Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
La sociabilité difficile :-)
Auteur Message
Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
En fait, j'aimerais que vous parliez de vous si vous voulez bien, par exemple répondre à la question suivante : que vivez vous en vous quand vous êtes entrain de discuter avec un ou une amie ? est ce différent de moi ou je me dis "mais pourquoi il s'intéresse à moi alors que je ne suis pas là" ?
Merci de me répondre d'avance

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
Hello acqua !

Eh bien, cela peut-être très différent selon les moments et selon la personne avec qui je suis... Ça m'est arrivé souvent de me sentir absente, parce que j'avais d'autres préoccupations, parce que j'étais fatiguée ou alors pour fuir quelque chose que j'avais l'impression de recevoir de cette personne. Le plus souvent, si c'est un(e) ami(e), je me sens suffisamment en phase pour perdre la conscience de ce qui se passe et me laisser simplement aller à discuter et à profiter du moment. Si je perçois quelque chose qui cloche en revanche, je vais être attentive à l'interaction elle-même plus qu'à ce qui s'y dit... Je ne sais pas trop si ça répond à ta question.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
Traviata a écrit:
Hello acqua !

Eh bien, cela peut-être très différent selon les moments et selon la personne avec qui je suis... Ça m'est arrivé souvent de me sentir absente, parce que j'avais d'autres préoccupations, parce que j'étais fatiguée ou alors pour fuir quelque chose que j'avais l'impression de recevoir de cette personne. Le plus souvent, si c'est un(e) ami(e), je me sens suffisamment en phase pour perdre la conscience de ce qui se passe et me laisser simplement aller à discuter et à profiter du moment. Si je perçois quelque chose qui cloche en revanche, je vais être attentive à l'interaction elle-même plus qu'à ce qui s'y dit... Je ne sais pas trop si ça répond à ta question.



Bonjour Traviata, oui ça répond à ma question. Perdre la conscience de ce qui se passe et se laisser aller c'est ça que j'aimerais réussir à faire. Je ne sais pas comment décrire ce qui m'empêche d'y arriver. Je crois trop d'analyse de l'interaction comme tu dis. Mais ca c'ets une conséquence à la source il y a encore autre chose que je n'indentifie pas.
Si toi ou quelqu'un a une idée pour lui même ? Bonne journée sourire

Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
Pareil pour l'analyse de l'interaction, puis je me surveille énormément pour être "adéquate", genre quand je suis dans une phase blabla, j'essaie d'interrompre mon discours, de toujours me rappeler si j'ai coupé la parole, et quand j'ai terminé de dire "pardon mais je t'ai coupé la parole, tu disais ?". Je m'efforce de poser des questions... pas que je m'interesse pas au contraire, mais ai un peu trop tendance à essayer de comprendre l'autre par une sorte d'intuition que par l'informaton que la personne me donne. Dans mes phase plus mutiques où je me sens "sans mots", je m'efforce d'écouter et de rester présente malgré la fatigue que cela génère - parce que je pars assez facilement dans d'autres pensées, dans des espèces de films internes qui peuvent m'amener très loin... donc je m'efforce de revenir, de saisir les mots de l'autre... et alors je me mets dans une attitude d'écoute...
mine de rien je pense que j'entends pas mal les gens, que je comprends pas mal de choses, mais ce qui me fait peur c'est qu'ils ne se sentent pas écoutés, ou vus... enfin qu'ils se rendent compte de mes espèces de pannes d'attention et le ressentent  comme une agression, ou un manque d'intérêt ou que sais-je...

Puis bon très souvent le moindre truc qui se passe à côté, peut attirer mon attention et me détourner de la personne qui me parle... puis j'ai un truc avec les yeux aussi... comme si je faisais mal le point, donc en fonction de la position de la prsonne dasn l'espace et de la luminosité, de la profondeur de champs derrière eux, ça peut me faire des trucs bizarre qui me déconcentrent...

Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
 Coucou Acqua, et bienvenue !

Il y a un truc que je vis très souvent quand je discute avec une personne, et que je ne comprends pas... Je peux me dire en même: "qu'est-ce que c'est bien", et "je voudrais être seule". Je finis par ne plus savoir ce que je ressens, ce que je veux... Et je voudrais pouvoir trancher pour l'un ou l'autre... Mais non, je ressens les 2. Ressens-tu également quelque chose de cet ordre ?

J'ai connu également une période où je n'étais pas dans la relation à l'autre. Je me sentais toujours comme "à côté de mes pompes". Je n'arrivais pas à participer, à parler, et regardais les autres en me disant: "comment font-ils pour parler?". Parler était devenu étrange . Quand je parlais, j'avais encore plus la sensation d'être à côté de moi, et de m'entendre parler. Le fait de parler accentuait, je crois, cette impression qu'il y avait les mots d'un côté, et le corps de l'autre. Quand je me taisais, tout était bien soudé. Je pourrais en écrire des pages...

sourire

Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
Manamana a écrit:
Pareil pour l'analyse de l'interaction, puis je me surveille énormément pour être "adéquate", genre quand je suis dans une phase blabla, j'essaie d'interrompre mon discours, de toujours me rappeler si j'ai coupé la parole, et quand j'ai terminé de dire "pardon mais je t'ai coupé la parole, tu disais ?". Je m'efforce de poser des questions... pas que je m'interesse pas au contraire, mais ai un peu trop tendance à essayer de comprendre l'autre par une sorte d'intuition que par l'informaton que la personne me donne. Dans mes phase plus mutiques où je me sens "sans mots", je m'efforce d'écouter et de rester présente malgré la fatigue que cela génère - parce que je pars assez facilement dans d'autres pensées, dans des espèces de films internes qui peuvent m'amener très loin... donc je m'efforce de revenir, de saisir les mots de l'autre... et alors je me mets dans une attitude d'écoute...
mine de rien je pense que j'entends pas mal les gens, que je comprends pas mal de choses, mais ce qui me fait peur c'est qu'ils ne se sentent pas écoutés, ou vus... enfin qu'ils se rendent compte de mes espèces de pannes d'attention et le ressentent  comme une agression, ou un manque d'intérêt ou que sais-je...

Puis bon très souvent le moindre truc qui se passe à côté, peut attirer mon attention et me détourner de la personne qui me parle... puis j'ai un truc avec les yeux aussi... comme si je faisais mal le point, donc en fonction de la position de la prsonne dasn l'espace et de la luminosité, de la profondeur de champs derrière eux, ça peut me faire des trucs bizarre qui me déconcentrent...


Bonjour Manamana,
Tu as l'air très présente dans l'échange avec les autres, il me semble que tu sois très soucieuse de l'être, et que tu es réellement intéressée par celui ci. Ce que j'ai du mal à vivre. Pour ma part, quand je suis avec d'autres, j'ai l'impression de ne plus être concernée par eux, alors que je désirais les voir, mais en face, dans la discussion, ils deviennent comme des étrangers alors qu'ils ne le sont pas c'est curieux. Par contre, la fatigue que tu décris je la connais bien.
Merci pour tes quelques mots sourire

Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
iona a écrit:
 Coucou Acqua, et bienvenue !

Il y a un truc que je vis très souvent quand je discute avec une personne, et que je ne comprends pas... Je peux me dire en même: "qu'est-ce que c'est bien", et "je voudrais être seule". Je finis par ne plus savoir ce que je ressens, ce que je veux... Et je voudrais pouvoir trancher pour l'un ou l'autre... Mais non, je ressens les 2. Ressens-tu également quelque chose de cet ordre ?

J'ai connu également une période où je n'étais pas dans la relation à l'autre. Je me sentais toujours comme "à côté de mes pompes". Je n'arrivais pas à participer, à parler, et regardais les autres en me disant: "comment font-ils pour parler?". Parler était devenu étrange . Quand je parlais, j'avais encore plus la sensation d'être à côté de moi, et de m'entendre parler. Le fait de parler accentuait, je crois, cette impression qu'il y avait les mots d'un côté, et le corps de l'autre. Quand je me taisais, tout était bien soudé. Je pourrais en écrire des pages...

sourire


Bonjour Iona merci de ton intervention. Ce que tu dis me parle. Oui c'est bien souvent le cas que quand je sois face à une personne que je désirais voir, ensuite je n'aspire qu'à être seule, tout en étant contente de la voir.
Pour ma part, je comprends bien ce que tu dis avec les paroles qui semblent ne pas t'appartenir, moi c'est un peu ça aussi. Surtout, quand je suis face aux gens que je désirais voir, je n'ai plus rien à dire, je ne sais pas trop comment décrire c'est comme si je disparaissais je devanais le néant sans plus d'identité propre, sans présence.
Mais tu parles au passé, ça veut dire que c'était avant et plus maintenant, ou que parfois ?
Merci pour ta réponse sourire

Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
bonjour acqua ,

pour ma part quand je discute et que la personne " m'interresse "et que surtout je l'apprécie je l'écoute attentivement
mais si c'est une personne que j'apprécie peu et que je dois etre obligé de la supporter en étant dans la meme pièce je fais semblant de l'écouter et je n'arrive pas à la regarder dans les yeux .
et puis il y a ces moments ou l'on ne veut pas parler et malgrès tout nous y sommes un peu obliger  quant on vit à plusieurs
voilà un peu mon ressenti  . bonne journée à toi

Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
Coucou Acqua !

Oui, je parle au passé car je suis beaucoup plus dans le langage maintenant. Mais ça m'arrive encore d'être à côté (notamment dans des situations de stress comme un entretien d'embauche, examens, etc...) et c'est vraiment désagréable. Dans ces moments, c'est du style, je dis 3 mots, je m'arrête car je m'entends parler, je reprends, je m'arrête à nouveau... J'ai alors l'impression d'être stupide. Mais ça dépend également de la personne qui est en face de moi. Si c'est quelqu'un de sympa, vivant, chaleureux, ça se passe bien. Je suis alors prise dans la vie, le mouvement, et je parle sans trop m'en rendre compte;

Bonne journée sous la chaleur !



Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
Je pense comme iona qu'il y a des interlocuteurs plus ou moins facilitants pour ceux qui ne sont pas très à l'aise dans une interaction. Pendant toute une période, face à des gens que je pourrais désigner comme froids ou hautains, j'ai eu la sensation de ressentir chaque mouvement de mon corps, d'entendre désagréablement résonner ma voix, d'avoir l'impression que mes propos étaient de plus en plus bêtes, d'être conscient de tout à en avoir le vertige, tandis qu'avec des personnes chaleureuses cette impression s'évanouissait. Les fluctuations de l'angoisse sociale peuvent être en partie responsables de ces ressentis, même si d'autres phénomènes peuvent intervenir.


_________________
La vie n'est pas ce que l'on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s'en souvient. G. Garcia Marquez
Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
Bonjour zazou iona et hermès sourire merci pour vos messages ! ça semble différent pour chacune d'entre vous. Moi j'étais chez des amis et ça allait mieux sur la fin je suis rentrée chez moi là. C'est que j'ai pas l'habitude d'être avec des gens pour ma part je suis trop sauvage depuis trop d'années, mais sur la fin ça allait c'était même très agréable de papoter avec eux, je réussissais à m'oublier pour être dans la conversation. Ca a duré une petite semaine mais c'était bien ces vacances ça m'a fait super du bien. Je crains que les bienfaits ne s'estompent trop vite Pourvu que pas.
En tous les cas, merci à tout le monde de m'avoir répondu sourire

Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
Citation:
Tu as l'air très présente dans l'échange avec les autres,


Eh bien le problème disons est moins d'être présente, même si je me sens souvent "abstraite", que de me concentrer pour ne pas effacer les autres. C'est à dire que j'ai beaucoup évolué ces dernières années, car avant bien souvent j'avais un peu la même sensation que toi, comme si les gens disparaissaient, enfin ils étaient là visuellement, auditivement, mais un voile me séparait d'eux en quelque sorte et je crois que je ne saisissais pas vraiment leur réalité. Je trouvais cela douloureux, car impossible de trouver une "accroche" qui permette de me sentir "liée" à l'instant, à la parole des autres, à l'ambiance... cela me faisait beaucoup culpabiliser.
 


Citation:
il me semble que tu sois très soucieuse de l'être, et que tu es réellement intéressée par celui ci.


Oui cela fait partie en quelque sorte de mes idéaux, de mes valeurs, et je pense pouvoir affirmer que j'aime vraiment les gens (même si ça veut peut être rien dire lol), d'où d'ailleurs une grande tristesse de ne pouvoir me sentir plus liée, plus à l'écoute - disons que j'avais toujours pensé que malgré mes divers défauts, j'étais quelqu'un d'altruiste, et quand je me suis rendue compte de cette distance, j'ai pensé que j'avais vécu sur un idéal de moi mensonger. Je me suis dit que depuis des années que je me prenais pour une "gentille", j'étais peut être dans la réalité terriblement agressive envers les autres.
 

Citation:
Pour ma part, quand je suis avec d'autres, j'ai l'impression de ne plus être concernée par eux, alors que je désirais les voir, mais en face, dans la discussion, ils deviennent comme des étrangers alors qu'ils ne le sont pas c'est curieux. Par contre, la fatigue que tu décris je la connais bien.


Je crois comprendre à peu près ce que tu peux ressentir, et donc si je te comprends bien et si l'écho que cela fait en moi est à peu près juste, ce n'est pas si loin de la manière dont je vivais les relations sociales avant.

Tout cela pour dire donc que ce n'est pas irreversible
Cela te fait toujours cet effet ?

 

Répondre en citant
Message La sociabilité difficile :-) 
Manamana a écrit:

Tout cela pour dire donc que ce n'est pas irreversible
Cela te fait toujours cet effet ?
 


bonjour oui dirais oui mais ça changera peut être un jour sourire

Message La sociabilité difficile :-) 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation