Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
deuil pathologique
Auteur Message
Répondre en citant
Message deuil pathologique 
est ce que le deuil pathologique, peut entrainer des troubles de la personnalité ?

j'ai l'impression que je vis avec une sorte de dépression depuis un certain temps, mais qui n'est pas visible, parceque présente depuis des années, c'est surtout des troubles de l'humeur, qui vont etre très vifs par moment, et un abbatement rapide, comme une euphorie rapide.. je vis avec ça depuis plus de 15 ans.
Au début ça s'est manifesté comme dans les traits typiques d'une adolescence, mais je crois que des drames, et l'environnement a fait que ça c'est installé chez moi.
et j'ai l'impression que ça tourne beaucoup autour du deuil, puisque j'ai perdu mon père à l'age de 11 ans, j'ai pas ressentis grand chose au début, je n'ai pas pu faire un deuil, tout tourné autour de ma mère, et j'ai du continuer comme si rien été, mais c'est venu après, dans une adolescence difficile, et lié à des maltraitances. ma mère étans très agressive, et retournant ses pulsions agressives contre autrui, et j'ai beaucoup porté ses fautes, la faute du père etc bon j'ai eu des maltraitences lié à l'instabilité de ma mère, et j'ai symbolisé quelquechose pour elle, je crois lié à son couple. Elle s'est déchainée après la mort de monpère sur moi.
Et c'est vrai que , j'ai porté beaucoup d'agressivité, et une difficulté à m'accomplir, avec des sauts d'humeurs très variables. Avec une forte impulsivité contenu.
 j'ai beaucoup de sauts d'humeur, et aussi une incapacité à maintenir un rythme, ou un sentiment d'accomplissement dans ce que j'entreprends. Peut etre parceque tout s'articule autour de la perte, y compris ma personnalité. Et il est vrai qu'une stabilité affective, me rend plus apaisé, mais inquiete aussi sur la possibilité de la perte, et une culpabilité aussi.
le truc qui me fait rire, c'est ma mère qui me donne des conseils pour accomplir sa vie. DU genre se lever le matin, ne pas compter sur les autres, penser que la vie est belle, etre travailleuse, avoir confiance en soi...
je dis oui tu as raison, la vérité serait de lui dire, que ce que je vis n'est pas si simple, et qu'elle aurait du mieux agir y  a plus de dix ans. On ne peut pas demander à son enfant, d'etre à l'image de ce qu'on voudrait voir de lui, et surtout, qd il y a des souffrances psychiques d'un adulte, il faut se poser les question sur ce qu'on a pu faire aussi. en plus elle le sait qu'elle a mal agis, et dès qu'elle ressent ça, elle devient agressive.



Mais bon de fait je crois que j'ai un deuil pathologique. Il n'y a aucun élement qui aurait pu permettre de faire mon deuil enfant. tout a été fait dans le sens inverse. Il y a le titre d'un article, que je n'ai pas lu, mais c'est très évocateur, la mort du père et l'incarnation du fils.
Ce titre m'évoque que je suis enfermé dans la perte, dans ce sentiment de perte, y compris de moi meme. C'esty moi qui fait revivre la perte. Et sans ce sentiment de perte, je ne sais plus qui je suis.
Et j'ai l'impression que ça explique mes sauts d'humeurs, et mon autoagressivité, y compris mon refuge dans le monde des idées, me réincerer, me demande une forte implication, qui remet en cause mon mode de fonctionnement.
Parceque c'est dans la perte que j'arrive à maintenir un lien. QUand tout devient constant et stable, j'ai l'impression de m'effacer.

En tout les cas ma mère me demande de mettre le coté le passé, mais je crois qu'elle ne se rend pas compte, que ça ne se joue pas dans le souvenir, ou la rancoeur, mais ça a joué sur ma personnalité, et je ne peux pas changer comme ça, ça se fait dans la douleur le changement.
Mes instabilités d'humeur, ça fait plus de dix ans que ça dure, et c'est bien lié à un deuil, et les enchainements de réactions de familiales, qui m'ont jeté dans un role, et je me suis adapté à la place qu'on m'a donné dans cette famille.

c'est le leg qui a été fait à la mort du père. et se battre pour son existence, de cette façon, ça a induit quelquechose de très bizarre. comme si j'ai du maintenir mon existence, en devant faire avec la perte, qui a entrainé une situation concrete fatale. Et aujourd"hui, à l'age adulte, ou il faut etre. Et moi etre je le ressens dans une instabilité émotive. Je suis perdu dans la stabilité. Je sais pas trop comment expliquer cela en fait. Comme si mon existence ressentis, est liée au sentiment de perte. Comme si je ne peux exister qu'à travers la culpabilité, la mort, et le vivant en meme temps. Comme si je dois incarner quelquechose qui m'échappe.

c'est dans tout ça que ça m'interroge, pour la question de l'identité, des troubles.

meme si intrinsèquement j'existe indépendement de...


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message deuil pathologique 
bon j'en ai un peu parlé avec mon psy... je lui ai dis que je crois ne pas etre sorti d'un deuil en fait...
et il n'a rien dit, ou plutot il y a une forme d'acquiessement, en me disant que j'étais venu le voir pour reprendre un peu possession de ma vie, je n'arrive pas à faire la synthèse du passé, je suis en train de la faire, l'histoire de mes parents, de la filiation, ety oui le deuil du père reste qd meme centrale mais par truchement, par le lien que je fais avec ma mère...
et ça se fait on peut dire dans la douleur ! lol

en tout cas, quand j'ai parlé de dificulté probable du deuil, il y a eu une ouverture, et je voudrai en reparler au psy, et je crois qu'il y a eu une ouverture positive en ce sens avec le psy.
et c'est vrai qu'il m'a souvent comment une petite fille, s'adapte face à cette, ces situations...ça reste flou pour moi comme question, mais je pense que c'est sur cette fameuse synthèse...qui est floue pour moi, que je pourrai avoir une sorte de réponse, ou un aboutissement de quelquechose que je vois encore mal.

mais bon il m'a fait rire aussi, en me disant, oui je sais vous adorez votre père barré, et vous en voulez à votre mère mauvaise épouse. et barré a d'ailleurs tout son sens.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message deuil pathologique 
minina a écrit:
en tout cas, quand j'ai parlé de dificulté probable du deuil, il y a eu une ouverture, et je voudrai en reparler au psy, et je crois qu'il y a eu une ouverture positive en ce sens avec le psy.


C'est bon signe alors, quelque chose d'important est en train de bouger content


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message deuil pathologique 
Deuil pathologique, je c'est pas si c'est le mot , tu n'as pas fait le deuil, on pourrait plûtôt dire, tu as sûrement un travaille à faire, mais plutôt dans la relation avec ton père de son vivant , je vais pas dire que tu as de la chance, mais tu as des souvenirs de ton père , moi j'ai du chercher piaucher à droite à gauche puis fantasmer, immaginer car aucun souvenir , j'avais 17 mois lorsqu'il est mort , et je suis sûre avoir vécu de merveilleux moment avec lui mais hélas , alors parle de ton père , même si c'est douloureux ,c'est le faire revivre en quelque sorte. Courage


_________________
Plus nous devenons conscients, plus nous devenons libres.
Répondre en citant
Message deuil pathologique 
merci d'avoir répondu en tout cas. et je suis désoler pour toi... je ne sais pas quoi dire en fait...
moi la perte du père est le fait qu'on a voulu me décapiter, mais que j'existe dans les ovaires, et la descendance... et je n'ai pas procréer... ce qui me donne envie de tuer ma tete et mon corps.

mon père n'existe que parceque j'existe. Ma mère, la mère de mon père, mon beau père, me l'on tous rappelé... j'aurai aimé parlé de ça à la mère de ma mère... mais jamais pu...mon corps, mon esprit, est fait pour que mon père existe. Meme la sexualité de lmon beau père dans ses attouchements me l'a fait comprendre, je suis la fille de l'autre, du mort. ma mère dans mes problèmes m'a parlé du mort...

je dois vivre avec ça et faire la synthèse et vivre parmi le monde en portant mon père... et j'aime mon père, et je lui ressemble... mais pourquoi l'homme de ma mère après la mort de mon père m'a fait comprendre que je suis la fille d'autre, par tyout ça, et ma mère pas l'exil qu'elle a fait de moi...
commen t je peux expliquer ça à des français, et mon père est français, et la mère de mon père me considérant comme la fille seule de son fils.

parfois à trop penser je veux comme faire ces fous qui ont tranché leurs frères, leurs soeurs, leurs pères et leurs mères en Algérie, trancher leurs gorges comme je tranche ma gorge.

Je voudrai avoir un enfant, et lui transmettre sans trancher, lui dire, lui transmettre, et transmettre le visage de mon père,e t de ma mère..; ce couple qui a tans souffert...  aujourd'hui je voudrai voir mes parents en mesenfants et leurs transmettre le meilleur... j'espere que Dieu accordera mon désir, parcequ'il sait d'ou ça vient...
Et il sait d'ou ça vient...

j'ai vu des personnes qui ont tranché des gorges, et qui sont humains dans leurs actes, et meme en cela, je veux voir mon  visage, ceux de mes parents, et ceux d'autre en une descendance, et dire mon fils, ma fille, tu es... je veux qu'ils relient leurs visages...leurs tetes à une humanité...


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message deuil pathologique 
C'est très violent la manière dont tu a dû accéder à la création de ton identité Minina, à porter sur tes épaules et par ton corps de petite fille ce mort que tu sembles retrouver dans un imaginaire foisonnant où visiblement se mêle toute l'histoire de ta famille, et l'histoire contemporaine de chacun de ces personnage.

Ce que je comprends c'est que tu revendiques comme une Marianne sur les barricades le besoin de lier tout cela, d'abolir les découpages, les séparations vécues comme traumatiques.

Non seulement je comprends mais je trouve cela particulièrement beau, pas au sens jolie pâquerette, mais beau comme l'humanité.

Répondre en citant
Message deuil pathologique 
Nous sommes évidemment tous né d'un homme et d'une femme qui en s'aimant il me semble important de le rappeler, donc si je suis ton raisonnement d'un ovaire et d'un spermatozoide, nous sommes également constituer de 70% d'eau 18% de carbone , d'azote, calcium, phosphore de potasium et d'autre encore,
Et surtout tu est!! parce que tes parents sont!! Et un individu à part entière avec le CA ( ou système de plusion des instints )
                                                                                                                   le MOI ( zone de la personnalités )
                                                                                                                   le SURMOI ( système d'interdits issus de l'éducation )



_________________
Plus nous devenons conscients, plus nous devenons libres.
Répondre en citant
Message deuil pathologique 
je trouve que souvent qd on est en analyse, c'est parfois cette position que l'on a de toute façon... souvent qd on va consulter, c'est que quelquechose est coupée, famille, sociale, relations amicales, amoureuses, len psy aidant à refaire les liens nécessaires. et pour se relier de nouveau, qdça a été coupé, il faut une lecture de l'autre, de ce qui se passe, et c'est passé pour à se point rendre les relations douloureuses.

arianne j'ai pas trop compris... il y a des personnes tu sais dont les parents ne se sont jamais aimés, ce n'est pas parceque deux personnes qui ont un enfant ensemble, s'aiment. Après comment on gère ça en tans que fils ou fille de, quels conflits psychique on doit gérer, y a surement des constances, mais aussi des adaptations propre à chacun. en fonction des evenements de la vie...
j'ai du gérer les frustrations de ma mère, je suis le fruit d'une relation frustrée, et ma mère ne se retient pas, elle est tout le temps dans l'impulsivité. Et ct pas une femme satisfaite de sa vie, donc c'est l'enfant, qui est le prlongements de cela qui s'en prend plein la gueulle. Et quand on devient adulte, et que ça craque, le systeme, ou que ça ne fonctionne plus, ben tu retranscris cela avec le psy, en se transofrmant un peu pour rétablir des liens, dans son histoire, mais aussiles personnes qui ont participé à ton histoire.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message deuil pathologique 
Citation:
Et quand on devient adulte, et que ça craque, le systeme, ou que ça ne fonctionne plus, ben tu retranscris cela avec le psy, en se transofrmant un peu pour rétablir des liens, dans son histoire, mais aussiles personnes qui ont participé à ton histoire.


C'est très juste ce que tu dis Minina...

C'est démêler les fils, refaire les liens
 pour mieux pouvoir se détacher ensuite




_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message deuil pathologique 
mais se détacher sur quoi ? c'est là aussi la question... se rattacher à quoi... se raporter à soi, dans le monde la réalité, et là c'est un peu plus compliqué souvent en fait... enfin pour moi...


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Message deuil pathologique 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation