Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Comment trouver le sommeil quand on est insomniaque
Auteur Message
Répondre en citant
Message Comment trouver le sommeil quand on est insomniaque 
Comment trouver le sommeil quand on est insomniaque

Le Figaro, 22/02/2010
Martine Lochouarn



Un Français sur cinq se plaint de ce trouble. De nouvelles stratégies existent.

Nous passons en moyenne près du tiers de notre vie à dormir. Certains, pourtant, dorment moins : «20 % des adultes se plaignent d'insomnie au sens médical, c'est-à-dire qu'ils ont, depuis un mois ou plus, du mal à s'endormir ou à rester endormi au moins trois nuits par semaine, et que cela retentit sur le lendemain. Parmi eux, la moitié a recours aux hypnotiques», indique le Pr Damien Léger, spécialiste du sommeil à l'Hôtel-Dieu de Paris.

La consommation de ces médicaments a diminué, mais ils apparaissent encore trop souvent comme l'unique solution à l'insomnie, même s'ils ne sont pas dénués d'effets secondaires : dépendance, rebond à l'arrêt du traitement, troubles de la mémoire, etc. La 10e Journée du sommeil, organisée le 19 mars prochain par des professionnels réunis au sein de l'INSV (Institut national du sommeil et de la vigilance), permettra des rencontres avec les spécialistes de plusieurs centres du sommeil qui ouvriront leurs portes au public.

Parmi les causes majeures de l'insomnie chronique se trouvent la dépression et l'anxiété. «On a longtemps considéré l'insomnie, présente dans 80 % des dépressions, comme un signe de celle-ci. Or elle la précède souvent et pourrait en être un facteur de risque», explique le Dr Carmen Schröder, psychiatre au CHU de Strasbourg. «À l'inverse, les insomniaques traités ont un risque de dépression de 30 à 40 % inférieur aux autres», indique le Pr Léger.

Le traitement de la dépression ou de l'anxiété améliore et parfois supprime l'insomnie. Sinon, les médecins privilégient actuellement les thérapies cognitives et comportementales. «La restriction de la durée de sommeil est très efficace chez les dépressifs, car elle augmente la pression de sommeil. Ils doivent aussi réapprendre à ne se coucher que s'ils ont vraiment sommeil et à se lever dès le réveil. Au besoin, on les entraîne à la relaxation, en associant un traitement cognitif pour combattre l'angoisse de l'insomnie», indique le Dr Schröder. Des prises en charge plus lourdes et trop peu répandues.

L'hygiène du sommeil aussi est importante : «Respecter des horaires réguliers de sommeil ; dormir sur une bonne literie, dans une chambre sans ordinateur ni télévision, ­réservée au repos, dans le noir et le silence, à température modérée ; éviter les siestes, surtout en fin de journée, et le soir la caféine, l'alcool, la nicotine, le sport et les dîners copieux ou riches en glucides (pâtes, ­sucres…) ; prendre le matin les médicaments qui perturbent le sommeil comme les bêtabloquants ; bien s'exposer à la lumière du jour ; avoir une activité physique régulière.»

La dépression se traduit par des réveils précoces, les troubles anxieux plutôt par des difficultés d'endormissement. Ces décalages, dus à une sécrétion trop précoce ou tardive de mélatonine, l'hormone cérébrale qui induit le sommeil, peuvent être traités au moyen de lampes spéciales. «Quand la mélatonine est sécrétée trop tôt, on expose les patients à une forte lumière vers 21 heures pour retarder peu à peu cette sécrétion. Une luminothérapie matinale, vers 7 ou 8 heures, permettra, à l'inverse, de l'avancer», explique le Dr Isabelle Arnulf, neurologue au CHU Pitié-Salpêtrière à Paris. Cette technique est très utilisée dans des insomnies chroniques par avance ou retard de phase dues à un décalage de l'horloge interne. La chronothérapie est réservée aux décalages majeurs, de plus en plus fréquents chez les adolescents rivés le soir à leur ordinateur et qui ne s'endorment pas avant 3 heures du matin.

Une cause organique (douleur, prostate, diabète, asthme, thyroïde…), qu'il faut d'abord identifier et soigner, serait en cause dans 30 à 40 % des insomnies chroniques. Fréquentes chez l'obèse, les apnées fragmentent le sommeil et doivent être traitées, surtout en raison des complications cardio-vasculaires. Le syndrome des jambes sans repos, à prédominance féminine, se traduit par des impatiences insupportables qui surviennent seulement le soir ou la nuit et ne se calment qu'en marchant. Il est désormais mieux traité par un apport en fer et de petites doses de dopamine.

Au-delà de ces causes, le bruit, la lumière et les contraintes sociales sont de grands pourvoyeurs de troubles du sommeil. «Six millions de personnes, soit un salarié sur quatre, ont un travail posté, qui contrarie les rythmes physiologiques», rappelle le Pr Léger.

http://www.lefigaro.fr/sante/2010/02/22/01004-20100222ARTFIG00524-comment-t…


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation