Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Réfléxions sur les sciences humaines
Auteur Message
Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Quelques réflexions sur les sciences humaines, la psychanalyse, la psychologie d'un point de vu novice et pas du tout lecteur.

J'ai l'impression que ces sciences humaines en question (je parle de la psychologie, je ne crois pas que la psychanalyse en soit une, bien qu'elles doivent se nourrir les une les autres) sont à la croisée des chemins de la philosophie et de la médecine.
Une "science", une (des) pratiques , qui se seraient nourries des expériences et théories philosophiques qui ont traversé les siècles et qui auraient fait naître la révolution psychanalytique.
Je discutais avec un cadre infirmier qui pensait que ce qui était incompris et qu'on pouvait reprocher à la psychanalyse c'est que ce n'était pas guérisseur.
Mais peut on parler de résultats ? En chiffres ? Quand il s'agit de disciplines qui ne se mesurent pas?

Du coup je comprends mieux à présent l'absurdité des rapports statistiques sur l'efficacité des thérapies...


Je précise que je n'ai rien "potassé", c'est juste des réflexions nourries elles aussi de ce que j'ai écouté, par ci par là...
Si vous pouviez apporter votre regard là dessus.... (ou alors il y a déjà eu un fil du genre ?)

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
En psychologie/psychothérapie/psychanalyse, j'estime que l'on peut s'autoriser à parler de résultats, même si je ne vois pas bien l'intérêt ou la pertinence de les chiffrer - je parlerais plutôt en grandes "tendances", en gros le patient s'améliore, il reste où il en était ou il se dégrade. Et notre but, tout comme le sien même si c'est souvent plus compliqué que ça, est surtout qu'il s'améliore ! Maintenant, un travail psychothérapeutique ou psychanalytique n'est jamais linéaire, donc le patient peut connaître des périodes de stagnation, voire de dégradation, alors que, sur le long terme, le travail entrepris s'inscrit dans une progression satisfaisante - c'est toute la difficultés des évaluations à court terme. 
Il faut savoir aussi ce que l'on veut mesurer et avec quels outils - sur des symptômes très ciblés, et dans des conditions de mesure très contrôlées, on peut sans doute sortir des statistiques, mais ce sont des conditions que l'on ne retrouve justement quasiment jamais en clinique ! L'immense majorité des personnes qui consultent actuellement ont des symptômes vagues et fluctuants, mêlés, insistent sur un mal-être général, une impression de ne pas avancer, des difficultés que l'on peut en effet entendre d'une oreille philosophique, d'un point de vue existentiel. C'est pourquoi, à mon avis tout personnel, un psychothérapeute doit bien sûr être très efficacement formé sur le plan scientifique (psychopathologie, etc.), mais il est tout aussi important qu'il possède une bonne culture générale, philosophique, littéraire, etc., pour nourrir son écoute, sa réflexion et ses interventions.


Voilà un peu mon avis. J'ai l'impression, en tant que praticienne, d'avoir, d'essayer d'avoir du moins, ces deux niveaux de travail. J'ai une partie de moi qui évalue, qui diagnostique, en se disant que tel patient est en train de se déprimer par exemple, ou qui réfléchit à tel ou tel changement de dispositif pour débloquer une situation que je sens se coincer indéfiniment, etc. Et j'ai une autre partie plus dégagée qui observe autrement, et là d'une façon qui me semble bien trop complexe pour être chiffrée, même si c'est une forme de mesure après tout, qui sent comment évolue la relation thérapeutique, la manière dont le patient présente et se représente ce qu'il dit, toute une "petite musique" qui donne le ton de la thérapie et de sa progression.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Merci Traviata, merci pour ton explication...
Ce sont des professions que j'admire... Pour diverses raisons que je n'exposerai pas ici, pas pour le moment...
Un mélange de connaissances théoriques approfondies avec une capacité à garder un contact humain, à aider...
C'est assez fascinant... Confused

J'en reste coi et me sens un peu concon du coup...


A ce propos est-ce que nourrir sans cesse un fantasme de connaissance absolue (j'ai d'ailleurs fait une mauvaise expérience à ce propos un peu bizarre), de culture abondante, ce n'est pas ça le complexe de Prométhée ?
Comme pour se donner une importance, ou bien l'impression d'exister ?
(qui me concerne drôlement...)
Mon père est pareil... Sauf que ce qui me rebute (même s'il me l'a transmis par certain côtés mais je lutte) c'est qu'il est fasciné par (et peut-être exclusivement...) les gens érudits, très diplômés, artistes reconnus, intellectuels... C'est horrible... Confused Je suis comme lui par certains côté.
Je saisi tout de suite le mépris que je peux (idées fugitives) avoir pour des gens qui ne réfléchissent pas, les gens ordinaires : et je trouve ça immonde de penser ainsi... J'en suis conscient mais il faut faire avec...
Je ne suis que dans la pensée, très rarement dans l'acte...

Ce sont ces choses que j'ai envie de travailler en psychothérapie, ces émotions primaires que je ne veut surtout pas ressentir.. qui me débectent, m'indisposent.

C'est paralysant. Sad (j'imagine qu'on va me dire que ce sont des ruminations idéatives.. je sais plus...)


Voilà...

Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Je me considère comme un abruti en voie de guérison, espérant être en paix avec moi même...
Et avec autrui.
Et avec ma conscience.

Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Salut manu,


On parle en effet de "complexe de Prométhée" pour les personnes qui sont dans une perpétuelle quête du savoir. Je ne sais plus qui en avait fait l'équivalent, sur le plan intellectuel, du complexe d'oedipe sur la plan psychosexuel, ce qui l'éclaire d'un autre jour, comme un processus de maturation quand il est résolu de façon satisfaisante (on connaît le châtiment sinon).
En suivant ce raisonnement, il est compréhensible que certaines personnes aux prises avec des difficultés liées à la résolution de ce complexe éprouvent de constants ou fugitifs sentiments d'horreur devant des personnes sans savoir, un peu comme un garçon avec un oedipe mal résolu va buter sur la peur de la castration et mépriser les femmes par exemple. C'est en acceptant notre finitude d'individus incomplets, castrés, au savoir limité, que nous pouvons bénéficier de l'expérience maturative des ces complexes - nous élever à la hauteur de nos pères, voire les dépasser. Donc oui, c'est un bon travail à faire en thérapie


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Merci Traviata de ta réponse  sourire

Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Bonjour...

Je voulais vous demander par où commencer si l'on veut se documenter sur les concepts "d'ensemble" de la psychologie humaine (avec concepts psychanalytiques je ne sais pas trop.)
Si vous avez des références, un livre publié sur internet par exemple...
(avec index, chapitres etc. de préférence)

Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Dans le tout simple mais fait sérieusement, il y a "100 fiches de psychologie", chez Bréal, qui est consultable sur google books. Il est ensuite possible d'approfondir selon ses intérêts.


Voici l'adresse : 
http://books.google.fr/books?id=41cAjLTsoMMC&printsec=frontcover&dq…


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 


Lu le sommaire...
Je ne sais pas ce que google books permet de lire... Je verrai bien...

Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Hello Traviata, Hello Tous,


"100 fiches de psychologie" : 23 euros...
Ce qui nous fait 23 centimes d'euros la fiche.  Shocked (je plaisante...)

Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Traviata a écrit:

Salut manu,
[...]

En suivant ce raisonnement, il est compréhensible que certaines personnes aux prises avec des difficultés liées à la résolution de ce complexe éprouvent de constants ou fugitifs sentiments d'horreur devant des personnes sans savoir, un peu comme un garçon avec un oedipe mal résolu va buter sur la peur de la castration et mépriser les femmes par exemple. [...]


"T'as raison, les hommes sont des salauds, des pas beaux. C'est pour ça : que j'préfère les nanas. J'les préfère un peu trop, quelques fois."
Renaud.



Mr. Green

Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Traviata a écrit:

Dans le tout simple mais fait sérieusement, il y a "100 fiches de psychologie", chez Bréal, qui est consultable sur google books. Il est ensuite possible d'approfondir selon ses intérêts.


Voici l'adresse : 
http://books.google.fr/books?id=41cAjLTsoMMC&printsec=frontcover&dq…



Hello Traviata..

Je souhaitais te remercier pour la référence de cet ouvrage que je pense fréquemment acheter... J'hésite parce que je dois également trouver une méthode de piano dans le même magasin...
Mais là je crois que j'ai vraiment besoin d'avoir quelques notions qui dépassent le niveau zéro en psychologie

Et puis un coucou en passant. content

Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Coucou manu,

Tu peux le trouver en bibliothèque, ou en occasion quelque part...


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Réfléxions sur les sciences humaines 
Merci oui, je ne sais pas vers quelles boutiques m'orienter pour le trouver d'occasion...
Sur amazon, il est disponible  à 15 euros d'occasion mais bon..
Je ne suis pas un habitué des livres, ni encore moins de l'achat d'occasion de livres...

Et je me sens pas trop de prendre le RER pour aller farfouiller les boutiques d'occaz Confused

Si vous le voyez sur le net, dites moi ! (il se confond avec un bouquin au nom similaire...)

Bonne soirée.. Et merci Traviata Okay

Message Réfléxions sur les sciences humaines 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation