Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 2 sur 3
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Où étiez-vous il y a 20 ans
Auteur Message
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
 Au lycée, je me débrouillais pas mal en allemand mais j'ai presque tout oublié. Il me reste des phrases très intéressantes du style:

 - Ich habe keine zeit mehr (je n'ai plus le temps)
              et/und
- Die vögel singen so schön (les oiseaux chantent tellement bien ,ou peut-être, le chant des oiseaux est si beau

                Voilà des années d'allemand résumées en 2 phrases !

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
tu t'appelle suzanne sev???


oups, j'ai dévoilé un big secret story???


Embarassed Mr. Green


_________________
"Je crois qu’une majorité d’êtres sont plus intelligents dans leur jeune âge qu’ils ne le seront une fois éduqués." - Pierre EMMANUEL
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
iona, moi c'est le grec que j'ai totalement oublié , sauf  : ergadzestaï (travailler, heuuuuuurck pourquoi je me rappelle de ça ???) et anaphaïnétaï o hélios (le soleil se leve) sans parler de péripatétos (marcher, os ou ché pas quoi, ché plus la fin) c'est pathétique Sad  de ne se souvenir que de trois mots dan sune langue étudiée depuis des années


_________________
"Je crois qu’une majorité d’êtres sont plus intelligents dans leur jeune âge qu’ils ne le seront une fois éduqués." - Pierre EMMANUEL
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
ben si vous voulez j'ai grandis en lisant "Der junge der sein Geburtstag vergass (s-z normalement mais trouve pas sur le clavier - "le garçon qui oublia son anniversaire")
"im westen nichts neues" etc etc plein d'histoire d'enfants dans la guerre, la première et la deuxième, en Allemagne, victimes de la folie des adultes, orphelins polonais adoptés par des soldats russes, gamins embrigadés dans les jeunesses hitlériennes ou fuyant les nazis avec une partie de leur famille, jeunes garçon soldats dans la guerre de 14-18 passés de l'enfance à l'horreur... de familles séparées par le mur, les années après-guerre et la pauvreté etcetc

on avait appris à chanter "Majkäfer flieg, dein Vater is im Krieg, deine Mutter is in Pommerland, Pommerland ist abgebrandt..."
("vole ptit hanneton, ton père est à la guerre, ta mère est dans le pommerland, le pommerland a brûlé...")

puis je regardais ZDF etc.... moi la rue Sesame c'était Die Sesamstrasse.... sourire


iona c'est plutôt des jolies phrases que tu as mémorisées, et elles comportent plusieurs éléments à partir desquels tu devrais pouvoir construire d'autres phrases si un jour tu en as envie ou besoin content

Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
 C'est vraiment étrange la mémoire... Tiens, il me revient d'autres phrases en allemand d'une chanson qu'on avait étudiée

 Hast du etwas zeit (décidément !) für mich
 Dann singe ich ein lied für dich

  Décidément j'ai mémorisé ce qui a trait au temps et au chant !

Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
Ahhhh, Suzanne ! Non je ne m'appelle pas comme ça mais c'est le prénom d'une amie émigrée en Allemagne, et dont le prénom là-bas est imprononçable, ça donne à peu près [Zousanné].
Quelle horreur Mr. Green

Je suis depuis ce matin sur l'ambivalence d'Hermès au sujet de l'Allemagne. Ambivalence que je partage aussi, même si ce n'est pas la même.

J'ai le souvenir, enfant, qu'en disant à l'école mes origines de là-bas, j'entendais toujours à mon sujet des mots comme "schleu" (je ne sais pas comment ça s'écrit ?), "bosch", ou "nazi". Et que je ne comprenais pas trop ce que ça signifiait sinon qu'il fallait mieux ne rien dire, que c'était honteux. Quand j'ai découvert ce que nazi signifiait, j'ai été horrifiée à l'idée qu'on puisse m'assimiler à ça. Tout ce que je connais de l'Allemagne, pas dans son histoire mais dans la mienne, ce sont les "dents de cochonne", le froid et les parties de luge avec les cousins, les saucisses au curry ou encore mon grand-père et son passé de maquisard en France.
Je trouve que depuis 30 ans ça a bien changé, on peut évoquer aujourd'hui ces origines sans entendre des références historiques horribles. N'empêche qu'il reste toujours, chez moi aussi, un petit fond d'ambivalence, de fierté d'être petite fille d'un grand homme qui n'a strictement rien à voir avec les horreurs de l'histoire, mélangé à la honte d'avoir été regardée comme coupable d'un morceau de l'histoire.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
 
Citation:

Hast du etwas zeit (décidément !) für mich
 Dann singe ich ein lied für dich




C'est 99 Luftballon de Nena ! sourire

Hast du etwas Zeit für mich dann singe ich ein lied für dich von 99 luftballon.......



Sév je crois que tous les petits allemands de cette génération, même si ils ont pas été traité de la même manière que les français d'origine allemande en France, ont grandi avec cette ombre là.....

Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
hoooo 99 luftballon... nena !!! ma cops !!!


merci iona et manamana


_________________
"Je crois qu’une majorité d’êtres sont plus intelligents dans leur jeune âge qu’ils ne le seront une fois éduqués." - Pierre EMMANUEL
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
Ah, je me souviens des 99 Luft Balloons Mr. Green Et même, un peu avant, de Nina Hagen, premières paroles allemandes contemporaines (Bach comptait pas, hein) que j'ai osé introduire chez moi

L'ambivalence, je l'ai aussi et je l'aurai probablement toute ma vie. Mais j'ai d'autres certitudes, comme le "je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand" d'Aragon ( http://www.youtube.com/watch?v=67k8OlEBKno ) - et cet apaisement je le souhaite vraiment à tous ceux qui sont morts et à ceux qui leur ont survécu.

Et d'autres culpabilités, parce que les murs sont loin d'être tous abattus et qu'on peut se demander à chaque heure ce que nous faisons contre ça - ce qui vaut mieux que de se demander dans 20 ans ce que nous faisions aujourd'hui


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
L'Allemagne nous a depuis apporté d'autres fléaux comme Tokio Hotel  ! En tout cas pour les oreilles
Ma grand-mère paternelle était allemande comme je vous ai dit , elle a fui la misère et le nazisme pour venir faire sa vie en Suisse . J'ai le souvenir d'une femme dépressive , qui souffrait dans son identité .
Mon père m'a confié qu'il a été traité de sale boche à l'école gamin . Ma mère elle-même lui disait berk l'Allemagne , la deuxième guerre mondiale etc .
Donc je sais que du côté de ma famille il y a eu des petits nazillons que je n'ai jamais connu . Heureusement .
Je préfère pensé à mon grand-père  qui a été maquisard et qui a combattu les chars allemands .
En outre dans ma vie je me suis souvent senti très proche de l'identité juive par une sorte de renversement . Une sympathie pour ce peuple qui a tant souffert et qui a apporté à l'humanité un nombre de grands hommes de lettre , savant , ou penseur que j'admire . Dont Green ! 



Dernière édition par psychonaute le Sam 15 Mai 2010 - 14:41; édité 1 fois

_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
Il y a eu un moment dans lequel dans ma thérapie , mes origines allemandes au 1/4 me foutait la honte face à ma psy qui est juive ! Bien sûr moi j'ai rien fait , mais d'avoir ce "sang" dans les veines me dérangeait face à elle . On en a parlé ! Elle m'a juste dit :"nous ne saurons jamais ce qu'on aurait fait si on avait vécu dans cette triste époque" .
Pour la France j'ai un rapport ambivalent que ma mère m'a légué , car la  a beaucoup souffert de la colonisation française . Autant j'admire la France révolutionnaire (enfin pas la Terreur) , autant j'ai du mal avec la tradition plus jacobine et coloniale . Compliqué tout ça !  



Dernière édition par psychonaute le Sam 15 Mai 2010 - 14:42; édité 1 fois

_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
Ce post m'intéresse tellement que j'ai envie de faire tomber le mur du silence que je me suis imposé moi-même...
Certains ne me connaissent pas ici, d'autres oui, bonjour à tous en tout cas, dans un esprit de paix...

Il y a 20 ans, je pleurais toutes les larmes de mon corps devant la télé. J'ai été profondément bouleversée, infiniment heureuse de la chute du mur.
J'ai bien connu la RDA du temps du rideau de fer, j'y suis allée 4 fois : trois fois 3 semaines et une fois 10 jours. Ça fait donc beaucoup de temps, j'ai pu connaître l'ambiance de l'Est, la ressentir de l'intérieur. Quand j'y pense, c'était une idée assez folle, mais il y avait un jumelage entre la Moselle et le district de Magdebourg, et on emmenait des petits français en colo en RDA, on les intégrait à la colo allemande. Moi j'allais dans un camp de pionniers "Pionierlager Erich Weinert", les pionniers étaient les enfants de 8 à 12 ans environ, embrigadés dans une sorte de scoutisme pratiquement obligatoire, la suite en était la FDJ "Freie Deutsche Jugend", dont devaient faire partie tous les jeunes. Les monos allemands en étaient.

La colo commençait et se terminait par "l'appel", une cérémonie très officielle où les gamins étaient en tenue de pionnier (chemise blanche, fichu rouge ou bleu), et on leur demandait solennellement : "Für Frieden und Sozialismus, seid bereit !", à quoi ils répondaient, la tranche de la main droite sur la tête "Immer bereit !". (Pour la paix et le socialisme, soyez prêts ! / Toujours prêts !"
Il ne s'agissait pas de piquer un fou rire, il y avait des officiels en tenue militaire...

Au cours de la colo, on participait aussi à la "Friedensmarsch" (marche pour la paix), avec des slogans du style "Gegen NATO Waffen, Frieden schaffen" (contre les armes de l'OTAN, construire la paix").

Enfin, je pourrais en raconter encore et encore...

J'avais choisi d'être mono dans ces colos pour connaître la RDA et travailler mon allemand. J'avais été recrutée sans aucune difficulté. Mais nos amis de là-bas pensaient qu'on était bien placées dans un parti politique pour avoir eu le droit de venir en RDA. Pour eux, c'était évidemment inconcevable de franchir le rideau de fer en étant un simple quidam...

Je me suis fait beaucoup d'amis là-bas, on a tissé des liens forts, j'ai eu des tas de lettres pendant des années... Nos amis n'arrivaient pas à se procurer les disques des groupes à la mode, on leur enregistrait des cassettes qu'il fallait cacher dans les paquets de café qu'on leur envoyait... Parfois les cassettes revenaient, n'ayant pas franchi la douane, car c'était interdit. Quand je recevais d'eux des cadeaux de Noël, ils étaient tous déballés, le papier cadeau plié au-dessus des objets. Tout était contrôlé, et nos amis savaient qu'ils prenaient des risques en entretenant des relations avec nous.

Bon, j'arrête là pour ce post, je pourrais en raconter encore et encore, c'est un sujet qui me tient tellement à coeur...



Dernière édition par Iphigénie le Jeu 12 Nov 2009 - 14:35; édité 1 fois
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
Merci de ton témoignage Iphigénie. Je me suis sentie tout autant bouleversée, dans ces moments on pense aux proches ou aux personnes qu'on a rencontré, qui sont au coeur de l'événement.

Psychonaute tu me fais penser que mon dernier psy avait un nom à consonnance hébraique. Je me souviens d'avoir senti un moment de flottement chez lui, un jour où j'évoquais mes origines allemandes (pourtant de manière tout à fait innocente). Je crois que c'est la seule fois où je l'ai senti déstabilisé. Ca m'a tourné un moment dans la tête, toujours cette ambivalence (je ne suis objectivement pas coupable, mais ces origines impliquent de porter le poids de la culpabilité)


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
J'avais 5 ans, je sais même plus si j'avais la télé, mais je pense si je l'avais, j'étais plus intéressée par Princesse Sarah, Rémi sans famille, Dans les alpes avec Annette etc. sourire
Par contre, dans un tout autre registre, la mort de Freddie Mercury m'a marquée, j'avais vu l'info à la télé, et bien que petite, je le connaissais et l'adorais.


_________________
"C'est ce que nous croyons déjà connaître qui nous empêche souvent d'apprendre" Claude Bernard
Répondre en citant
Message Où étiez-vous il y a 20 ans 
psychonaute a écrit:

 Elle m'a juste dit :"nous ne saurons jamais ce qu'on aurait fait si on avait vécu dans cette triste époque" .
  






C'est précisément ce que mon éducation m'a appris, étant donné que j'ai lu surtout des livres sur ce qu'il se passait côté allemand et est-européen. Et c'est là-dessus que se fonde mon humanisme, ma tolérance, mon besoin de comprendre d'autres cultures et les failles humaines.

Mais bref c'était surtout par rapport à ce qu'a dit ta psy, Psychonaute, pour vous mettre deux chansons que j'aime beaucoup de Jean-Jaques Goldman

Grand merci Iphigénie pour ton témoignage très touchant... vous vous êtes revus après la chute du mur avec ces amis de l'époque ?

Comme Toi


né en 17 à Leidenstadt



Message Où étiez-vous il y a 20 ans 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 2 sur 3
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation