Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques
Auteur Message
Répondre en citant
Message Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques 
Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques

Elles affirment généralement avoir subi une souffrance physique plus importante qu'en réalité, indiquent des chercheurs de l'université de l'Iowa (Etats-Unis), dans le dernier numéro de Psychosomatic Medicine.

Les chercheurs ont découvert que la dépression, et non le névrosisme, était la cause d'une telle exagération.

Les chercheurs ont suivi une centaine de femmes pendant trois semaines, et enregistré les douleurs physiques (gastro-intestinales et respiratoires) dont celles-ci ont fait part, en excluant les maux dus à la dépression comme les troubles du sommeil et de l'appétit.

"Pendant trente ans, on a pensé que c'était le névrosisme qui était à l'origine du très grand nombre de symptômes rapportés. Nous disons non, c'est la dépression", déclare le psychologue Jerry Suls, auteur principal de l'étude. "Nous avons découvert que les personnes qui souffrent surtout de névrosisme et moins de dépression ont peu de chances de déformer leurs souvenirs de douleurs."

Selon Jerry Suls, les patients doivent décrire par écrit les symptômes dont ils souffrent au moment où ils arrivent, plutôt que de se fier à leur mémoire. Cette solution pourrait permettre de mettre en place des traitements plus efficaces, et aider les patients à décider s'ils doivent ou non consulter un médecin, prendre des médicaments, ou un arrêt maladie.

Source


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques 
Coucou   sourire

C'est une très vieille notion que la dépression ou l'anxiété s'accompagnent souvent de plaintes physiques, plus particulièrement de douleurs diverses.

Il y a actuellement beaucoup d'écrits sur ce sujet. C'est contemporain de la mise sur le marché d'un antidépresseur (le Cymbalta), dont le marketing est fortement axé sur son action à la fois sur la dépression et sur des symptômes douloureux. Avec une AMM (restreinte cependant) dans l'indication d'antidouleur. Avec peut-être en vue le vaste marché que pourraient constituer les personnes souffrant de fibromyalgie, d'hypocondrie, de troubles somatoformes (pour reprendre la terminologie actuelle) etc...

Cela dit, ça fait de très nombreuses années que le bon vieux Laroxyl est prescrit (avec efficacité) par les centres antidouleurs...

Donc : à suivre, mais en gardant un esprit critique face à la communication des labos ?

@+


_________________
Aussi longtemps que les ours n'auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur.
(proverbe africain, personnalisé)
Répondre en citant
Message Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques 
hm et c'est quoi le nevrosisme 

quand à moi je dirais que quand même, il me semble qu'il y a aussi des personnes en dépression qui justement sentent pas grand chose physiquement...

Répondre en citant
Message Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques 
Le névrosisme désigne une tendance à l'anxiété et à la labilité émotionnelle, c-à-d une tendance à éprouver des émotions désagréables, comme la colère, l'inquiétude, un sentiment de vulnérabilité, de dépression...

@ + sourire


_________________
Aussi longtemps que les ours n'auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur.
(proverbe africain, personnalisé)
Répondre en citant
Message Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques 
Je me fesais la réflexion également que lorsque je vais mal c'est plutôt l'effet inverse que je ressens, les sensations physiques dont la douleur s'engourdissent. C'est aussi ce que j'ai constaté dans l'extrême chez certaines personnes SDF, grands dépressifs chroniques qui peuvent n'avoir aucune plainte alors qu'ils sont par exemple en train de marcher sur une jambe dont les chairs pourrissent et sont envahies par les vers...

Enfin ressentir trop ou pas assez, c'est lié et c'est un même problème à mon sens. Les sensations physiques ne sont pas tout à fait les bonnes, en trop ou en pas assez. Et il s'agit ici du souvenir de la souffrance, donc encore différent de ce qui est ressenti au moment même, je ne trouve pas trop étonnant que du "pas assez" devienne du "trop" à distance, dans le souvenir. 


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques 
Dans des situations extrêmes, où la personne se retrouve délabrée physiquement et/ou psychiquement, épuisée ou dénutrie (les SDF dont tu t'occupes), il y a un rétrécissement de la vie psychique, qui se recentre sur la survie...


Dans les dépressions avérées, il est évident qu'on constate de nombreuses  perturbations : du sommeil, de l'alimentation (sensation faim-soif) etc... et aussi du seuil de la perception de la douleur.  Je pense que dans des dépressions avec épuisement, il s'agit souvent d'une forme d'anesthésie. Dans des dépressions avec anxiété massive et plaintes multiples, on retrouve des plaintes douloureuses.


Certains médicaments (les neuroleptiques) peuvent aussi perturber (dans le sens d'une anesthésie) les sensations de douleur.


@+  sourire


_________________
Aussi longtemps que les ours n'auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur.
(proverbe africain, personnalisé)
Répondre en citant
Message Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques 
oui puis il y a la mélancolie, le cotard

mais sinon mouairf, je trouve qu'au pire de ce que j'ai ressenti, de toute façon il y avait un décalage entre le ressenti et la réaction.

Ce titre me déplaît et je vois déjà les généralistes traiter les "dépressifs" diagnostiqués de simulateurs. De toute façon la douleur est subjective.

Les "dépressifs" Amplifient, oui c'est ça, "ah mais madame voyons vous amplifiez votre douleur" voilà qui va faire avancer le schmilblick !!!!!!!!!

Message Les dépressifs amplifient le souvenir des douleurs physiques 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation