Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
WIKILEAKS : je me marre !!!
Auteur Message
Répondre en citant
Message WIKILEAKS : je me marre !!! 
Ce qui m'amuse particulièrement, c'est que tout d'un coup, les pouvoirs publics se trouvant comme nous depuis des années sous les projecteurs, et ne pouvant plus compter sur notre docile discrétion, ça y est ça crie au Big Brother, au scandale de la fin de la vie privée etc  Laughing Laughing Laughing Laughing dire qu'il a fallut laver un peu de linge sale gouvernemental pour que les pouvoirs se révoltent contre ce qu'ils veulent pourtant faire subir au peuple !!!!!!!

Non mais quand même les amis, il y a echelon, il y a les cartes d'identité à puce, il y a les grandes entreprises qui s'échangent nos dossiers informatiques malgré les lois (puisqu'il est si difficile dans les fait de faire valoir son droit dans ce domaine), il y a les fiches ADN, il y a les caméras toujours plus présentes dans les espaces publics, il y a Hadopi....

Comme disent les journalistes, les wikileaks, ce n'est qu'une source journalistique parmi d'autres, une source supplémentaire, et plus rapide qu'autrefois où sortir autant de documents aurait pris un temps considérable et donc n'aurait jamais pu être sortis dans ces volumes.
Mais l'information brute ne veut pas dire grand chose pour la plupart, il faut la contextualiser, la vérifier, etc etc : bref, un travail journalistique. Ce qui change, c'est la vitesse, c'est l'accessibilité. C'est cette jeune génération qui maîtrise internet vs les aînés qui ne jurent que par les institutions à l'ancienne.

Il ne s'agit pas à mon avis d'un + de démocratie, mais de transparence si. Car l'information est une arme. Et dans la conjonction actuelle, où l'on demande par exemple aux peuples européens d'accepter des politiques de rigueurs, pour payer les fautes de la finance qui elle s'en sort sans rien devoir changer à ses procédures irresponsables. Dans ce climat de méfiance vis-à-vis des étrangers, vis-à-vis de la jeunesse, vis-à-vis du peuple même et de ses plus faibles représentants. Méfiance que le peuple finit par bien rendre à ses élites, qui décidément ne semblent pas tellement avoir d'autre intérêt à cœur que les siens propres - exit l'intérêt général. En ces temps où les population ont tendance à se résigner à des grèves en "service minium", où des mesures détestables passent malgré la révolte populaire, parfois clandestinement, cachée derrière une cacophonie médiatique volontairement orchestrée,parfois à coup de matraque - et où les membres des gouvernements pensent manipuler l'opinion grâce à leurs "conseillers en communication" - eh bien l'opinion, elle n'est pas totalement dupe et elle reprend, avec wikileaks, le droit de ne plus être pris pour des cons.


CHRONIQUE A ÉCOUTER sur France Culture :

Toutes les chroniques de Cécile de kervasdoué sur Wikileaks :

http://www.franceculture.com/emission-wikileaks-l-affaire-qui-divise-le-mon…

.

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message WIKILEAKS : je me marre !!! 
Personnellement, dans ce qui a diffusé jusqu'à présent, je n'ai pas vu de "scoop" justifiant une telle levée de boucliers... Rien que ce qui se dit partout et que tout le monde a déjà entendu - la seule chose plaisante étant la haute opinion de la diplomatie américaine sur nos chers dirigeants (Sarkozy un minus susceptible et autoritaire, Berlusconi un clown vulgaire...).


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message WIKILEAKS : je me marre !!! 
Non voilà toute personne un peu raisonnable se rend bien compte qu'il n'y a rien que l'on ne sache déjà, mais simplement ce qui est déstabilisé c'est la sensation de maîtrise du flux d'information (en matière de rythme de diffusion, d'angle d'approche, de dissimulation par une réorientation de l'information par des déclarations ou par la création d'autres évènements médiatiques etc) - il faut savoir qu'aucun des documents que possède wikileaks n'est top secret. Certains sont secrets, mais cela représente oins de 30% si je me souviens bien.

La seule chose intéressante, c'est la réaction des pouvoirs justement. content
Il est clair que cela leur pose problème et que cela menace QUELQUE CHOSE.

C'est ça qui est intéressant, et que je trouve très bien d'exploiter, parce que ça suffit les leaders qui se permettent n'importe quoi.
Quelqu'un disait récemment à la radio que le gouvernement n'avait pas à rendre de comptes au peuple, eh bien je ne suis pas d'accord. D'ailleurs, en Europe, il n'y a quasiment qu'en France que l'on voit les choses comme ça.

Plutôt que de faire parler le "peuple" avec des sondages à gogo et des effets d'annonce en réponse à ceux-ci, on sort de "l'opinion générale" et on entre dans l'ère où les communautés et les individus s'emparent d'un moyen d'information de manière plus active, en fonction de leurs sensibilités politiques.
Car ce qui se passe là, c'est quand même aussi un MOUVEMENT, qui change pas mal de la léthargie des dernières années.

Répondre en citant
Message WIKILEAKS : je me marre !!! 
Manamana,

Très beau texte d'introduction que ce que tu as écris.
Je n'ai pas suivi "l'affaire wikileaks", juste quelques échos. Cela fait un moment que je me suis débarrassé de mes illusions sur une bonne partie des médias traditionnels... (Cela dit je trouve la position de Melenchon "rentre dans le lard" très dangereuse et populiste. Il prend les gens, lui aussi, pour des cons. Mais peut-être a t-il raison ?)

Dans wikileaks on trouve aussi des informations, si je puis dire, "cruciales" sur nos dirigeants.
Document rare repris par le très contestataire MSN info.
Je viens de tomber dessus suite à une connexion sur ma boite aux lettres.


 
Citation:


WikiLeaks: une course-poursuite Sarkozy-lapin devant l'ambassadeur américain
Nicolas Sarkozy a reçu en 2006, quand il était ministre de l'Intérieur, la visite de l'ambassadeur américain à Paris, qui eu droit au spectacle cocasse d'une course poursuite entre le futur président, un lapin domestique et le chien de son fils Louis.


AFP/Archives



L'anecdote est tirée d'un des 250.000 télégrammes et notes diplomatiques américains rendus publics par WikiLeaks, cité mercredi sur le site internet du quotidien britannique The Guardian.
Selon cette note, l'ambassadeur américain Craig Stapleton rendait visite au futur président français qui se préparait à annoncer sa candidature, quand celui-ci appela, depuis par la fenêtre de son bureau, son fils Louis, 9 ans, qui jouait dans les jardins du ministère.
"Sarkozy était manifestement content --et fier-- d'être accompagné de son jeune fils, et semblait ravi de pouvoir lui présenter +l'ambassadeur des Etats-Unis+", rapporte la note diplomatique.
"Louis est apparu à l'entrée avec un petit chien à ses pieds et un gros lapin dans les bras. Pour serrer la main de l'ambassadeur, Louis a posé à terre le lapin, que le chien a commencé à courser depuis l'antichambre jusque dans le bureau de Sarkozy, ce qui conduisit au spectacle mémorable de Sarkozy courant, penché, pour attraper le chien, lequel courait après le lapin, pendant que Louis riait aux éclats dans le bureau", raconte la note.
Dans d'autres notes, Nicolas Sarkozy est décrit par les diplomates américains comme "le président français le plus pro-américain", mais aussi comme "susceptible et autoritaire".
Le président français a jugé mardi que les fuites orchestrées par WikiLeaks relevaient du "dernier degré d'irresponsabilité".









Je trouve que cet épisode du lapin et du chien redonne une touche d'humanité à notre Président Duce Franchouillard qui en manque cruellement.
Merci MSN info !

PS. Le petit clin d'œil coquin et câlin de Notre Président...

Répondre en citant
Message WIKILEAKS : je me marre !!! 
Il y a de quoi sourire en effet  Mr. Green

Répondre en citant
Message WIKILEAKS : je me marre !!! 
Moi non plus je l'aime pas le nain ! Même si je suis étranger . Et j'aime pas Montebourg non plus , certains(es) comprendront pourquoi !


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message WIKILEAKS : je me marre !!! 
Mais le pire c'est Eric Besson et sa tête de collabos lol , pardon si je choque mais bon .


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message WIKILEAKS : je me marre !!! 
Franchement cette histoire me passionne de plus en plus, cela prend une tournure très intéressante vue les réactions des grands groupes... arg si seulement je m'y connaissais suffisamment en informatique, moi aussi je voudrais m'armer du Low Orbit Ion Canon (LOIC, en référence à star wars) pour faire remuer tout ça Laughing

L'ONU prend la défense de WikiLeaks au nom de la liberté d'expression

Source : La Tribune.fr - 09/12/2010 | 17:10

Selon la Haut commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Navi Pillay, les pressions exercées sur les fournisseurs et partenaires du site WikiLeaks "peuvent être interprétées comme une tentative de censure contre la publication d'informations".

"Je suis préoccupée par des informations faisant état de pressions exercées sur des compagnies privées, dont des banques, des sociétés émettrices de cartes bancaires ainsi que des fournisseurs de site internet, pour qu'ils ferment leurs lignes de crédit pour des dons destinés à WikiLeaks". Ces propos tenus ce jeudi lors d'une conférence de presse par le Haut commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Navi Pillay, devraient en agacer plus d'un à la Maison Blanche. 
D'autant que Navi Pillay, pointe du doigt les éventuelles failles juridiques de l'activisme supposé des Etats dans leur lutte contre WikiLeaks : "Il n'est pas encore défini si les mesures prises par des compagnies privées enfreignent les obligations des Etats sur les droits de l'Homme garantissant le respect de la liberté d'expression. (Mais) elles peuvent être interprétées comme une tentative de censure contre la publication d'informations, et pourraient potentiellement constituer une violation du droit à la liberté d'expression de WikiLeaks" a-t-elle expliqué aux journalistes.


Source : La Tribune

Après Amazon, PayPal lâche à son tour Wikileaks

Publié le lundi 6 décembre 2010par Emilien Ercolani

Wikileaks a déclenché une « vague de terreur », que ce soit au niveau des gouvernements, ou au niveau des entreprises qui le soutenaient. Après Amazon qui l’a expulsé de son service d’hébergement, c’est au tour de PayPal de rompre le contact avec le site et son fondateur, Julian Assange.

« PayPal a suspendu de manière permanente le compte utilisé par Wikileaks à cause de la violation de notre politique d’utilisation, qui indique que notre service de paiement ne peut pas être utilisé pour des activités qui sont utilisées pour encourager, promouvoir, faciliter ou instruire les autres dans une activité illégale. Ceci a été indiqué au titulaire du compte ». Voici ce qu’écrit PayPal sur son blog officiel, quelques jours après la tempête médiatique déclenchée par Wikileaks.

Tout comme Amazon, qui a éjecté Wikileaks de son service EC2, PayPal invoque des motifs de violation de sa politique. La pression organisée par différents personnages politiques français, américains ou autres, semble donc fonctionner, puisque Julian Assange se retrouve de plus en plus esseulé.

En France, seul l’hébergeur OVH fait de la résistance et a « décidé de saisir le juge en référé afin qu'il se prononce sur la légalité ou pas de ce site sur le territoire français », comme l’explique le PDG de l’hébergeur. « Ce n'est pas au monde politique ni à Ovh de demander ou de décider la fermeture ou pas d'un site mais à la justice ».

A lire aussi :
- Wikileaks : sans hébergeur fixe
- Un hébergeur français au secours de Wikileaks

Source : L'Informaticien.com




et un article très intéressant que je pourrais pas recopier entièrement vu qu'il est long, VRAIMENT LISEZ-LE il est question du tout-sécuritaire notamment et de l'espace nécessaire de "possibilité de fraude" pour garantir la liberté :

"Hacker" la société de surveillance"

Internet Actu - La montée en puissance de l'internet en général, et de Google et Facebook en particulier, ont fait du "droit à l'oubli" l'alpha et l'oméga du débat autour de la vie privée. Mais la question, tout comme les termes du débat, a bien mal été posée.


D'une part parce que le problème, ce n'est pas l'internet, mais ce que peuvent y faire et y écrire (ou pas) les internautes. D'autre part, parce que s'il y a bien montée en puissance de la société de surveillance, l'internet y apparaît non pas tant comme une partie du problème que comme une partie de la solution.

Sur le Net, le problème, c'est la vie publique, comme le rappelait Laurent Chemla, pionnier de l'internet en France et auteur des mémorables Confessions d'un voleur, dans un article intitulé "Droit à l'oubli, devoir de mémoire", pour qui ce "pseudo droit n'est qu'une variation du manque d'éducation du public à ce véritable droit qu'il a récemment acquis : le droit à la liberté d'expression".

Nos démocraties n'ont pas attendu l'internet pour consacrer la liberté d'expression. La différence, avec le Net, c'est que la liberté d'expression n'y relève pas tant de la possibilité de s'exprimer que de celle de pouvoir enfin être entendu : la liberté d'expression n'est plus quelque chose de virtuel, réservée aux seules personnes ayant accès aux médias de masse.

(...)

DE LA PROTECTION À LA PROJECTION DE NOS DONNÉES PERSONNELLES

La question est donc éminemment politique, et il serait dommage que le "droit à l'oubli" – dont il n'est question qu'au sujet de l'internet – en arrive à remettre le public "à sa place", et que l'on en revienne à l'ancien régime, du temps où, avant l'internet, seuls les puissants pouvaient être entendus par le grand public.

En commentaire d'un article intitulé "Le devoir de se taire" de Martin Lessard, spécialiste des médias sociaux qui revenait sur ces adolescents qui n'hésitent pas à écrire, sur le Net, n'importe quoi n'importe comment, le psychologue, psychanalyste (et geek) Yann Leroux rappelle ainsi que "trop souvent le rappel à la règle est un rappel à l'ordre : tiens ta place, tiens ton rang, tu fais partie d'une minorité ("jeune", "en difficulté","peu instruit"), assieds toi et regarde faire les puissants".
(...)

Pourtant, sans vie privée, il n'y a pas de libertés. Or, s'il est possible (mais complexe, et difficile, dans la pratique) de contrôler toutes les traces qu'on laisse sur l'internet, il est impossible de contrôler toutes celles que l'on laisse, à son insu, dans les systèmes de vidéosurveillance, de biométrie, de traçabilité par puces de radio-identification (RFiD) sans contact, dans les fichiers administratifs, sociaux, policiers, dans les bases de données de ceux qui font commerce de nos données personnelles.


En 1978, la loi informatique et libertés fut adoptée alors que la majeure partie des "nouvelles technologies" de surveillance n'existaient pas, pas plus que les ordinateurs personnels ou l'internet tel qu'on le connaît aujourd'hui. Pourtant, son socle a démontré sa validité, malgré les années, et son article 1 n'a rien perdu de son acuité : "L'informatique doit être au service de chaque citoyen. Elle ne doit porter atteinte ni à l'identité humaine, ni aux droits de l'homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques".


A l'époque, et du fait de l'interconnexion grandissante des bases de données utilisées par l'administration, il était urgent de protéger la vie privée des citoyens. Plus de 30 ans après, au vu des développements de l'informatique en général, des technologies de surveillance en particulier, et des législations sécuritaires qui s'accumulent (on en dénombre plus d'une vingtaine, depuis septembre 2001), il est encore plus urgent de se battre pour défendre nos libertés.
(...)

À LIRE ICI : Lemonde.fr

Répondre en citant
Message WIKILEAKS : je me marre !!! 
Voici un câble très intéressant émanant de Wikileaks. Il s'agit de manœuvres de grands groupes Shell (pétrole) et Pfizer (pharamaceutique) au Nigeria, exploitant la confusion à l'époque de la maladie du président Umaru Yar’Adua, aujourd'hui défunt. Pour la charmante petite histoire de Pfizer : en 1996, le groupe avait testé un médicament sur la population, le Trovan, tuant apparemment 11 enfants et rendant des milliers d'autres handicapés, et ils avaient pas envie de payer pour ça alors ils se sont dit "tiens si on trouvait des trucs compromettant sur le ministre de la justice pour le contraindre à abandonner les poursuites". Quand à Shell, très sympathique aussi, ils négocient des pots de vin exorbitant avec des membres corrompus de l'autorité, tout cela évidemment dans le secret, et évidemment pas au bénéfice de la population (d'ailleurs ou passe cet argent? Ah oui dans les banques et l'immobilier occidentaux! Et c'est qui déjà qui "menace les relations diplomatiques" et qui enfreint soit-disant la loi : ah oui il paraît que c'est wikileaks! D'ailleurs Amazone, paypal et Cie sont tous d'accord pour attaquer le site wikileaks...).

Cette dernière infos sur Shell est très intéressante aujourd'hui, car elle en recoupe une autre :

Le Niger (à ne pas confondre avec le Nigeria) sous l'impulsion de son gouvernement de transition après le coup qui a renversé le président au pouvoir depuis 35 ans, vient de proclamer sa nouvelle constitution le 26 novembre 2010, où figure désormais l'obligation de transparence sur les recettes issues des exploitations minières (donc les prix négociés avec les grands groupes étrangers pour leur céder l'exploitation) et de leur emploi. Si chaque pays africain amendait sa constitution dans ce sens, cela gênerait beaucoup la corruption que les grands groupes exploitent à leur fin, faisant fi des souffrances de la population.

Voici l'article sur le Nigeria :

RFI - Incertitudes politiques, corruption, Pfizer, les révélations de WikiLeaks au Nigeria

Et sur le Niger le contenu en bref de la nouvelle consitution :

Survie-Paris - Niger : DECLARATION DE PRESSE de La Coordination Nationale du Réseau des Organisations pour la Transparence et l’Analyse Budgétaire (ROTAB)


Message WIKILEAKS : je me marre !!! 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation