Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 4
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
harcélement psychiatrique
Auteur Message
Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Bonjour,
je suis victime d'un psychiatre qui m'a harcelé ce matin à mon domicile. En effet, il est venu avec son infirmier, et ils ont frappé violemment à ma porte pendant 5 minutes. L'objet de sa présence était d'évaluer mon état.
A l'origine de ces faits, mes parents qui doutent de mes facultés à rentrer dans la vie active; j'ai 29 ans et je suis toujours étudiant. Ils ont, à l'époque, fait part de leur inquiétude auprès du service d'aide psychiatrique d'un établissement de Paris. Je suis venu de plein gré une première fois il y a six mois, l'entretien s'était bien passé. Néanmoins, probablement suite à une relance récente de mes parents, ils m'ont convoqué et je ne suis pas venu . Subitement, je les vois débarquer violemment à mon domicile sans que je réponde (en faisant le mort). J'ai bien tenté cet après-midi de calmer leurs ardeurs en les appelant mais en vain, le psychiatre projette de revenir demain matin en arguant que c'est son devoir, que cela pourrait se retourner contre elle si elle ne faisait rien.
La réaction sensée serait de leur donner à manger, qu'ils soient satisfaits, de leur accorder l'entretien qu'ils demandent, et basta.
Mais je suis obstiné, et j'ai bien l'intention de savoir, si oui ou non, ils ont le droit de venir me harceler de la sorte, sous prétexte d'une quelconque  inquiétude. J'ai contacté un accès aux droits cet après-midi, ils m'ont clairement dit que sauf décision de justice à mon encontre, aucun psy ne pouvait m'imposer quoi que ce soit. Ils m'ont parlé du conseil de l'ordre des médecins. Tout ceci peut paraître frivole à beaucoup, mais on est tout de même dans une société de droits, et une question relative à une forme de harcèlement mérite réflexion.
J'appèle un avis éclairé sur la question,
merci beaucoup,
cordialement

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Bonjour Cacla, et bienvenue sur le forum

Je crains qu'on t'ai mal renseigné, le soin obligatoire ne relève pas que de la décision de justice.
Il est possible que tes parents ou d'autres personnes soient inquiètent pour toi et le signalent. Dans ce cas, une évaluation psychiatrique est faite pour déterminer si tu peux te mettre en danger. C'est le rôle du psychiatre d'évaluer cela, et éventuellement de te protéger s'il estime que tu en as besoin et que tu n'es pas en mesure d'en avoir conscience à cause de la maladie.

Je comprends que cette attitude du psy te semble agressive. Mais c'est en effet de sa responsabilité que de s'assurer que tu ne risques rien.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Tu est sûre Séverine?  J'ai toujours entendu dire que l'on ne pouvais pas obliger quelqu'un à se faire soigner sans son accord, à moins qu'il soit dangereux , dans ce cas  on fait appel au force de l'ordre. OU alors qu'il y est eu décision de justice.

Cacla as tu été soigné en hôpital psy ?  


_________________
Plus nous devenons conscients, plus nous devenons libres.
Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Il peut y avoir des hospitalisations sous contrainte arianne (HDT) si la famille (ou même n'importe qui de concerné) estime que la personne est en danger et que des soins immédiats sont requis. En cas de procédure d'urgence, seul un certificat médical est nécessaire pour accompagner la demande.

Cacla, je sais que ces mesures peuvent paraître violentes même si elles sont destinées à te protéger. A mon avis, tu aurais tout à gagner à éviter l'affrontement et à accepter de rencontrer ce psychiatre, surtout si tu as déjà eu un entretien avec lui, ou un de ses collègues, et que tu as trouvé que cela s'était bien passé. Peut-être trouverez-vous un autre moyen de t'aider si tu traverses une période difficile, d'une façon qui soit acceptable pour toi et qui puisse rassurer ta famille. Je sais bien que ce n'est pas simple, mais tu peux essayer de te saisir de cette rencontre comme d'une aide qui t'est proposée.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Oui je n'y connais rien en droit etc, mais alors que je peux bien comprendre ton agacement vis-à-vis de tes parents, je ne crois pas que tu devrais considérer la psychiatre comme une ennemie mais plutôt comme une amie.

Si il n'y a effectivement rien d'alarmant, elle le constatera c'est son métier, et vous pourrez d'ailleurs sans doute discuter de cette inquiétude de tes parents que tu sembles trouver hors proportion et invasive.

Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Bonsoir à tous,
merci pour vos réponses.
Ils ne sont pas venus ce matin. Elle n'a pas obtenu l'accord de mes parents, qu'elle recherchait avant d'agir. C'est qu'elle a eu peur. Je l'aurais pas rappelé hier en la menaçant de porter plainte au conseil de l'ordre des médecins après son "je viens demain" injonctif au bout duquel elle m'avait raccroché au nez une première fois, elle serait venue sans même se soucier de l'avis de mes parents, pensez-vous ! Donc sous prétexte d'un beau diplôme de psychiatrie, on doit se plier à leurs exigences si les parents sont dans le coup... Certes il s'agît là que d'une évaluation, mais si elle a lieu tous les six mois, il s'agît bien d'un suivi ! Cà me fout la rage que l'on puisse contrôler mon cerveau. Quand je les appelle, on sent que derrière tout ce que je dis, ils émettent une réserve sur mon jugement car je suis potentiellement un taré, en tant que potentiel patient. J'ai du mal à mettre bout à bout mes arguments car je n'ai pas dormi de la nuit. En effet, la perspective de la voir débarquer ce matin avec la police (c'est la permission qu'elle demandait à mon père, ce dernier m'avait dit hier soir qu'il réfléchirait et donnerait sa décision au psychiatre le lendemain matin), était un spectre de violence inouï (sans parler du préjudice moral vis à vis du voisinage dans une cage d'escalier où tout résonne quand elle gueule, mardi matin, "je suis psychiatre de X, vos parents s'inquiètent, je viens pour faire le point" alors, en plus, avec la police !, là je passe pour un détraqué 100%, voir un terroriste !).

Je vais admettre tout cela comme une nouvelle contrainte alors (comme celle de savoir où commence et se termine nos libertés), si c'est véridict. Je ne remets pas en cause vos bonnes fois. Je suis d'accord avec vous, leur volonté est bel et bien de nous faire du bien mais ils semblent toutefois réfuter vivement l'hypothèse qu'en agissant de la sorte, il soit possible qu'ils fassent du mal. C'est le cas ici je regrette; je viens de perdre deux jours de ma vie à dépenser toute mon énergie à fortifier mon cerveau contre ces attaques à l'égard de mon ataraxie, et à 29 ans çà commence à me peser de perdre du temps dans ces futilités. Oui, j'ai eu une dépression, et j'ai la prétention de vouloir et pouvoir m'en sortir seul ! Ils prétendent que c'est pas possible ! Evidemment, ceux qui s'en sortent sans passer par eux, ne sont pas inscrits dans leur registres, donc forcément ! Quelle fatuité de penser çà !
Il est très probable que j' agace certains parmi vous (cf étymologie du mot ostracisme) qui me lisent et je remercie ce site de me donner la parole.
J'ai aujourd'hui la haine la plus vivace pour toute prise en charge me concernant. Tout ceci m'a déterminé dans cette opinion, je laissais avant une légère option, au cas où, m'estimant vraiment faible pour ne plus pourvoir tout seul aux besoins nécessaires à mon rétablissement total (je m'estime aujourd'hui à 80%), j'aurais fait appel à eux. Elle l'avait dit il y a six mois d'ailleurs, quand je refusais une première fois ses services, qu'elle laissait la porte ouverte. Et bien aujourd'hui, elle reste close et le restera. Elle a fait son boulot, et bien bravo.
Il me reste donc à prier que mes parents me laissent tranquilles, et eux, ces psychiatres forcément affectés selon moi par les véritables tarés - je ne trouve pas d'autre mot - qu'ils soignent, qu'ils mettent leurs méthodes au diable, dignes de la Stasi. Au fait, si elle était venu ce matin, j'avais prévu de lui ouvrir, fatigué de me battre (de tout de façon je crois qu'on n'a pas le droit de refuser d'ouvrir à la police). Je ne suis pas infaillible face à ce genre de violence, celui qui prétend l'être est bien vaniteux. C'est bien leur but recherché je pense.
Merci beaucoup,
Cordialement

Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Bonsoir Cacla,

Bienheureuse de savoir qu'il ne s'est rien passé d'ennuyeux pour toi ce matin.

Quelque chose quand même... je crois que c'est une bonne chose de vouloir se sortir seul des ennuis et d'être obstiné pour aller mieux. Mais parfois, on a besoin de l'aide d'autrui et ça ne signe pas une faiblesse de la demander, bien au contraire, ce sont autant de chances de se rétablir rapidement.
Tu as l'air de souffrir. Devoir "fortifier ton cerveau" pour passer les mauvais caps, ce n'est pas la vie normale.

Si ce psy que tu as rencontré ne te plait pas (ce que je comprends bien si tu penses qu'il est en lien trop direct avec tes parents), il en existe d'autres avec lesquels tu peux faire alliance pour essayer d'aller mieux, toi.

Je te souhaite le meilleur, n'hésite pas à venir si tu en as l'envie content


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Moi je te suggerai d'aller voir un autre psychiatre, même si tu estime ne pas en avoir besoin, tu pourrai demander à un autre psy se qu'il en pense, et les autres te foutrai la paix , au besoin tu te fait remettre un certificat médical attestant de tes capaciter mentale.

Bon courage et donne nous de tes nouvelles


_________________
Plus nous devenons conscients, plus nous devenons libres.
Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
l'ostracisme, c'est le banissement de la cité, par un accord des membres de la société. pourquoi le parmi vous, serait un jugement de cette sorte ?

je comprends ta colère, mais peut etre que tes parents s'inquietent et se sentent démunis. et n'arrivent pas à se mettre à ta place. en tout cas le fait qu'une autorité qui a été demandé par ta famille en inquietude probablement, pour divers raisons, surement justifiable en leur sens, prouve qu'on ne veut pas te bannir du monde.

comment ça se passe pour tes études et projets ?


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
La véritable intelligence réside dans la recherche perpétuelle de nourriture. Le jugement de la multitude fait que l'on vous classe vite dans le pédantesque quand vous jouez au finaud ou ratiocinez. Mon quotidien est de savoir jongler avec mon prochain pour en tirer quelque chose, car, d'un simple regard, on peut tirer une grande satisfaction, ou le plus grand dépit. Il suffit pour cela de ne pas être rasé, et vous perdez une journée. L'amour (pas le sens romanesque, pitié !) est notre nourriture, l'aumône qu'une femme vous fait d'un regard peut être merveilleux. Quand je débride mon intelligence tel que j'ai pu le faire ci-dessus, je m'expose car je sais pertinamment que ma pensée et ma façon de voir la vie en choque plus d'un, alors que je prétends que ma vie  n'est qu'un temple en construction auquel j'essaie d'ajouter une pierre chaque jour. Les psy ne vous donne de vous que l'image réfléchissante d'un miroir mais je n'ai pas besoin de ce miroir. Je veux que l'on me montre le chemin. N'est utile que si te résistes. Qu'est-ce qu'un psy qui te regardes, acquiesse, et te donne rien en retour? Pourquoi irai-je sciemment le voir alors que je sais que je vais perdre mon temps et mon énergie?? (situation vécue deux fois cette année, çà suffit !)
Par ailleurs, ma situation d'étudiant à mon âge fait des envieux, et celui-la que tu envies, s'il tombe sous tes griffes, tu le dévores. Cette image n'est que trop vraie et je le constate empiriquement tous les jours.

Je termine un master de Physique, domaine où si l'on décroche il est particulièrement dur de revenir. Mes parents me laissent tranquilles si j'obtiens ce diplôme (nombre de parents ne s'inquiètent pas de leurs enfants réellement déprimés tout simplement parce qu'ils en sont fiers pour leurs diplômes "mon fils est avocat, la classe !"). J'aimerais avancer et ne pas connaître la routine, ou du moins, le moins possible. Juste ce qu'il faut pour gagner sa croûte, le reste étant plaisir, ou exercice de l'âme (puisque quelqu'un a sité St Exupéry).
Je vous encourage à lire ce dernier auteur, d'après ce que j'ai lu, non reconnu par ses pairs, parce qu'il a mis ses mains dans le cambouis. Il devrait être au programme des jeunes. On nous fait lire des Lamartine, Alfred de Vigny, Chataubriand, ils écrivent bien, mais retranscrivent leur mal-être patent et on s'en bat les c. Peut-être est-ce pour cela qu'on leur accorde la postérité. Après tout, ils ont été malheureux, on peut bien leur faire cette fleur.
Pour terminer, gavez-vous de vitamine D (allez voir un rhumatologue) .
Sans elle, je serais bien malheureux et je souffrirais pour de vrai, à en oublier ma philanthropie.
Cordialement

Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Tu dis que le psy est un miroir  - tu dis donc que tu n'as pas besoin de te regarder

pourtant vu ta manière de décortiquer les relations sociales, clairement tu es en constante analyse de toi et du monde, de toi dans le monde.

CE que tu ne veux pas apparemment surtout, c'est tolérer un angle de vue différent et provenant d'autrui.

Moi ta vision du monde ne me choque aucunement car je ressens les choses et les analyse de manière similaire.

Ce que le reflet de qui je suis et de mon discours chez le psy m'a apporté, c'est de comprendre que je ne tenais pas les ficelles de tout et que le monde existait sans moi, que mes catégorisations, décryptages etc n'étaient pas forcément la VÉRITÉ.

Que l'analyse mettait le monde à distance et mon corps dans l'abstrait.

Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
ben moi j'ai 28 ans, et je suis en master 1, et je ne réponds plus du tout à ce que souhaiterait ma mère...
et c'est un peu mon fils l'avocat ma mère ! lol et au bout d'un moment ils voient qd meme la dépression...

sinon j'ai été voir un psy, parceque je gérais plus, j'ai besoin d'une aide concrete, et j'avais aucune croyance sur le monde psy d'ailleurs.

après c'est chacun qui ressent aussi son propre besoin...

enfin en tut cas la situation d'étudiant à 29 ans, je la trouve pas si enviable.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
J'ai pas dit que j'avais pas besoin de me regarder. J'ai dit que le regard du psy m'était inutile.
L'introspection je la fais tous les jours.
Je suis content que le psy t'aide.
Quant à être étudiant à 29 ans n'est pas enviable au sens que je crois comprendre, mais je te dirais d'un autre côté que c'est mieux que d'être caissier à Monoprix et de n'avoir aucune perspective de changement dans sa vie, crois-moi.
Pascal

Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
Bonsoir cacla,

D'abord, pour rétablir les choses, un travail psychothérapeutique ou des consultations psychiatriques, selon le cas, ne sont pas de l'introspection

Ensuite, je ne peux pas adhérer à tes remarques concernant certains emplois. Je ne pense sincèrement pas que se faire croire que l'on puisse être indéfiniment étudiant, sans trop de perspective concrète, soit préférable à être caissier chez x ou manutentionnaire chez y ou n'importe quoi chez z. Occuper un emploi mal payé et/ou considéré comme peu gratifiant sur le plan narcissique demande beaucoup en termes d'investissement personnel et de gestion de la réalité...


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message harcélement psychiatrique 
C'est ce que m'avait dit en gros , ma psy quand j'avais hésité à reprendre mes études : elle pensait que renoncer et pas se mentir (en tout cas temporairement aux études) en travaillant dans des emplois modestes était un progrès dans ma thérapie . J'avais une vision proche de cacla .
Néanmoins dans ma vie , entre mes petits boulots du type décrits plus haut , et mes passions le soir (psycho , science , philo , psycha , vie exogène etc.) j'ai l'impression de faire le grand écart . C'est très dur certains jours . 


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Message harcélement psychiatrique 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 4
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation