Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
on entend pas les familles type polygame et polyandre...
Auteur Message
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
Bon voilà je poste là...
parceque j'entends souvent sur les familles recomposées... mais jamais les familles avec plusieurs pères ou plusieurs mères...
c'est mon cas perso...

sans que se soit officiel... puisque perso ma mère a vecu avec deux hommes avec le pretexte que mon père n'assurait pas son devoir conjugal. Mais dans deux maisons séparés. L'autre homme a eu le statut de parrain suite à ma proposition, quand j'ai demandé à l'age de raison, qui était l'homme chez qui on allait tous les jours... j'ai dis c'est notre parrain, ma mère a dit oui...

je suis l'ainée... je suis la plus consciente de cela... puisque de toute façon les deux hommes sont morts... chacun ayant laissé une fille... j'ai un frère et une autre soeur... une d'un autre père, et l'autre de mon père biologique, mais qui est mort qd il était bébé... donc le nouvel homme est son père de fait...

pour mon psychiatre c la base du problème que j'ai développé... peu importe d'ailleurs la névrose...

je crois que c un grand tabou aujourd'hui de parler de ces familles là... et j'y a fais parti... avec aussi les violences que ça a d'ordre sexuel et d'identité.

et d'ailleurs pour couronner le tout, suite à la mort du père, l'autre homme a été immediatement présent... et il m'a convoité à l'age de douze ans...


tout ça m'a un peu rendu dingo dans mon evolution... je n'arrive pas à trouver de solution...

en fait l'isolement mentale...la vérification obsessionelle... c ça qui marche pour moi... pour rester entiere.
et puis y a qd meme l'amour de l'homme qui reste qd meme extremement importante pour mon recomposition.
J'ai remarqué ça...
étans donné que j'ai perdu mon père, le parrain et toute l'histoire, et que j'ai été convoité sexuellement par mon beau père... avec l'approbation silencieuse de la mère... le barrage et le reconfort reste l'homme de l'exterieur à la famille...

je pensais à ça suite à ce que j'ai dis sur mon bazard...
mon enfermement au monde. et mon besoin sans arret de penser parler, décortiquer...
que je n'arrive pas à communiquer et surtout à rendre acceptable dans ce monde...
je pense au niveau du travail...

j'ai remarqué que je suis très sociable, mais je suis aussi très hallucinée comme personne... et que j'ai sans arret besoin de retrait... pour pouvoir décortiquer sans arret... et je n'arrive pas à rendre utile cela... là j'ai le besoin de le faire, mais pour le faire j'ai sans arret besoin d'etre seule chez moi (d'ou mon statut de rmiste à mon avis)

et cet isolement est le fait que par raport à l'histoire familiale de fait, je me suis marginalisée, et on m'a marginalisée au sein meme de la cellule familiale... et devoir avoir une responsablité au sein d'une communauté me semble completement hors de porté...
ce qui me rend parasyte. (ct mon surnom adolescente)

c mon cas bien sur très personnel d'avoir vecu dans une famille avec une organisation particulière...
il n'empeche que je lis peu sur ce sujet des familles qui ont eu plusieurs mères, ou plusieurs pères dans la famille...
que se soit instutionnalisé ou pas.
les ainés ont une violence souvent lié à la formation de la famille finalement...


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
Je ne comprends pas ce que tu entends par "avoir plusieurs pères ou mères".
Pour moi on n'a qu'un père et qu'une mère, qu'ils soient naturels ou adoptifs. On peut appeler géniteur/génitrice quand on n'est ou ne se sent pas élévé par les personnes qui nous ont mis au monde. Et puis éventuellement des tuteurs, pas au sens législatif du terme, mais des personnes hommes ou femmes qui nous ont élevé.

Mais plusieurs pères ou plusieurs mères, non, je ne comprends pas ce que tu entends par là.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
je parle dans le foyer... qd il y a plusieurs hommes qui procréé avec ta mère pour mon cas, et qui vivent ensemble, donc participent à la dynamique familale...

tu comprends mieux ?


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
Oui mais ta conception à toi, c'est un seul homme. Peu importe les autres hommes de la vie sexuelle de ta mère, les pères de tes frères et soeurs, toit tu restes le fruit d'une seule femme et d'un seul homme qui eux, ne changent pas.

Les autres hommes ont certainement contribué à faire ton éducation, ils ont été plus ou moins importants pour toi et ils ont créé des liens de parenté en te donnant des demi-frères ou soeurs. Mais ça reste des beaux-pères ou des amants de ta mère, ils ne deviennent pas ton père.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
justement je parle de ma conception séverine...
sur ce que ça fait d'avoir plusieurs hommes, et deux filles qui ne sont pas du meme père, mais elever pareil... mais avec des différences à chaque fois qu'on changeait de maison...

c ça que t'arrives pas à comprendre...

pour ma part... mon problème psy s'est déclenché avec ça... et c fondamentalement installé par la mort du père et du parrain...

avec des envies suicidaires... parceque incompréhension de mon identité... problème que j'ai toujours plus ou moins sur l'identité...
ce qui explique des symptomes d'enfermement...
je suis très isolée... parceque...

les familles recomposées on en parle... mais pas d'autres formes familiales... et parfois... meme si je suis consciente du caractère individuel de chaque histoire, y compris de la souffrance que l'on porte soi meme... j'ai parfois besoin de savoir ce que l'on dit sur ces familles d'un point de vu générale, ou finalement comme c le cas quasiment tout le temps... comparer des cas...

car j'ai peu trouvé de récit à ce sujet... mais je fais partis de ce type de familles... avec notre propres histoire, et ma propre histoire, il n'empechen j'ai vécu avec deux hommes et une mère, et les deux étaient géniteurs... et on a vécu dans deux maisons.
meme si on portait tous le meme nom (frattrie)

disons les seuls récits que j'ai découverts pour ce genre de cas, ce n'est qu'uniquement dans des sources premières...
j'entends rarement parler les psys parler de ce sujet.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
Dans ce sens-là, c'est plus rare (il me semble), mais dans l'autre (un homme qui se partage entre deux foyers avec une femme et des enfants dans chaque), c'est fréquent, ou en tous cas j'ai eu l'occasion de rencontrer plusieurs patients qui ont vécu comme cela (en étant parfois mêlés aux autres enfants, lors de vacances, etc.)... Comme ce sont des personnes qui viennent consulter, ce sont évidemment des histoires très douloureuses, avec souvent, effectivement, de graves problèmes identitaires, qui peuvent prendre diverses formes mais qui sont centraux.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
oui c fréquent, c ce que appele la bigamie en générale... ça fait plusieurs siècles que le mot existe en occident...
j'ai jamais vu bi andre...

en fait j'ai jamais rencontrer quelqu'un d'une situation similaire... parceque j'aimerai parler de ça humainement...meme si j'en parle à mon psy... et que lui se focalise sur ça... sans que je veuille forcément que ça reste critalysé, et j'ai cette impression parfois...

j'ai entendu à la radio une fois un témoignage d'une personne qui a vécu avec deux pères, ou deux hommes dans la maison... mais c tout... et pareil meme témoignage c plutot rare, mais pas si rare...

c une chose dont j'ai besoin de parler franchement...

oui c centrale...

et j'ai du mal encore une fois avec le monde exterieure... j'ai beaucoup pris de cette situation... et souvent par ce trouble et cette inexistence j'ai pensé au suicide. Par absence d'identité, et de négation de l'identité à l'adolescence... puisque tout était pour la sexualité de ma mère...

bref à mon avis c'est souvent un sujet tabou...
on en parle peu...et pourtant c'est bien connu...

la psychologue et les trois psychiatres que j'ai connu, meme si il trouvaient que j'avais besoin de suivi... me trouvaient adapté en fonction de la situation... mais j'ai jamais su plus... maintenant je parle à un psy à l'age adulte, sans etre adulte tout à fait...
et il trouve étonnant finalemnt que j'ai pu parler d'enfant porphyrogénète dans les premières séances...

parfois je me dis que seul la naissance d'un enfant qui proviendrait de mon couple mettrait une vraie coupure... mais je n'en suis pas si sure et pire que ça... ma mère a fait pareil... mais pour s'ancrer en France (elle n'est pas Française)

c ça qui me choque dans mon évolution... c le coté ressemblence avec une personne dont je considère les actes dommageables...
et sur moi je l'admets... la première... mais j'ai une soeur aussi très endomagée... qui s'en rend moins compte que moi... qui a cette espece de fausse loyauté pour la mère... en se privant de sexualité.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
attendez, c pas un partage de la femme, c moi qui a été partagé...
et ma soeur accessoirement...

vous ne comprenez pas en fait ma situation...
bon... de 17 H à 21 heures j'étais dans un foyer... et je dormais dans un autre foyer...

nous n'avons pas passé un jour sans etre partagé...

tous les jours ct comme ça meme le week end... voilà... c pas un homme qui vient en fonction du temps... c tous les jours que j'ai eu ça, tous les jours j'ai eu deux foyers, et tous les jours deux hommes !!!!!!!!!!!!!


alors vous n'allez pas me dire que avec tout ce qu'on a étudié sur la famille on a pas étudier ce genre de type familale... ou alors je renvoie à ce moment là aux propre tabous des personnes...


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
C'est toi qui le vis de cette façon, et c'est évidemment quelque chose de très important à travailler en thérapie, mais tu n'as pas été partagée, tu accompagnais ta mère chez son amant... En revanche, selon ce que tu dis du 3ème compagnon de ta mère si j'ai bien compris, et de son comportement envers toi avec l'assentiment tacite de celle-ci, c'est ta mère qui vivait en pleine confusion... qu'elle a probablement transmise à ses enfants pour une part. D'ailleurs ce sont ses mots que tu reprends quand tu parles indistinctement d'"hommes", alors que tu as eu un père et que ta mère t'a exposée inconsidérément à ses autres "hommes".


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
C'est quand même très excitant pour un enfant tous ces ballotages entre deux familles ,  avec les amants d'un des parents etc ... ça confronte vite l'enfant à la sexualité adulte ... Je sais que les familles d'antan avaient aussi leur tourments mais cette extraordinaire liberté actuelle moi m'impressionne : comment faire le bon choix pour soi ? A l'époque tout était programmé d'avance ou presque de a à z les rôles etc . Plus ça aujourd'hui mais ça génère d'autres difficultés ...


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
rooo j'avais tapé un message... et il c'est envolé fait chier...


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
psychonaute, tu te tapes un drole de délire sur le passé...

le passé est tout autant subectif que le travail que l'on fait en psychologie...

va falloir que tu relises l'épopée des borgia, ou bien tout simplement du balzac ou du zola... ou bien du raymond radiguet... allé hop quelques sauts dans la chronologie pour dire que les histoires de fessouilles c tjs autant problématique.

tu peux m'expliquer pourquoi traviata tu vois que je n'ai pas été partagé, et que c mon propre ressentiment, mais pas les faits...
(c ce que dis ta phrase)

pour rééxpliquer les faits, et le sujet. Je parle là de biandrie.
comme on parle de bigamie.
c'est à dire deux hommes qui vivent avec une femme, avec des roles partagés. Je parle pas de l'amant caché et exterieur. L'amant faisait parti de la famille. c'est qd meme différent.
Traviata ce n'est pas l'amant de ma mère, c'est le père de ma soeur, et c pas un cas de divorce là, ce sont trois personnes qui ont une vie ensemble et font deux enfants de deux pères différents, mais un seul nom pour les enfants.
je parle d'un trio. Je ne parle pas d'un couple avec les amants et les maitresses cachées. ou reniées par l'autre.
je parle de trois personnes qui se connaissent, se cotoient, et savent que ma mère couchent avec les deux hommes, et ayant deux enfants de chaque homme.

c la mort qui les a séparé d'ailleurs.

ce genre de situation est peu abordé en psycho... pourtant je me demande si ils sont si rares que ça...
je c que c très tabou quand je l'évoque. Je n'ai souvent que le silence face à ça... ou le déni. meme des gens qui n'ont rien à voir avec l'histoire.


oui mais sinon traviata, effectivement et je n'appele ça pas partage, j'appele ça livré à...
pour le coup je suis devenu une offrande pour le troisième homme. à mes douze ans. Un an après la mort de mon père.

J'en veux enormement à ma mère de tout ce qu'elle a fait, et à quel point elle m'a on peut dire mal traité. Elle ne m'a pas considéré.
Meme si j'explique tout. Il n'empeche qu'il y a ce qu'on appele le choix, et ne pas ceder à des pulsions inutiles, si ce n'est assouvir quelquechose qui ne donne que du néfaste.

et pour les psychiatres récemment la seule chose qui est dite, c'est me sortir de cette relation amour haine. Puisque en fait je vais à ma perte de toute façon. le problème c que je ne sais pas vivre autrement que dans cette relation.
disons pour parler plus serieusement du passé en fait je crois surtout que c une psychanalyse qu'il faudrait.

Pour l'instant ce que j'ai compris d'un point de vu personnel...
c que je suis beaucoup dans la destruction, l'obsession, l'hysterie... en gros je suis très sadique anale...
que je ne sais pas exister sans mon monde névrotique... (immagination, obsession, pensée, enfermement)
et que le but c me sortir de là...
et les psys trouvent que tout est plutot positif... meme si evidement on sait bien que je garderai toutes ses blessures... qui en fait ne se cicatrisent pas, elles s'ouvrent au gré de la vie... et que donc ben je devrai à chaque fois maintenant que je le sais reprendre une thérapie dès que je me sentirai chuter... ressentir l'effondrement de nouveau.
mais toute façon j'ai le sentiment que je me suis toujours effondré... et que toutes mes névroses empechent un véritable effondrement.
et c pour ça que les psys m'ont toujours dis que mes défenses sont saines mais me coutent cher...

mais je pense souvent à l'approche du tabou en séance...
et je me demande si c pas plutot la psychanalyse qui le permet plutot...

enfin bon plutot que vivre ma vie de loque... parceque je vis comme une loque socialement de toute façon... j'espere qu'un jour ou je pourrai recouvrir les vertus humaines.
c surtout ça le but de ma thérapie.

c pourquoi minina n'arrive pas à vivre dans le monde ?

et on sait bien (enfin les psys) que toutes mes histoires sont en interaction avec ce que je suis.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
Je ne sais pas s'il s'agit de tabou ou d'incompréhension.
Je ne sais pas trop que dire, parce que les seuls "couples" que je connais qui vivent de cette manière n'ont pas d'enfant. Et puis, j'ai du mal à comprendre cette histoire de "plusieurs pères". Désolée, ce n'est pas faute de m'avoir expliqué, mais je n'arrive pas à saisir cette conception de pères multiples.
Ce n'est pas que l'histoire me choque, c'est qu'il me manque quelque chose pour la comprendre.



minina a écrit:
et les psys trouvent que tout est plutot positif... meme si evidement on sait bien que je garderai toutes ses blessures... qui en fait ne se cicatrisent pas, elles s'ouvrent au gré de la vie... et que donc ben je devrai à chaque fois maintenant que je le sais reprendre une thérapie dès que je me sentirai chuter... ressentir l'effondrement de nouveau.


Ce passage m'interpelle aussi. Des cicatrices qui s'ouvrent toute la vie ? J'ai l'impression d'une condamnation, "toute ta vie tes cicatrices s'ouvriront et toute ta vie tu iras refaire le pansement chez ton psy".
Et la psychothérapie, elle sert à quoi ? seulement à panser une plaie à vif, pas à la cicatriser ?

Qu'il reste des fragilités je veux bien, que la plaie s'ouvre à nouveau et que ça demande de retourner chez le psy c'est une éventualité. Mais j'ai quand même du mal à entendre qu'on puisse écoper du soin psychique à vie parce que les cicatrices ne se fermeront jamais.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
retourner chez un psy... c pas avoir recour à un soin... ?

écoute là pour le moment j'ai 27 ans... et ça fait 27 ans que c dent de scie avec des chutes importantes...

premiere fois ou j'ai consulté ct à 14 ans puis 17 ans... puis 25 ans...
(age pas exacte mais symbolique, à un an pret c ça)

si vous voulez fermé le sujet faites le...
mais j'ai bien expliqué ma situation... et le fait que je n'ai pas vécu dans une famille divorcée, ni avec des amant ordianire... mais que j'ai vécu dans une famille ou il a des adultes qui ont fais un trio plutot que couple.
les faits sont là... et je suis pas la seule comme ça, y a d'autres familles comme ça.
pour certains c institutionnalisé, et en occident comme la polygamie et la polyandrie n'existe pas dans le droit du mariage, c'est donc en fait par choix personnels qu'il y a eu ce genre de lien, et construction familiale.

enfin bon ça me blesse qu'on me dise à chaque fois c pas compréhensif... je suis pourtant claire.

maman a vécu avec deux hommes, les deux hommes se connaissent se sont partagé ma mère dans deux foyers, mais ayant un espace temps en commun à trois...
deux enfants sont nés de cette situation... un meme nom, deux père différents...

ça s'appele techniquement de la biandrie qu'on e veut pas officialiser dans la filiation par le nom. (des enfants fruits de la sexualité de ces trois adultes)


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 
J'ai pas dit que c'est pas compréhensif, j'ai dit que je ne comprends pas.

Tu as commencé 3 fois des soins psychiques, mais c'était à des âges délicats où beaucoup de choses changent. Peut-être que ces morceaux de thérapie n'étaient pas allé suffisament loin aussi. Je ne sais pas si on peut en conclure que ta manière d'aller mieux doit passer par de multiples bouts de thérapie.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Message on entend pas les familles type polygame et polyandre... 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation