Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
AAH et vie maritale
Auteur Message
Répondre en citant
Message AAH et vie maritale 
Je ne mets pas tous les psys dans le même panier, je dis seulement que psychiatre est une profession comme une autre (peut-être pas assez régulée et sujette à certaines pratiques de copinage qui ne profitent pas nécessairement aux patients, mais on voit ça dans beaucoup de professions libérales). En outre c'est un métier pratiqué par un être humain, et donc faillible. Prendre part à un travail sur soi implique aussi de poser certaines limites à son interlocuteur. Donnant-donnant. Je crois aux rapports de force, pas aux rapports de domination-sujétion.

Concernant l'AAH, mon cher psy est persuadé que je suis une cause perdue. A chaque fois que je vais le voir, il me montre son écran, lorsqu'il affiche le contenu de ma Carte Vitale, et il me dit : "C'est bien de toi qu'il s'agit". Je ne cherche plus à comprendre. Disons qu'il a évolué dans son diagnostic. De schizophrène je suis passé à la "psychose dysthymique". Faut bien marquer quelque chose.

En face, on a quoi ? Je veux dire à la COTOREP, rebaptisée (elle aussi) MDPH, CDAPH... En face on a des bureaucrates experts dans l'art épuisant de tenir des réunions inutiles, superflues et absurdes, qui non seulement ne savent pas quoi fiche de nous, mais qui se fichent éperdument de savoir ce que nous, on aurait envie de faire. On est étiquetés, comprenez-vous ? Transfuge de la psy, aggravé pour mon compte personnel d'une absence de diplômes et de moyen de locomotion (dans un département, rural, le 04, qui ne brille pas précisément par son essor économique), niveau insertion professionnelle ça sonne comme taulard ayant séjourné en QHS (Quartier de Haute Sécurité). Les clichés sont tenaces et à la MDPH, on est là pour les gérer. Pas assez nazes pour aller grossir les effectifs des ESAT (sordidement exploités avec la bénédiction de l'APF et sous l'égide de l'ADAPEI et de leurs braves dames patronnesses, mais là c'est une autre histoire...), trop pour devenir de bons contribuables dûment précarisés. Alors c'est ça ou le RSA, ex-RMI. Mais comme le RSA suppose une obligation d'insertion, et que là, on est dans le domaine de l'impossiblité quasi absolue, on s'en tient à l'AAH. 

Je m'en fous un peu de vivre de l'AAH. Je ne m'en sens pas coupable. Mon train de vie coûte nettement moins cher à la collectivité que celui des 6000 politicards que compte notre pays. La seule chose qui m'em... c'est de ne pas pouvoir  vivre sous le même toit que ma compagne. Une personne handicapée, de quelque nature soit son handicap, est interdite de vie de couple déclarée par le législateur français. Ailleurs, ça déclencherait d'énormes procès. En France, tout le monde ferme sa gueule. Alors on fait avec, ma compagne et moi. Elle a son appart, j'ai mon studio deux étages au-dessus.

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message AAH et vie maritale 
"Une personne handicapée, de quelque nature soit son handicap, est interdite de vie de couple déclarée par le législateur français."
L'attribution de l'AAH est soumise à un plafond de ressources certes, et il est tenu compte des revenus du conjoint (ce qui peu-être critiquable effectivement) mais de là à dire que les personnes handicapées sont interdites de vie de couple par le législateur...c'est un sacré raccourci Matutinal ! et ça ne correspond pas à la réalité


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message AAH et vie maritale 
@fracat : C'est votre façon de voir la chose, et je la respecte. Cependant, pourriez-vous nous dire en quoi cela ne correspond pas à la réalité ?

Permettez-moi de développer mon point de vue. De faire de mon raccourci une honnête route départementale, en somme.

L'interdiction n'est bien sûr pas explicite. Il n'est pas écrit noir sur blanc, quelque part dans les pages du J.O. : "la Loi x de telle date alinea y dispose que les personnes atteintes de handicap sur le territoire français se verront privées de tout revenu et contraintes de vivre aux crochets de leur conjoint(e) si elles déclarent à la CAF vivre sous le même toit que celle(celui)-ci". 

Non non, Fracat, c'est bien plus sournois.
Je peux vivre avec ma compagne si elle ne dépasse pas un certain plafond... qu'elle dépasse déjà largement avec sa pension de retraite de 800 € (elle est une jeune retraitée de la Fonction publique). On se déclare ensemble, on loue un appartement à nos deux noms, et une fois que la CAF s'est livrée à son sordide compte d'apothicaire, je me retrouve avec quelques centaines d'euros d'"argent de poche" et nous ne pouvons plus ni nous loger décemment (dans les conditions actuelles) ni assurer l'ordinaire.

Même chose si nous prenons un appart' en colocation. Elle et moi c'est un couple, aux yeux de l'Administration, qui sévira de la même façon.
Sauf si je vire ma cuti. En effet, si ma compagne est un compagnon, nous ne sommes plus un couple aux yeux de l'Administration, mais d'honnêtes colocs.

Cette interdiction implicite de vie commune (et par conséquent de vie de famille) touche très curieusement les publics les plus fragilisés de notre propulation, en ce qu'elle s'applique aux minima sociaux. On sait que les "bénéficiaires" du RSA font l'objet d'un flicage éhonté de la part de la CAF : http://www.collectif-rto.org/

Outre que cette restriction constitue à mon sens une atteinte grave à la vie privée et le viol d'une liberté fondamentale qui devrait être indiscutable (le couple, et par conséquent la famille, sont les  cellules de base de notre Société, ses fondements mêmes, et j'estime qu'aucun Etat n'a à exercer de droit de regard, explicite ou implicite, sur qui vit avec qui, excepté peut-être en Corée du Nord, à Cuba et dans les républiques bananières d'Afrique), elle est une barrière efficace à l'insertion. Un passeport à visa renouvelable pour la marginalisation.

Si vous trouvez ça correct, l'ami, libre à vous.

Personnellement j'ai fait des pieds et des mains, dans un premier temps pour y comprendre quelque chose, dans un second temps pour essayer de faire bouger les choses.
J'ai rencontré des cadres de la CAF, des délégués syndicaux de la CNAM, j'ai écrit à la HALDE (qui m'a répondu qu'on n'était pas là dans un contexte de discrimination. Génial ! Qu'est-ce qui leur faut ? Les camps ?), j'ai sollicité l'APF et d'autres associations évoluant dans le monde du handicap (qui ne m'ont jamais répondu), j'ai été des centaines de signataires de la pétition organisée dans ce sens par le collectif "Ni pauvre ni soumis", qui se bat pour que nous soit reconnu le droit de vivre avec notre conjoint(e) sans avoir à rendre des comptes.

Ben oui mon bon monsieur, on est quand même quelques-uns dans ce fichu petit pays des libertés et des droits de l'Homme à ne pas trouver ça très normal, et même si ça correspond à la réalité, eh bien la réalité ça se change si on est assez nombreux à se bouger.

Au fait, on ne peut pas dire que le Corps médical se soit montré des plus diserts sur la question, jusqu'à présent...

Je vous souhaite une excellente journée.
  

Répondre en citant
Message AAH et vie maritale 
Bonjour Matutinal,
Comme toute allocation, l'AAH est versée sous réserve d'un plafond de ressources et
 le plafond de ressources pour un couple est de 16359 euros,
 donc une retraite de 800 euros c'est bien au dessous du plafond !
 Il est vrai qu'il peut être discutable qu'il soit tenu compte des revenus du conjoint pour l'octroi de l'AAH qui est une compensation d'une incapacité à travailler. Mais dire que la vie maritale est interdite par la loi, même de façon indirecte, est une désinformation.
 Des tas de personnes bénéficiaires de l'AAH vivent en couple...
bonne journée


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message AAH et vie maritale 
Re-bonjour Fracat,

Bien au-dessous du plafond certes, tant que certains à-côtés ne sont pas pris en compte. Le problème, c'est qu'ils le sont.
De toute façon, nous nous trouverions de nouveau en porte-à-faux avec la législation française au moment où ma compagne touchera sa retraite complémentaire, sous deux ans.
Donc, pas question de s'installer ensemble. Nous avons déjà eu assez de mal à trouver à nous loger (nous avons dû changer de département à cause de cela).

Des tas de bénéficiaires de l'AAH vivent en couple, dites-vous. Partagent-ils les fruits véreux de la politique de planification de la misère, ou bien le conjoint non-handicapé gagne-t-il suffisamment bien sa vie pour subvenir aux besoins de sa moitié ?

Non, la vie maritale n'est pas interdite par la loi française pour les bénéficiaires de minima sociaux (voir mon post précédent), elle est seulement empêchée de fait par les plafonds de ressources et les effets de seuil que ces plafonds engendrent. Je soutiens que oui, on peut envisager la chose sous l'angle d'une interdiction implicite. La morale républicaine est sauve, à première vue on ne bafoue aucune liberté, maiss dans les faits, on est dans la double peine. Concernant les RSAstes (peut-être les personnes handicapées seront-elles concernées sous peu, si le RSA s'étend à l'AAH), les velléités de vie maritale sont sévèrement fliquées par la CAF, et ce ne sont pas les militants du Collectif RTO (déjà cité) qui me démentiront.

Je trouve personnellement inadmissible que les minima sociaux (dont les retraites du régime de Fonds National de Solidarité) soient servis sous condition de ressources, alors que les allocations familiales sont servies aux parents de cadres supérieurs comme aux parents d'ouvriers sans que le montant des revenus entre en ligne de compte. On crée de cette façon de la détresse, de l'isolement, de la désocialisation, on détruit un peu plus le lien social, on marginalise durablement des millions de personnes, dans les cas les plus extrêmes on en arrive à des phénomènes de désaffiliation. Je ne noircis pas volontairement le tableau. Allez faire un tour sur le terrain, aux permanences des Restos du Coeur, au Secours Popu, au Secours Catho, chez ATD Quart-Monde, chez AC. contre le chômage, suivez le blog du Collectif RTO. Voyez ce qui est en train de salement se briser entre les "exclus" (comme on le les appelle plus ainsi) et les services publics en charge de leur cas.

Bonne journée.



Répondre en citant
Message AAH et vie maritale 
Juste pour préciser que j'ai scindé la discussion sur la dissociation pour isoler ici les messages ayant trait à la vie de couple des titulaires de l'AAH.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message AAH et vie maritale 
Je n'ai dit que ce que j'ai dit Matutinal
Merci Traviata pour la réorientation de la discussion, j'étais ennuyée pour acqua d'avoir contribué à dévier le sujet.


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message AAH et vie maritale 
Autant pour moi (je ne suis pas très familier des fora.... Embarassed ) !

Message AAH et vie maritale 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation