Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
ma mère et moi
Auteur Message
Répondre en citant
Message ma mère et moi 
Bonjour ,

J'ai 21 ans et j'ai besoin de conseils car je ne sais pas comment faire .J'ai une relation assez bizarre avec ma mère .Elle me met très mal a l'aise .Je suis en surpoids depuis mon enfance et elle , ayant connu ses problèmes , elle m'a toujours poussée au régime ou du moins a la consultation d'un spécialiste mais au point de me faire des remarques pour me faire réagir du genre : " regardes toi tu débordes de tes fringues " ou " faudrait vraiment que tu fasses quelque chose c'est pas bo a voir " ou encore " allez bouges ton gros c**" . Bref cela depuis mes 10 ans et pourtant je n'ai que peu perdu de poids car dès qu'elle me met la pression je me "venge" sur la bouffe.
Chaque fois qu'on se voit , elle peut pas s'empêcher de regarder mon ventre , de regarder si j'ai maigris et quand on a des invités c'est des remarques du genre " te ressers pas c'est mauvais pour ton régime" ou " arrêtes de manger ". Bref , je finis par redouter de la voir alors qu'a la base on s'entend super bien et on parle de pas mal de chose mais la dessus je fais un gros blocage et j'ai l'impression qu'elle a honte de moi !Je me sens mal quand je suis avec elle et je ne veux pas aller faire du shopping en sa compagnie parce que, déja enfant, je pleurais dans la cabine car elle me passait des vêtements trop justes pour me montrer que je devais maigrir.
Maintenant , je vais faire les magasins seule car je crève de trouille a l'idée du jugement de mes amies et surtout de celui de ma mère , même si maintenant je la renvoie se faire voir de temps en temps ...
Bref je sais que c'est assez banal mais je suis mal dans ma peau ...j'ai conscience que c'est totalement de ma faute car je devrais me prendre en main mais dès que je vois ma mère , c'est reparti je bouffe deux fois plus !Pourtant je veux pas arrêter de la voir mais quand j'en parle avec elle , elle pète un câble en me disant que j'ai qu'a continuer a ressembler a une grosse vache si ça me fait plaisir , qu'en s'en fout après tout etc...
Donc si vous avez des conseils , je vous en remercie d'avance
bonne soirée :)

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message ma mère et moi 
bonjour eliosa ce que ta mere pense ou te dit ces vraiment pas gentil de sa part j ai pas de probleme de poids souvent les surplus de poids dans l enfance vien du fait que les parent force les enfant a finir leur assiete et d en mettre trop dans leur assiette je pense que l important ces pas le poids d une personne ces ce quelle est en tant que personne faut que tu te sente libre de faire un regime ou de l exercice et peut etre que tu est bien dans ta peau arrete d ecouter ta mere et tu iras surement mieux probablement que sur ce site quelqu un  auras plus a te dire je te souhaite la bienvenue


_________________
recherche des reponse a mes question qui suis je vraiment
MSN
Répondre en citant
Message ma mère et moi 
Bienvenue eliosa !

A ton âge, on ne fait pas un régime pour que maman soit fière de sa petite fille, on peut le faire pour des raisons de santé ou esthétique, ou s'en moquer et ne pas le faire du tout, mais dans tous les cas il s'agit d'un choix personnel.
L'attitude de ta mère est évidemment renforçante, car culpabilisante, et la culpabilité, il faudrait quand même le dire aux parents, ça ne marche jamais ! Dans ce que tu dis d'elle, il est difficile de démêler ce qui tient à des inquiétudes normales pour ton bien-être (mais qui devrait prendre une forme plus respectueuse) et ce qui tient à des problèmes d'ordre disons plus narcissique chez elle (je rejoins ti-lou dans l'idée que les "bonnes mères" sur-nourrissantes de l'enfance se transforment en mêmes "bonnes mères" affamantes quand leur fille devenue grande doit ressembler à un top model !).

Dans toute cela, on a tout de même l'impression que la nourriture sert d'enjeu entre vous et que vous vous affrontez pour autre chose que pour elle. De plus, ta propension à te jeter sur la nourriture en cas de conflit va dans ce sens et me soucie davantage, dans la mesure où cela révèle une fragilité dans ton fonctionnement.

Comme tu nous dis bonne soirée à plus d'1h du matin, je suppose que tu n'es pas française ! Donc je ne sais pas comment fonctionne le système de soin dans ton pays, mais je pense qu'il faudrait d'abord relâcher le lien infernal que ta mère et toi tissez autour de la nourriture et sans doute introduire un tiers (peut-être un médecin généraliste) pour déplacer le problème. Ce médecin pourrait faire un bilan avec toi pour voir si ton surpoids peut nuire à ta santé et pourrait aussi médiatiser ta relation à ta mère à ce sujet en appuyant ton indépendance pour gérer cette question et en lui conseillant de modifier son attitude.
Si tu sens que ton problème avec l'alimentation relève aussi d'une problématique plus profondément ancrée chez toi, tu peux consulter un psychologue pour explorer un peu ce que tu cherches à faire en mangeant de cette façon.

Voilà un peu mes idées ce matin


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message ma mère et moi 
coucou à toi , ta mère te met une grosse pression à toi meme . je pense  également que c'est à toi de voir si tu veux aire un régimeou pas .  l'importance c'est que tu arrives à te sentir bien dans ton corps ! bon courage

Répondre en citant
Message ma mère et moi 
quand je t'ai lu j'ai cru que tu etais ma  soeur!

j'ai essayé de decortiquer le comportement de ma soeur (et le mien)

elle a tendance a la "boulimie" quand notre mere la "gave" (j'emplois le mot expres) quand a moi c'est l'inverse j'ai tendance a l'anorexie au moindre conflit

ducoup j'en suis venu a  la conclusion qu'il y a ceux qui se "remplissent" de l'amour de leur mere (via la nourriture) ou ceux qui le refusent (en evitant la nourriture)

Ma soeur est comme toi tres complice avec notre mere chose qui m'echappe

Mange pour toi et pas pour elle, pas pour l'enerver, ni pour remplir le vide qu'elle fait en te critiquant

n'hesite pas a la "lacher" un peu

j'ajoute que ma soeur m'avait dis un jour "mais de quoi on parlerait sans mes problemes de poid?"

pose toi la question tant que tu es en surpoid ta mere te parle (meme si c'est pour te lancer des piques)

bref questionne toi et si tu veux faire des demarches fais les seule(sans ta mere) accompagnée d'un professionnel(nutritionniste)


_________________
"On pense aux fruits qui deviennent trop vite mûrs et savoureux, quand le bec d’un oiseau les a meurtris ; et à la maturité hâtive d’un fruit véreux." Sandor Ferenczi
Répondre en citant
Message ma mère et moi 
ce que tu dis Elma me fait penser qu'à 16 ans, en arrivant dans ma famille d'accueil, j'ai été si agréablemet surprise que pour montrer à quel point j'étais une bonne fifille et à quel point je m'adaptais, j'ai pris 10kg (passée de 48 à 58  - je suis pas grande). Je me gavais en montrant ostensiblement que j'aimais ce qu'on me donnait et que je ne refusais pas la nourriture quoi. Image de la bonne vivante, jeune fifille en bonne santé. Chez moi c'était plutôt un mode de communication - que j'acceptais ce qu'on m'offrait et même que j'étais infiniment reconnaissante. Faux self, je sais pas, en tout cas il y avait de la soumission dans l'air et de l'absence de moi, une peau entièrement tournée vers l'extérieur, un corps donné en quelque sorte. D'ailleurs en prenant du poids j'ai recommencé à ressembler à une petite fille, ce qui n'était plus le cas avant, et j'acceptais de porter les vêtements que ma mère m'a envoyé au début, genre une salopette rouge avec un t-shirt à rayures en dessous. Petite fille quoi.

a noter que juste avant de partir, je n'avais plus aucun appetit et voyais la vie en noir total, je ne supportais plus les gens. C'était un oeuf et une tomate au micro-ondes par jour. 

Répondre en citant
Message ma mère et moi 
comme quoi le concept bonne mere=mere nourriciere est difficile a abandonner

de meme que pour remercier on offre des paniers garnies, des chocolats, du "bon" vin, etc...

quand on est maman et que notre enfant mange sans nous, le premier truc que l'on demande c'est "ca c'est bien passé, il/elle a bien mangé?"

Tout cet affect-if lié a l'alimentaire me transcendera toujours...

A mes yeux il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger...


_________________
"On pense aux fruits qui deviennent trop vite mûrs et savoureux, quand le bec d’un oiseau les a meurtris ; et à la maturité hâtive d’un fruit véreux." Sandor Ferenczi
Répondre en citant
Message ma mère et moi 
oui manger pour vivre, même si je suis gourmande, c'est également ma relation à la nourriture en général. Enfin il y a également la récompense.

Et puis manger c'est quand même quelque chose qui est inscrit très fort dans la communication. Quand tu arrives dans un pays étranger et que la famille dans laquelle tu as été invité te propose des plats, tu vas évidemment accentuer tes manfestations de contentement, ou de surprise ou autre, et notamment quand il y a a barrière de la langue.

Moi c'est beaucoup sur ce plan que cela s'est joué, sur la communication, même sans barrière de la langue car je pouvais parler allemand au début avec la dame, c'est aussi montrer son admiration pour la culture.. .et puis il ya des cultures, et notamment à la campagne, où le fait d'être frêle n'est pas vraiment considéré comme une bonne chose, donc montrer qu'on mange c'est aussi s'adapter à des valeurs communes... 

et ça c'est valide partout dans le monde. En Inde, comme en Thaïlande, comme en Allemagne ou ailleurs, beaucoup de choses passent par la nourriture et le repas familial dans la rencontre. En tant qu'étranger on sera à la fois l'incongru qui est tout embêté avec son plat inconnu et aura des maladresse, ce qui en général soulève pas mal de gentilles moqueries, puis aussi celui qui fait les honneurs à la famille et au pays au travers de ce qu'on accepte, les mets traditionnels, les produits locaux, et de ce que l'on découvre des talents de la maîtresse de maison etc etc

La plupart du temps d'ailleurs, toute la famille vous regarde manger pour noter vos réactions : les enfants, qui vont aller expliquer tout ça à la grand-mère en rigolant (ben oui c'es rigolo pour eux un adulte qui en sait moins qu'eux), le mari pour qui cela signifie aussi quelque chose par rapport à son mariage, la femme par rapport à sa position de mère etc etc

Cela conforte les gens dans leur spécifité, dans leur connaissance propre, et vous institue également en tant qu'apprenti, en tant qu'élève.

Répondre en citant
Message ma mère et moi 
Pour moi dans la nourriture il y a 2 choses tout aussi importantes l'une que l'autre : il y a des nutriments (pour vivre, Elma) et de l'affectif (tout aussi indispensable à mon sens). On ne peut pas faire l'impasse sur l'un ni sur l'autre, mais certainement en devenant adulte on peut trouver de l'affectif ailleurs que dans la nourriture et ne la considérer plus que sous l'angle de la nutrition.

J'ai une relation forte à la nourriture, pour moi ce n'est pas que quelque chose qui fait simplement avancer la machine. J'aime nourrir les gens que j'apprécie, sans confondre nourrir et gaver, et je me nourrit des autres aussi à travers le partage d'un repas.
Quand j'étais jeune chez mes parents, la nourriture était une question à haut risque. Il y a eu des jours (parfois plusieurs jours d'affilé) avec l'interdiction de manger, d'autres jours avec l'obligation (c'était le pire) d'avaler des choses normalement pas consommables, et ce n'est pas le manque de nourriture qui m'aura le plus marqué. Plus tard dans la rue je suis parfois restée des jours sans manger et là par contre, le manque n'était pas moral (ça fait mal au ventre et ça occupe l'esprit) et c'était très différent à vivre.

La nourriture, c'est aussi là qu'on va chercher les personnes très désocialisées, c'est souvent le premier pas d'une rééducation à la vie sociale. Le partage du repas, c'est d'ailleurs toujours les grands moments de clash : il faut accepter d'être nourri, il faut accepter le partage de la nourriture et de l'attention porté par les éducateurs avec les autres, il faut accepter la promiscuité avec d'autres ventres affamés.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message ma mère et moi 
oui se nourrir, partager un repas, être vu en train de manger, c'est très très intime... 

Répondre en citant
Message ma mère et moi 
Séverine a écrit:
Quand j'étais jeune chez mes parents, la nourriture était une question à haut risque. Il y a eu des jours (parfois plusieurs jours d'affilé) avec l'interdiction de manger, d'autres jours avec l'obligation (c'était le pire) d'avaler des choses normalement pas consommables, et ce n'est pas le manque de nourriture qui m'aura le plus marqué. Plus tard dans la rue je suis parfois restée des jours sans manger et là par contre, le manque n'était pas moral (ça fait mal au ventre et ça occupe l'esprit) et c'était très différent à vivre.


C'est ce qui m'a le plus choqué quand je suis devenue mère, m'apercevoir que tout ce que l'on m'avait fait et bien non ce n'etait pas "normal", ca m'a fait l'effet d'une bombe, je crois que c'est en parti pour ca que j'ai eu besoin de consulter a nouveau...
Ma fille faisait de l'anorexie infantile, que l'on a collé sur le fait que je l'allaité longtemps (13mois et demi), elle hurlait a chaque repas, jouait avec la nourriture et ne mangeait rien c'etait terrible, quand je me suis "enfui" avec elle chez ma grand mere ca allait un peu mieu(mais vraiment un peu), mais des lors que l'on a eu notre appartement c'est allé beaucoup mieu (elle a prit 5kilos en 2 ans et depuis le mois passé a enfin une courbe de poids proportionnelle a sa taille car enplus elle est tres grande)

Des qu'elle va chez mes parents elle ne mange rien mais alors rien de rien et des que l'on passe la porte de la maison "maman j'ai faim", c'est bete a dire mais je suis heureuse que ce ne soit pas ma faute, je le defendais dur comme fer mais personne ne me croyait (a part peut-etre le pediatre)

La jalousie que ma mere a eu a mon egard parce que je reussissais mon allaitement me laisse un souvenir amer! j'avais de la chance parce que moi "j'avais refusé son sein" ce qui d'ailleurs m'a vallu une féssée a 3 jours parce que je faisais un caprice(je precise que l'accouchement de ma mère a été long et que j'ai beaucoup souffert)!!!!

Elle a quand meme reussis a nous rendre obese ma soeur et moi ce qui m'a vallu beaucoup de moquerie (parce qu'en plus manque de bol j'etais intello) j'etais la grosse intello!

Ado j'ai fait beaucoup de regime (enfin regime...) ducoup je ne connais plus la sensation de faim, je suis capable d'oublier un repas si la petite n'est pas la...!

Nous c'est les conditions d'hygiene qui faisait defaut: assiettes, couverts, plats qui etaient mal lavés(ce qui me vaut un TOC) , les cheveux de ma mere qui tombé dans les plats aussi, et elle est la reine "des restes" qu'est ce qu'on a pu manger comme plats infames ...

Je suis habitué a ne pas manger le soir et deteste me coucher le ventre plein, ma fille me posait beaucoup de questions ducoup je mange quelque chose de leger et supportable pour pas qu'elle fasse comme moi

Et pour finir dans une note positive, mon seul souvenir positif c'est quand je suis arrivée dans mon nouveau lycée on etait allé toute la classe manger ensemble au domac on avait tiré les tables et les chaises et on avait fait une immense table c'etait genial!!

Ah et les macarons a la pistache de chez Paul (les macarons j'ai connu que recemment Mr. Green )


_________________
"On pense aux fruits qui deviennent trop vite mûrs et savoureux, quand le bec d’un oiseau les a meurtris ; et à la maturité hâtive d’un fruit véreux." Sandor Ferenczi
Répondre en citant
Message ma mère et moi 
oups le pavé


_________________
"On pense aux fruits qui deviennent trop vite mûrs et savoureux, quand le bec d’un oiseau les a meurtris ; et à la maturité hâtive d’un fruit véreux." Sandor Ferenczi
Répondre en citant
Message ma mère et moi 
ben tiens ça me rappelle le fiston de ma petite soeur, quand elle habitait encore chez ses beaux-parents, donc lors de la naissance puis jusqu'à ce qu'ils déménagent, impossible de réussir l'allaitement, et le bébé ne dormait pas. La belle-mère très intrusive ne laissait pas l'espace nécessaire pour que ma soeur puisse patiemment mettre le bébé au sein, et les cris du bébé sont vite devenus un motif de stress par rapport au mépris et à la jalousie de la belle-mère. Depuis qu'ils ont déménagé, pas assez loin, tout s'est passé beaucoup mieux, même si donc elle a pas pu allaiter, trop tard, mais au moins le bébé est devenu bcp  plus calme !

De plus ma soeur avait constaté qu'il mangeait bcp mieux et dormait beaucoup mieux lorsqu'elle faisait de simples petits séjours chez des copines...

Message ma mère et moi 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation