Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Changer sans cesse de psy
Auteur Message
Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Bonjour
Mon problème pour autant que cela en soit un est le suivant : à chaque fois je me lasse de ma/mon psy qui me suit au bout de quelques mois. Dès qu'il me semble qu'il/elle arrive à un stade d'impuissance, alors je me dis qu'elle est pas assez "compétente pour moi", et j'arrête, pour passer à un autre.
La difficulté est ce moment auquel j'arrive toujours ou je ressens mon psy ne pouvant rien faire pour moi.
Alors j'ai envie d'arrêter.
Pensez vous qu'il s'agisse de défenses négatives ? Mais pourtant, j'ai l'impression que aucun psy ne peut rien pour moi, que je suis la seule à pouvoir m'aider. Sauf par périodes ou j'ai vraiment besoin d'une épaule pour me plaindre.
Mais même quand je vais mal, j'arrive toujours au bout de quelques mois à ce stade ou je trouve mon psy impuissant.
Alors je cherche, et change. Parfois vais retrouver un que j'ai laissé tomber avant pour recommencer, ou change pour une nouvelle.
Bien sur, c'est pénible de à chaque fois raconter ma vie mais bon, ceci ne pose pas trop de problème, j'apprends à être concise.

Si vous avez une opinion sur ce sujet, je vous remercie.

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Bienvenue acqua !

Tu leur laisses combien de temps pour faire leurs preuves ?  Une psychothérapie, c'est long, et si des changements positifs peuvent parfois survenir assez rapidement, en règle générale, il faut savoir prendre le temps de ce "voyage" et ne pas vouloir être arrivé avant d'être parti !

En dehors de ces considérations, l'habitude que tu as prise de sauter d'un psy à l'autre peut recouvrir diverses difficultés : peur d'aller mieux, peur de la dépendance, peur de la proximité, peur de renoncer à un vécu de toute-puissance... mille raisons pourraient être invoquées, mais il faudrait que tu restes sufisamment longtemps avec quelqu'un pour explorer ça avec lui !


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Bonjour Traviata et merci pour le bienvenue.
Merci aussi pour ces pistes "peur de la dépendance, de la proximité, de perdre la toute puissance" oui je reconnais bien là ces 3 possibilités.
Mais ce qui me gêne, c'est que toi tu le détecte (et tu as raison), mais eux non, ils attendent tous et toujours que je parle moi des choses et j'en ai marre. Car comment j'aurais pu deviner ce que tu viens de dire si tu ne me l'avais pas dit ?
En fait ça m'énerve l'idée de leur apporter cette découverte sur un plateau d'argent, vois tu c'est comme si je faisais le travail à leur place, j'ai l'impression que c'est moi qui pilote toujours tout. Avec tous.
J'aimerais en trouver un/une qui pilote à ma place, et anticipe, me pose les questions, et reste pas en silence quand un truc lui échappe genre je vous fais réfléchir.
En tous les cas merci pour les pistes, c'est tout à fait ça.
Il faudrait que j'en choisisse un avec qui parler de ça, qui sait lequel Rolling Eyes
En résumé, j'ai l'impression de tout diriger et de tout faire toute seule.
Est ce normal que ce soit ainsi ?

Merci sourire

Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Bonsoir Acqua, bienvenue sourire
Je n'ai pas vraiment d'opinion mais en te lisant je me disais que je n'aurais aucune envie de recommencer avec un/une autre psy. C'est sûrement lié à mon transfert mais j'ai l'impression que je ne peux aller au bout de ce travail "communautaire" seulement avec elle. Bon il est vrai aussi que j'ai encore un peu de mal avec la perte et la séparation !
Sinon je me disais aussi qu'il fallait vraiment "s'abandonner" pour véritablement faire un travail de thérapie dans le sens accepter de ne pas avoir toute la maîtrise.
Peut-être est-ce quand cette maîtrise risque de t'échapper que tu as envie de changer ?
Et puis ton envie de changer intervient-elle à un stade précis de ta thérapie ? cela pourrait être une piste de regarder tout cela de près, pour moi cela ressemble à une défense...(bon je crois que finalement je t'ai donné mon opinion mais ma seule expérience est ma propre psychothérapie alors ça vaut ce que ça vaut... sourire )

Edit : le temps que j'écrive mon message tu as eu le temps d'échanger avec Traviata (je suis longue Embarassed ), c'est mieux un avis pro sourire


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Bonsoir Fracat et merci aussi pour la bienvenue sourire
S'abandonner à vrai dire je ne comprends pas bien ce à quoi cela pourrait correspondre. Je parle de tout sans trop de difficultés.
Mais j'ai l'impression de ne pas recevoir grand chose en retour mais la question serait qu'est ce que j'attends, eh bien quelqu'un qui "sache".
Une de mes psys m'avait dit justement "je ne sais pas à votre place, et n'ai pas à savoir", et je n'avais pas aimé, car ai eu l'impression qu'elle mentait, que elle de son fauteuil savait très bien la photographie de mes soucis, mais que son travail consistait à m'y faire arriver moi. Au moins elle j'avais l'impression qu'elle savait .
Mais les autres, c'est du pilotage à vue, ils sont dans leur fauteuil, et me laissent errer au milieu de mes confessions, sans mettre de cadre.
Tu me demandes si c'est à un stade précis de ma thérapie que cela arrive ? Je dirais dès que j'ai l'impression d'avoir tout dit tous les faits, toutes les descriptions de mal être anormal. Quand j'ai tout dit, j'en ai assez de leur silence qui me semble trop "facile", et je décide d'interrompre. J'arrête un moment, puis recommence en général avec un autre qui me redécouvre, donc il y a de la présence de sa part pour un temps. Mais quand ca cesse, je me lasse.
Ce que vous m'avez dit, Traviata et toi, par exemple c'est ça que j'aimerais que un de mes psys me disent, qu'il m'avance quelque chose. Mais je sais pas pourquoi, je tombe que sur des que je trouve trop "passifs".
J'ai besoin d'interaction. Le dernier interagit mais que par des questions qu'il relance sans cesse.
J'aimerais que parfois il me dise "je pense que les choses sont ainsi et que vous devriez creuser cela parceque ceci ou cela".
Mais jamais cela n'arrive.
Ceci dit, la question pourrait être "ai je besoin d'un psy" absolument... C'est que parfois, oui car je n'ai personne d'autre à qui parler de mes difficultés.
Je me rends compte que les psys je les ai toujours utilisés pour parler de mes difficultés, mais pas pour changer, pour travailler sur ce qui m'a fait arriver là. C'est là pour répondre à ta question que je bloque en fait, quand il s'agit d'une possible "transformation" en touchant les choses importantes.
Peut être est ce justement quand je n'ai plus rien à raconter, que là ça pourrait devenir "intéressant".
Toi Fracas tu dis que tu as du mal avec la séparation, moi ce serait plutot le contraire, c'est avec l'attachement.
Pourtant tous mes psys ont été super sympas mais j'arrive pas à m'attacher à un je trouve toujours un truc qui me fait perdre la confiance avant que je puisse l'acquérir. Enfin, pas confiance, je leur fait confiance à tous, mais plutot enfin si confiance, pour accepter de lâcher tout avec l'un d'eux
C'est peut être l'histoire du vécu de toute puissance dont parlait Traviata. Oui c'est bien possible, merci encore pour cette piste.
C'est que je me sentirais vulnérable, si je ne maitrisais pas tout.

Merci à vous deux j'ai à réfléchir de toutes façons ce sont les vacances pour les psys en ce moment.

Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Par s'abandonner je voulais dire accepter d'être vue et de se voir vulnérable, se libérer de la maîtrise.
Au cours de ma thérapie je n'ai jamais eu besoin que l'on me dise "les choses sont ainsi" et pourtant je manque pas mal de confiance en moi. Quand j'arrive à des palliers "vérité" je le sais toute seule et cela m'apparaît comme une évidence, c'est ma vérité je le sais c'est tout. Après ma "vérité" évolue au fur et à mesure que j'avance dans le travail, se transforme. Ma psy me donne des impulsions, m'aide au déblocage en me posant les questions justes, parfois aussi avec des silences bien placés mais le travail c'est moi qui le fais. Je me raconte pour te dire que je crois que pour se comprendre et pour changer (parce qu'il faut bien changer pour apprendre à ne plus souffrir) A mon sens il faut trouver le chemin soi-même, bien sûr le psy guide, accompagne, mais le chemin c'est à nous de le trouver dans les profondeurs même si ça bouscule pas mal !


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
C'est très important ce que tu dis là Fracat, parce qu'effectivement, même si, par nos connaissances théoriques et par l'expérience clinique, nous pouvons, en écoutant quelqu'un, nous faire une idée globale de la problématique en jeu, une chose est sûre, c'est que de livrer cette "connaissance" au patient ne sert à rien ! Et c'est aussi quelque chose que nous apprenons lors de nos analyses personnelles, qui sont souvent conduites en même temps que nous acquérons un savoir théorique. Savoir "intellectuellement" quelque chose est très différent du processus qui consiste à découvrir une part de son fonctionnement psychique en psychothérapie, d'évoluer seule (mais guidée bien sûr) vers cette reconnaissance en profondeur qui est seule porteuse de changement.
Et le "je ne sais pas mieux que vous" n'est pas non plus faux, acqua, car le boulot consiste à t'apprendre à te connaître, pas à te fournir un tableau global et nécessairement réducteur.

Un autre point, différent mais important, est ce que tu dis là acqua :
Citation:
Je me rends compte que les psys je les ai toujours utilisés pour parler de mes difficultés, mais pas pour changer, pour travailler sur ce qui m'a fait arriver là

Une oreille attentive et bienveillante, c'est utile et sûrement indispensable parfois, mais ce n'est pas (ou pas uniquement) ce genre d'écoute que doit proposer un psychothérapeute. Au-delà de la recherche d'une présence rassurante et contenante, il faudrait que tu sois en mesure de t'engager dans ce processus de changement, c'est-à-dire que tu ressentes réellement ce désir, ce qui n'est certes pas le plus facile...


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Je ne sais pas trop s'il s'agit d'interactivité avec le psy, puisque visiblement avec tous tes psys ça a fini de la même manière. En tout cas ça me semble primordial de lui parler de ce que tu ressens dans ces moments-là. Et pourquoi pas lui dire de quelle manière il peut t'aider à passer ce cap au mieux, autrement que par la fuite.

Et au fait, bienvenue Acqua (je réagis à retardement) sourire


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
bienvenue Aqua

je te lis et des trucs me sautent aux yeux : tu dis avoir besoin d'interaction, qu'on te réponde, qu'on te dise, et que quand tu arrives à la fin de ton récit, c'est le silence, alors tu pars. Ose peut-être rester dans ce silence la prochaine fois.
Perso le silence à deux me faisait très peur, mais j'y ai appris beaucoup de choses sur moi.

Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Bonjour merci beaucoup pour toutes ces réponses intéressantes.
Séverine et Manamana merci pour vos bienvenue et paroles. Oui le silence c'est pas facile ça mouline alors tout seule. Sinon oui je pourrais essayer d'en parler au dernier même si il me semble vraiment un peu trop passif mais je vais creuser.
Fracas et Travaita, J'aimerais c'est vrai qu'on m'apporte le tableau qui me décrit plutot que j'essaie moi de le dessiner. C'est ce que j'attends c'est vrai. Comme un désir de tricher, d'avoir la photo finale sans faire tous les efforts pour la définir moi même.
Je comprends enfin j'imagine en quoi c'est important qu'on y arrive soi même, mais j'ai quand même du mal à le comprendre.
C'est que c'est beaucoup d'efforts pour moi vraiment d'avancer dans la connaissance de moi même c'est si fatiguant en effort.
Mais en lisant vos réponses je prends conscience de cette notion de changement c'est que c'est super difficile de changer, ça implique quitter ce que je connais même mal même souffrant, mais c'est moi je connais. Autre chose c'est difficile ça implique de sortir d'une sorte d'imoobilisme masochiste je dirais.
Ai je réellement envie de changer, c'est une question que je dois me poser en effet. La réponse devrait être oui bien sûr, pour vivre mieux.

Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Oui la thérapie c'est des efforts, de la souffrance parfois, c'est un long travail.

Ca me fait penser aux idées recues qu'on entend parfois dans la vie de tous les jours, certaines personnes pensent qu'il faut être bien faible pour aller voir un psy. Moi je trouve que lorsqu'on s'est engagé dans un travail de thérapie, on s'aperçoit à quel point ça demande de la ténacité, du courage, une certaine force en définitive.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Rebonsoir Séverine, je suis tout à fait d'accord, quand c'est pour avancer comme on disait plus haut, et non pas pour trouver une épaule consolante, ce que j'ai pour ma part longtemps fait.
Tout dépend donc de la dynamique opérée. Tu parles de courage, pour ma part je ne me sens pas encore avoir amorcé la dynamique qui met en oeuvre le courage mais ça va venir j'en ai envie

Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
à mon avis c plutot un moyen avec un minimum de mode d'emploi, sans trop de mode d'emploi...

mon copain me dit que je suis courageuse de faire une thérapie... il m'encourage... je vois bien la nature de ce genre de propos...
c'est un encouragement et une affection de sa part, mais aussi une sorte de croyance...

mais sinon je ne pense pas qu'il faut un courage particulier. c'est une solution entre autre, et qu'on veut mener à bien.
après y a un minimeum de règles, ne pas chercher le psy qui vous correspond... ça n'existe pas !!!!
et puis laisser le cours des choses, c'est à dire de la thérapie...faire les choses naturellement et adhérer un minimum...

je n'ai perso pas le courage d'etre suivi, j'en ai besoin.
la voie de la thérapie c'est pas specifiquement la connaissance de soi. là dessus je suis formelle...
en revanche oui ça amorce un dialogue sur soi, dans une posture particulière qu'adopte la psychothérapie. et ce qui nous donne un angle de vu de nous meme particulier, mais qui n'est pas le seul angle.
ce n'est pas la voie royale pour se connaitre... on se connait déjà qd on va chez le psy... c lui qui nous découvre... et qui par raport à des méthodes et savoir faire va nous amener à vouloir régler des conflits... qu'on ne voyait pas sous cet angle sans son accompagnement.
d'ailleurs y a pas de voie royale pour se connaitre... on a la vie et l'infini pour se connaitre, et connaitre l'humain.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Bonjour Minina,

Je ne ressens pas du tout la même chose que toi par rapport à la psychothérapie.
Pour moi c'est un engagement (et plus dans le maximum que le minimum) dans un travail sur le long terme. Un travail difficile, parfois très douloureux et couteux en terme d'efforts. Dans ce sens je trouve qu'il faut une forme de courage pour mener activement une thérapie.

Dans mon cas cela correspond à un choix, rien ne m'obligeait à persévérer et approfondir autant, j'aurais pu continuer à fonctionner avec mes anciens moyens (le refoulement en tête) sans difficultés disons bloquantes dans ma vie sociale, professionnelle et je n'avais pas à surmonter de conflits familiaux.

Par contre j'étais arrivée à un point où je ne savais plus qui j'étais, où toutes mes émotions étaient biaisées et où l'angoisse me parasitait sans cesse.
La thérapie m'a permis de me trouver en profondeur, ou tout au moins de me rapprocher de mon véritable moi et ainsi de réduire mes contradictions.

C'est une étonnante aventure, très excitante quand je me rapproche de ma vérité, mais aussi parfois très douloureuse car ce que j'ai découvert de moi n'est pas toujours flatteur ou ne correspond pas à ce que j'avais comme idéal de moi. Ce qui est important c'est que je puisse être moi-même, avec toutes mes imperfections et ainsi vaincre les émotions contradictoires source d'angoisse et souffrance.

Là où je te rejoins c'est quand tu dis qu'on en finit jamais de se connaître


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message Changer sans cesse de psy 
Et j'ai envie d'ajouter que la psychothérapie ça été pour moi plus qu'un choix, c'était un désir, un désir très très fort...


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Message Changer sans cesse de psy 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation