Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Condamnation pour la mort d'un schizophrène
Auteur Message
Répondre en citant
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 
STRASBOURG (Reuters) - La France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme pour la mort d'un jeune homme souffrant de troubles mentaux, lors d'une intervention policière à son domicile à Toulon où il menaçait et violentait plusieurs membres de sa famille.


Les faits s'étaient déroulés le 20 novembre 1998 et plusieurs fonctionnaires avaient été blessés par Mohamed Saoud, un franco-tunisien de 26 ans qui avait fait usage d'un revolver.
Le forcené avait été plaqué au sol pendant 35 minutes par les policiers pesant sur ses membres, ses épaules et ses reins en attendant qu'une équipe du Samu lui administre un calmant. Il était décédé peu après d'un arrêt cardio-respiratoire.
Souffrant d'une schizophrénie qui lui valait un taux d'invalidité de 80% Mohamed Saoud avait sollicité une semaine plus tôt son admission dans une clinique qui n'avait pu l'accueillir immédiatement, faute de place.
Dans leur arrêt, les juges de Strasbourg rappellent que "les autorités ont une obligation de protection de la santé des personnes détenues" ou placées en état d'arrestation et constatent une violation par Paris du "droit à la vie".
S'agissant des moyens employés pour maîtriser le jeune homme, cause directe de sa mort selon les experts, la Cour "déplore qu'aucune directive précise n'ait été prise par les autorités françaises à l'égard de ce type de technique d'immobilisation".
Elle condamne la France à verser 20.000 euros au titre du préjudice moral à la mère et aux frères et soeurs du défunt qui avaient été déboutés de leur plainte par la justice française, laquelle avait considéré qu'aucune faute pénale caractérisée ne pouvait être imputée aux policiers.

Visiter le site web du posteur
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 
Shocked  c'est horrible comme histoire.

En même temps, il m'est arrivé quelquefois d'assister à des HDT "musclées", ce sont des souvenirs très pénibles pour moi alors que je n'étais que témoin. Particulièrement, je me rappelle d'une jeune femme, c'était il y a quelques mois, qui a littéralement ravagé tout le foyer dans lequel elle était. Avec les policiers qui avaient été appelés à la rescousse par le samu, elle a fini sa course ligotée à un radiateur.
C'est terrible, mais en me rappelant cette scène je ne sais pas comment ils auraient pu faire autrement pour la maitriser.

Je ne sais pas quoi en penser, ça me laisse perplexe et triste une histoire comme celle-là.

Ce qui me choque au moins autant, c'est ça :
Citation:
Mohamed Saoud avait sollicité une semaine plus tôt son admission dans une clinique qui n'avait pu l'accueillir immédiatement, faute de place. 



_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 
Moi aussi, ce passage m'a choqué...  Shocked


_________________
Hervé

Let's do the time all again (The Time Warp, extrait de The Rocky Horror Show)
Répondre en citant
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 
Ca, et le fait que la justice française ait débouté les plaignants.

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 
Oui, moi c'est surtout ça qui m'écoeure. Parce qu'une clinique n'est pas censée accepter tout le monde, surtout avec le manque de lits. Mais que la justice considère qu'il n'y a pas de faute...

Répondre en citant
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 
Oui, mais il faudrait savoir s'il y a eu des violences inutiles, ça ne semble pas être le cas mais on ne sait pas trop.
Une hospitalisation forcée, c'est toujours violent, en premier lieu pour la personne qui est hospitalisée.

Je ne sais pas quoi en penser, vraiment je trouve tout ça très triste pour ce jeune homme.

Et dire qu'il y a une faute, une erreur des policiers c'est une chose, mais ça impliquerait de devoir trouver d'autres méthode moins violentes pour une HDT ou une HO. Et franchement, je ne sais pas ce qui peut être fait de mieux, ou de moins pire.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 
Maintenir quelqu'un à terre une demie-heure, ça me semble très violent, tu es dans une position très désagréable et douloureuse qui est censée durer cinq secondes le temps qu'on te mette des menottes, une demie-heure, ça me semble clairement un abus. Il y a d'autre façon de maîtriser les gens que ça. Ca me fait penser à une affaire qui a fait beaucoup de bruits en Belgique il y a quelques années, une sans-papier expulsée est morte étouffée dans l'avion parce que les policiers lui ont maintenu un oreiller sur sa tête repliée sur les genoux trop longtemps. Prétexte: elle se débattait. Désolée, mais pour moi ça ne passe pas, et là ça ressemble à ça. Tout n'est pas justifiable parce que la personne se débat, surtout qu'une fois la personne à terre, il doit y avoir d'autre façon de le maîtriser que le maintenir par terre une demie-heure.

Visiter le site web du posteur
Répondre en citant
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 
oui c'est surprenant et rrévoltant cette affaire Sad

Répondre en citant
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 
Ce qui me dérange, c'est que je ne sais pas vraiment ce qu'il s'est passé.
C'est pour ça que je parlais de violences inutiles. Bien sur qu'infliger des violences à quelqu'un sans aucune raison, ou par sadisme, c'est condamnable.

Mais ça me rappelle une HDT dont je parle plus haut, qui s'est terminée d'une manière un peu similaire. Pour résumer, la personne malade avait fini sa course menotée à un radiateur, le plus solide qu'on puisse trouver à portée de main, et malgré ça elle arrivait petit à petit à le désceller. Finalement les policiers ont du la maintenir en restant sur elle avant que le médecin puisse intervenir, et c'était vraiment, malgré toute la violence de la scène, une mesure de protection. Elle aurait pu se blesser si elle avait réussi à arracher le radiateur. Et l'équipe soignante a bien du mettre 20 minutes avant de pouvoir simplement l'approcher.

Alors voilà, je pense à cette scène, très violente, et je me demande comment les choses auraient pu être faites autrement. Et vraiment, je ne trouve pas. Et je me dis qu'il aurait pu arriver la même chose, et je ne sais pas quelle aurait été la faute, sinon à la maladie.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Message Condamnation pour la mort d'un schizophrène 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation