Questions Psy Forum Index
RegisterSearchFAQMemberlistUsergroupsLog in
Reply to topic Page 1 of 1
Piera Aulagnier
Author Message
Reply with quote
Post Piera Aulagnier 


Piera Aulagnier

Psychiatre et psychanalyste française (1923-1990)



BREFS REPÈRES BIOGRAPHIQUES

Piera Aulagnier, née Spairani, est née en 1923 à Milan, en Italie, mais passe la majeure partie de son enfance en Egypte et en France.

Elle fait ses études de médecine (neuropsychiatrie) à Rome et vient s’installer en France en 1950, après son mariage avec un ingénieur français. Elle y reprend des études de biologie, passe un diplôme d’équivalence de médecine (elle entre comme attachée à l’hôpital Sainte-Anne, dans le service de Georges Daumezon), et, à partir de 1955, se forme à la psychanalyse auprès de Jacques Lacan (elle suivra une seconde tranche avec Serge Viderman).
Soutenant au départ les positions de Lacan lors de ses conflits avec l’Association Internationale de Psychanalyse, elle commence à prendre ses distances avec lui à propos de la formation des analystes (procédure dite de « la passe »…).

Elle épouse le philosophe Cornélius Castoriadis en 1968 et commence une longue série de publications qui assiéront son influence dans le monde psychanalytique.

En 1969, avec d’autres psychanalystes en rupture avec Lacan, dont François Perrier et Jean-Paul Valabrega, elle fonde le Quatrième Groupe. Elle est également à l’origine de la création de deux revues de psychanalyse, L’inconscient, avec Jean Clavreul et Conrad Stein, en 1967-1968, puis Topique à partir de 1969.

Alliant intérêt clinique et recherches théoriques, Piera Aulagnier va désormais se partager entre sa pratique privée de psychanalyste, sa consultation à l’hôpital Sainte-Anne (où elle anime également un séminaire de formation) et ses publications, qui révèlent la construction d’une métapsychologie totalement originale.
Elle décède d’un cancer du poumon en 1990.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Post Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Reply with quote
Post Piera Aulagnier 
PRINCIPAUX APPORTS THÉORIQUES


Piera Aulagnier s’est dégagée des influences de Freud et de Lacan pour élaborer une véritable métapsychologie originale, qui rend compte en particulier de son expérience de travail psychanalytique avec des patients psychotiques.


Le « Je »

Se démarquant de la construction du « Moi » selon Freud puis Lacan, Piera Aulagnier centre ses développements théoriques sur l’avènement du « Je ».
Pour chaque personne vont se poser les questions primordiales du « Qui suis-je ? » et du « Que vais-je devenir ? ». Les réponses à ces questions vont se construire dans une dialectique temporelle mettant en scène la permanence de l’identité, construite grâce à la mémoire (mélange de traces mnésiques et de fantasmes) dans un travail d’auto-historisation, et la projection dans le futur dévoilant un projet identificatoire.


La violence de l’interprétation


Dans les premiers temps, la mère va médiatiser dans les deux sens les échanges entre l’infans (= celui qui n’est pas encore inscrit dans le langage) et le monde : elle verbalise les manifestations de l’infans, leur donne un sens (voir les théories de Bion), et énonce également au bébé les exigences du monde extérieur. Elle assume ainsi un rôle de « porte-parole », suppléant au manque de production d’idées auquel est soumis le bébé faute de recours possible au langage.

Piera Aulagnier analyse cette fonction prothétique en terme de « violence », celle-ci se trouvant dans le décalage entre ce que la mère projette ainsi sur l’enfant et ce que celui-ci se révèlera être. Nous avons affaire à un soliloque de la mère avec l’« ombre portée » de l’infans, ombre qui ne coïncide jamais avec l’infans lui-même. Le « Je » advient donc dans un espace préformé par une attente qui n’est pas la sienne.
En reconnaissant continûment le « Je » de l’enfant qui grandit, à travers ses modifications, la fonction parentale l’aide à construire un compromis identificatoire.


L’activité de représentation


La première modalité de connaissance est l’expérience sensorielle, qui occupe une place centrale dans la théorie de Piera Aulagnier. Le psychique et le somatique étant confondus dans les débuts de la vie, le corps est le premier « médiateur relationnel », la relation Je-corps pouvant se substituer à la relation Je-autre et/ou en reproduire les conflits (la somatisation peut ainsi tenir lieu d’une actualisation de la potentialité psychotique, par déplacement de la dimension persécutrice de la relation).

Piera Aulagnier se base sur une métaphore organique de la vie psychique pour postuler une activité de métabolisation psychique (intégration, assimilation, excrétion…) à l’origine de l’activité de représentation. Dans ce cas, l’élément métabolisé est un élément d’information provenant de la sensorialité, source d’excitation et de plaisir (à prendre) ou de déplaisir (à rejeter).

Elle décrit 3 modes de l’activité représentative, destinés à métaboliser les rencontres avec les divers éléments des espaces extérieurs, ceux-ci correspondant à 3 processus distincts : les processus originaire, primaire et secondaire.

- Au processus originaire correspond le pictogramme :
« expérience partielle d’une rencontre entre une zone sensorielle et un objet apte à la compléter, c’est-à-dire à en supprimer l’état de besoin ».

- Au processus primaire correspond le fantasme (mise en scène) : le psychisme organise les fantasmes selon des relations spécifiques, déterminées par le postulat de l’existence et du pouvoir du désir de l’autre.

- Au processus secondaire correspond la représentation idéique (mise en sens) : ce passage nécessite un apprentissage, celui qui conduira l’enfant à relier le mot à la chose. Tout le pouvoir identifiant du langage (nommer les affects vécus jusque là comme une expérience innommable, etc.) va alors pouvoir se déployer.


Les potentialités névrotique, polymorphe et psychotique

Les 3 niveaux de représentation décrits ci-dessus gouvernent différents aléas de la vie psychique :
- Le pictogramme : les représentations narcissiques.
- Le processus primaire : les expériences de plaisir/déplaisir avec l’objet réel confronté aux objets fantasmés.
- Le processus secondaire : l’adéquation entre les mots et ce qu’ils représentent, la possibilité de penser de façon autonome.

Dépendant de ce qui se passe à chaque niveau, 3 figures psychopathologiques sont ouvertes pour chaque sujet :
- La potentialité névrotique : conflit entre le Je et ses idéaux.
- La potentialité polymorphe : perversion, où l’ordre symbolique est reconnu mais récusé.
- La potentialité psychotique : automutilation de la pensée.

Une fois les potentialités installées, les différentes rencontres de la vie aideront à maintenir l’équilibre ou viendront au contraire transformer la potentialité en état manifeste.




Last edited by Traviata on Sat 3 Oct 2009 - 18:48; edited 1 time in total

_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Reply with quote
Post Piera Aulagnier 
BIBLIOGRAPHIE


Œuvres de Piera Aulagnier :

AULAGNIER, P. (1975). La violence de l’interprétation. Du pictogramme à l’énoncé. Paris : PUF.
AULAGNIER, P. (1979). Les destins du plaisir. Aliénation, amour, passion. Paris : PUF.
AULAGNIER, P. (1984). L’Apprenti historien et le Maître-sorcier. Du discours identifiant au discours délirant. Paris : PUF.
AULAGNIER, P. (1986). Un interprète en quête de sens. Paris : Payot, 2001.
AULAGNIER-SPAIRANI, P., CLAVREUL, J., PERRIER, F., ROSOLATO, G. et VALABREGA, J.-P. (1981). Le désir et la perversion. Paris : Seuil.
AULAGNIER, P., VALABREGA, J.-P. et ZALTZMAN, N. (2008). Textes essentiels. Topique n°100.
AULAGNIER-SPAIRANI, P., GREEN, A., LAPLANCHE, J., et ROBERT, M. (2009). Freud. Paris : Inculte éditions.
PONTALIS, J.-B., AUSTER, P., LE CLEZIO, J.-M.-G. et AULAGNIER, P. (2009). Dossier Wolfson ou L’affaire du schizo et les langues. Paris : Gallimard.

Œuvres sur Piera Aulagnier (sélection...) :

CHARRON, G. (1993). Le discours et le je : la théorie de Piera Aulagnier. Paris : Klincksieck.
En partie consultable sur google :
http://books.google.fr/books?id=IGuxae2CljgC&dq="piera aulagnier"&p…
MIJOLLA-MELLOR de, S. (1998). Penser la psychose. Une lecture de l’œuvre de Piera Aulagnier. Paris : Dunod.
TROISIER, H. (1998). Piera Aulagnier. Paris : PUF.

Ressources électroniques (liste non exhaustive, vous pouvez compléter dans ce fil !) :

Biographie de P. Aulagnier sur le site du Quatrième groupe : http://quatrieme-groupe.org/institution/membres-et-participants/biographie/…
Bibliographie complète de P. Aulagnier sur le site du Quatrième groupe : http://quatrieme-groupe.org/publications/bibliographies/bibliographie/piera…
Communication de David Benhaim (1992), « Le concept de violence primaire chez Piera Aulagnier » : http://pages.infinit.net/ferenczi/Piera.html
Article de Patrick Miller (2001), « Métabolisations psychiques du corps dans la théorie de Piéra Aulagnier » : http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=TOP&ID_NUMPUBLIE=TOP_074&amp…



_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Reply with quote
Post Piera Aulagnier 
MERCI GENIAL !!! sourire sourire sourire sourire sourire sourire


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Reply with quote
Post Piera Aulagnier 
"Contrairement à Mâle et Kestemberg , Piera Aulagnier (1923-1990) n'a jamais travaillé dans le domaine de l'adolescence . La place de cette figure emblématique de la psychanalyse française contemporaine nous paraît néanmoins légitime ici . D'une part , Aulagnier a marqué la pensée de théoriciens actuels de l'adolescence (Gutton , Ladame , notamment) ; d'autre part, elle a publié un article princeps qui illustre et conceptualise de façon exemplaire les difficultés à s'approprier une pensée propre à l'adolescence (Aulagnier , 1984) . A partir de sa connaissance de la psychose à l'âge adulte , elle n'a cessé d'insister sur l'autonomie de la pensée , qui représentait pour elle une acquisition de l'adolescence , indispensable à la constitution du "Je" . Ce point a été repris et développé par Cahn et Gutton , qui mettent tous deux en perspective la dimension de l'appropriation du corps sexué (particulièrement soulignée par Laufer) avec celle de la pensée et de sa libération des mainmises "étrangères" , autrement dit parentales ."
Extrait de : PERRET-CATIPOVIC,M. ET LADAME,F.(1997). ADOLESCENCE ET PSYCHANALYSE : UNE HISTOIRE . PARIS : DELACHAUX ET NIESTLE .    



_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Reply with quote
Post Piera Aulagnier 
C'est vrai que tout son axe de pensée repose sur le modèle de la psychose adulte (nourrie par son expérience clinique à Sainte-Anne), mais elle décrit bien (même si je ne me suis pas attardée dessus pour que le fil reste lisible) l'évolution de l'enfant et de l'adolescent, et les différents compromis que le Je va devoir établir avec le monde familial, extrafamilial et avec les compromis des autres.

Je cite (dans Un interprète en quête de sens) : "La sortie du temps et du monde de l'enfance exige que le Je devienne seul signataire et prenne seul en charge la suite des négociations que comportera sa relation entre lui et la réalité, entre ses désirs et ceux des autres, entre ce qu'il pense être et ses idéaux".

Il faudra que je développe un peu plus la notion de "potentialité psychotique" qui est au centre de son oeuvre, et qu'elle décrit très bien ici (toujours dans Un interprète en quête de sens), avec une nette empathie contre-transférentielle : "La seule manoeuvre accessible pendant un instant au sujet est ce temps d'arrêt, cet état de rétraction-sidération, de fuite dans l'immobilité. Et puisque je parle d'une figuration, une image rendra compte de ce que j'entends : celle d'un homme qui découvre brusquement que ses pas l'ont porté au bord d'un gouffre pendant que derrière lui une explosion lui a coupé toute possibilité de retraite. Avant que le vertige ne s'installe et ne le précipite dans le gouffre, un tel sujet ne pourra que rester pétrifié, vide de toute pensée, suspendant tout acte, avec l'espoir d'arrêter définitivement tout pas vers l'avant ou vers l'arrière".



_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Reply with quote
Post Piera Aulagnier 
Elle parle aussi d'accepter d'être le co-signataire de son histoire  . J'ai acheté le livre de Troisier hier pour rentrer plus profondément encore dans son oeuvre j'espère qu'il est de qualité .
Je le commence !



_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Reply with quote
Post Piera Aulagnier 
Je ne l'ai pas lu mais tous ceux de la collection "Psychanalystes d'aujourd'hui" sont généralement de très bonne qualité ! J'ai en revanche lu celui de S. de Mijolla-Mellor, qui est très bien (mais sans doute moins synthétique).


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Reply with quote
Post Piera Aulagnier 
effectivement excellent livre!

Display posts from previous:
Reply to topic Page 1 of 1
  


Portal | Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation