Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Quand les enfants trinquent
Auteur Message
Répondre en citant
Message Quand les enfants trinquent 
Quand les enfants trinquent

JDD, 23 Janvier 2010

Selon une étude de l'Inserm, plus d'un tiers des jeunes qui ont des problèmes d'alcool vivent avec un beau-parent. En cause, l'absence d'autorité.

C’est une certaine image du bonheur: le cliché de la grande tribu rassemblée dans un gentil désordre. La famille recomposée est devenue un nouveau modèle ; un must have dans les pages people ; la promesse d’une vie meilleure pour tous ces parents séparés, plus ou moins convaincus de pouvoir réussir là où, une première fois, ils ont échoué.

Derrière la représentation idéaliste de la famille patchwork (qui concerne 1,2 millions d’enfants), la réalité est souvent plus décousue. Récemment, une étude de l’Institut de recherches scientifiques sur les boissons (Ireb) a révélé une surreprésentation des familles recomposées parmi les jeunes dont la consommation d’alcool est problématique: 35% de ceux qui en abusent et 36% de ceux qui sont en dépendance vivent dans une famille recomposée. Par ailleurs, les différences entre les modes de consommation dans les familles monoparentales ne sont pas statistiquement significatives, alors qu’on trouve, dans les familles recomposées, deux fois plus de jeunes abusant de l’alcool que de jeunes n’en consommant pas ou bien de manière raisonnable.

Pour Marie Choquet, qui a dirigé cette étude, il ne s’agit évidemment pas d’une fatalité. La directrice de recherche de l’Inserm estime que le rôle des parents est prépondérant et la question de l’autorité centrale. "Désormais, ce sont les femmes qui recomposent en majorité, et le père biologique se retrouve en concurrence avec le nouveau conjoint, posant la question de savoir qui va exercer la fonction paternelle, explique Marie Choquet. Cela peut perturber un adolescent, susceptible de recevoir des messages différents ; or, la consommation de substances est souvent liée à l’autorité."

Les risques les plus élevés de problèmes liés au tabac, à l’alcool ou au cannabis surviennent principalement en l’absence de contrôle parental, plus courante dans les familles recomposées (6,1%) que dans les familles monoparentales (4,1%) ou traditionnelles (4%). Selon les trop rares études qui se sont penchées sur la question, les enfants issus de familles recomposées sont également plus susceptibles d’avoir des problèmes de dépression, une sexualité plus précoce, des conduites suicidaires…

"L’équivalent d’une catastrophe intérieure"

Dans les "familles horizontales", ainsi désignées par le psychiatre Serge Hefez dans son dernier ouvrage, "si les mères ont parfois du mal à retrouver leurs petits, les pères, eux, s’arrachent carrément les cheveux!" L’anthropologue et sociologue David Le Breton, spécialiste des conduites à risques, évoque, lui, "une zone de turbulences où chacun doit trouver sa place". Les enfants aussi, qui voient rarement d’un bon œil l’arrivée de cet intrus qui vient bousculer leur quotidien. "Ils perdent leurs repères et se retrouvent devant un monde inconnu, avec de nombreuses incertitudes, explique David Le Breton. C’est vraiment l’équivalent d’une catastrophe intérieure. Les enfants vivent dans une dimension du monde qui n’est pas celle des adultes. Ils n’ont aucune distance parce qu’ils n’ont pas une histoire de vie suffisante pour pouvoir prendre du recul."

Pour ces jeunes, la recomposition engendre souvent une souffrance pas forcément facile à exprimer, d’autant que l’amour a parfois des éclairs de cécité : les enfants devraient se féliciter du bonheur retrouvé de leurs parents quand bien même il ne fait pas le leur. "Les adultes prennent davantage en compte leurs propres désirs et se soucient moins des enfants qu’ils ont tendance à laisser grandir dans leur coin comme s’ils étaient déjà des petits hommes", déplore David Le Breton, pour qui la famille recomposée n’est pas un risque en soi. "Cela peut être une chance: l’occasion de tisser d’autres liens, particulièrement forts, avec des moments d’amitié, de découverte." Une autre idée du bonheur.

Christel de Taddeo
http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/Quand-les-enfants-trinquent-166916/


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Quand les enfants trinquent 
Le problème c'est les liens avant tout . Dieu sait si je suis Stiegler quand il dit que les enfants ont avant tout besoin d'attention de la part des adultes et de liens inter-générationnels . Le problème c'est ça plus que la recomposition des familles : un enfant ça doit être élevé par des parents et pas par une console de jeu , internet ou la télévision . Je suis d'accord avec le Breton .


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Quand les enfants trinquent 
Je trouve cet article culpabilisant pour les personnes qui se retrouvent seul(e)s à élever leurs gamins.
Et c'est partir du postulat que seul le "vrai" parent détient l'autorité sur un enfant. Raccourci qui me semble absurde...


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Quand les enfants trinquent 
Il y avait eu une étude du même style concernant les résultats scolaires (enfants de famille tradi vs. enfants de parents divorcés), avec le même résultat accablant et je suis d'accord culpabilisant.
Néanmoins, il est vrai que la question de l'autorité peut poser problème dans ces cas, quand il y a rivalité parentale, quand on voit peu ses enfants et qu'on veut paraître "sympa" sans passer le peu d'heures dont on dispose à être celui qui va les engueuler, quand on est beau-père ou belle-mère et qu'on essaye d'être "sympa" pour être accepté... Il y a des cas où il n'est pas facile de tenir un rôle d'autorité et où on se sent plus facilement enclin à laisser couler.
Du reste, cette étude prend le point de vue de l'enfant, mais du côté du couple recomposé, on est également très loin des images des magazines. Le nombre de femmes (j'imagine parce que ce sont surtout elles qui se plaignent) qui disent vivre un enfer avec les charmants bambins du conjoint est impressionnant.


_________________
La vie n'est pas ce que l'on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s'en souvient. G. Garcia Marquez
Répondre en citant
Message Quand les enfants trinquent 
C'est aussi qu'aujourd'hui au moindre problème , les gens divorcent assez facilement . Sans compter les parents qui abandonnent l'autorité à l'école . Les parents - copains c'est une facette du parent mais il y a bien un moment où une position d'autorité est inévitable . 


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Message Quand les enfants trinquent 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation