Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 3
Aller à la page: 1, 2, 3  >
deprime...
Auteur Message
Répondre en citant
Message deprime... 
Bonjour,

je déprime en ce moment, voilà, mes parents sont divorcés je passe mon temps sur un ordinateur, j’ai 16ans, et puis ce problème j’en est déjà parler un psychiatre mais il m’a,comme qui dirait, “planté un couteau dans le dos” C’est-à-dire tous dit a ma mère alors que ma mère ne savait pas que je le consultais, je sais, il n’avait pas le droit et pourtant il l’a fait, j’ai pas chercher à le revoir, tellement fâcher de cette vie de merde, mais il m’a donner des bon conseils dans ma vie qui me sont utiles chaque jour, et qui m’aident a avancer.

Les problèmes que j’ai, j’arrive a en parler a personne autour de moi car j’ai plus confiance, je suis plus un bouffon qui fait rire, toujours de bonne humeur, qui cache sa vie, son masque, son état, plusieurs fois j’ai soutenu des personne que j’aimais bien, j’ai jamais perdu espoir ni baissé les bras mais la y’a comme une sorte de rage qui s’emplit chaque jour, comme un cri qui ne sortirais pas. Mes parents me soûl je peux rien faire, j’ai jamais pris un verre d’alcool, que ce soit bière, vin, vodka...
j’ai jamais fumer, j’ai une petite amie, mais je viens de lui dire qu’elle fallait quelle ce trouve un autre mec, que j’était pas intéressant, ce qui est la vérité, enfaîte je suis même nul, alors a chaque occasion, je vais au bord de la mer, et j’écoute le bruit des vagues ou la musique, j’essaie de répondre a mes questions, je sais plus quoi faire de mes 10 doigt, et le suicide est juste une issus de secoure qui débouche sur rien, on m’a appris a aimer, jouir, rire, ce n’ai pas encore l’heure de la fin. Je me sent très faible et inférieur à toutes les autres personnes, sans doute parce que je le suis, chaque seconde qui passe, j’ai l’impression que je vais pas tenir, j’ai la pression.
Là, par exemple, il y a un mec dans ma classe qui se fout toujours de moi et puis je trouve pas le courage pour l’affronter, pour lui répondre, car je sais que tout le monde pourrait se retourner contre moi, j’ai quelques ami dans cette classe, mais il ne me défendrons pas, sa fait un contre 24, j’ai abandonner tout espoir sur ce plan, et puis la violence n’ai pas un moyen de résoudre les problème, les seuls qualités que j’ai, j’essaie de les mettre en valeur, mais bon, c’est peine perdu, mais je me dit que je ne pourrais tomber plus bas, je me sent un peu comme Cosette pour Hugo...
On m’a dit que la patience était mon seul espoir pour l’instant, mais chaque jour me rapproche un peu plus du néant dans lequel je tombe. la seul personne qui pouvais bien me comprendre dans mon entourage, elle est plus de ce monde la pour m’aider. plusieurs fois je suis aller me recueillir sur sa tombe, mais je ne suis pas crétin.

maintenant, je suis obligé de mentir pour rendre les gens heureux, alors de plus en plus, je sens mes jambes tremblées sous mon poids additionner à celui des mensonges.

Je m’adresse a vous, car je n’ai plus confiance en personne la ou j’habite, je peux pas en parler, j’ai presque l’impression que si je le dis, on va me répondre “Toi? a mais ne c’est juste un coups de blouse, sa va passer” mais sa passe jamais, c’est sa le problème ou “mais “lol” toi qui est toujours si heureux et si fière...” surement parce que je me suis mi a la philosophie...

voila le point où j’en suis, Merci de me répondre.


_________________
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message deprime... 
Bienvenue Gedrik !

C'est dommage que par maladresse ce psychiatre ait entamé ta confiance car tu sembles avoir réellement besoin d'aide. En fait, si le jeune est en danger, il y a des exceptions - et même des exceptions obligées - au secret médical, donc il a probablement pensé faire son devoir mais il s'y est bien mal pris...
S'il était vraiment inquiet (tu as l'air de souffrir beaucoup, ce n'est pas rien), il aurait pu solliciter ton autorisation pour prévenir tes parents qu'il ne te trouvait pas bien du tout et que tu avais besoin d'un suivi - juste dire ça, rien de ce qui touchait à l'intime de vos entretiens.
D'ailleurs, comment tes parents ont-ils réagi, est-ce que cela ne t'a pas aidé à entrer en dialogue avec eux ?

Tu ne te sentirais pas prêt à consulter à nouveau ? Avec quelqu'un d'autre éventuellement, avec qui tu évoquerais d'emblée ce problème de confiance et avec qui tu trouverais un accord mutuellement acceptable ?
Parce que je suis d'accord avec toi sur le fait qu'une telle souffrance n'est pas un simple "blues" passager et qu'elle ne s'envolera pas toute seule.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message deprime... 
mais le problème c'est que j'ai plus confiance, c'est les personnes comme sa qui me font perdre confiance.
Mes parent? ils ont toujours raison, je peux pas leurs faire de reproches, ils ont toujours raison, ils sont médecin et considèrent qu'il ont réussi leurs vie et que moi je dois faire de même, mais ne somme nous pas tous différent?


_________________
Répondre en citant
Message deprime... 
Oui, ils n'ont pas l'air très ouverts à la communication quand elle touche l'affectif, ou alors c'est une impression que tu as, ou alors c'est une impression qu'ils donnent Je pense que pour n'importe quel parent, l'essentiel est que son enfant aille aussi bien que possible, qu'il ne souffre pas et qu'il puisse profiter de sa vie - la réussite et compagnie, on peut la souhaiter bien sûr, mais elle vient bien après.

Être déçu, ça arrive, même souvent, mais cela ne doit pas t'empêcher de trouver l'aide dont tu as besoin. Tu mets de côté la personne qui t'a déçu et tu cherches ailleurs, tu cherches jusqu'à ce que tu trouves quelqu'un de fiable, qui te convienne et qui puisse t'aider - il y en a forcément un quelque part !


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message deprime... 
oui, je cherche, je cherche, mais le temps passe, et plus il passe, plus je tombe, et moins je me rattrape ...
mais je n'ai pas perdu confiance en moi même, pas pour l'instant, mais se sentir seul n'ai jamais quelque chose de bon. si je réussi a me casé dans la société d'aujoud'hui a vivre heureux, la, je pense que je l'aurais mérité.
je trouverais quelqu'un, mais les fille sont plus attentif et plus sympa, mais je connais que peux de fille...

j'ai l'impression que j'ai pourri la vie de tout le monde. j'ai bien hâte a avoir mon bac


_________________
Répondre en citant
Message deprime... 
Bonjour Gedrik

Je pense que tu as du entendre parler de crise d'adolescence, puberté, la période de rupture avec l'enfance et les parents .Tu es à la recherche d'une image et tu as l'impression d'être seul et de tourner en rond, je trouve que c'est plutôt bon signe. Tu est en train de construire tes propre pensé, Il est normal que tu resente de profond malaise, je pense qu'il faudrai que tu essaye de dédramatisé la situation, et que tu pense à se que tu as envie de faire et de construire sans les parents.


_________________
Plus nous devenons conscients, plus nous devenons libres.
Répondre en citant
Message deprime... 
je dirai oui volontiers, mais cette période est surement déjà passer, peut-on en faire une 2nd?


_________________
Répondre en citant
Message deprime... 
Bonjour Gedrik,

A 16 ans on est en plein dans l'adolescence
Je pense aussi que tu devrais chercher un nouveau psy en qui tu puisses avoir confiance, ça existe.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message deprime... 
En PLEIN DEDANS Gedrik, et chez les garçons cela commence un peut plus tard que chez les filles c'est a dire 16 ans et 13 , 14 chez les filles.
Toi qui navigue sur internet tu vas trouver de la doc expliquant se qu'est la crise d'adolescence, ce qui pourrait te rassurer.
 L'adolescence n'est pas une maladie !
Tu pourrais aussi te rapprocher des point jeune ,se sont des structures d'accueil pour jeune , tu demande à rencontrer un éducateur , ils sont trés à l'écoute former et expérimenté pour les jeunes passant une crise et en plus tu va te faire plein de copain


_________________
Plus nous devenons conscients, plus nous devenons libres.
Répondre en citant
Message deprime... 
Bon courage , rassure - toi il y a des psys maladroits et aussi excellents qui respecteront ton intimité , ce qui est très important à ton âge . 


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message deprime... 
ok, merci beaucoup alors.


_________________
Répondre en citant
Message deprime... 
je suis le fils arianne j ai 16 ans moi aussi tu paré étre quelqu' un de normal. Il faudrais que tu prenne ta place dans ce monde que tu devien un homme
Que tu montre au autre que tu est là. Pren ta place.
                                                 THOMAS


_________________
Plus nous devenons conscients, plus nous devenons libres.
Répondre en citant
Message deprime... 
Un petit mot Gedrik pour te souhaiter la bienvenue et aussi bon courage !

Crise d'adolescence ou non, je trouve que ce qui importe c'est la souffrance qui se dégage de tes écrits. Cette souffrance là mérite d'être prise en compte par toi-même et aussi par tes proches...
Il y a des psy qui sont très bien tu sais, en qui tu pourras faire confiance...surtout si tu poses clairement les règles au départ !
Je te souhaite bon courage Gedrik


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message deprime... 
comment faire confiance après ça? comment, se sentir a l'abri?


_________________
Répondre en citant
Message deprime... 
Rencontrer des personnes en qui on a cru et qui nous décoivent, ça fait partie de la vie. Quand c'est un psy c'est d'autant plus dur à avaler, mais des personnes décevantes on en croise toute sa vie, c'est comme ça.
Reste le choix entre se méfier tout le temps, de tout et de tout le monde, ou d'accorder à nouveau sa confiance.
Je pense qu'en prenant le temps de mesurer à qui tu as affaire avec un nouveau psy, un nouveau lien de confiance cette fois-ci, devrait pouvoir s'installer.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Message deprime... 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 3
Aller à la page: 1, 2, 3  >
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation