Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Ateliers d'écriture thérapeutiques
Auteur Message
Répondre en citant
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 
Ateliers d'écriture thérapeutiques

Nayla Chidiac
Masson, 2010
208 pages, 27€
ISBN : 978-2-294-70618-9



En raison des règles précises qui l'encadrent - temps, durée, lieu, objectifs - l'écriture en atelier permet de se situer dans une démarche thérapeutique. Aux contraintes codifiées de l'atelier s'ajoutent les règles propres aux genres prosaïque ou poétique de l'écriture, aux consignes de l'énoncé d'un thème, aux modèles, etc. Cet environnement qui instaure un cadre contenant et structurant permet au patient de se sentir suffisamment rassuré et étayé pour pouvoir découvrir, expérimenter d'autres champs de connaissance et mieux se découvrir lui-même en lui donnant accès à sa vie imaginaire. Ce processus, induit par l'écriture, permet à beaucoup de patients, quel que soit leur âge, de trouver un autre moyen que la parole pour exprimer l'indicible et ensuite l'élaborer.
Structuré en quatre parties - historique et théorie, indications, exposé des différentes formes narratives et outils pour le thérapeute - ce manuel permet d'appréhender cette forme de médiation thérapeutique qui est aussi une médiation artistique. Du slam à la villanelle, du haïku au cadavre exquis, des tautogrammes aux contes, l'auteur explore la richesse des supports, en en faisant un levier thérapeutique. Un « guide du thérapeute » présente les outils qui permettront d'animer très vite un atelier : déroulement d'une séance étape par étape, nombreuses vignettes cliniques, 315 thèmes à proposer aux participants. Ce livre est destiné aux thérapeutes intéressés par l'écriture comme médiation thérapeutique et à tous ceux désireux de constituer un atelier thérapeutique.

Sommaire :

I - Contexte historique et théorie. 1. Les ateliers d'écriture aux États Unis. 2. De l'écriture cathartique à l'écriture thérapeutique. 3. Le triptyque théorique.
II - Indications. 4. Définition et déroulement. 5. Pour qui - 6. Temporalité, mémoire et trauma.
III - Les différentes formes narratives. 7. Le fond. 8. La poésie. 9. La prose. 10. Exemple de consignes selon les formes.
IV - Guide du thérapeute. 11. Fonctionnement de l'atelier. 12. Déroulement de l'atelier. 13. Vignettes cliniques. 14. Outils du thérapeute.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 
Ça m'a l'air très intéressant tout ça !

L'écriture a toujours été mon lieu d'expression privilégié... quand elle ne constituait pas un refuge.
C'est un peu comme de la sculpture verbale, manipuler des mots de façon conceptuelle, les tourner, les assembler, les "malaxer", imbriquer les phrases qu'ils forment comme des morceaux d'argile... pour construire un édifice porteur de sens. C'est un travail difficile, qui demande de l'investissement, de la patience, et qui permet à la fois des temps de divagation de l'imaginaire et des temps de contrôle, de réflexion, de structuration de la pensée...

Je l'ai vécue parfois comme un "lâché-prise contrôlé", concept difficile à décrire...

Chaque texte que j'ai pu écrire s'est inscrit dans une expérience à la fois éprouvante et libératrice, à chaque fois différente...
Des fois, c'était à l'occasion d'expériences quasi "impulsionnelles", comme si mon esprit se délivrait des contraintes et s'exprimait par ce biais. D'ailleurs, le dessin que j'ai posté récemment ici, c'est le seul "vrai" dessin que j'ai fait de ma vie, en ne sachant pas dessiner, lors de ce même genre d'expérience "impulsionnelle". J'ai pris un crayon, j'ai fait ce dessin. Ça m'a pris plusieurs heures, et j'étais presque dans un état second, comme si le dessin se faisait malgré moi. L'expérience ne s'est jamais répétée.
Beaucoup de gens me disent avoir été impressionnés par ce dessin, disent avoir ressenti quelque chose de presque "palpable" en le regardant...
Je serais incapable de décrire ce qui a pu se passer en moi à ce moment là...


_________________
«On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre.» Galilée.
Répondre en citant
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 
En fait, après réflexion,

J'ai l'impression d'être en permanence dans un état de "contrôle" ou autre chose, enfin en tout cas, un état qui m'empêche de m'exprimer pleinement si je puis dire.
Je sens souvent, dans mes études par exemple, qu'il y a des choses que je comprends très vite, mais qui restent bloquées quelque part comme si je ne trouvais pas le chemin pour y accéder, et que j'étais obligée d'emprunter un chemin plus tortueux, juste pour arriver à découvrir ce que possède déjà...

Et à travers les expériences que j'ai décrites précédemment, le "laché-prise" est très présent.
J'ai déjà constaté, plusieurs fois, que quand j'arrive à être dans un état proche de celui là, une certaine fulgurance s'exprime... intellectuelle, émotionnelle...


_________________
«On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre.» Galilée.
Répondre en citant
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 
C'est un des avantages de ce type de thérapie, de permettre de faire travailler progressivement le passage entre ce qui serait inaccessible et ce qui serait brutalement déchargé comme "malgré soi". Au départ, les personnes qui me semblent fonctionner de la façon que tu évoques ont énormément de mal à retravailler leurs productions, puis on s'aperçoit que cela devient possible au fil du temps, qu'une certaine souplesse commence à se manifester.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 
Mhh, ça dépend ce que tu entends par "retravailler" ses productions.
Pour moi, les retravailler, dans le sens de les regarder avec du recul, les modifier, les critiquer, ne pose pas de problème. Ce qui est produit n'est pas "intouchable" ni "absolu" ("c'est sorti comme ça, j'y touche plus").

En fait, l'obstacle se situe plutôt avant qu'après, dans le "déclenchement".
Enfin, c'est difficile à expliquer...


_________________
«On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre.» Galilée.
Répondre en citant
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 
Tu as un fonctionnement certaine plus souple que les personnes avec lesquelles je travaille En fait, parfois l'obstacle se fait aux deux niveaux, parfois juste au déclenchement et parfois il bloque tout s'il n'y a pas aide au déclenchement...


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 
sourire

En fait, c'est... comment dire...
Bon, déjà, ce genre d'expérience "brutale" ne m'est plus arrivée depuis que je suis sortie de l'adolescence,
j'ai appris à apprivoiser certaines choses en moi, et puis je ne fonctionne pas comme ça pour "tout", ça se réduit à certaines facultés...
J'ai l'impression que j'ai parfois du mal à admettre que... mhh... par exemple, que j'ai une certaine capacité de rapidité d'exécution pour certaines taches, ce qui fait que je ne prends parfois pas en compte la première réponse qui fait écho en moi, etc...
Ça rejoint un peu la discussion que j'avais eu avec Psychonaute, sur la façon dont je fonctionne, et...
Des fois, c'est comme si je me censurais inconsciemment, par peur de cette capacité à traiter les informations qui fait que souvent je "vois les choses", assez vite...


_________________
«On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre.» Galilée.
Répondre en citant
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 
Ben à lire tout cela me dit que ce serait pas bête que je tente un tel atelier... pas pour l'écriture en elle-même mais pour trouver cette voie entre la feuille blanche et le lâché de taureaux  Rolling Eyes
J'ai tendance à faire un jet et livrer tel quel, à devoir finir d'un coup d'un seul pour pas perdre une espèce de continuité, besoin de continuité que je retrouve partout dans mon fonctionnement, et avec cette difficulté à retravailler la matière parce que une fois la continuité rompue j'ai l'impression que les choses se solidifient (raison pour laquelle d'ailleurs une fois que j'ai posé un objet quelque part chez moi il en bouge plus... comme par exemple un bouquet de fleurs fanées dans son eau - sais même pas si elle s'est pas évaporée d'ailleurs ) donc deviennent immuables....

bref bref...

Répondre en citant
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 
salut,


j'ai participé à un seul atelier d'écriture mais pas thérapeutique. J'ai ressenti aussi des pb de déclenchement pour commencer à écrire. Heureusement qu'il y avait dse aides artificielles mais efficaces pour y arriver.


D'ici peu, si ça se trouve, dans mon cente il vont faire ce genre d'ateliers et j'y suis déjà acceptée content , ça sera certainement plus facile que dans le premier atelier



biz


_________________
"Je crois qu’une majorité d’êtres sont plus intelligents dans leur jeune âge qu’ils ne le seront une fois éduqués." - Pierre EMMANUEL
Message Ateliers d'écriture thérapeutiques 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation