Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
Changer de psy
Auteur Message
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Bonjour,

J'espère poster ce message dans la bon forum...
Mon compagnon est en thérapie avec une psychomotricenne depuis plus de 4 ans (il a commencé quelques mois avant que je le rencontre). Cette psy reçoit surtout des enfants à son cabinet et apparemment très peu d'adultes. Je ne sais si elle a suivie une psychanalyse. Mon compagnon a été orienté vers elle par le père pédopsychiatre d'un ami qui travaille apparemment avec elle dans le même hopital. Il lui a dit qu'elle faisait aussi "les adultes" en thérapie et qu'elle avait aidé beaucoup de personnes à se sortir de graves problèmes psychiques.

Ce que je constate c'est que mon compagnon a avancé dans sa vie, elle a je pense réussi à le mettre en mouvement et à le dégager de beaucoup de souffrances liées à un double deuil, très douloureux 15 ans après encore, grâce au travail qu'ils ont entrepris ensemble. Seulement voilà, j'ai le sentiment en écoutant mon ami qu'il stagne sur un problème d'identité précis, qui n'a peut être plus rien à voir avec ce double deuil, mais qui est je pense quelque chose de profondément humain (je ne saurais expliquer cela) et qu'il n'est pas avec la "bonne" personne pour réussir à se sortir de ce problème identitaire, en tout cas le voir et en faire quelque chose de constructif.

Je suis moi même en analyse depuis 5 ans, avec un psychologue/psychanalyste lacanien. J'ai "adhéré" à la théorie lacanienne avec laquelle je me suis vite familiarisée pendant mes études universitaires. L'analyse est pour moi un parcours pour mieux me connaître et je peux dire aujourd'hui qu'elle m'aide à moins souffrir grâce aux échanges avec mon psy. Je consulte à raison de 1 à deux fois par semaine soit 6 fois par mois, y compris pendant les vacances scolaires sauf pendant un mois l'été. Cette régularité m'a permise de mieux construire le cadre et la confiance avec mon psy. Si j'oublie de venir ou si je suis en retard, mon psy m'apelle et me rapelle notre "accord" de séance et reporte la séance si je ne peux venir le jour même. Pour lui pas question de râter une séance, sinon je règle la séance à laquelle je ne suis pas venue. Le désir de l'analyste est bien présent et ce même désir qui quelque part me rassure et me permet aussi de me mettre en confiance et d'avancer un peu plus loin. Il fait attention à moi et il m'écoute. Il a accepté aussi de me prendre en séance parfois lorsque j'avais de grosses crises d'angoisses et que j'avais besoin de lui parler. Bref, un psy quoi...

Quand mon ami me dit que s'il râte une séance sa psy ne l'apelle pas pour reconduire la séance je trouve cela abérant (par contre il doit payer la séance quand même la fois d'après). C'est certes mon point de vue, cependant je pense sincérement qu'il n'est pas avec la bonne personne. Je pense qu'elle l'a aidé un temps mais qu'il se retrouve dans un schéma avec elle qu'ils n'arrivent pas à défaire, qu'elle même n'est pas en mesure de voir.
Sa souffrance est palpable et il râte souvent des séances à cause de son travail et de ses horaires, quand ce n'est pas elle qui est en vacances. Elle est souvent en retard et jamais il ne peut reportée de séance s'il ne peut venir car son emploi du temps a elle est surbookée (évidemment puisqu'elle travaille aussi en hopital). Cette femme n'a pas de superviseur et quand cela arrive à mon ami de me parler de ses séances je me dis souvent qu'elle n'est pas très utile à son avancement depuis plusieurs mois.
Elle le renvoie souvent à des lectures d'ouvrages psychologiques quand il a une question précise sur son mal être. Ce qui peut l'apaiser un temps mais bon, voilà...
Hier soir mon compagnon m'a dit: "C'est comme si je n'arrive pas à tracer de chemin dans l'océan". Plutôt métaphorique non? Je lui ai demandé s'il avait la sensation que sa psy l'aidait à tracer ce chemin. Il m'a répondu un non catégorique. Je n'ai pas insisté et je l'ai laissé réfléchir là dessus.

Je ne sais pas quoi faire d'autre pour l'aider. Je lui ai dit que de mon point de vue il serait peut être sage de changer de psy et d'aller vers un "vrai" psychanlyste, quelque'un qui l'aiderait à tracer ce chemin dans l'océan...


Qu'en pensez vous?

Merci.

A

Visiter le site web du posteur
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Changer de psy 
Bonjour chezlacan et bienvenue !

Il y a pas mal de points à distinguer dans ta question il me semble.

Tout d'abord, le fait d'avoir recours à une psychomotricienne pour faire une psychothérapie (une psychothérapie par la parole j'imagine...). C'est questionnable, mais l'adresse a été donnée à ton compagnon par un professionnel, donc on peut tout de même penser qu'il s'agit d'une personne sérieuse, probablement qui s'est installée en libéral comme psychothérapeute en complément de son activité de psychomotricienne en institution. D'après ce que tu en dis, il est difficile d'attendre d'elle la rigueur avec laquelle un "vrai" psychanalyste pense son dispositif. Maintenant, pour certaines personnes, ces dispositifs un peu moins rigoureux, quant ils restent tout de même correctement pensés, peuvent aussi apporter de l'aide à quelqu'un - jusqu'à un certain point.
Donner des livres à lire à ses patients quand ils sont là pour nous parler d'eux, les renvoyer au général, c'est quelque chose qui me révulse, mais je t'offre là une position très personnelle.

Pour entamer une psychanalyse, en supporter les contraintes, il faut avoir un réel désir, un désir personnel de s'engager dans ce travail. Donc c'est réellement à ton compagnon de voir s'il souhaite se diriger vers autre chose. Tu peux bien sûr lui donner ton avis, tu n'es pas obligée de te censurer systématiquement, mais cela reste tout de même une démarche très intime et personnelle.

Ceci pour en venir au fait qu'il est souvent nécessaire, quand on vit dans un couple où les deux partenaires sont engagés dans un travail psychique, de tenir à distance les démarches de chacun, d'éviter de détecter les problèmes de l'autre ou de suivre son "évolution" de trop près. Là encore, il ne s'agit pas de se fermer les yeux - il y a des changements, des aléas et on les voit. Mais je pense très sincèrement qu'il vaut mieux rester très prudent à ce niveau et éviter d'intervenir directement.

Ce que tu as fait me paraît bien - pointer que quelqu'un d'autre pourrait l'aider à travailler autrement. Il me semblerait difficile de faire plus et c'est à lui maintenant d'y réfléchir...


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Merci. Tu ne fais que confirmer ce que je pensais déjà. Okay
Advienne que pourra!
A.

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message Changer de psy 
j'aime beaucoup ton pseudo ! 


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Merci! Okay

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Bonjour,

Me revoici avec le même problème.

Depuis mon premier post sur ce sujet, mon ami a réfléchit et à discuter avec sa psy. Elle n'appelle pas quand il ne vient pas parce qu'elle laisse la responsabilité à ses patients de venir ou non ,et ne veut pas imposer (un dispositif?) à ses patients la régularité des séances. En gros "libres à eux de venir". J'ai quand même des doutes quant à ses compétences d'accompagnement.

Au jour d 'aujourd'hui, notre relation et vie de couple a avancé, mais j'ai la sensation que c'est par mes questionnements que cela s'est fait (il dit d'ailleurs que c'est grâce à moi qu'il en est là aujourd'hui...). Nos échanges, disputes, ont plus fait avancer les choses entre nous que son réel questionnement personnel. Il dit, et je le vois,  avoir tendance à se fermer les yeux et a éviter les problèmes, alors évidemment, quand quelque chose ne va pas, cela ne viendra jamais de lui (la communication pour y pallier) et évidemment, je me retiens de dire les choses, parce que bêtement je me dis, il va avoir questionné cela en séance, et il fera le chemin aussi de son côté. Mais non, rien... et je peux attendre plusieurs mois!!! Shocked Je lui ai donc demandé si parfois, il évoquait nos problèmes en séances. Il me dit que oui, et que sa psy lui conseille de prendre sa place d'homme à chaque fois qu'il évoque quelque chose nous concernant, qu'il est d'accord avec cela... mais rien n'évolue pour autant, et dans certaines situations de disputes, ce serait à cause de moi qu'il ne peut pas prendre cette place... Super! Sa psy lui aurait dit que je l'envahissais... Maintenant je sais faire face à ce genre d'assaut, mais ça  ne règle pas le problème de fond.


Hier soir mon ami et moi avons discuté du fait d'être heureux avec l'autre. Il m'a avoué qu'il ne se posait même pas la question, que oui il était pas franchement heureux dans sa vie, avec moi, mais que bon... voilà, il se posait pas la question...

Moi, tout ceci me laisse perplexe, d'autant plus que j'en ai parlé à mon propre psy, et qu'il semble assez d'accord sur le fait qu'il ne fait pas d'analyse avec elle, mais "autre chose". Il ne m'a pas donné son avis quant à cette femme psy, mais me dit que mon ami ne sait pas se séparer de ses objets, ce qui me parle franchement et clairement compte tenu de la situation avec moi et avec son deuil. J'ai fait part, bien après, à mon ami de cela, lors d'une crise d'angoisse qu'il a pu avoir. Il n'a pas compris, mais a été très attentif à mes remarques. Mais j'en ai marre que ce soit à moi de le mettre au travail pour trouver confiance en lui. C'est absolument pas normal ni sain, j'en ai bien conscience.

Le travail de séparation me parait essentiel dans l'approche thérapeutique, et j'ai la sensation que sa psy est pas du tout là dedans.

Je sais pas trop quoi faire, parce que nous souffrons tous les deux de sa souffrance, même si nous avançons ainsi. Pour ma part cela m'apprend à l'aider sans pour autant m'y noyer ou remettre en question mes émotions. J'essaie au maximum de prendre du recul. Mais j'en arrive à me demander si j'ai envie de continuer avec lui, parce que finalement, pour ne pas trop souffrir et profiter de la vie ensemble, il faut que j'en passe par ces questionnements le concernant. C'est lui qui se noie pour un rien, et notre vie couple en prend un sacré coup à chaque fois.

Mon psy me dit que je ne suis pas à ma place quand je le questionne ainsi, que je pose les questions à sa place, et je suis d'accord avec lui, il me dit que "je dois rester chez moi", enfin il dit pas que je dois, mais c'est ce que j'entends... Alors on en a discuté, il m'a renvoyé à l'analyse, pourquoi je prenais ce rôle là, ect... Aujourd'hui je suis moins "chez lui", mais je sais pas quoi faire quand ça ne va pas, et que la communication ne peut pas être présente parce que lui ne questionne pas.

Je comprends bien que l'analyse est une démarche personnelle. Mais j'ai la sensation qu'il ne s'autorise pas à remettre en question le travail de cette femme pour aller plus loin. Est ce qu'il pourrait ne pas savoir se séparer d'elle non plus?

Nous avons fait ensemble un stage de développement personnel, un de ces amis est de la partie. Ces deux jours lui ont ouvert des portes, et j'ai la sensation qu'il en a appris plus en deux jours sur lui même qu'en 5 ans avec elle. Je lui ai dit cela, et il n'a pas nié, ni affirmé...

Il serait même partant pour une séance de coaching que lui a présenté une amie, pour prendre confiance en lui, mais il me dit, oui je serais partant, curieux, mais bon, je suis déjà en thérapie...

Je sais pas trop quoi faire, à part moi même me remettre en question face à cette souffrance.

Merci pour vos réponses.

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Bonjour Chezlacan,

Je dois dire que s'il y a quelque chose qui m'interpelle, ce n'est pas tant la compétence de sa psy que le regard que tu portes sur ce parcours de soin.
Ton ami est-il dénué de défenses au point de ne pas savoir reconnaitre ce qui est bon ou pas pour lui, d'être incapable de faire des choix de vie ? si c'était le cas, c'est d'une aide aux majeurs dont il aurait besoin.

D'autre part, je ne comprends pas en quoi un psy qui n'appelle pas ses patients lorsqu'ils ne viennent pas, deviennent "douteux sur leurs compétences"



Dernière édition par Séverine le Lun 16 Aoû 2010 - 17:53; édité 1 fois

_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Changer de psy 
D'autre part, je ne comprends pas en quoi un psy qui n'appelle pas ses patients lorsqu'ils ne viennent pas, deviennent "douteux sur leurs compétences"

C'est peut être un point de vue rigide effectivement. Un jugement même...

Mais ce que je vis c'est sa souffrance au quotidien... et pourtant j'me soigne!!

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message Changer de psy 
chezlacan a écrit:
Mais ce que je vis c'est sa souffrance au quotidien... et pourtant j'me soigne!!


Tu peux travailler sur la souffrance que ça créé en toi. Mais interférer dans la problématique de Monsieur, dans son parcours de soin, juger des compétences de sa psy... tout ça je ne pense pas que ça aide à avancer ni toi, ni lui, ni votre couple.

Je m'imagine moi, ayant eu un parcours avec 2 psys différents (dont aucun ne m'appelait par ailleurs, et ça me semble parfaitement normal), devoir entendre des critiques et voir les compétences de mes psys remises en causes par une personne en qui j'ai par ailleurs confiance. Je suis certaine que ça m'aurait déstabilisée. Que la méthode aurait été totalement contre-productive. Qu'il aurait sans doute fallu que j'en vienne à "choisir" en me délestant d'un avis contradictoire puisque différents proches ne peuvent pas cohabiter.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Trouves tu normal, comme tu dis, qu'un patient ne vienne pas pendant un mois, et que le psy ne s'en soucis???

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Je n'ai jamais revu mon premier psy depuis janvier 2006.
Et non, je ne lui ai rien expliqué et non, il ne m'a pas contactée. Et ça me semble normal, je n'avais plus rien à lui dire, son rôle n'était en aucun cas de me courir après (de quel droit ?). Dans mon cas c'est une coupure brutale, pour d'autres personnes ce peut être une autre raison, quoiqu'il en soit ce n'est pas le rôle du psy de venir gratouiller et demander des explications, ou déverser ses questions, au domicile du patient.

C'est -pour moi, uniquement pour moi et dans le cadre de mon vécu en thérapie- le patient qui a besoin du psy et qui va chercher ce psy pour faire un travail thérapeutique. Pas l'inverse.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Ok, j'avais pas cela sous cet angle, mais je pense du fait de ton intervention que je ne suis effectivement pas dans la même démarche.
Merci en tout cas, ça m'aide beaucoup!

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Enfin du coup je me demande comment ça se passe concrètement avec ton psy quand tu ne te rends pas à une séance.
Il t'appelle et demande des explications ? de quelle manière, il fait genre "je fais les gros yeux", m'enfin Madame ChezLacan vous m'avez fait perdre mon temps ce n'est pas tolérable. Ou plutôt le genre mère poule inquiète pour sa progéniture, "il ne t'est rien arrivé ? ouf j'ai eu peur". Je ne sais pas trop comment imaginer ça.

En plus je m'aperçois que je trouve cela très infantilisant, donc insupportable, d'où le fait que je vivrais très mal ce genre d'intervention de la part d'un psy. Ou alors s'il y met des formes, si c'est à l'issue d'un long travail thérapeutique, si cette intervention fait partie intégrante du travail.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Changer de psy 
"Enfin du coup je me demande comment ça se passe concrètement avec ton psy quand tu ne te rends pas à une séance.
Il t'appelle et demande des explications ? de quelle manière, il fait genre "je fais les gros yeux", m'enfin Madame ChezLacan vous m'avez fait perdre mon temps ce n'est pas tolérable. Ou plutôt le genre mère poule inquiète pour sa progéniture, "il ne t'est rien arrivé ? ouf j'ai eu peur". Je ne sais pas trop comment imaginer ça."

Et bien ,vois-tu, ce sont ces paroles que je trouve infantilisantes... Mais bon, soit...

En psychanalyse tu passes un accord, une sorte de contrat, qui établit le cadre et la méthode de travail. Le psy c'est pas le boulanger, ... Pour reprendre ton langage... Bonjour, je suis Madame Séverine, et je vais mal, j'ai besoin de vous... et puis après, hop plus personne, une fois qu'on a eut ce qu'on voulait, ou pas d'ailleurs (enfin ça c'est mon point de vue de patiente!! lol) Il y a des règles à respecter dans l'engagement psychanalitique, règles qui "assurent" ce cadre de travail dont je te parle, il est négocié avec le patient. C'est une sorte d'engagement, et je pense pas qu'un engagement  soit infantilisant, mais bon...

Ensuite, il m'est arrivé de ne pas aller en séance parce que pas envie, ou par oubli. Sur l'heure prévue, mon psy m'appelle, et me dis souvent la même chose... "Bonjour Madame Chezlacan, il me semble que nous avions rendez-vous" ,voilà, après libre à moi de dire ou non mes raisons, il ne les demande pas, je n'ai pas à me justifier, mais je dois dire que s'il ne le faisait pas, j'aurais l'impression qu'il en rien à foutre ,que je suis une patiente de plus, et une de perdue...

D'ailleurs je me demande pourquoi tu a changé de psy de cette manière là???

Ensuite, libre à moi de déplacer des séances ou de lui demander une séance supplémentaire, en fonction de mes besoins et de mon emploi du temps. En psychanalyse, la régularité du travail est essentielle dans la progression et cela me paraît assez logique, mais bon... une fois de plus...

Ce qui me choque c'est que Mon ami, pour revenir à lui, m'a confié que comme elle n'appelait pas, il se sentait quand même pas du tout considéré. Chose que je conçois tout à fait!!

Je pars du principe que le travail thérapeutique c'est pas un rendez vous chez le dentiste... Encore que je considère mon dentiste peut être mieux que la majorité des autres patients, (enfin je le préviens quand je peux pas venir, chose dont il m'a remercié parce que c'est rare ce genre de pratique visiblement, et vis versa).

Pour ce qui est de la démarche d'engagement, c'est pas un travail anodin ,c'est une vraie relation, certes particulière, mais relation quand même. On va pas chez le dentiste justement... On met son âme à nu ,c'est pas rien...

Être guide ou accompagnateur de ce genre de chemin c'est pas un boulot comme les autres, et les patients selon moi, ne sont des patients comme les autres. Mais surement que cela ne te parle pas...

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message Changer de psy 
Disons que ça ne me parle pas de cette manière. C'est sans doute dû à mes expériences, de ce que j'ai vécu en thérapie je n'imagine pas qu'un psy puisse m'appeler. Et à mon vécu également, à ma manière de recevoir les choses, qui font qu'un appel téléphonique du psy me dérangerait, me semblerait intrusif. Pour moi l'espace de parole ne peux pas se déplacer à l'extérieur du cabinet et des horaires convenus, je ne peux pas l'imaginer, ça me déstabilise.
Je crois que pour certaines personnes dont je fais partie, un cadre strict avec des espaces qui ne débordent pas au gré des aléas, c'est déja thérapeutique.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Message Changer de psy 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation