Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Anorexie-boulimie : Journal français de psychiatrie
Auteur Message
Répondre en citant
Message Anorexie-boulimie : Journal français de psychiatrie 

Journal français de psychiatrie Anorexie-boulimie
n° 33 - 2009/2
44 pages
érès
ISBN 97827492100667


 
Thierry Jean
 
 
Éditorial
[Accéder à cet article]
 
 
Charles Melman
 
 
L'inconscient, c'est l'organique
[Accéder à cet article]
 
 
Jeanette Zwingenberger
 
 
Corps déchets dans l'art contemporain
[Accéder à cet article]
 
 


 
 
Cas clinique. Le cas de Mlle J.
[Accéder à cet article]
 
 
Thierry Jean
 
 
Qu'est-ce qu'un trou ?
[Accéder à cet article]
 
 
Martine Coenen
 
 
Au risque de se perdre
[Accéder à cet article]
 
 
Corinne Tyszler
 
 
AAA
[Accéder à cet article]
 
 
Anne Oldenhove-Calberg
 
 
Boulorexie
[Accéder à cet article]
 
 
Jean-Pierre Benoit
 
 
Anorexie et boulimie de l'adolescente. Prise en charge ambulatoire et hospitalière à la Maison des adolescents du chu Cochin à Paris
[Accéder à cet article]
 
 
Catherine Samuelian-Massat
 
 
L'anorexie mentale vue d'un service de nutrition
[Accéder à cet article]
 
 
Catherine Rondepierre
 
 
Que deviennent nos anorexiques « guéries » ?
[Accéder à cet article]
 
 
Chantal Gaborit-Stern
 
 
Un Signifiant passionnant
[Accéder à cet article]
 
 
Roland Chemama
 
 
Quelques réflexions sur la clinique de l'oralité. À partir d'un cas d'anorexie
[Accéder à cet article]
 
 
Jean Bergès ?
 
 
Que nous apprend l'anorexie sur l'oralité ?
[Accéder à cet article]
 
 
Nicole Anquetil
 
 
Scène de la vie psychiatrique ordinaire. L'épicier du coin
[Accéder à cet article]





Auteur : Thierry Jean
Psychiatre, psychanalyste.


« Jusqu’à quel degré de distorsion un individu reste encore lui-même ? », s’interroge Milan Kundera[1] à propos de l’œuvre de Francis Bacon. Dans le même texte, il rapporte ce propos de Bacon : « L’homme réalise maintenant qu’il est un accident, qu’il est un être dénué de sens, qu’il lui faut sans raison jouer le jeu jusqu’au bout. » S’il apparente la solitude de Bacon avec celle de Beckett, c’est que tous deux, dit-il, se trouvent au même endroit de leur art respectif. Ils referment l’histoire et à ce moment de la fin des illusions, ils ne se confrontent ni à la société ni à la politique mais à la matérialité physiologique de l’homme, au corps, le seul ecce homo, évident, pathétique et concret, car, rappelle Bacon, « c’est sûr, nous sommes des carcasses en puissance. Si je vais chez un boucher, je trouve surprenant de ne pas être là, à la place de l’animal ».
Qu’est-ce qu’un corps sans la condition d’un au-delà ? Qu’est-ce qu’un corps dès lors que le ciel s’est vidé de son locataire ? Non réductible à la chose en soi, il fait en effet toujours surgir de l’altérité, de l’Autre[2]

Agnès Baron, dans son article dans la revue Débat de novembre 2009, dit que l’anorexique se regarde par morceaux, comme à l’étal du boucher. Il n’y a toutefois chez elle rien à vendre. Elle n’est pas sur le marché autrement que porte-manteau, fétiche cadavérisé de l’étoffe du couturier.
Le premier numéro que le jfp a consacré à l’anorexie-boulimie aura montré une ligne de fracture. Restant pour les uns organisée par la logique phallique, la clinique témoigne pour les autres d’une tentative de s’en dispenser, de s’en affranchir. D’un côté donc, clinique de la représentation, certes sublimement négativée mais qui reste imploration au Père, de l’autre clinique de la présentation où la récusation du registre phallique dérobe au corps sa forme illuminée et glorieuse. Le terme de présentation est ici repris d’une remarque de Charles Melman dans L’homme sans gravité où, à propos des expositions anatomiques du plastinatien Gunther Von Hagens, il soulignait la recherche de l’authentique, autrement dit non plus une approche organisée par la représentation et son éternel ratage, mais le fait d’aller à l’objet lui-même. Question d’importance puisqu’elle annoncerait tout autant la disparition du sujet freudien, c’est-à-dire du sujet divisé, d’un sujet structuré par le fantasme, inscrivant ainsi l’anorexie-boulimie comme une des modalités cliniques de la nouvelle économie psychique.
« L’objet est-il atteignable ? », s’interrogeait Marcel Czermak, soulignant que le comble de la réussite est d’être soi-même cet objet « inanimisé », le plus ridicule et le plus éminent, c’est-à-dire le cadavre. L’anorexie-boulimie réalise-t-elle ce « vœu » ? À ce titre, elle ne constitue pas le succès de la solution baroque, ce pourquoi, loin de susciter une luxuriance de la représentation, son corps se voit réduit à sa fonction étymologique, c’est-à-dire à celle de cadavre. De ce corps, elle veut s’en débarrasser. Cette réduction du corps en objet insécable interroge aussi le rapport de la théorie freudienne concernant la pulsion avec la vieille question biologique de ce qu’est une fonction. L’anorexie partage, en effet, avec la mélancolie et les formes catatoniques de la psychose le « privilège » de mort « sine materia », arrêt des fonctions qui reste pour les médecins réanimateurs une énigme.
Plus qu’aux avatars de la pulsion orale, plus qu’aux effets du consumérisme ambiant, c’est à ces questions que nous confronte l’apparition à un moment donné de l’histoire d’une maladie qui, pour reprendre la formule de Nicolas Dissez, exténue la représentation, qui, détachant le corps de toute référence phallique, le rend à son pur réel. De là provient sans doute l’effroi suscité par les photos d’Oliviero Toscani qui, en octobre 2006, ont envahi les murs italiens, mettant en scène, comme pour un cliché publicitaire, le corps nu décharné d’un mannequin anorectique : mime macabre d’une photo de mode exemplifiant un réel comme impossible à se supporter par la représentation. De là aussi, cette étrange référence à la beauté dont elles se réclament, beauté étrange puisque aucunement référée à l’harmonie, aux proportions ou au sens commun, beauté étrange où ce « pour être plus belle » qu’elle profère ne regarde en rien l’image.
Notes
[ *] Psychiatre, psychanalyste.

[ 1] Milan Kundera, Une rencontre, Paris, Gallimard, 2009.

[ 2] Jean-Jacques Tyszler, Journal Français de Psychiatrie, n° 24, 2006.







SOURCE : http://www.cairn.info/

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation