Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 4
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles
Auteur Message
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles

LE MONDE | 29.12.09


Si Playmobil fait l'unanimité auprès des parents, ce n'est pas le cas de Barbie, la plus célèbre des poupées, qui a fêté ses 50 ans en 2009 et s'est retrouvée, cette année encore, parmi les cadeaux les plus offerts aux petites filles pour Noël. Avec ses mensurations improbables - soit 95-45-82 à l'échelle humaine -, Barbie est accusée de fausser l'image de la femme et d'encourager notamment l'anorexie. Dans l'Hexagone, de plus en plus de mamans répugnent à l'offrir à leurs filles.

Avec 3 millions de poupées vendues par an en France sur une cible de... 3 millions de petites filles âgées de 2 à 9 ans, le fabricant Mattel n'est pourtant pas encore aux abois. "80 % de l'offre Barbie et ses accessoires, château, voiture, chevaux... est renouvelé chaque année", explique Arnaud Roland-Gosselin, directeur marketing de Mattel France.

De quoi entretenir l'intérêt des petites consommatrices, qui possèdent, chacune, une moyenne de douze poupées. Dernière excentricité marketing en date, la sortie, pour les fêtes de fin d'année, d'une Barbie chaussée par le créateur Christian Louboutin : 115 euros le modèle avec ses escarpins à semelle rouge.

En 2009, Barbie aura été à l'honneur : les plus grands créateurs lui ont consacré un défilé en février lors de la semaine de la mode à New York, un livre-coffret luxueux retraçant sa saga a été édité chez Assouline et les studios Universal ont annoncé qu'elle allait bientôt être l'héroïne d'une superproduction hollywoodienne. Pour autant, la poupée n'a pas fêté son cinquantième anniversaire en toute sérénité.

Dans un brûlot intitulé Toy-Monster : the Big Bad World of Mattel ("Jouet-Monstre : le grand méchant monde de Mattel") et publié aux Etats-Unis chez Wiley-Blackwell, le journaliste et essayiste américain Jerry Oppenheimer écorne sérieusement le mythe. Auteur de la biographie non autorisée de Bill et Hillary Clinton, Jerry Oppenheimer présente dans son ouvrage le père de Barbie, Jack Ryan, comme un pervers sexuel. Pour l'essayiste, Barbie serait l'incarnation du fantasme ultime de son inventeur : une call-girl de luxe, à la taille ultrafine, aux seins en obus et au visage enfantin. De quoi effrayer encore davantage les mamans ?


"Certes, celui qui a conçu la Barbie n'avait pas une once de féminisme : il a projeté l'image d'un objet sexuel, d'après un prototype américain à la Jane Mansfield, estime Gisèle George, pédopsychiatre, auteur de La Confiance en soi de votre enfant (Odile Jacob, 2008, 227 p., 7,50 euros). En revanche, on ne peut pas donner à Barbie un pouvoir qu'elle n'a pas : une poupée ne peut pas influer sur l'orientation sexuelle, professionnelle, ou quoi que ce soit d'autre...".


Pouvoir d'anticipation



Un point de vue que partage Claude Halmos, psychanalyste et écrivain. "Il est devenu courant d'accuser les objets : la violence serait de la faute de la télé, l'anorexie, celle de Barbie... mais on oublie l'essentiel : la construction psychique d'un enfant dépend des adultes qui l'entourent." Selon la psychanalyste, "une petite fille conçoit la féminité à travers ce que sa mère ressent et vit pour elle-même, et à travers la façon dont son père ou un compagnon masculin considère sa mère".

Les enfants ne voient pas le jouet au premier degré, comme les adultes, assure pour sa part Patrice Huerre, chef du service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'hôpital d'Antony (Hauts-de-Seine) et auteur de Place au jeu : jouer pour apprendre à vivre (Nathan, 144 pages, 14,95 euros). "Les enfants ne sont pas empêchés de rêver par la forme d'un objet, la preuve : d'un caillou, ils font un bolide", précise Patrice Huerre.

En revanche, certains jouets, en rupture avec leur époque, peuvent, selon le psychiatre, avoir un pouvoir d'anticipation, comme la littérature de fiction. "Barbie, ce fantasme d'adulte, anticipe sur la révolution sexuelle, Mai 68, la contraception, et l'émancipation des femmes..., estime-t-il. Elle est entrée en résonance avec une attente implicite des enfants, qui sont ensuite devenus les adolescents des années 1968".

Le médecin a coorganisé cette année au Musée des arts décoratifs de Paris une exposition intitulée "Quand je serai grand, je serai..." Dans ce cadre, il avait été demandé à 600 enfants de dire ce qu'ils aimeraient faire plus tard, et de désigner les jouets symbolisant le mieux leurs aspirations. On y trouvait en bonne place la fameuse Barbie.

Véronique Lorelle


http://www.lemonde.fr/aujourd-hui/article/2009/12/29/pour-les-psychiatres-b…


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
Traviata a écrit:




Un point de vue que partage Claude Halmos, psychanalyste et écrivain. "Il est devenu courant d'accuser les objets : la violence serait de la faute de la télé, l'anorexie, celle de Barbie... mais on oublie l'essentiel : la construction psychique d'un enfant dépend des adultes qui l'entourent."



Je suis d'accord avec ça.
Pour ma part je trouve ces poupées Barbie assez moches, je n'ai jamais vu une femme qui ressemble à ça et si je la croisais dans la rue je la trouverais sûrement difforme. Ma nièce adore ces poupées, mais elle sait bien qu'une femme adulte ne ressemble pas à ça. Ca lui sert de support pour rêver de vie de princesse et de beau chevalier qui vient jouer la sérénade à Barbie, mais si elle adore se déguiser en princesse, en tout cas elle ne se déguise pas en Barbie.

Dès que quelque chose ne tourne pas comme ça devrait, c'est la faute aux éléments extérieurs.
Ado j'écoutais de la musique "métal", je me souviens que c'était un prétexte courant déja que d'accuser cette musique quand un événement horrible était commis, comme si écouter un type de musique plutôt qu'un autre prédestinait au meurtre.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
j'aimais bien les barbies moi...

je lui faisais toujours faire l'amour avec ken... comme j'en avais pas ct des peluche animal...mais j'ai toujours trouvé qu'elle avait un drole de sexe qd meme.. on dirait qu'à part les poile blond sur la tete, c tout...mais je crois que les petites filles ont eu pour la premiere fois une poupée miniature forme femme... pas bébé... avec rondeurs de femmes...

et on est nombreuse je crois à avoir fait faire l'amour à nos barbies looool


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
Je ne vois pas bien la raison qui pousserait à associer Barbie et anorexie Son corps hyperféminin, et même hypersexué, n'a rien à voir avec ce qui est généralement en jeu dans ces problématiques - elle évoque bien davantage les femmes corsettées à la taille de guêpe et à la poitrine pigeonnante. D'ailleurs, qu'ils en aient sorti une chaussée par Louboutin (créateur des échasses improbables portées par les filles du Crazy Horse) montre bien son statut d'objet sexuel.
Et je suis d'accord avec toi minina sur le fait qu'elle est justement propre à susciter des fantasmes sexuels tant tout son corps ne semble fait que pour ça...

Mais je ne suis en revanche pas d'accord avec Huerre quand il dit qu'elle "anticipe sur la révolution sexuelle, Mai 68, la contraception, et l'émancipation des femmes", pas du tout, au contraire même de ce qu'était le féminisme dans ces années-là, qui véhiculait plutôt un certain rejet de la féminité dans ses jeux de séduction...


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
Ben pour moi , il y a toujours un courant dur du féminisme qui refuse de devenir et / ou d'être une femme . 
Derrière les revendications conscientes de certaines féministes (ersatz de mecs) , le refus inconscient du corps sexué féminin et de ses implications est patent . Ce qui n'est pas le cas de toutes et ce qui ne veut pas dire que les revendications ne soient pas fondées , en tout cas pour l'égalité des salaires .
J'avais vu Isabelle Alonso dire que le rose est sexiste par exemple . Ridicule .

Je préfère Barbie à Isabelle Alonso !! (perso en tant qu'homme et je suis pas le seul) . 


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
Je rappelle aussi que les enfants rêvent d'être comme le père pour le fils ou la mère pour la fille et que le rôle des jouets c'est d'anticiper et de jouer avec des représentations internes : Si j'étais comme ma maman en talon aiguille et robe sexy ou si j'avais un enfant avec Ken etc . Bref tout ça ça mange pas de pain franchement .
Par contre , ce qui me frappe , c'est la sexualisation de plus en plus rapide des petites filles habillées de manière sexy comme leur maman en étant en pré-puberté : le phénomène des lolitas .


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
C'est cet organisateur central qu'est le jeu qui me semble justement manquer à ces réflexions plus ou moins catastrophistes En tant que femme, ou que femme en devenir, je peux parfaitement jouer à la maman, au papa, ou à la pouf qui séduit papa... ou maman !
Le phénomène des lolitas me paraît renvoyer à cet échec de la possibilité de jouer, à un enfermement dans des codes. Et de cela, autant la rigidité de certaines positions masculines que celle en miroir de certaines positions féministes me semblent responsables.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
C'est pour ça que j'ai beaucoup aimé le psychodrame dans ma thérapie : Ladame dit à quel point c'est important de réintroduire du rêve chez certains jeunes patients , qui ne rêvent plus , via le jeu .
Et au psychodrame on peut jouer à être un autre (ou une autre , un objet) avec l'assurance que l'on peut arrêter la scène quand ça va trop loin .


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
ben c'est le propre de singer le monde,
meme les adultes le font, mais avec une structure différente.
L'enfant joue à imiter les adultes, les valeurs qui l'entourent, qu'ils s'approprient par le jeu, y compris dans la répartition des roles.

se réapproprier les codes des adultes, dans le monde des enfants.

pour la lolita, je sais pas trop à vrai dire quoi en penser, ça ne me gene pas plus que ça... pas moins qu'une maman qui passe son temps à jouer à la poupée avec sa fille.
après il y a des limites pour l'enfant, ceci ou cela est de ton age, ceci ou cela n'est pas de ton age, on explique à une pré adolescente que se maquiller à 12 ans qd on a des joues d'enfants, mais qu'on commence à avoir une sexualité prépubère, c'est pas pour maintenant...
meme si en cachette évidement elle le fera de temps en temps.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
bah pffff barbie pfff moi les quelques barbies d'occasion que j'ai eu, elles avaient des super pouvoirs et notamment pouvaient bondir du sol à hauteur de gratte-ciel (des boîtes en cartons), et bon le fait qu'elle ait des obus, franchement ça ne m'a jamais frappé à vrai dire quand j'étais petite fille (sinon ils auraient peut être été des propulseurs ou je sais pas  Laughing ), bref pour moi barbie c'était des bras des jambes une tête donc un bonhomme, j'avais conscience que ça représentait une fille voilà tout mais j'y mettais pas plus et je m'amusais certainement pas à lui coiffer les cheveux ou lui faire faire la pouf ou je ne sais quoi....


bon puis je précise quand même que toutes les petites filles rêvent pas du tout d'être comme maman, que toutes les mamans ont pas des vêtements sexy que leurs filles voudraient leur piquer, où que les mères voudraient leur faire porter.... ou leur père d'ailleurs...

Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
Il y a les identifications et les contre-identifications en fait , il y a toujours un moment de la vie infantile où les enfants rêvent d'avoir des attributs parentaux du fait de l'impuissance infantile lié au corps de l'enfance . Seulement inutile de les chercher dans sa mémoire , c'est refoulé et même pendant l'enfance ça s'exprime pas directement , généralement dans les jeux ou dans des phrases types : "Quand je serai grand , je me marierai avec maman etc."


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
ça fait un peu inquisiteur des temps moderne qd meme...

je sais pas si il faut preter plus attention à cela, meme si les jouets est un long sujet anthopologique, sociologique, psychologique
mais qd meme moi ça me fait penser à des traités sur le jeu, d'inquisiteurs, ou des pédagogues expliquaient pourquoi il faut interdire dans la cour les osselets...la raison est que ct un jeu de hasard, et qu'evidement ça pervertissait les enfants assea faiclement
il faut interdire la poupée à gros nichons, parceque c'est pervers, on peut acheter des poupées en chiffon unicef peut etre ?

mais bon la personne qui a écrit le bouquin est un peu specialiste de ce genre de sujet faut dire ^^ l'excès americain ! :-p

psychonaute cela dit, les jeux ne recouvrent pas forcément le jeu de role parentale...c plutot des représentations par le jeu de codes, de valeurs, de représentation du monde, je ne suis pas sur que qd je me mettais mes ailes de fées dans le dos, je voulais avoir les pouvoir de ma mère...
le monde du jeu c'est vaste, et souvent il exclus l'adulte. peut etre ce coté tout pouvoir dont tu parles, mais aussi tout simplement plus de liberté dans ce qu'on dit et fait...ern raport à l'interdit lorsque le monde de l'adulte est trop intrusif. ou je sais pas plutot qui restreint trop.

sans les poupées barbies de toute façon, y a des tas de jeu qui se relie à la sexualité...et pas forcément lié aux parents, mais tout simplement lié à des codes de société, et des non dit.
un jeu très répandu dans les sociétés tradi, c'est le jeu des fiançailles/mariage. l'enfant prend une place dans une société jouée.
il ne faut pas forcément voir du complexe d'oedipe à mon avis.
les jeux d'enfants, sont une singerie de la société dans laquelle ils appartiennent, des futurs adultes.

y a un beau tableau sur ce sujet, qui est les jeux d'enfants de bruegel l'ancien.
y a plein de détails.

le jeu est aussi une histoire d'héritage. les cours d'école transmettent les jeux, et les parents aussi...

ce qui m'inquieterait d'avantage plutot, c'est la perte du jeu dans le monde adulte, ce qui démontre aussi une perte de sociabilité. avec l'apparition de nouvelles formes de jeu. Avec un bémol, les jeux de role.
à l'époque de bruegel, et il peint des scènes  catharcis, sauf qu'il y a aussi des adultes dans ses scènes, ou les adultes, dans un temps de fete, jouent, le monde animal et humain semblant presque confondu tellement les gens se lachent.
si on voit des miniatures médiévales, on voit beaucoup de scènes de jeu, civilisé, codifié, ritualisé, mais il y a des scènes de jeu, l'adulte joue selon ses codes, aujourd'hui le jeu dans le monde adulte...les lieux de sociabilité sont différents, et je dirai amoindri;
c'est la télévision qui a absorbé les moments de loisirs, et les jeux se font devant des écrans;

il n'y avait pas un café ou l'on ne jouait pas aux cartes.

et à mon avis, c'est une des explications que j'ai, sur actuellement cette focalisation du jeu de l'enfant. avec une angoisse permanente, sur la violence et le jeu. parceque la première personne citée dans l'article, meme si c'est sa facture, dénonce la violence de la barbie, en gros se cache derrière barbie, un pervers sexuel. on surveille beaucoup les jeux, on les analyse, on les diabolise, ou pas. Mais ça prouve une chose, c'est que dans le monde de l'adulte, le jeu a un peu disapru, ou est moindre. Y compris les règles de sociabilité et de transmition qui s'accompagne à cela.
et là pour moi il y a beaucoup de choses à dire. Un adulte joue, pas comme un enfant, mais il a besoin de jouer. si le jeu s'amoindrit, et toute sa symbolique, ça veut dire que les liens et lieux de sociabilité se sont amoindris.

un enfant qui ne joue pas, c'est symptomatique, dans une autre mesure, on peut en dire la meme chose sur l'adulte.
le jeu est primordiale pour se représenter dans la société à travers les symboles. parceque la société en elle meme, est aussi un jeu de role. Il faut se représenter, le jeu étans une illustration, une initiation à cela.

et regarder des enfants jouer, ça me parle. y avait une petite fille, à chaque fois, ct la princesse qu'on emprisonne, elle avait toujours ce role..; pourquoi ? et piourquoi ses camarades de jeux, aimaient et voulaient bien l'emprisonner, et en faire la martyre, meme si à chaque fois ct de belles histoires.
alors y avait toujours les méchants, qui faisaient semblant de la torturer, et les gentils, et évidement l'amoureux. Mais elle prenait un plaisir à son role de princesse emprisonné, plus que la princesse libéré.
ils ne savent pas ce qu'est la poésie, et pourtant ils en font par leur jeu ! c merveilleux non ?

edit : comme ça y en a qui gueulle contre les barbies, moi je gueulle pour le retour des tavernes ! ou on pourrait avoir de vrai récréation...
parceque là les cafetiers, et boites de nuit chui déçu... c'est pas des lieux de récréation !
des tavernes ou l'on pend des barbies héhé...


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
Je milite aussi pour les tavernes
Mr. Green



Le tableau de Bruegel l'ancien
 



_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
Avec le jeu l'enfant symbolise toutes sortes de choses , et pas forcément des situations oedipiennes . Par exemple , quand la mère abandonne l'enfant et va à ses occupations et que les vas et vient de la mère sont quelque chose d'énigmatique pour l'enfant qui le subit passivement , l'enfant va rejouer la situation activement pour la reprendre , la perlaborer .
Sinon pour la phrase sur le mariage dont je parle plus haut , j'y vois en effet , une manifestation de l'oedipe , mais c'est personnel .

On joue moins aux cartes , on joue moins ensemble , oui . On se retrouve moins ensemble pour moi c'est clair . (et voulu par le capitalisme) 


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 
je ne vois pas vraiment ça comme une conséquence du capitalisme, mais plutot à des changements de moeurs, lié à une histoire sociale et économique. on peut zoomer sur l'appertenance au territoire des personnes et groupes sociaux. les espaces vécus sont compartimentés.
avant on avait son loisir là ou on vit, et là ou on travaille, aujourd'hui les espaces sont beaucoup plus séparés. la fonction des lieux a changé.

je ne pense pas que ça a été programmé, et c'est là ou il y a de vrai défis pour notre société. recréer des lieux de vie, qui sont compatibles avec notre façon de vivre.
ce qui explique pour moi cette espece de cocon créer avec une intrusion des parents dans le jeu des enfants; et l'enfermement des enfants chez eux, puisque avant le jeu était dehors. c'est aussi l'appartition des habitats modernes, ou chacun sa chambre et ses jouets. ça a du bon, l'enfant peut s'isoler, rever tout seul, mais le mauvais coté c'eszt l'enfermement.

mon père a pmas vécu cet habitat, ni ma mère, ct des pièces en enfilades, l'entrée étant dans la grande pièce de vie, grande cuisine, ou l'on travaillait, (produits maraichers), et deux autres pièces pour la chambre des enfants, et des parents, mais toute petite, ct vraiment pour dormir, et mettre des effets personnels, comme les vetements.
le jeu de fait était dehors, sans vraiment surveillance d'ailleurs. On a jamais eu autant de jouets, mais en meme temps les enfants sont plus surveillés. et on se met à surveiller les jeux objets. comme l'enfant joue dans sa chambre, on peut se demander légitimement si le nouveau danger ne viendrait pas du jouet en lui meme... doit on interdire le film chuky au plus de 12 ans ? :-p

j'ai 28 ans et je peux dire que mes parents, ont connu les derniers temps pour l'éducation d'une société tradi, j'entends très marqué par une mentalité paysanne.

j'ai discuté une fois avec un voisin sur ces phénomènes, lui m'a dit, il a dans les 65 ans, habitait dans mon quartier, et lui petit, il était lui et sa soeur, et ses parents dans un trois pièces (donc pas mal qd meme), mais passait son temps dehors époque ou la voiture était pas trop présente aussi, et y avait encore des terrains un peu décharge, il se souvient qu'aux beaux jours, ils étaient tout le temps dehors, et qu'il y avait plein de gosses. et les parents n'angoissaient pas, parceque tout le monde laissait ses enfants jouer dehors.
cela dit à la meme époque, la bonne bourgeoisie, je ne suis pas sur qu'on laissait jouer trop dehors dans les grandes villes. c'est beaucoup les classes bourgeoises qui ont influencé, encore aujourd'hui notre façon de concevoir l'éducation de l'enfant;
d'ailleurs, il y a des cartes postales, dont une célèbre, ou on montre ses enfants uniques, avec leurs chambres et leurs jouets, dont une ou on voit une petite fille qui se réveille, dans son lit à baldaquin, réveillé par un petit ramoneur surement auvergnat (y a un sous entendu sexuel qd meme, qu'aurait dit jerry machin, le coup du ramoneur de la classe laborieuse, qui se glisse dans la chambre de la petite bourgeoise c'e'st explicite, meme si la carte est romantique, et qaue ce sont des enfants qui sont en représentation)

on oublie, meme si on parle beaucoup de 68 qu'on a surtout un héritage bourgeois, qui s'est démocratisé, par les trente glorieuses, qui a marqué dans la durée, un modèle de genre de vie, y compris dans l'éducation de l'enfant.
la chambre de l'enfant remplis de jouet c'est pas l'enfant roi, c'est l'enfant bourgeois.
on a des idéaux très anciens et et urbains, dans le sens civilisation.
je donne un autre exemple, le cours de danse pour la petite fille, penson à degas, pensons plus tot à defoe, dans moll flanders, ou on décrit cette bourgeoisie londonienne, le passage de la petite fille qui sort de son cours de danse...
encore aujourd"'hui on inscrit facilement sa fille au cours de danse, et elle va coller partout des petites danseuses de l'opéra sur son cahier.
en fait ces fameux parents qui étaient sur la fin des trente glorieuse, et la rupture symbolisait par 68, sont très peu nombreux à avoir donné une éducation baba cool, et ils ont transmis finalement ce qu'ils connaissaient, le but étans de vivre bourgeoisement; ce qu'on a connu c'est surtout la démocratisation dans les classes moyennes des valeurs bourgeoises, tans par le travail, la culture, et l'éducation, qui n'entrent pas en contradiction avec les valeurs libérales ces dernières n'entrant pas non plus en contradiction avec une athmosphère 68 post 68.

voilà pour moi un peu comme je vois l'évolution de la société, vaguement, est ce que ça fait des enfants plus névrosés, peut etre oui peut etre non.
(d'ailleurs démocratisation aussi de la psychologie, discipline qui s'est développée, dans un monde on ne peut plus bourgeois, voir toute l'histoire culturelle et sociale de Vienne, et les premiers courants de psychanalyse en Europe)

la cata sociale aujourd'hui c'est le démentellement trop rapide, de réseaux sociaux, familiaux, lié à des genre de vie, le nouveu genre de vie incite à plus d'enfermement narcissique de la personne, sur son couple, la famille nucléaire. et là économiquement ça ne tient plus comme avant. la personne étans très facilement iséolé, ça a un coup pour la société, d'un point de vu économique et morale.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Message Pour les psychiatres, Barbie est un fantasme d'adulte mais pas de petites filles 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 4
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation