Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Cancer
Auteur Message
Répondre en citant
Message Cancer 
Ma mère a eu un cancer il y a maintenant 5 ans, soigné heureusement à temps.

Ce soir, j'ai appris que quelqu'un que j'apprécie beaucoup a été hospitalisé pour une leucémie...

Sad ...
ça fait un peu resurgir mes vieux démons...


_________________
«On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre.» Galilée.
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Cancer 
Bonsoir Bossa Nova,

Je crois que je comprends...
Tous les membres de ma famille proche (mes 4 oncles) sont décédés d'un cancer, le dernier quand il a su qu'il avait la même maladie que tous ses frères partis avant a décrété que ce n'était pas la peine qu'il se batte outre mesure et est décédé peu de temps après.
Je sais et je constate tous les jours que le cancer n'est pas synonyme de maladie mortelle, il n'empêche que lorsque ça a touché un ou des proches, la simple évocation du mot fait ressurgir ces bouts d'histoire.

J'éspère que tout se passera au mieux pour cette personne.



_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Cancer 
Même si l'issue peut être tout à fait favorable, il est certain que l'incertitude, dès qu'il s'agit de maladie grave, est très angoissante. Bon courage à vous deux


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Cancer 
Bonjour Bossa Nova,
5 ans c'est la fin de "la période rémission" et la guérison sourire

Je comprends que tu sois bouleversée à double titre...


Le mot cancer me faisait peur à moi aussi, comme le mot schizophrénie
 avec le temps et un travail sur moi-même je les ai apprivoisés tous les deux.
Je ne les associe plus à la mort et je sais qu'ils peuvent très bien se conjuguer avec la vie.

Je te souhaite bon courage et tous mes vœux de rétablissement pour ton ami(e).


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message Cancer 
Merci pour tous ces messages de soutien,
sourire
Combattre ces démons là, c'est aussi une de mes motivations pour entamer une thérapie...


J'ai eu une nuit plutôt agitée (cauchemars, angoisse...), mais ce soir ça va un peu mieux,
après une petite virée au Palais de la Découverte cet après-midi pour me changer les idées (et maintenant j'ai envie d'adopter un électron...).


Cette leucémie qui me tombe sur le coin de la figure,
ça m'a aussi rappelé que ça fait un moment que j'hésite à faire les démarches pour le don de moelle...
Je me sens d'autant plus concernée...


Quelqu'un parmi-vous aurait-il déjà franchi le pas ...?


_________________
«On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre.» Galilée.
Répondre en citant
Message Cancer 
Ce sont des moments comme ceux que tu traverses qui encouragent souvent à entreprendre de tels actes. La première fois que j'ai donné du sang, c'est quand un proche a eu besoin d'une transfusion! On retombe sinon dans son égoïsme ordinaire.

Pour les dons de moelle, un bon site d'information : http://www.dondemoelleosseuse.fr/don-de-moelle-osseuse-de-a-a-z/

Bon courage pour surmonter cette épreuve.


_________________
La vie n'est pas ce que l'on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s'en souvient. G. Garcia Marquez
Répondre en citant
Message Cancer 
Merci Hermès pour ton message que je viens tout juste de voir.


C'est vrai que je me pose de plus en plus la question du don...
En plus, bon... avec le don du sang, ce sont les deux dons où il ne s'agit pas de "céder définitivement une partie de soi" (je pense au don d'organe) et que donc tout le monde, potentiellement, peut faire.


Sinon, j'ai pu revoir pour la première fois la personne en question aujourd'hui...
J'ai beaucoup appréhendé...
en fait, jusque là, c'était du virtuel pour moi, je le savais, mais je ne réalisais pas vraiment...
Ca m'a fait du bien de la sentir "vivante", ça m'a fait plaisir, et en même temps... c'était quelque part aussi très déstabilisant...
et... pff...
J'ai pas réussi à lui dire ce que je ressentais, je ne savais pas trop s'il fallait le dire, ni comment le dire... c'est délicat... d'autant plus que je suis très mal à l'aise à l'oral et d'autant plus lorsqu'il s'agit d'exprimer des sentiments... dès que je sens l'émotion arriver, dès que je sens que je vais mettre le doigt là où ça fait mal, j'ai tendance à tout retenir...
Cette fois-ci, on n'a pas eu beaucoup de temps. Mais je vais la revoir bientôt, et j'essaierai de lui glisser quelques mots... je pense de toute façon que, comme à son habitude, elle fera en sorte de m'y amener doucement, parce que je sais que c'est aussi important pour elle que pour moi qu'on en parle. Elle est psy (psychologue-psychanalyste), ça fait trois ans qu'on se connaît. Elle a été pendant longtemps présidente d'une association contre le cancer pour laquelle je me suis beaucoup investie (quand ma mère est tombée malade). Elle a été très présente à ce moment là, elle m'a beaucoup aidée, toujours avec beaucoup de tact et de tendresse (même si ses "comment tu te sens ?" me mettaient en général l'estomac en vrac), et on est restées en contact (d'autant plus depuis que j'habite à Paris).


Bon, ce soir, je crois que ça va pas fort...
La maladie, c'est nul...


_________________
«On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre.» Galilée.
Répondre en citant
Message Cancer 
Je ne suis pas sûre que "parler" soit dans tous les cas forcément nécessaire, de toute façon. C'est nécessaire quand il s'agit d'une part de nous-mêmes qui demande à être symbolisée, dans un contexte de psychothérapie. Mais, dans tous les autres cas, une simple présence, même une présence simplement très physique mais avec certaines qualités, peut revêtir une forme très intense.
J'ai connu ça en soins palliatifs et c'est une forme de présence qui me reste, il n'est pas toujours nécessaire de parler, parfois le corporel peut prendre le relai.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Cancer 
Je suis tout à fait d'accord avec toi Traviata, sur le fait que la chose la plus importante et la plus significative dans ces moments là est de sentir la présence de l'autre à ses côtés.
En fait, par "parler", j'entends juste peut-être "dire les choses une bonne fois pour toute" histoire de ne plus les avoir sur le coeur. En aucun cas je ne pense à m'étendre plus que ça sur le sujet, si je dois le faire, ça sera avec quelqu'un dont c'est le rôle, qui sera là pour ça. L'essentiel pour moi, pendant les visites, c'est avant tout de profiter du moment simplement, en essayant d'apporter par mon attitude et ma présence aussi un peu de réconfort.


_________________
«On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre.» Galilée.
Répondre en citant
Message Cancer 
bon courage Bosa Nova

Message Cancer 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation