de moi de plus en plus.  Ce qui ma fait rester c'est la peur de pas être aimé et c'est aussi peut-être ce qui me fait fuir.

L'ambivalence est là. La psychanalyse que j'ai commencé ne porte pas encore ses fruits, quoique j'ai l'impression que ça va se débloquer rapidement.


Si tu veux discuter avec moi n'hésites pas.


A+

Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Actarus,
oui je veux bien en discuter, effectivement tu me sembles avoir le même problème que moi.

Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Bonjour à tous, aujourd'hui c'est difficile, je broie du noir. J'ai l'impression de ne pas avancer, que tout m'ennuie, l'avenir me fait peur. Je suis toujours submergé de doutes vis à vis de ma femme et et lorsqu'ils se calment, ça se focalise sur autre chose, j'ai l'impression que tout va être toujours pareil et que tout va m'ennuyer. L'avenir en noir, du coup j'arrive à me concentrer sur rien. Le moindre début d'une lecture ou un détente et hop, les pensées reviennent, comme si je ne m'autorisais même pas à être un peu bien. La semaine dernière, c'était compréhensible, je suis passé voir mes parents et patatra, ils m'ont mis le moral dans les chaussettes. Le week end a été bon, presque 6 jours de rang ou ça allait et hier... boum, l'angoisse que je décris au début de mon post. Bon, mardi, j'avais un peu trop bu. Quelqu'un aurait-il un avis sur les antidépresseurs et l'alcool ?

Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Concernant l'alcool, fais vraiment attention de ne pas y plonger à des fins anxiolytiques - c'est quelque chose qui arrive de façon relativement fréquente et cela devient un piège et un problème de plus à résoudre...

Pour les antidépresseurs, certains peuvent avoir un effet plutôt positif sur les ruminations, sans que cela soit miraculeux bien sûr, mais enfin ils peuvent aider parfois nettement. Tu peux en parler à ta psy pour voir ce qu'elle en pense te concernant.

Et même si c'est dur à entendre, il faut t'armer de patience, car ces problématiques sont toujours longues à améliorer.

Bon courage !


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Et, y a t il d'autres substances susceptibles de calmer les ruminations?

Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Non, personnellement je ne connais rien d'autre... Chez les patients que je rencontre et qui souffrent de ce problème, certains prennent de la sertraline (un antidépresseur), avec bénéfice mais sans, comme je te le disais, que ce soit miraculeux. C'est vraiment la psychothérapie qui est la plus efficace sur ces troubles, mais ses résultats peuvent être long à attendre.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Des années.  Sad  désolé, j'ai un petit coup de mou aujourd'hui, enfin, je vois mon psy la semaine prochaine. Merci.

Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Oui, je vois ça, courage, des améliorations devraient quand même se manifester graduellement !


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message toc du couple 
j'effectue des recherches sur ce sujet. Marié depuis plus de 15 ans, j'ai moi-même connu des épisodes se rapprochant de ce qui est décrit, période de d'angoisse, de ne plus aimer l'autre, d'un seul coup, comme en accepter une idée survenue d'on ne sais où, puis cela disparaissait. Je l'ai un peu vécu avec toutes mes relations mais, rapidement je savais lorsque cela était fondé. J'ai vécu également cela avec ma femme. ça a duré plusieurs années avec quelques pics négatifs et, bien sur des périodes "normales" ou je repensais à mes angoisses et les trouvais nulles et sans fondement. Les crises se sont espacées jusqu'à leur disparition totale. J'ai vécu plusieurs années d'un bonheur conjugal. Il est vrai qu'avec mon épouse et mes enfants nous avons toujours été proches et partageons beaucoup de choses. Bref un couple qui fonctionne et correspond à l'idée que je m'en faisais plus jeune envisageant ma vie d'adulte. Naturellement, vous vous doutez que ma présence ici est un moins idyllique. Il y un an, une personne  que je connais s'est séparée de son mari. Lorsque je l'ai su, cela n'a rien provoqué de particulier chez moi. Puis, un soir en parlant avec des amis, on a dit que le mari objet de la discussion avait annoncé subitement  à sa femme qu'il ne l'aimait plus. J'ai d'un coup été pris comme de panique, comme si je me sentais moi-même capable de la même chose. J'ai fini aux toilettes, je vous en passe les détails et on a conclue que je n'avais pas digéré quelque chose. Ce qui ne m'était pas arrivé depuis plusieurs années a repris pendant un mois. Je me suis senti à la limite de la dépression, je n'arrivais plus à savoir quels étaient mes sentiments pour ma femme et même pour mes enfants. Paradoxalement, je n'ai pas changé, je suis resté volontiers aimant et calin mais avec une notion de culpabilité, étais-je honnête. Puis tout est rentré dans l'ordre. Depuis, le phénomène est cyclique. Je me sens en pleine forme et naturellement je suis bien dans me vie de couple, je n'ai aucun doute bref tout roule puis, d'un coup je me sens comme triste, légèrement angoissé. Soit cela passe rapidement soit, si cela persiste au delà d'un journée, je recommence à ruminer. Je pense que c'est le terme approprié, je me pose la question de mes sentiments, et je sais que j'aime ma femme, mais comme la réponse ne suffit pas à calmer mon angoisse, je me répete la question jusqu'à ce que je finisse par ne plus savoir voir par me dire que si j'en  viens à me poser la question c'est que cela ne va pas que peut-être je vais en venir à quitter mon épouse. Mais je n'en ai absolument pas l'envie. Puis, au bout de 3 jours en générale, cela passe comme c'était venu et je suis reparti pour une période heureuse. Ce qui m'inquiète un peu aujourd'hui est que certes les crises s'espacent (2 mois d'interruption) mais le malaise que je ressens est plus diffus. Jusqu'alors j'avais le sentiment d'être déprimé à la limite paniqué. Aujourd'hui je ressens de l'anxiété mais c'est tout à fait gérable, pour autant c'est plus désagréable psychologiquement car j'ai l'impression que je peux analysé un peu les choses ce qui n'était pas le cas auparavant et j'en ressens une peur plus profonde. Et si c'était vrai. Pourtant, comme à chaque fois, cela va disparaitre d'un coup et je trouverais ridicule ces pensées. Je précise que je n'ai pas de problème avec mon épouse, même pendant les crises, mon refuge est mon chez moi avec les miens et je me dis lorsque les crises surviennent que le problème même s'il porte toujours sur la même chose est en moi. Je souhaite avoir l'avis d'un administrateur ou d'une personne qui se reconnaîtrait dans ce témoignage. Pourrais-t'il s'agir d'un toc ? Bien évidemment dans ce cas à moi d'en découvrir l'origine. Je vous remercie par avance

Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Bienvenue winup,

Que l'on classe ce problème en TOC ou pas n'est pas vraiment la question (c'est un symptôme qui peut s'inscrire dans différents types de difficultés), mais ce qui me paraît important, s'il devient vraiment envahissant et gênant dans ta vie quotidienne, c'est que tu le fasses évaluer par un professionnel (psychologue ou psychiatre) qui pourra se faire une idée précise de ce qui se passe et t'apporter des solutions.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
bonjour, depuis mon dernier post, tout est rentré dans l'ordre et j'ai vécu normalement et j'ai même passé des moments agréables en famille. Maintenant après cette quinzaine d'accalmie, je crains que cela ne revienne. Hier, je me suis senti comme légèrement triste, sans plus, j'essaie de penser à un sentiment agréable à quelquechose qui me ferait du bien mais, rien, comme si je n'avais pas de centre d'intérêt. Puis, au cours la soirée je me suis senti à nouveau bien, puis ce matin je me suis levé en me posant dans ma tête la question "aimes-tu ta femme". La réponse étant oui, j'ai passé une excellente matinée. Puis au cours de l'après midi même chose. Cela me trotte dans la tête. Je n'ai absolument rien de négatif à mon sens dans ma vie familiale, mais par moment je me sens comme vide, "déprimé" et j'en viens à gamberger. Je pense que j'auto alimente le truc par mes questions internes, il y a surement quelquechose. J'ai eu une grave opération il y a deux ans et j'ai eu des lors des symptômes similaires de "mal être passager". Ce n'est pas évident car je ne me sens pas capable de le dire;ou plutot je regrette d'avoir caché mes états d'âme après l'opération, cela aurait été plus facile que dire aujourd'hui "c'est bizarre parfois j'ai peur de na plus aimer ma femme et parfois je n'ai pas d'envie avec mes enfants" alors qu'à ce moment là je n'en étais qu'à ce que je considérai comme un handicap.  Je crois que le problème est en moi, mais quelle en est l'origine.. Merci pou votre précédente réponse, je sais il faut que je me prenne en main. Dans cinq minutes je suis capable de penser à autre chose et d'avoir la pêche. C'est quand même un pénible. Bonne soirée

Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
winup a écrit:
j'effectue des recherches sur ce sujet. Marié depuis plus de 15 ans, j'ai moi-même connu des épisodes se rapprochant de ce qui est décrit, période de d'angoisse, de ne plus aimer l'autre, d'un seul coup, comme en accepter une idée survenue d'on ne sais où, puis cela disparaissait. Je l'ai un peu vécu avec toutes mes relations mais, rapidement je savais lorsque cela était fondé. J'ai vécu également cela avec ma femme. ça a duré plusieurs années avec quelques pics négatifs et, bien sur des périodes "normales" ou je repensais à mes angoisses et les trouvais nulles et sans fondement. Les crises se sont espacées jusqu'à leur disparition totale. J'ai vécu plusieurs années d'un bonheur conjugal. Il est vrai qu'avec mon épouse et mes enfants nous avons toujours été proches et partageons beaucoup de choses. Bref un couple qui fonctionne et correspond à l'idée que je m'en faisais plus jeune envisageant ma vie d'adulte. Naturellement, vous vous doutez que ma présence ici est un moins idyllique. Il y un an, une personne  que je connais s'est séparée de son mari. Lorsque je l'ai su, cela n'a rien provoqué de particulier chez moi. Puis, un soir en parlant avec des amis, on a dit que le mari objet de la discussion avait annoncé subitement  à sa femme qu'il ne l'aimait plus. J'ai d'un coup été pris comme de panique, comme si je me sentais moi-même capable de la même chose. J'ai fini aux toilettes, je vous en passe les détails et on a conclue que je n'avais pas digéré quelque chose. Ce qui ne m'était pas arrivé depuis plusieurs années a repris pendant un mois. Je me suis senti à la limite de la dépression, je n'arrivais plus à savoir quels étaient mes sentiments pour ma femme et même pour mes enfants. Paradoxalement, je n'ai pas changé, je suis resté volontiers aimant et calin mais avec une notion de culpabilité, étais-je honnête. Puis tout est rentré dans l'ordre. Depuis, le phénomène est cyclique. Je me sens en pleine forme et naturellement je suis bien dans me vie de couple, je n'ai aucun doute bref tout roule puis, d'un coup je me sens comme triste, légèrement angoissé. Soit cela passe rapidement soit, si cela persiste au delà d'un journée, je recommence à ruminer. Je pense que c'est le terme approprié, je me pose la question de mes sentiments, et je sais que j'aime ma femme, mais comme la réponse ne suffit pas à calmer mon angoisse, je me répete la question jusqu'à ce que je finisse par ne plus savoir voir par me dire que si j'en  viens à me poser la question c'est que cela ne va pas que peut-être je vais en venir à quitter mon épouse. Mais je n'en ai absolument pas l'envie. Puis, au bout de 3 jours en générale, cela passe comme c'était venu et je suis reparti pour une période heureuse. Ce qui m'inquiète un peu aujourd'hui est que certes les crises s'espacent (2 mois d'interruption) mais le malaise que je ressens est plus diffus. Jusqu'alors j'avais le sentiment d'être déprimé à la limite paniqué. Aujourd'hui je ressens de l'anxiété mais c'est tout à fait gérable, pour autant c'est plus désagréable psychologiquement car j'ai l'impression que je peux analysé un peu les choses ce qui n'était pas le cas auparavant et j'en ressens une peur plus profonde. Et si c'était vrai. Pourtant, comme à chaque fois, cela va disparaitre d'un coup et je trouverais ridicule ces pensées. Je précise que je n'ai pas de problème avec mon épouse, même pendant les crises, mon refuge est mon chez moi avec les miens et je me dis lorsque les crises surviennent que le problème même s'il porte toujours sur la même chose est en moi. Je souhaite avoir l'avis d'un administrateur ou d'une personne qui se reconnaîtrait dans ce témoignage. Pourrais-t'il s'agir d'un toc ? Bien évidemment dans ce cas à moi d'en découvrir l'origine. Je vous remercie par avance






C'est fou..Je pourrais exactement dire les mêmes mots. Exprimer les mêmes choses. J'aimerais guerir de ce trouble qui est né plus ou moins quand j'ai décidé de me marier avec mon fiancé , qui est un homme merveilleux. On se marie dans 80 jours et j'ai l'impression de tout gacher. Bien sur la plus grosse peur est de ne pas être heureuse ce jour là...J'ai arrêté la thérapie avec ma psy car je n'avais plus les moyens de suivre financierement...

Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Je souhaitais savoir si les thérapies par l'hypnose pouvait s'appliquer sur ces troubles là? Je sais d'ou vient mon problème..je sais que mes parents se sont toujours déchirés sous mes yeux et que j'ai toujours chercher à déceler comment ils pouvaient être mariés sans s'aimer.Ca reste toujours un mystère pour moi. Je crois au mariage réellement, je pense que quand on a trouvé le bon partenaire de vie on peut foncer ! Mais je pense que mon inconscient me dit de me tester sans cesse. Je ne me fais pas confiance car on ne m'a jamais insufflé ce sentiment la. J'ai eu une enfance particulièrement destructrice et sait par rapport à quoi et ce qui m'a marqué...je souhaite agir maintenant. Que me conseillez vous co-psychonautes?

Répondre en citant
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 
Apparemment, tu avais bien avancé avec ta psy, donc si tu as actuellement les moyens de reprendre, tu pourrais revenir vers elle.
Sinon, je ne pense pas que l'hypnose soit une indication particulière dans ce type de problématique, mais je ne suis pas une spécialiste de cette technique.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Peur ou sentiment destructeur de ne pas aimer 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 3 sur 4
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation