Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Parler du viol à son compagnon
Auteur Message
Répondre en citant
Message Parler du viol à son compagnon 
Cela fait plusieurs fois que ,me sentant en confiance dans une relation, j'"ose" me confier sur ce qui fut l'un des événements les plus douloureux de ma vie et j'ai à chaque fois la même impression : celle que l'homme qui partage ma vie et mon intimité ne peut simplement pas entendre ça... la relation, me semble t -il, n'est pas la même avant et après: l'homme ne me voit plus de la même façon et n'agit plus non plus de la même façon, ce qui n'arrange pas les choses... On peut me dire que c'est mon propre regard qui crée le changement mais je n'en ai pas l'impression. Il me semble avoir suffisamment travaillé là dessus en psychothérapie pour ne pas sombrer dans le mélodrame quand j'en parle...
Quelqu'un a t-il un avis sur la question? Est-ce que certains traumas plus ou moins dépassés de nos vies ne peuvent donc se dire à la personne "la plus proche de nous" ? merci de vos réponse, j'espère que cela m'aidera la prochaine fois à savoir si je dois parler ou me taire.                                  éléïne


                                                                                  

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Parler du viol à son compagnon 
Bonjour Eleïne,

A la question de savoir s'il faut en parler ou pas, je pense que si ce viol t'as laissé des traces telles qu'il est toujours présent dans ta vie intime, c'est compliqué et pas très sain de vivre une relation intime avec un homme en cachant ce point.

De mon expérience, pendant 10 ans je n'ai évoqué le viol que j'ai vécu qu'à 2 personnes. Le premier, un ex auprès de qui j'ai été pendant 6 ans, qui m'a répondu "t'as qu'à oublier". Décevant, même si je sais qu'il tentait, à sa manière, de me faire du bien. Et le second, un ex aussi, qui m'a regardé avec un air de je sais pas quoi. Je dirais de la peur mêlée à de la stupeur sur fond de larmoiement à la sauce "ma pauvre, comme c'est terrible", je dirais.

Je n'ai pas tellement évoqué, plutôt survolé cet épisode lors de ma thérapie. Malgré tout depuis cette thérapie j'ai parlé, enfin survolé là encore, et j'ai plutôt commencé en "testant" le résultat dans le regard en face de moi (à la réflexion chez mes psys aussi c'est la réaction que je guettais du coin de l'oeil), ce viol auprès de plusieurs personnes. Parfois intimes, parfois pas spécialement.
Je constate que soit ça provoque des réactions de tendresse sympathiques, soit ça ne provoque pas grand chose. Ce qui me convient parfaitement dans les 2 cas.
Une seule fois j'ai eu affaire à une réaction qui ne me plaisait pas (la personne en face est partie sur un laius pour défendre la cause des hommes qui violent les femmes), j'ai su couper court à ce débat et passer outre sans que ça me blesse.

J'ai tendance à penser que les réactions qu'on suscite dépendent pour beaucoup de notre manière de nous souvenir de cet événement.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Parler du viol à son compagnon 
Bienvenue Eleïne,

Les personnes que je rencontre et qui se sont confiées à des proches concernant un viol subi disent toutes que cela a modifié la relation, de deux manières : positivement, vers davantage de compréhension et d'empathie envers certaines de leurs réactions (mouvements de peur, méfiance...), et négativement, en ce qu'elles sentent que les autres les considèrent comme "différentes", devant faire l'objets d'attentions particulières, avec évitement de certains sujets de conversation, etc. - ce qu'elles vivent comme douloureux car comme une exclusion du monde "normal".
Avec un partenaire masculin, c'est encore plus compliqué - outre qu'il est sans doute difficile pour un homme de penser qu'un autre s'est emparé de force de la femme qu'il aime, le rententissement sur la vie sexuelle du couple est, au moins dans un premier temps, souvent ravageur. Les choses peuvent évoluer cependant, si la communication est bonne entre les deux partenaires et si chacun est capable d'entendre les questionnements et les angoisses de l'autre.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Parler du viol à son compagnon 
J'ai connu ça car je suis sorti avec une femme violée il y a un certain nombre d'années , et j'étais jeune .
Sa confidence m'avait attristée et j'étais furieux que le violeur ne soit pas condamné , car elle refusait d'aller voir les flics et de témoigner et ça a fini par nous séparer .
En fait ça me faisait mal au coeur que ma copine est subie une chose pareille et je voulais aller voir le type et le taper .
Je précise que mon attitude était très immature , j'étais un gamin , j'aurais agi très différemment aujourd'hui    . Je la recroise des fois et elle va bien  ,elle est casée et heureuse et je suis bien content pour elle .


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message Parler du viol à son compagnon 
merci de vos témoignages , les différents points de vue sur la question enrichissent ma réflexion.  content

Message Parler du viol à son compagnon 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation