Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
LE TRAVAIL DU PSYCHIATRE
Auteur Message
Répondre en citant
Message LE TRAVAIL DU PSYCHIATRE 
Bonjour à tous,

Voilà je viens de lire un article dans "ABSTRACT PSYCHIATRIE" n°42 Janvier-Février 2010 :

"De la nécessaire refondation philosophique de la psychiatrie"
par le Pr. Dominique Pringuey,
clinique de psychiatrie et de psychologie médicale,
pôle des neurosciences cliniques, Abbaye de St Pons, CHU Pasteur Nice.


Je trouve que certains paragraphes donnent des pistes intéressantes pour répondre aux questions que pas mal de gens se posent finalement sur la toile "psy", à savoir qu'est-ce qu'un psychiatre, que "fait-il" et qu'est-ce qu'un trouble mental, quels sont les enjeux... Il y a tant de peurs et de mythe et de paranoïa autour de cette profession et son objet que j'ai eu envie d'extraire quelques paragraphes de cet articles pour vous les faire lire.
Peut être cela pourra-t-il de plus lancer un débat, puisque je suppose que tout le monde ne sera peut être pas d'accord sur les extraits que j'ai choisis... ou avec ce monsieur d'ailleurs.

(j'écarte délibérément le débat sur la refondation philosophique et ne prends que l'opinion manifeste du Pr. Pringuey sur sa profession et l'expérience qu'il relate - et je ne mets que des extraits car j'imagine qu'il pourrait y avoir des soucis de droits d'auteur sinon - et puis ce serait long à taper dans son entièreté)


La psychiatrie, à la différence des disciplines médicales et chirurgicales "dures" qui reconnaissent un modèle scientifique incontournable c'est-à-dire à la fois logique, causal et expérimental, pose le problème de la signification des troubles, des symptômes et des mécanismes pathologiques. De ce fait, elle convoque des théories d'une grande diversité, regroupées dans ce que l'on convient d'appeler psychopathologie (...).

(...)
La psychiatrie est cette spécialité médicale dont l'objet - la pathologie mentale - est cette "altération de la vie psychique" qui menace l'homme dans son humanité et "sa liberté", défait sa coexistence avec les autres et entrave la construction du monde de sa vie quotidienne. Comme science du quotidien et en référence à l'épistémologie phénoménologique, cette dynamique fait apparaître deux questions fondamentales un peu inattendues, relatives à la créativité et à l'identité humaine, (...) : Comment j'invente mon quotidien ? Qui suis-je en devenir ? deux questions qui structurent cette vie qui m'est donnée bien que je ne l'ai pas demandée et que j'en sais la fin certaine. (...) le trouble mental quel qu'il soit [apparaît] comme une exigence de créativité appelant accompagnement et reconnaissance.

Si l'on a pu dire que les maladies mentales sont d'une certaine façon des systèmes philosophiques, ce sont surtout nos patients qui convoquent la question philosophique au quotidien, interrogeant sur la vie, son sens, sur son issue, sur les significations de l'angoisse, la question de l'autrui, les problématiques de la relation, du corps, des valeurs...
(...) l'expérience du patient nous éclaire sur nos propres fondements: le trouble mental est d'abord considéré comme une manière de vivre la vie quotidienne, certes bien mal pour le sujet et ses proches, et témoigne de l'expérience douloureuse de nos racines profondes ; comment nous construisons notre quotidien depuis la norme, ses dangers (...) ; comment s'élabore notre identité depuis l'expérience du corps et son assise pour l'existence (...).

Le principe thérapeutique est moins la correction ou la substitution que la permissivité, soit la mise en œuvre d'une maïeutique des opérateurs dynamiques de la créativité et de l'identité et un travail visant l'aménagement des conditions de possibilité.
(...)
D'où la nécessité de prendre le temps, en partie du fait de l'importance de l'approche biographique, de travailler au quotidien la capacité de mise en question du médecin et de l'équipe médicale, et d'engager un effort d'ouverture aux métier de l'étayage social.
"

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message LE TRAVAIL DU PSYCHIATRE 
C'est intéressant, il appartient sans doute au courant phénoménologique, qui était très en vogue chez les psychiatres dans les années 1970/1980 (dans la lignée de Tatossian en France), et qui est tombé en désuétude depuis. Il y en a quelques restes dans le courant de la "psychothérapie humaniste" (qui est un peu fourre-tout malheureusement, avec des charlatans aux côtés de personnes très recommandables), qui s'intéresse d'abord à l'"être-dans-le-monde" du sujet.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message LE TRAVAIL DU PSYCHIATRE 
je suis d'accord avec le deuxième paragraphe "si l"on peut dire que les maladies mentales sont d'une certaine façon des systèmes philosophiques ..........le trouble mental est d'abord considéré comme une manière de vivrel avie quiotidiennement ......

on arrive à vivre avec des problèmes psy mais le psychiatre est là pour poser les limites entre ce qui est acceptable et le délire qui lui mérite une prise en charge ....

sinon je suis assez d'accord avec ce qui est dit et notamment la prise en charge individuel et du platonisisme

Répondre en citant
Message LE TRAVAIL DU PSYCHIATRE 
C'est clair c'est pas neuf ce qu'il préconise : il rappelle les liens historiques avec la philo, les danger d'une psychiatrie toute scientifique, l'importance d'intégrer les multiples approches et de les adapter en pratique. L1 de psycho content mais bon.
Ce que j'aime là-dedans c'est que le témoignage qu'il fait de son métier, j'ai trouvé ça vivant et du coup abordable pour tout un chacun.
Et parfaitement d'accord Tinou sur le système philosophique, il y a vivre avec un regard singulier sur le monde, et il y a être TROP singularisé par rapport à son environnement.

Répondre en citant
Message LE TRAVAIL DU PSYCHIATRE 
Il est bien cet article ! Pour ce qui est du regard du social, je trouve qu'il y a depuis quelques années de plus en plus de changements dans la manière d'appréhender les personnes qui ont une manière de vivre différente.

Il y a encore 10 ans, pour la personne sdf (le sdf "lourd", le malade qui ne veut pas de soin et qui est là parce que trop malade pour vivre "comme tout le monde" tout en revendiquant un choix) le social posait encore une obligation de rentrer dans la norme : tu iras bosser, puis tu iras dans un logement, puis tu remercieras la société de t'avoir si bien réinséré. Et comme ça ne fonctionnait pas, on tempêtait généralement après ces gens de ne pas vouloir faire l'effort nécessaire, et on les renvoyait à la rue puisque c'est ce qu'ils revendiquaient.

De plus en plus il y a d'autres alternatives, on appréhende une réinsertion autrement que par le duo boulot-dodo au chaud. Il y a des solutions qui se trouvent (quoique trop peu encore, la faute au manque de moyens), on tâtonne on bidouille on discute et on trouve des compromis. On peut habiter autrement, il y a des formes d'insertion variées, qu'on peut encore adapter à chacun, et ça devient de plus en plus rare d'en rester au constat d'échec et ne pas trouver une porte de sortie convenable. Et surtout il me semble, les travailleurs sociaux acceptent de plus en plus que non, tout le monde ne veut ou ne peut pas travailler et que non, tout le monde ne veut ou ne peut pas habiter un logement et que oui, ces idées ou d'autres encore quoique parfois bizarres et étrangères sont finalement tout à fait respectables et à respecter.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message LE TRAVAIL DU PSYCHIATRE 
Je ne vais pas être populaire, mais je suis toujours sceptique quand il s'agit d'envisager les troubles comme une façon de vivre, vu qu'ils sont souvent une façon de ne pas pouvoir vivre correctement. Ce que j'aimais dans le courant phénoménologique étant plutôt la façon de considérer la maladie comme quelque chose qui empêche.
Par contre, ok avec ce que tu décris des changements dans le social Séverine, c'est un réel progrès qui peut bénéficier aussi à la psychiatrie, pour le logement ou le travail.


_________________
La vie n'est pas ce que l'on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s'en souvient. G. Garcia Marquez
Répondre en citant
Message LE TRAVAIL DU PSYCHIATRE 
oui mais Hermès ce n'est pas exactement ce qu'il dit, que ce serait une "façon de vivre" - enfin, de FAIT, c'est aussi une façon de vivre, ou de ne pas vivre si tu préfères (et moi aussi d'ailleurs mais peut importe ce sont là des mots, de fait on vit, le cœur bat etc, on vit donc d'une certaine, mauvaise, manière) - il dit bien "SI l'on a pu dire que les maladies mentales sont d'une certaine façon des systèmes philosophiques, ce sont surtout nos patients qui convoquent la question philosophique".

Ensuite, pour quelqu'un dont les troubles sont handicapant  :


 
Citation:
la pathologie mentale - est cette "altération de la vie psychique" qui menace l'homme dans son humanité et "sa liberté", défait sa coexistence avec les autres et entrave la construction du monde de sa vie quotidienne

Si pour toi les aménagements créés par la personne en fonction de ses troubles et de leurs conséquences sur son quotidien, ne sont pas une manière de vivre, vois-tu en quoi cela peut heurter la personne qui n'a pas (ou pas encore trouvé) d'autre solution ?

Si chacun de nous avec son/ses troubles respectifs se doit de les considérer comme cette chose extérieure menaçante, cet objet greffé, "Pas Moi", vois-tu où il risque d'y avoir leurre car peut-on vraiment s'en séparer ? Quand l'on est accompagné chaque jour par ce Pas Moi comme une ombre, vois-tu où l'on serait tenté de fuir - mais où - et ne vaut-il pas mieux composer avec et donc l'intégrer comme une partie de soi. Tout en sachant que rien n'est jamais tout à fait statique.

Message LE TRAVAIL DU PSYCHIATRE 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation