Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
fin de thérapie, fin de transfert ?
Auteur Message
Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
Bonsoir tous,

C'est la lecture de la correspondance mère/fille de Françoise Dolto qui m'amène à cette question.
Je l'ai lu tranquillement, en prenant mon temps...

Aussi complexe soit-elle, cette relation entre ces deux femmes m'a paru être généralement une vraie relation mère-fille avec de la tendresse clairement exprimée de part et d'autre, avec quelques prises de position de la mère qui indiquaient qu'elle tenait malgré tout son rôle vis à vis de sa fille.
J'en suis venue à penser que c'était déjà beaucoup cette correspondance et j'ai rapproché cela bien sûr à la pauvreté de ma relation avec ma propre mère.
Même si je suis en paix maintenant avec cela et sans attente particulière de ce coté, j'ai ressenti une certaine mélancolie en pensant à Mme B. ma psychologue (puis-je encore dire ma psy d'ailleurs ?) ainsi que de l'affection.

M'entourer intérieurement de cette affection m'est d'un grand réconfort, Madame B a été pour moi durant ces dernières années, même si pas seulement, une mère de substitution ou plus exactement une mère de compensation.

Je suis bien consciente du caractère transférentiel de cet affectif, d'ailleurs la présence physique de Mme B ne me manque pas, mais je m'interroge sur la persistance de cet îlot affectif.

Alors, alors une fin de thérapie devrait-elle s'accompagner de la fin du transfert ?
Un transfert que l'on sait "reconnaître" et qui reste "à sa place" est-il gênant ? indique-t-il qu'il y aurait encore à travailler ?


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
Bonsoir Fracat,

Ce qu'on appelle "transfert" au sens strict correspond à des motions inconscientes, et donc pas à des manifestations que l'on sait parfaitement reconnaître, même si elles ont une teinte transférentielle, et d'autant moins quand elles ne posent pas de problème particulier. Je suppose qu'avec ta psy vous avez pu élaborer cet aspect transférentiel de tes sentiments envers elle, c'est le plus important. La fin d'une psychothérapie psychanalytique est en effet marquée par la liquidation du transfert, mais sous sa forme de répétition inconsciente, qui a pu être élucidée, elle ne signifie pas que le psychothérapeute ou l'analyste devienne un objet parfaitement indifférent - ce peut être le cas, mais le plus souvent, on va garder des sentiments particuliers (affection, gratitude, estime...) envers cette personne qui nous a accompagnés si longtemps.
Le fait que tu penses encore à ta psychologue de cette façon est plutôt bon signe à mon sens - tu t'es trouvé une "meilleure" mère que celle que tu avais et tu as réussi à intérioriser sa présence puisqu'il te suffit de penser à elle pour retrouver la sécurité affective que vous avez pu construire ensemble. L'évolution de ton propos ("mère extérieure insécurisante" - "mère extérieure sécurisante" - "mère intérieure sécurisante") me semble montrer un parcours thérapeutique parfaitement réussi.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
Bonjour Fracat,

Bientôt 2 ans après ma fin de thérapie (quoique je compte reprendre dans quelques mois, mais avec une autre personne) je ressens toujours quelque chose de similaire vis-à-vis de mon ancien psy.
Un peu comme un tuteur intériorisé sur-lequel s'accrocher quand il y a un peu trop de mouvement. C'est stable (pourtant j'ai longtemps cru qu'au premier choc je pourrais éventuellement m'écraser à nouveau, mais non, ça tient bien !), sécurisant, c'est tout bénéfice.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
Bonsoir Traviata, bonsoir Sév,
Vos réponses vont dans le sens du positif et cela atténue mes doutes.
Je ne sais pas trop comment qualifier ma psychothérapie, l'orientation principale en était le soutien conjugué à l'analyse et vice versa, pas purement psychanalytique en tout cas, enfin je crois... là c'est mon coté "Monsieur Jourdain" qui ressort
Les termes de "mère de compensation" traduisent bien mon ressenti et même si j'ai ce sentiment là depuis pas mal de temps, c'est la première fois que l'extériorise et que je l'écris. Je ne l'ai jamais exprimé aussi clairement auprès de ma psychologue sinon tacitement.
Une fois ces termes posés je crois que je me suis demandée s'il n'y avait pas un reliquat de quelque chose de pathologique dans ce que je faisais de la présence intérieure de Mme B.
Donc merci pour vos réponses rassurantes sourire
à vous deux

ps : merci Traviata pour les guillemets au mot "meilleure" de meilleure mère...


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
Bonsoir,
 je me pose une question concernant le terme de transfert.
Est t il possible envers quelqu'un de proche autre qu'un psy, quelqu'un a qui ont confit tous ses doutes ses peurs, quelqu'un qui connait tous le cheminement de notre dépression ?

Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
Oui Lillou, c'est possible dans toutes sortes de situations... Le transfert n'est pas spécifique à la psychothérapie, c'est la façon dont on l'utilise dans ce cadre qui est spécifique.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
Depuis le début de sa crise, mon compagnon s'est confié à une personne "neutre" dans le sens où il ne la connaissait pas avant (rencontre boulot). Il traverse sa dépression avec elle, lui parle, et ne peut plus s'en passé. Il ne parvient pas a exprimer ce qu'elle est pour elle, c'est un être cher pour qui il a fait des folies parce qu'il avait absolument besoin de la voir, de lui parler. Il ne parvient pas à mettre des mots sur ses sentiments...je suis perplexe et attristée.

Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
j'ai répondu détaillé sur autre poste..
pour ma part, thérapie psycho corporelle arrêtée brutalement... je suis passé par des pleurs intenses (3h par nuit presque toutes le nuits, 6 mois)... et le pardon a pu être fait en comprenant... la névrose de mon "soignant" qui a fait un transfert sur moi de sa névrose infantile (hystérique) devenu névrose phobique vis à vis de moi... représentant de son inconscient extériorisé.



Dernière édition par ange-violet le Jeu 4 Aoû 2011 - 17:17; édité 1 fois
Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
En parlant de névrose hystérique.. justement!

ce passage de http://www.analyse-integrative-re.com/html/ru$za___.htm
m'interpelle..
Citation:

L’analysant dans sa cure se sépare d’abord de lui-même puis de son analyste.

Séparation N°1, d’avec son analysant le jour de la dernière séance. La séparation N°2, consiste en un détachement dans l’espace intrapsychique de l’analysant, qui a lieu en deçà et au-delà de la dernière séance est en vérité la coupure d’une partie de soi-même. Elle s’engendre lentement à partir d’une épreuve singulière et se poursuit indéfiniment. Elle s’inaugure avec une expérience douloureuse au point culminant de l’analyse dans un travail de deuil inconscient.

Deux registres :
A) le temporel de la cure en trois phases ;

1 phase initiale dans laquelle l’hystérie se met en place ;

2 la phase médiane avec son état de crise aiguë chez le patient au paroxysme de la névrose transférentielle ou se produit la confrontation de l’analysant avec l’épreuve de l’angoisse ;

3 puis phase finale avec le deuil d’autoséparation où les deux parties s’accordent sur la fin prochaine.

B) registre second de la cure ; processus psychique de l’analyse qui se déroule dans un temps illimité et cyclique depuis l’idée de consulter et s’éloigne après l’analyse dans un ailleurs inconnu.

-------------------
Je suis avec un ami qui est amitié qui était déjà quête de vérité intérieure qui a tourné... en psychanalyse!
nous nous sommes attachés dans la profondeur de notre échange.. et ça a suivi... une logique..
très proche de celle ci aussi, avec donc la séparation qui fut douloureuse avant de comprendre qu'on se psychanalysait (on s'était rendu "amoureux" et on analysait ce qui foirait dans le lien en décryptant les non-dit)

http://www.ifpa-france.com/interview-jean-david-nasio-a-lecoute-des-enfants…



Dernière édition par mouaibof le Ven 5 Aoû 2011 - 02:08; édité 5 fois
Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
Tu veux un conseil ?
Lâche lui la grappe et arrête de jouer aux apprentis psychanalystes. Visiblement tu ne maîtrises rien dans cette histoire et ce n'est ni bon pour 'votre relation' ni encore moins pour lui.

Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
oui, c'est ce qu'il faut faire. j'ai élagué le message . ça risquait d'interférer avec lui au hasard d'une recherche web, ça ferait comme si je le contactait indirectement..
En plus, c'est trop incomplet de raconter ça comme ça (impossible pour un lecteur de comprendre le contexte réel de l'histoire..)

Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
Mort de rire. Vous avez effacé les trois quart de votre message si bien qu'on y comprend plus rien.
Je comprends votre ami qui a pris ses jambes à son coup pour fuir les apprentis sorciers.

Répondre en citant
Message fin de thérapie, fin de transfert ? 
je n'ai pas fait ça tout seul, mais avec un sexologue de métier qui me suit depuis 17 ans, pour éviter justement le dérapage de ce coté "apprenti sorcier"...
On est arrivé à une profonde peur... c'est peut être "normal" de fuir quelques temps...

mais vu l'accueil sur ce forum de ce type de récit... j'ai compris qu'il ne sevait à rien de tenter un échange là dessus ici... ça sort trop de l'ordinaire, c'est pas acceptable et pas "validé" par renomné et autorité faisant foi.

alors je redirige vers des documents de psychanalystes plus de métier qui racontent des cas similaires (utiliser l'amour, et sur les résistances et séparation).

Message fin de thérapie, fin de transfert ? 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation