Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
Personnalité, organisation, structure, caractère
Auteur Message
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Je me rends compte après une longue et fastidieuse discussion ici même lol, à quel point je ne maîtrise pas ces termes.

Si j'ai bien compris, ils renvoient tous à la même chose plus ou moins ? Comment les emploie-t-on sinon exactement ?

Par exemple si l'on parle d'une organisation psychotique ou névrotique, cela veut dire que la personne est dotée d'une structure psychotique ou nevrotique, non ? Et que cela renvoie aux définitions des personnalités et troubles de la personnalité ?

J'ai beau fouiller le forum car je crois que Traviata m'avait déjà en partie répondu à ce propos, je ne retrouve pas le post en question (peut être que je l'ai rêvé lol) et ne trouve rien qui puisse me permettre d'être certaine de ce que j'avance.

Par exemple, en fouillant justement je suis tombée sur l'annonce d'un colloque, dont le thème était "Masochisme, organisation ou perversion"
S'il y a des structures perverses, pourquoi cette question ?
Ou le mot perversion renvoie-t-il à quelque chose de précis ? (symptôme...)

J'ai quand même trouvé une page sur internet qui ressemble à des notes de cours :
http://www.ovni.ch/~farfadet/bergeret.html  (si ça vous embête pas de regarder, est-ce que les infos sont justes ?)

Dans mes cours à moi j'ai rien trouvé qui permette réellement de différencier tout cela...

Enfin voilà en attendant que les vacances soient finies... Mr. Green ... je vais continuer à fouiller, fouiner, lire...

merci à ceux qui prendront le temps de m'expliquer, même si vous avez juste des infos partielles je suis preneuse

 

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Bonjour Manamana,

Sur les troubles de la personnalité il y a ça.
Pour moi la structure désigne l'organisation psychotique, névrotique... pas sûre, mais c'est comme ça que je l'ai compris.

Il y a un fil sur la sémiologie psy, je te met le lien parce que j'ai trouvé plein d'infos sur les différentes notions mais je ne trouve pas de réponse à ce questionnement en particulier.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Merci beaucup Séverine !

Si je trouve quelque chose sur internet qui me semble pertinent sinon je mettrais un lien, pour rassembler des infos en quelque sorte, mais bon ce que je voudrais pas c'est mettre des liens vers des sites que la charte n'approuve peut être pas... tu pourras vérifier au cas où ?

Une fois que j'aurais lu un peu plus j'essaierais de proposer des petites définitions, à corriger bien sûr si je me trompe.





Dernière édition par Manamana le Dim 23 Aoû 2009 - 20:16; édité 1 fois
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Oui bien sûr


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
bon déjà cela m'aura permis d'accéder à ces définitions que j'essaie de classer selon ce que j'ai compris (les modos je vous invite à éditer dans le message si vous voulez ajouter des choses, des précisions, mais changez la couleur pour que je vois où, je remettrais en couleur normale après) :


Le Caractère
Attributs qui caractérisent un individu, appris par les expériences acquises lors du développement dans l'environnement familial (1). Emanation même de la structure profonde dans la vie relationnelle, le caractère constitue le témoignage visible de la structure de base de la personnalité (2).

L'abord relationnel traduit les modes de fonctionnement du moi sur le plan défensif et adaptatif, la façon dont sont traités les besoins pulsionnels, la nature du choix d'objet, le niveau des conflits, le statut des représentations oniriques et fantasmatiques, les particularités de l'angoisse latente.

Selon O. Fenichel (6), le caractère se situe à la jonction entre les exigences pulsionnelles et le monde extérieur (3).

Sans doute peut-on donc évoquer ici l'espace transitionnel (ou "aire intermédiaire") de Donald Woods Winnicott, espace entre la réalité intérieure de l'enfant et la réalité extérieure, comme étant le lieu où le caractère se développe en fonction des exigences, des tensions  internes et externes (10).

Dans cette logique, le développement du caractère, en fonction des tension internes et externes, influerait sur l'établissement de la structure future de l'individu. Les compromis établis dans cette aire intermédiaire auraient donc un rôle organisateur de la psychée. A comprendre comme une recherche d'équilibre entre les forces opposées.


Le caractère c'est la physionomie originale de l'individu psychique.
Henri Ey (7) 1967
           
     
        
     
La Structure
Vers l'âge adulte, la psychée atteint un mode d'organisation "cristallisé" que l'on appelle structure et qui se constitue des éléments métapsychologiques profonds et fondamentaux de la personnalité, fixés en un assemblage stable et définitif (2).

Les structures sont singulières, car liées à l'histoire du sujet où compte l'aléatoire et l'influence de l'environnement ; mais une fois installées, présentent une stabilité, une dureté, une homéostasie, une tendance à la reproduction (9).


Le Tempérament
Alors que le caractère constitue la part acquise (apprise) de la personnalité, le tempérament désigne l'inné. Le tempérament se constitue donc des prédispositions de l'individu (génétique), existant avant et indépendamment de l'interaction avec l'extérieur.


Les traits de caractère
Si des éléments caractériels observés ne correspondent pas à la structure profonde du même sujet, on n’est pas en présence d’un caractère mais de «traits de caractère». Exemple : structure obsessionnelle (donc caractère obsessionnel) avec des éléments caractériels hystériques surajoutés. Donc, traits de caractères hystériques chez un obsessionnel.

Les traits de caractère sont, sur le plan des manifestations relationnelles, des roues de secours aux défaillances éventuelles du caractère proprement dit.  Il est question de traits de caractère sublimatifs et réactionnels. Les premiers ont pour but de satisfaire les pulsions en évitant le refoulement. Les seconds fournissent des défenses supplémentaires et coûteuses contre les représentations pulsionnelles gênantes (2).
                                     

Organisation et état-limites
L'organisation n'est pas forcément une structure, mais la structure est une organisation stable de la psychée.
Les états-limites ne sont pas des structures, ce sont des organisations a-structurées (1).

Dans les classifications catégorielles, on parlera de trouble de la personnalité borderline ou état-limite, définie notamment par l'instabilité dans le domaine affectif, cognitif, par rapport au contrôle de l'impulsivité et dans les relations interpersonnelles (2).

Le terme d'organisation correspond donc simplement à l'aménagement de la psychée, pouvant être qualifiée de structure  ou de personnalité si et seulement si cet aménagement se révèle stable et durable.


   
Personnalité
Ensemble de comportements, d'émotions et de cognitions ; correspond au mode de réactions émotives, cognitives et comportementales à l'environnement, qui caractérise chaque individu. Stable dans le temps, spécifique d'un individu, structuré à partir de l'âge adulte (1).

Résultat de l'association de l'inné et de l'acquis, donc du tempérament, du caractère, de ses ajustements (traits de caractère), aboutissant en une structure si l'organisation atteint une stabilité durable; la structure constituant donc l'architecture sur laquelle repose la personnalité.


Normal et pathologique
Selon Bergeret (5), la normalité correspondrait à un état d’adéquation fonctionnelle heureuse au sein d’une structure fixe (psychotique ou névrotique). Il est question de pathologie lorsqu'il y a rupture d'équilibre au sein d'une structure.

En cas de rupture de l’équilibre antérieur, un sujet de structure psychotique ne pourra développer qu’une psychose et un sujet de structure névrotique ne pourra développer qu’une névrose. Tant qu’un sujet de l’une ou l’autre structure stable (psychotique ou névrotique) n’est pas soumis à de trop fortes épreuves internes ou externes, il ne sera pas «malade» tout en restant de structure psychotique ou névrotique. Le «cristal» tiendra bon (2).


(...) l'option classique est que les maladies se distinguent, telles les espèces botaniques dans le système de Linné, partes extra partes, (...), alors qu'il est clair que certaines formules de Freud imposent l'idée qu'elles sont au contraire liées entre elles. (...), classiquement on a donc : le normal et le pathologique, et des subdivisions. Chez Freud, il y a l'idée que ces subdivisions recouvrent quelque chose dont il faut penser une sorte de structuration globale, par rapport à quoi le normal n'est jamais qu'un équilibre, qu'une harmonie plus ou moins relative et instable, entre différentes possiblités de pathologie, (...). (...), Freud a posé en principe (...) que la pathologie révèle la structure cachée du normal : le principe du cristal. Si je jette ce verre par-terre, il va se briser selon certaines lignes de fracture qui sont au fond latentes dans sa structure même, mais qui ne vont apparaître en clair qu'au moment où il est brisé. (...) On pourrait dire (...) que l'hystérie, par exemple, (...) (mais aussi bien toute autre forme de pathologie mentale), révèle des problèmes que nous avons tous comme humains. Mais justement ils sont révélés, alors qu'ils sont à l'état latent , indiscernables, dans le sujet que nous appelons normal.

Szondi avec Freud: sur la voie d'une psychiatrie pulsionnelle, Jacques Shotte, coll. Bibliothèque de Pathoanalyse, ed. De Boeck Université, Broché (4)
     

Personnalités pathologiques/Troubles de la personnalité

Mode durable des conduites et de l'expérience vécue déviant notablement de ce qui est attendu dans la culture de l'individu.

Modèle de personnalité en psychopathologie :
  • les classifications catégorielles utilisées actuellement en pratique clinique
  • les approches dimensionnelles surtout utilisées en recherche - approche quantitative et continuum entre normal et pathologique.

Les classifications catégorielles des troubles de la personnalité






Notes :
(1) Source : document PDF université montpellier1
(2) Source : Résumé de Bergeret
(3) Source : La personnalité normale et pathologique, Jean Bergeret, Dunod, 1996
(4) Source : Szondi avec Freud : sur la voie d'une psychiatrie pulsionnelle
(5) Wikipédia : Jean Bergeret
(6) Mégapsy : Otto Fenichel
(7) Wikipédia : Henri Ey
(9) Source : Eloge de l'approche structurale - les structures freudiennes. Par Lise Demailly
(10) Source : Espace Transitionnel - Winnicott - Bibliothèque Psy





Dernière édition par Manamana le Ven 28 Aoû 2009 - 18:12; édité 31 fois
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Je peux dire mon avis ou pas ?

Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Si je pose la question, c'est surement que non, donc je me tairais.

Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
A priori c'est un très bon boulot que tu as fait, félicitations Manamana !

Peut-être que Traviata qui maitrise bien ces connaissances voudra apporter quelques précisions, mais au niveau de mes compétences à moi, ça me semble bien, vraiment.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Merci Séverine content
à savoir que c'est beaucoup du copier-coller Embarassed , d'où toutes les références aux sources...
Oui j'espère que Traviata ou Hermès, ou Grosnounours jetteront un oeil, car il est difficile pour moi de juger de la fiabilité de ce que je lis, ou si j'ai bien compris...

Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Pour les organisations limites on parle plutôt "d'état instable dans une structure stable" en fait , (Widlöcher)
La structure définit les mécanismes privilégiés de la vie psychique d'un individu , son mode relationnel et son appréhension des conflits et elle n'est pas innée comme tu le dis l'histoire personnel compte . Tu as aussi les perversions comme structure stable  pas seulement les névroses et les psychoses .
Par contre pour l'espace transitionnel c'est une aire entre le dedans et le dehors , entre fantasme et réalité qui se chevauche à la base de la vie culturelle , du jeu et de la créativité ...
Je sais pas si c'est vraiment à relier au caractère je crois pas que Winnicott le voyait à associer au caractère mais demande à Traviata c'est plus un phénomène universel que Winnicott voulait cerner ...
J'ai pas appris la personnalité et le tempérament .
Bravo c'est pas mal


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Et bravo pour le chapeau : joli chapeau !


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Merci Psychonaute !

Alors en fait, oui je me demandais si tu allais tilter là-dessus (espace transitionnel par rapport au caractère) parce que pour le coup c'est vraiment moi qui ai pensé que cela pouvait se réunir avec le concept d'Otto Fenichel, et donc je me demandais si je pouvais dire ça. Donc voici comment je le justifie :

D'après Bergeret, le caractère est ce qui est rendu visible de la structure profonde de l'individu, au travers de l'interaction.
D'après Fenichel, le caractère se situe entre l'espace pulsionnel et l'extérieur
D'après Winnicott, cet espace où s'affrontent pulsions et exigences exogènes, c'est l'espace transitionnel...

ergo : le caractère se concocte et se manifest dans l'espace transitionnel

??? non ??? content

bon après ce qui serait intéressant c'est que je relie cela à ce que je suis en train de lire sur le narcissisme... sourire


Je lirais le reste de ta réponse demain à tête reposée pour l'état limite parce que là je vois u peu double


merci bcp en tout cas !

Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
bravo manamana : je comprends un peu mieux, sans maitriser bien sûr


merci aussi pour les liens :je les lirai quand j'aurai fini mes maths, grrrrrrrr


bizatous


_________________
"Je crois qu’une majorité d’êtres sont plus intelligents dans leur jeune âge qu’ils ne le seront une fois éduqués." - Pierre EMMANUEL
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Tu bosses bien Manamana dis donc (tu t'es réinscrite alors ou pas ?) !

Le souci, c'est que ces concepts peuvent appartenir à des systèmes théoriques distincts et que chacun d'entre eux peut avoir un sens différent selon la théorie de référence de la personne qui l'emploie...

Pour la personnalité par exemple, la théorie psychanalytique l'envisage comme une organisation complète (avec une psychogenèse, la description d'un mode de fonctionnement global, etc.), tandis qu'un behavioriste y verra la résultante précise d'un apprentissage, qu'un psy TCC cherchera une "structure cognitive personnelle", etc., etc.
Idem pour le caractère, qui est pour certain défini par une constellation de traits de personnalité, pendant que d'autres définissent la personnalité en fonction de traits de caractère...
Il faudrait aussi préciser que de moins en moins de psys suivent Bergeret et qu'on ne parle plus vraiment de structure, au sens le plus rigide du terme (qui était le sien), le continuum entre les troubles s'imposant de plus en plus. Donc l'opposition avec les états-limites comme "organisation" n'a plus vraiment de pertinence non plus...

Bref, je regarderai tout ça de plus près, mais, comme toujours, il faudrait d'abord préciser dans quel univers théorique on se situe (d'où l'on parle comme dirait un lacanien ).


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 
Pour les lacaniens pendant longtemps il n'y avait pas de cas-limites et encore chez pleins d'ailleurs ...


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Message Personnalité, organisation, structure, caractère 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation