Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ?
Auteur Message
Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
Bonsoir, cela fait 10 ans que je consulte la même neuropsy pour des problèmes de dépression et d'angoisses, entre autres. Elle a eu la mauvaise idée de me donner son nr gsm. Pris d'une crise d'angoisse, je lui ai envoyé sms sur sms pour de l'aide un we. Jamais de réponse. Je sais que c'est une forme de harcèlement de ma part. Conséquence à la consultation qui suivait, elle s'est montrée très agressive, je n'ai pas pu placer 1 mot malgré les courriers d'excuses envoyés auparavant. A peine entré ds le bureau, elle s'est écriée d'un ton agressif : ne vous approchez pas de moi !!! vous vous taisez et c'est moi qui parle. Puis s'est entrepris de me passer sous 1 rouleau-compresseur psy tout en sachant que je suis un écorché vif et un alcoolique abstinent, que toute vive émotion peut repousser à boire. Elle a alors dit qu'elle ne pourrait plus me gérer seul mais en parallèle avec un psychologue. Je lui ai répondu par Pourquoi ne pas me virer tout de suite ? Sur quoi elle répondit par un Ah non, ce serait trop facile ! Et de me remettre un rdv 1 mois après tout en disant qu'elle ne voulait pas me voir avant ce rdv. Ma dépression et mes angoisses qui étaient revenues avant cet incident se sont alors fortement aggravés, détériorant l'image de moi-même que j'avais passé des années et particulièrement ces 3 derniers mois à reconstruire. J'ai à nouveau des idées morbides. Je vais changer de psy.
J'estime que sur le fond, elle n'avait pas tort mais sur la forme oui. Un médecin peut-il "recadrer" la relation psy/patient, en proie à ses propres émotions, de manière aussi violente, sans se soucier des excuses, tout en sachant que le patient est hypersensible et en ne se demandant pas 1 seconde si je n'allais pas reboire après ça ? Ou bien l'a-t-elle fait sciemment pour que ça soit moi qui prenne la la décision de changer de psy et pas elle ? Ce qui serait encore plus grave. En tout cas le mal est fait et ma thérapeute est devenue elle-même anxiogène, toxique pour moi. Ce n'est pas la 1ère fois que ce genre de situation se produit mais c'est la plus grave. Je suis maintenant ds le 36ème dessous. Je trouve que la relation est devenue malsaine et qu'elle dépasse le cadre thérapeutique, ce qu'elle niera farouchement. Je n'aurai pas de fixation de rdv avec un autre psy avant la mi-janvier. En attendant, je suis démoli mais je n'ai pas envie de reboire. Mais mon image de moi est en morceaux, surtout après l'avoir entendu dire : Je me demande de quoi vs êtes capable, tt en plissant les yeux et en prenant un regard sinistre. C'est normal de la part d'un thérapeute de réagir de cette façon ? Merci.

JL

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
Bonsoir,

Il est impossible de donner un avis sur internet pour quelque chose qui touche à un moment d'une relation thérapeutique, toujours complexe. Ce que je peux juste constater à te lire est que tu as tendance à vouloir charger ta neuropsy et à minimiser ton propre rôle dans ce que tu interprètes comme un échec de cette relation.
Or, pour toi, ce serait plutôt cela qui serait intéressant : qu'as-tu voulu lui dire, lui faire, lui faire faire... ?
Plutôt que de penser en termes de "normal, pas normal", il est toujours plus productif d'essayer de comprendre ce qui s'est passé dans cette relation et d'en tirer quelque chose qui puisse t'être utile, que tu changes de psy ou pas...


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
ben cacest, elle a juste défini des limites et modifié les modalités de ta cure parce que visiblement elle pense que la relation thérapeutique entre vous deux a besoin d'être réaménagée - et cela pour ton bien.
Et quand elle te dit ce serait trop facile, ben ça veut dire que vous continuez le travail c'est tout.

Je suis d'acc avec Traviata sinon, essaie d'interroger ton propre comportement, ce sera vraiment productif tu verras, persoc'est quand j'ai commencé à me demander "mais qu'est-ce que j'essaie de communiquer là" lorsque je resentais divers troubles se manifester (angoisses un peu "bruyantes" ou tic/tocs - euh discrets quand meme hein Mr. Green dans des lieux publics, accès parano dans les lieux publics...) que j'ai commencéà avancer....

Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
c'est vrai que donner le numero, ct un peu risqué. normalement il ne le donne pas. perso j'ai un psy qui m'a donné une fois son numéro portable (je supose que c son portable pro), parcequ'il avait changé de cmp.  et j'avais été en stand by six moi, ce qui a fait qu'il a brisé le lien thérapeutique.

c'est vrai que le lien semble changer pour toi aussi. voir c brisé. mais traviata pose des bonnes questions.
et puis ben au pire, dis toi que le travail continuera avec quelqu'un d'autres. je sais que les gens sont très attachés à leurs psys, mais le travail qui a été fais est fait, meme si on a l'impression de revenir à 0, en fait non.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message Relation avec ma psy 
Merci pour les réponses. Je suis bien d'accord sur le fait que j'ai merdé. je l'ai de fait harcelé pas sms et le we en + pour lui faire faire qlqch (faire sauter 1 rdv chez le médecin-conseil parce que ça m'angoissait à mort). C'est de la manipulation et je l'ai reconnu. Je ne minimise pas du tout mes torts. Normal qu'elle se soit sentie agressée ds sa vie privée et qu'elle ait voulu recadrer la relation patient/thérapeute. Ca, c'est le fond du problème et je suis d'accord. Mais le faire sur 1 ton si agressif ??? Mon entourage - y compris mon médecin traitant à qui j'ai montré tous les sms envoyés à ma psy - me pousse à changer de psy. Ma compagne me le dit depuis des années. Elle dit que ma psy a une telle emprise sur moi que je n'ose pas la quitter. Or j'entends plutôt le contraire dans vos réponses. je vais reformuler ma question : sachant tout cela, est-il encore possible que cette relation devenue malsaine puisse reprendre sur de bonnes bases ? J'ai comme l'impression qu'elle me pousse à changer de psy de moi-même mais je n'en suis pas sûr, évidemment. Mon médecin - au fait de mes troubles psys - me dit que je suis arrivé à l'extrême limite de ce qu'elle pouvait m'apporter de positif et que cette dame est devenue en soi "toxique" pour moi même si c'est en grande partie de ma faute. Continuer la relation avec elle me fait peur, ma psy me fait peur. Est-il vraiment sage pour ma santé mentale d'essayer une enième fois même si je reconnais tous mes torts et qu'elle refuse mes excuses ? Merci.

JL

Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
je crois que c'est à toi de faire un choix... si tu sens une fermeture, un lien rompu, il faut peut etre songé à en changer... si ça se rétablit, continue...

ça me parait difficile de te conseiller, par peur de t'influencer, visiblement tu as envie d'arreter. un conseil en tout cas, si tu changes de psy, ne prends pas ça comme un echec, mais comme une sorte de tournant dans une continuité.

que tu ai déconné ou pas, ou elle aussi on en sait trop rien dans le fond. En plus les sms tout ça, sur le moment, c'est parfois en décalage avec d'autres réalités de la situation... elle a aussi peut etre merdé... faut voir !

c'est aussi les problèmes des portables. le portable étans dans toutes les sphères de la personne. le professionel doit le savoir ça.
y a des astreintes mais par l'institution. si elle a donné un portable perso, pour moi c'est une erreur professionelle, et je sais pas ce qu'ils ont avec les portables les gens, j'ai entendu une ou deux histoires un peu similaire. Mon avis, c'est que un soignant, si il peut etre joint à des astreintes à n'importe quel moment, c'est dans un cadre précis. Et si on doit joindre en urgence, on doit passer par un cadre, soit une insitution de santé, soit la secrétaire, ou le répondeur de son lieu de travail. On ne doit pas donner un numéro personnel, ou un téléphone qui peut entrer dans la sphère privée du soignant, en laissant la responsabilité du patient, de se l'interdire.
Il y a une ambiguité avec les portables, ce qui peut produire des incidents. si elle t'a donné son portable perso, ou son portable pro qu'elle emmene dans sa sphère privée, c'est maladroit.
il faut aussi réfléchir sur les moyens de communications.
moi si j'ai un portable de psy, je peux etre tenté de l'appeller qd ça va très mal, alors que c'est pas bien. c'est pour ça que je préfère que les choses soient claires. je sais que si je vais mal, je peux appeler le psy par le secrétariat, pour prendre rdv; ou laissé un message.
le psy doit mettre lui meme des barrières.

pour ton histoire, je ne sais pas vraiment quoi te dire, par contre, si vraiment elle t'a donné son portable, il fallait réfléchir avant, et oui c'est très tentant d'appeller qd on angoisse à mort, son psy, qui nous a donné son portable, c'est presque une invitation quoi.


_________________
Si il faut etre acteur de sa vie, je veux bien faire de celle ci, un spectacle ou chacun prendrait le masque qui lui convient.
Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
Moi je crois que tu dois en parler avec elle, dans les même termes que tu poses ici, qui me semblent clairs.
Tu sembles prêt à accepter un changement si vous deviez tous deux conclure qu'il était temps.
Si tu te sens incapable d'en discuter directement avec elle maintenant, profite de l'offre qu'elle te fait de voir une psychologue en parallèle pour essayer de travailler là-dessus avec la psychologue en question et d'amener donc cette séparation doucement pour toi.

Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
Bonjour Casestleme,

Pourquoi tous ces avis négatif sur ta psy ? je trouve étonnant que tout l'entourage veuille t'expliquer ce qui est bon et ce qui ne l'est pas pour toi. 

cacestleme a écrit:
Mon entourage - y compris mon médecin traitant à qui j'ai montré tous les sms envoyés à ma psy - me pousse à changer de psy. Ma compagne me le dit depuis des années. Elle dit que ma psy a une telle emprise sur moi que je n'ose pas la quitter.
Mon médecin - au fait de mes troubles psys - me dit que je suis arrivé à l'extrême limite de ce qu'elle pouvait m'apporter de positif et que cette dame est devenue en soi "toxique" pour moi



Moi j'ai envie de dire écoute-toi. C'est ton avis, ce que tu ressens qui est important.
Tu dis qu'elle te fait peur, pour quelles raisons, tu ne te sens pas en sécurité avec elle ? Si c'est le cas, mieux vaut en effet aller voir ailleurs. Mais mieux vaut le faire pour les bonnes raisons.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
Merci pour toutes vos réponses. Je vais changer, je pense. Si je me sens en danger avec elle ? En quelque sorte oui. Rien que le fait de lui tél me fait peur et j'ose pas. Je crains la prochaine réunion. Je crains d'en ressortir plus mal, assommé. J'ai annulé ce rdv et je vais aller voir qlqn d'autre. Je n'envisage pas une dernière consultation pour repartir sur de bonne bases. Enfin maintenant, au moment où j'écris ces lignes. Je suis très influençable. Rien que le fait de lire les réponses m'a presque poussé à lui tél et j'ai du prendre des anxiolytiques. Quand ma compagne l'a appris, elle m'a dit que c'était très simple : non, je ne lui tél plus, je ne la vois plus, je change. Ce que j'avais déjà décidé. (L'indécision est un signe que je vais mal, généralement que je suis ds 1 état dépressif.)
Maintenant pourquoi toutes ces remarques négatives de la part de mon entourage et surtout de ma compagne à qui je me suis bcp confié ? Parce que quand je vais bien, ma psy est à l'écoute, très sympa, ouverte, me laisse parler. Mais on dirait que quand il y a un problème, elle devient agressive, sur la défensive. Selon ma compagne. Selon moi, ce conflit est la répétition d'un autre survenu il y a plusieurs années où je persiste à croire qu'elle a commis 1 erreur professionnelle en débordant du cadre de la thérapie. Et ça s'est répété au fil des années. La relation n'a plus été vraiment la même depuis. Je reconnais avoir commis de lourdes erreurs et je pense qu'elle aussi en a commis. Ce n'est plus possible de continuer comme ça. Je dois changer puiqu'elle ne changera pas du fait même de son métier, de son rôle. C'est au patient à se remettre en question. Un psy ne vas pas se remettre en question devant 1 patient. Il perdrait toute crédibilité. Et quand le psy merde à plusieurs reprises, je crois que c'est au patient de changer. Merci! JL

Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
La décision que tu vas prendre t'appartient, et c'est de toute façon toi seul qui en assumeras les conséquences, mais si je peux me permettre un conseil, c'est qu'à l'avenir, si tu t'engages dans une nouvelle relation thérapeutique, tu fasses en sorte que personne de ton entourage - compagne, médecin généraliste et autres... - ne puisse y mettre son grain de sel, parce que les avis que tu y prends ne me semblent réellement pas bénéfiques pour toi, pour le travail individuel dans lequel tu es censé t'impliquer personnellement.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
Merci de ta réponse, Traviata. Tu dis que les avis de mon entourage ne sont pas bénéfiques pour moi. Ces avis se basent sur la constatation par ma compagne et mon médecin de mon état mental après certaines consultations récentes avec ma psy et ce que j'en dis : démoli, sali, angoissé, régression au niveau de mon travail sur l'image que j'ai de moi-même, aggravation de mon état dépressif. Je ne peux pas le nier ni le cacher ni rester sans en parler. Leurs avis sont toujours formulés a posteriori, suivant mon état et ce que je dis de ma relation avec ma psy. et oui, je suis très influençable, y compris par les avis lus sur ce forum, ce qui complique encore les choses. je n'aurais peut-être pas dû en parler ici ou ailleurs. Je gère cette crise très mal et ne sais plus très bien sur quel pied danser. Je pense blanc un jour, noir le lendemain, voire je change d'avis dans la même journée selon ce que j'entends ou lis. Peut-être n'aurais-je dû pas en parler en dehors de la consultation psy mais au vu de mon état, ça s'est avéré impossible, un poids trop lourd à porter et si la relation thérapeutique ne me paraît plus saine, comment ne pas en parler en-dehors de ce cadre ?

Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
Oui, je suis d'accord que cette question pose problème et que l'on n'est pas toujours sûr de ce que l'on vit en psychothérapie - tout ceci est tellement éloigné de ce qui se passe dans la vie quotidienne, tellement éloigné des règles sociales qui nous sont familières, tellement bouleversant, qu'il est bien naturel de se poser des questions. Et je pense sincèrement que nous nous sommes tous posés des questions à un moment donné - est-ce que mon psy est à la hauteur, est-ce que ce travail m'est réellement bénéfique, dans quoi me suis-je fourvoyé ? Si je parle en tant que psy, je parle aussi en tant que personne qui est passée par ce travail et qui s'est posé les mêmes questions, c'est ce qui fait que ce sont des interrogations que nous pouvons tout à fait entendre - et j'aurais même tendance à m'inquiéter si le patient ne se les pose pas à un moment donné.

Ce que je voulais te dire est un peu différent. Je ne prône pas le silence envers les proches, il est normal de souhaiter échanger avec les siens, ou même d'échanger ses impressions avec des personnes qui vivent des expériences semblables, dans les limites de ces échanges bien entendu, et ces limites sont considérables. Mais il y a quelque chose qui m'a semblé plus préoccupant dans la façon dont tu présentais les choses. Ce que tu appelles être "influençable" est aussi une façon discrète de ne pas s'engager, qui va mal avec l'implication que nécessite un travail psychothérapeutique, quand ce n'est pas une façon de saboter le travail entrepris en le soumettant au regard d'autrui que l'on dirige à son gré.

Dans ton cas, tel bien entendu que tu le présentes ici, il me semble que ce que tu souhaites qu'on te dise ne te sera pas profitable parce que tu ne souhaites pas que l'on t'aide, toi, à te penser dans cette relation thérapeutique complexe et dans ce qu'elle peut ou non t'apporter, mais que tu souhaites que l'on ne tienne compte que de ta réaction ponctuelle à un vécu de frustration - en schématisant "elle m'a contrarié alors je déprime, je prends des anxios, je vais mal, etc". Or cela n'a aucun intérêt pour toi, comme j'essayais de te le dire dans mon premier message. Tu vas peut-être trouver un nombre considérable de personnes qui pourront compatir et te dire que c'est vraiment trop méchant, mais cela ne te fera pas avancer d'un pouce dans ta problématique.

Donc, sur ta psy, je n'ai pas d'avis, parce qu'on ne peut pas en avoir dans ces conditions, mais te concernant, je suis d'avis que si tu veux réellement travailler et avancer, il faudrait que tu puisses penser cette relation autrement.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
Ok et merci à nouveau.
Donc tu me dis que ça m'est en fait + commode de laisser les autres décider pour moi. Oui, je crois que c'est exact. J'en suis arrivé à un point tel dans cette relation que je n'arrive plus à voir clair, à discerner ce qui m'est réellement profitable de ce qui ne l'est pas. Je crois qu'au fond de moi, je désirerais continuer avec ma psy. Mais je pense aussi qu'il n'est peut-être + possible de continuer sainement cette relation après ce enième et violent conflit. Je me laisse guider par ceux à qui j'en parle, y compris toi, parce que n'arrive pas à me décider. C'est finalement peut-être ce que ma psy avait en tête en disant que refuser de continuer à me suivre serait trop facile pour moi. Mais d'un autre côté, elle m'a dit aussi que ce ne serait plus possible de me voir chaque semaine et qu'il faudrait que je sois consulté régulièrement par un psychologue et de temps en temps par elle. Et ce qui s'est passé la dernière fois m'a vraiment effrayé. De plus, ma compagne refuse que je continue avec elle. Quel est le vrai courage ? Celui d'oser changer de psy ou celui d'oser continuer avec elle ? réponse : je ne sais pas et je me sens perdu.

Tu me parles aussi de saboter le travail entrepris. Oui, j'ai des pulsions autodestructrices. Qui peuvent être très graves. Dans le passé, je me suis à plusieurs reprises automutilé, pour être le centre d'intérêt, qu'on s'occupe de moi = je m'apitoie sur mon sort. J'ai une tendance poussée à l'autosabotage. mais ça allait mieux avant cet incident, de même que la dépression et les angoisses. Comment dés lors ne pas me dire que ma psy est devenue toxique, anxiogène pour moi ?

Tu parles aussi du regard d'autrui, que l'on dirige à son gré. Exact, je suis un manipulateur.

Je suis donc d'accord avec ce que tu dis mais en fin de compte, c'est moi qui dois prendre la décision. Et plus j'en parle autour de moi, plus cette prise de décision vacille, devient incertaine. Je change d'avis selon les avis.

Tu parles enfin de ma réaction ponctuelle à un vécu de frustration, où ma psy m'a contrarié et donc je déprime. Je ne suis pas si sûr que ce soit une réaction ponctuelle, étant donné que cet incident est le point d'orgue d'une série de conflits s'étalant sur plusieurs années. On me dit qu'elle m'a convenu tout un temps mais qu'elle ne me convient plus. Je ne sais pas, je n'en suis pas sûr. C'est cette absence de certitude qui m'angoisse. Mon jugement est-il biaisé ? Et si oui, dans quel sens ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je ne saurai pas plus demain. Et j'ai en théorie un rdv ce vendredi. Je l'ai annulé mais je pense qu'elle n'a rien annulé du tout, comme ça s'est déjà produit.
Et je ne dirais pas qu'elle m'a contrarié et que donc je déprime. Elle m'a terrifié et aggravé l'état dépressif qui était déjà présent.
C'est terriblement compliqué. Au final, la décision m'appartient et je ne sais pas ce que je vais faire. Alors que dans mon dernier message, j'ai dit que je changerais. Il m'a suffit de lire tes lignes pour douter. Et si j'en parle à ma compagne tantôt ou demain, j'aurai probablement encore change d'avis.

Oui, c'est à moi de prendre une décision. Mais j'ai peur de me tromper lourdement. Dans le meilleur des cas, je continue avec ma psy, qui change légèrement de ton et me continue à me suivre réguièrement. Mais je ne sais simplement pas si c'est possible. Bon, ce n'est pas la fin du monde non plus mais c'est une décision très difficile et lourde de conséquences. Ou bien je me prends trop la tête, comme d'habitude...

Répondre en citant
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 
La réponse de ta psy, à savoir ajouter une intervenante psychologue dans ta prise en charge, ne me semble pas mal pensée. Tu parles beaucoup, et certainement à juste titre, de phénomènes d'emprise, de manipulation, etc. Dans ce cas, ne pas rester dans une relation duelle justement propice à l'exacerbation de ces problématiques, mais diversifier les intervenants - ou diffracter le transfert comme nous disons dans notre jargon - peut aboutir à des changements satisfaisants.
De toute façon, tu n'es pas dans une situation où la décision doive être imminente. Quoi que tu décides, tu as le temps de le penser et il est toujours bon, quand c'est possible, de ne pas prendre de décision "à chaud" mais de laisser les choses décanter.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message attitude de ma psy : émotionnelle ou thérapeutique ? 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation