Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 2 sur 3
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
TRANSFERT
Auteur Message
Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Gabie a écrit:

Je vois une psy, qui m'a dit que quand un patient aime son psy, le psy ne peut pas continuer à voir son patient. C'est dingue non ??? si une psy peut me donner son avis ! Je croyais qu'au contraire il fallait jouer avec son transfert pour l'aider à dépasser ? Donc à chaque fois qu'un patient aime son psy, il va voir ailleurs ? Combien change de psy alors ? Franchement, je m'intéroge sur ce qu'elle m'a dit ! N'hésitez pas à donner votre avis !

Là, sincèrement, ça me laisse rêveuse... Ce sont des psys d'orientation psychanalytique que tu vois (séances où tu parles librement de tout ce qui te passe par la tête) ? Un psy d'une autre orientation peut se sentir mal formé pour manier le transfert, mais dans ce cas, il te dit clairement "il ne peut rien se passer entre nous, nous ne sommes pas là pour ça, nous avons tel travail à faire". Quant au psy d'orientation psychanalytique, il va, comme je le disais plus haut, se servir de ce transfert pour nourrir la thérapie et te permettre de te comprendre mieux : si un patient nous dit "je vous aime" ou "je vous déteste" ou "vous m'énervez", on ne le prend pas pour nous évidemment, et on l'envoie encore moins au diable, on essaye de comprendre la place de ces sentiments dans son histoire, à qui ils ont pu être adressés, en quoi il est intéressant qu'ils se réactivent maintenant, etc. Bref, désolée de le dire un peu crûment, mais tu m'as l'air d'être tombée sur un incapable...

En revanche, cet échec ne doit pas te décourager - la colère que l'on sent dans ton message à son égard, le fait qu'il ait apparemment reproduit quelque chose avec toi (autour de l'abandon), pourraient être un bon point de départ pour une nouvelle thérapie (si la psy que tu as en ce moment ne te satisfait pas, changes-en !). En thérapie, on répète beaucoup, on répète même tout le temps tout ce qui nous a fait souffrir. Un bon psy va se servir de cette tentative de répétition pour en faire autre chose, alors qu'un mauvais psy (je schématise bien sûr) va se laisser embringuer dans cette répétition - c'est visiblement ce qui s'est passé dans ton cas, mais toutes tes potentialités de changement sont toujours là, il te faut juste quelqu'un de mieux formé pour comprendre ce qui se joue.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Merci pour ta réponse.
Oui, ce sont tous les 2 des psys psychanalitique.
Effectivement, je travaille sur l'abandon. En fait, je l'ai pas découvert quand mon psy m'a dit d'aller ailleurs. Je le savais bien avant. Ce qui est encore plus terrible qu'il me dise que si c'est trop dur pour moi, d'aller voir ailleurs...

A ce que je comprends, pour toi, une psy qui dit que "si un patient aime son psy il doit aller ailleurs", c'est une "mauvaise" psy ? J'ai trouvé ça un peu fou qu'elle me dise ça... Si c'était le cas, pourquoi ce psy aurait attendu 2 mois pour me dire d'aller voir ailleurs ? J'ai encore l'impression qu'on se fou de ma gueule. Comment trouve t on un psy qui n'est pas analyste ? Ou un bon psy tout court ! J'ai l'impression qu'il y a que ça ! (des analystes) Et si cette psy disait ça  dans le cas où la patiente aime vraiment son psy sans transfert ? Mais après je me dis : comment elle peut le savoir pour le peu que je lui en ai parlé... Dans ce cas, si ça arrive qu'un de tes patients t'aime vraiment, tu l'envoies ailleurs ??

En fait, ce qui m'énerve vraiment, c'est de ne pas avoir de vraies réponses... Et c'est que mon ancien psy qui pourrait me les donner... Et ça m'énerve !

Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Bonjour Gabie,

Ce sont des psy-quoi (-chologue, -chothérapeute, ...) que tu vois ?
Je les trouve bizarre.... et ça ne vient pas de la méthode. Dommage d'ailleurs, ce serait plus facile de repérer le bon du mauvais psy.

Pour chercher un professionnel compétent, il y a plusieurs angles d'attaque mais ça dépend de quel professionnel tu cherches : tri selon le métier (psychologue, psychiatre), l'orientation si le critère "analyste" (ou un autre) te donne vraiment des boutons, selon ce que tu cherches et ce dont tu penses avoir besoin.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Gabie, mon psychiatre pratique des thérapies d'inspiration analytique. J'ai pu lui parler "d'amour idéal" que je recherche dans son accueil et sa compréhension, ça ne l'a pas fait fuir au contraire, nous savons tous deux qu'il y a transfert et contre-transfert, on travaille avec.  Nous avons une proximité, une intimité partagée, à un certain niveau, disons méta, et j'ai de l'affection, de l'amitié et du respect pour sa personne disons "réelle", que je rencontre en fin de séance, ou au début, ou au détour d'une phrase, enfin ça dépend. Comme tu peux le voir peut être, j'ai un grand besoin de faire la différence entre réel et cet espace mental de thérapie, bon ça me dit aussi des choses sur moi, sur mes craintes... mais voilà, le tout c'est que mon psychiatre a rendu cela possible. Parce que je ne lui fais pas peur, parce qu'il a passé suffisamment de temps en analyse lui-même, sans compter son expérience clinique, pour gérer le transfert...

Cela ne signifie pas qu'il est bon pour tous les patients qui viennent le voir. Certains vont pas aimer son approche, je le sais car j'avais donné son contact à une amie qui n'a pas du tout accroché. Elle s'est sentie mieux avec une femme psychiatre avec qui elle a donc entrepris une thérapie. 

J'ai eu des tas de trucs à lui reprocher au fil du temps, mais le fait est que je ne pourrais pas aller voir ailleurs car en fait ça se passe bien, on avance. Je ne sais pas si un jour j'aurais envie de voir quelqu'un d'autre, mais là je n'ai pas fini mon travail avec mon psy visiblement.

Ton psy a interrompu brusquement le transfert que tu avais, et on sent bien ta colère justifiée, et ton désemparement. Il y a des tas de bons professionnels qui pourront travailler avec toi sur cet abandon là pour commencer.

Si tu vois encore cette nouvelle psy, moi ce que je te suggère c'est de commencer par lui dire ce que tu nous dis ici. Car cette colère-là il faut que tu l'exprimes. Tu sauras si elle te convient après ça. Sinon, cherches encore. Tu paies Gabie, pour ce soin, et tu as besoin d'aide, tu as le droit de trouver quelqu'un qui te convienne. Qui te comprenne. Là, tu as besoin de quelqu'un qui t'accueille et qui arrive à te mettre en confiance. C'est au psy de te mettre en confiance vu ce qui vient de t'arriver. C'est une exigence que tu es parfaitement en droit d'avoir.

 

Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Manamana a écrit:
Si tu vois encore cette nouvelle psy, moi ce que je te suggère c'est de commencer par lui dire ce que tu nous dis ici. Car cette colère-là il faut que tu l'exprimes. Tu sauras si elle te convient après ça. Sinon, cherches encore. Tu paies Gabie, pour ce soin, et tu as besoin d'aide, tu as le droit de trouver quelqu'un qui te convienne. Qui te comprenne. Là, tu as besoin de quelqu'un qui t'accueille et qui arrive à te mettre en confiance. C'est au psy de te mettre en confiance vu ce qui vient de t'arriver. C'est une exigence que tu es parfaitement en droit d'avoir.

 

Je suis tout à fait d'accord. Vu la colère exprimée par Gabie, j'ai aussi l'impression que ça lui ferait du bien d'exprimer cette colère à cette nouvelle psy, et je dirais même à l'ancien psy car lui seul a les réponses que Gabie recherche. D'autant plus que c'est légitime.
Gabie, tu penses que si tu revois ton ancien psy et que tu lui poses directement tes questions, ça te soulagera?
Je te souhaite du courage.


_________________
Un être humain= corps, esprit et âme...
Son équilibre= organique, psychique et spirituel...
Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Il est psychiatre, et elle psychologue...

Bien sur que je lui en parle... Mais elle me dit rien... C'est ça qui m'énerve dans l'analyse, avoir quelqu'un en face de moi qui ne me dit rien ! Enfin, qui parle quand il veut... Ca m'énerve. Ils ont une sorte de "planque" qu'ils utilisent quand ils veulent... A la dernière séance je lui ai dit que si j'avais pas mon fils, je n'aurais plus la force et je me laisserai sombrer... Je passe d'autres détails... Elle m'a dit en fin de séance qu'on sentait bien ma souffrance... Je m'en fou qu'on me dise ce que je sais ! J'ai besoin de ressentir du soutien, et pas ces mots qui n'apportent rien, suivi de : on se revoit la semaine prochaine ? JE ne comprend pas que dans certaines situations, le psy n'aide pas plus. J'ai pas besoin de raconter ma vie, je veux qu'on m'aide...

J'ai déjà écrit à mon ancien psy. J'ai pas eu de réponses... Ca m'énerve encore plus. JE ne vais pas appeler et demander d'en parler car j'ai trop peur de me faire jeter et je le supporterai pas ! Donc quoi. Je réécris ? Je me pointe à l'improviste ? JE demande un rdv pour mettre au clair qu'il n'acceptera surement pas ? Tu veux appeler à ma place ?
Ca m'énerve grave ! j'ai régulièrement envie de me pointer pour lui en mettre une. Et à côté, parfois il me manque et ça, c'est le comble ! J'essaie de l'oublier mais je sais que dans 6 mois, je lui en voudrais encore ! JE fais quoi ? J'écris et je lui dis ma haine ?

Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Gabie a écrit:
 J'écris et je lui dis ma haine ?


Pourquoi pas si tu sens que ça peut t'aider à avancer.

C'est ce que j'avais fait avec un psy que j'avais peu croisé et qui s'était comporté n'importe comment, je lui avais écrit sans attendre de réponse de sa part, pour lui dire le fond de ma pensée. En gros ça donnait "Cher monsieur, je doute fort que votre comportement réponde à une règle déontologique, c'est pourquoi je vous annonce que je ne continuerai aucun travail thérapeutique avec un porc de votre espèce."
J'ai porté la lettre jusque dans sa boite, ce n'était pas possible de risquer qu'elle s'égare à la poste. Et je suis repartie soulagée, mais vraiment soulagée.

Oui, je crois que ça peut aider à passer à autre chose de plus constructif, de rendre a chacun ce qui lui appartient.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Gabie a écrit:
Bien sur que je lui en parle... Mais elle me dit rien... C'est ça qui m'énerve dans l'analyse, avoir quelqu'un en face de moi qui ne me dit rien ! Enfin, qui parle quand il veut... Ca m'énerve. Ils ont une sorte de "planque" qu'ils utilisent quand ils veulent... A la dernière séance je lui ai dit que si j'avais pas mon fils, je n'aurais plus la force et je me laisserai sombrer... Je passe d'autres détails... Elle m'a dit en fin de séance qu'on sentait bien ma souffrance... Je m'en fou qu'on me dise ce que je sais ! J'ai besoin de ressentir du soutien, et pas ces mots qui n'apportent rien, suivi de : on se revoit la semaine prochaine ? JE ne comprend pas que dans certaines situations, le psy n'aide pas plus. J'ai pas besoin de raconter ma vie, je veux qu'on m'aide...


Qui ne dit rien ça dépend. Ca dépend du thérapeute, pas de la méthode. J'ai eu un analyste muet dont je comprenais qu'il se fichait de ce que je disais, c'était insupportable son silence. Et j'ai une analyste maintenant qui intervient parfois, toujours de manière mesurée et pertinente, c'est du bonheur de travailler avec quelqu'un comme cela. Il y a autant de manière d'être que de thérapeute.

Quand tu dis que sa compassion ne t'aide pas, je me suis demandé : de quoi tu as besoin, qu'est-ce que tu attends du psy ?


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Citation:
"Cher monsieur, je doute fort que votre comportement réponde à une règle déontologique, c'est pourquoi je vous annonce que je ne continuerai aucun travail thérapeutique avec un porc de votre espèce."

Je sais pas ce qu'il en a pensé, mais moi ça m'a bien fait rire ;) Sauf que moi, j'ai écris mais j'espérais une réponse, car j'estime qu'il me devait ces réponses ! Et c'était pas juste pour l'insulter... Je ne suis pas sûr que de le faire me soulagerai vraiment, mais d'avoir des réponses, oui ça me soulagerait c'est certain... Mais je verrai. Là je ne me sens pas capable de (re)faire ça. En plus, l'idée de le faire, je trouve que je passerai plus pour une "stupide" qu'autre chose...
Apparemment ton psy c'était un psy de passage. Moi j'y suis allée 2 an et demi... Comme j'aurai pu le faire à une psy que j'ai vu 3 fois, qui s'énervait quand je lui disais certaines choses qui lui plaisaient pas, et qui m'avait fait comprendre que je n'étais pas obligée de revenir... Je ne suis pas revenu. Et après on s'étonne que les psys ont la réputation d'être fou. Je me demande pourquoi ! elle se tirait presque les cheveux lol N'empêche que si on va voir un psy, c'est que ça ne va pas... Des gens comme ça, c'est comme s'il nous donnait l'autorisation de faire "une connerie". Je ne comprends pas pourquoi elle fait se métier si elle ne peut entendre que ce qu'elle veut entendre... Bref

Citation:
de quoi tu as besoin, qu'est-ce que tu attends du psy ?

Peut être que quand ça va, que tu vies ton quotidien normalement, même si au fond il y a des choses qu'ils ne vont pas, c'est sympa de voir un psy pour lui parler de toi et qu'il intervienne parfois (les miens le font). Quand vraiment ça ne va pas. Quand vraiment plus rien ne va et que sois même, on ne s'en sort plus, avoir un psy qui analyse tes paroles, qu'en plus j'analyse tout aussi bien moi-même (car j'ai l'impression de passer mon temps à dire à mon psy ce que j'ai analysé moi-même ! ), mais ne fait rien d'autre, ça n'aide pas ! Alors pour répondre à ta question : du réconfort ! Du soutien, des paroles encourageantes ou positive ! "ça va s'arranger" donner des conseils, des voies d'issues, j'en sais rien... M'aider à me faire sortir mes idées noires ! Savoir que si un jour je suis à 2 doigts de péter à câble, je peux compter sur qqun... J'ai des amis qui eux ont eu la chance dans une période très difficile d'avoir un psy qui leur disait d'appeler si vraiment ça ne va pas ! Si on le disait, j'appellerai surement pas. Mais savoir que c'est possible, c'est encourageant.
Une fois j'avais appelé mon ancien psy, en pleure... Ce jour là j'étais tellement mal que j'ai préféré l'appeler que de faire une connerie... il m'a dit "on en parlera jeudi" ou une phrase de ce genre...) J'en ai pas reparlé. Il ne m'a pas demandé pourquoi j'avais appelé. Il ne sait pas pourquoi j'avais appelé ce jour là... Moi j'ai besoin de savoir que si un jour je pète vraiment un câble , j'ai au moins une personne qui saura me faire voir les choses différemment et m'empêcher de faire une connerie. Alors peut être que c'est pas un psy que je dois voir, mais qui alors ? Parce que j'estime que quand vraiment ça va mal, on regarde pas la personne s'enfoncer toute seule. Et c'est ce qu'il font... Alors c'est certainement plus facile ensuite de s'en séparer et de dire d'aller ailleurs. Moi, si j'étais psy et que je voyais qqun très mal, je laisserai de côter un moment mes analyses à 2 balles et ferais en sorte de sortir mon patient la tête hors de l'eau...
Je lui ai dis à ma psy que j'avais l'impression que je pourrais m'ouvrir les veines, personne ne ferait rien (ou une chose de ce genre) j'ai pas eu de réponses. Je dois passer peut être pour une chochotte qui fait son cinéma.

Aujourd'hui j'ai juste peur sur quel psy je peux tomber, en plus à lui raconter mes pb, et cette histoire avec ce psy, et j'ai peur que pour ça aucun psy ne veuille de moi... J4aimerai juste me sentir AIDEE.

Désolé de ce que je viens de dire, du sujet, mais c'est réel...  

Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Il me semble que tu attends beaucoup d'un psy. Mais en même temps, je ne parviens pas à définir ce qu'il est légitime d'attendre, ou pas.

Par exemple "ça va s'arranger", je trouverais bizarre un psy qui dit quelque chose de ce genre. Parce qu'on n'en sais rien si ça va s'arranger, qu'il est possible que ça ne s'arrange pas et même envisageable que ça empire. C'est un avis très personnel, mais j'aurais l'impression qu'on me chante une berceuse pour m'endormir avec des "ça va s'arranger", alors que c'est avec la réalité qu'il faut composer.

De la même manière, en tant que patiente, je ne vois pas l'analyste comme quelqu'un qui "analyse" ce que je dis pour me le resservir mâché et prêt à assimiler, mais plutôt comme quelqu'un qui accompagne l'"analyse" (je met des guillemets parce que, je ne sais pas pourquoi mais le mot me dérange là, ça ne traduit pas tout à fait ce que je voudrais dire) que je fais moi-même, qui l'oriente dans la bonne direction grâce à ses connaissances et ses compétences.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Peut-être aurais-tu besoin d'autre chose que d'un accompagnement psychothérapeutique en ville Gabie - quand on a l'impression que ce n'est "pas assez", c'est souvent le cas. Je ne connais pas ta problématique (ou j'ai oublié, désolée), mais dans ce que tu dis, il me semble que le travail que peut proposer un psy privé - quelle que soit son obédience - te paraitra toujours insuffisant. Ce n'est pas que dans le public on soit mieux suivi, certainement pas maintenant, mais on peut toujours, dans le meilleur des cas, contacter une infirmière, obtenir de la réassurance, etc. C'est peut-être ce dont tu as besoin - d'un étayage plus important au quotidien.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Citation:
j'aurais l'impression qu'on me chante une berceuse pour m'endormir avec des "ça va s'arranger", alors que c'est avec la réalité qu'il faut composer

C'est que tu ne vas pas si mal...

Je ne vois pas ce qu'une infirmière ferait pour m'aider, et je n'ai pas besoin d'être assistée...
Mais avant que mon psy me dise d'aller voir ailleurs, j'allais pas si mal... J'avais mes soucis, mais ça allait. Comme pour Manamana, c'était un psy que je ne voulais pas quitter, car je savais que je n'en retrouverai pas d'autre car c'était ce genre de psy que j'aimais, la façon de voir certaines choses...
En fait, je crois que le problème, c'est juste que je souffre, et que personne ne peut rien y faire... Et que dans ce cas, une analyse ne sert à rien. Parce que ça n'apaise pas. Et la vérité, si mon psy ne m'avait pas jetée, je ne serais pas là aujourd'hui... Et que tant que j'aurai pas retrouvé un "vrai psy", je pourrais pas avancer...

parfois j'ai l'impression que vous n'assemblez pas tous mes messages... Si déjà j'avais un psy privé qui me suivait vraiment... Je crois juste que j'aimerai avoir un psy aussi humain, c'est tout. En fait, je devrai faire une pause à cette thérapie de mes 2, et aller voir un psy et dire "ça ne va pas, je veux aller mieux !", point barre, comme fait une amie. Elle, elle est contente de sa psy.

De toute façon, vous ne pourrez pas trouver les mots, ni rien me dire qui puisse m'aider, car vous ne ressentez pas ce que je ressents, vous ne l'avez pas vécu, tant mieux pour vous, mais vous n'avez juste pas de solutions. Pas de solution, c'est tout. Il y a des choses surement où il n'y à rien à dire, à part penser "heureusement que ce n'est pas à moi que ça arrive". C'est juste le temps qui peut m'aider, et me débrouiller seule, comme toujours. Car plus le temps passe, plus c'est chacun pour sois. Il faudrait réinventer un métier... Ou alors que je change de ville pour trouver ces psys dont on me parle, qui eux sont humains et ne regarde pas les gens mal...

aller m'enfermer dans un hopital, pour qu'on me drogue, pour que je ne ressente rien, ça c'est une solution... JE préfère continuer à faire ce que j'ai toujours fait : me débrouiller seule. finalement, avant que je demande de l'aide, ça allait mieux. Depuis que je l'ai demandé et que je vois qu'on est pas capable de m'aider, c'est pire. Là, j'ai envie d'appeler mon ancien psy incapable et demander à y retourner... Peut être une connerie, à vous de me le dire. 

Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Je ne comprends pas comment tu peux estimer qu'on ne te lit pas correctement et qu'on n'est pas apte à te comprendre, et finir en demandant ce que tu dois faire. Ton message est désagréable à recevoir, et je n'ai pas envie d'essuyer les plâtres pour ton/tes psys.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Je suis d'accord avec Séverine : jamais ma psy ne m'a promis quoi que ce soit ,  m'a dit que "ça allait s'arranger" etc . On attends ça des amis pas des psys .

Elle n'est pas muette mon analyste ;  mais elle intervient souvent quand je ne m'y attends pas et garde le silence quand j'espère une parole , peut - être une parole qui m'empêcherait de continuer à associer .


_________________
" Ne pensez-vous pas que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ?" S.Freud lettre à A.Einstein mai 1936
Répondre en citant
Message TRANSFERT 
Gabie a écrit:
Il y a des choses surement où il n'y à rien à dire, à part penser "heureusement que ce n'est pas à moi que ça arrive"


Ou peut-être qu'on pense le contraire "ah si seulement j'échangeais mes soucis avec les siens"! Chacun a ses problèmes et on fait ce qu'on peut pour se parler, se conseiller, entre inconnus! Alors Gabie, évite ce ton culpabilisateur et provocateur, comme pour nous culpabiliser de ne pas pouvoir te comprendre; ma foi, je viens de lire tes posts, j'y trouve des contradictions: tu dis avoir besoin d'un professionnel qui t'aide et t'écoute même en dehors des consultations, mais quand Traviata te propose un suivi en public, tu réponds que tu n'as pas besoin de l'aide d'une infirmière ni d'être assistée!! Shocked
Ma foi, Gabie, faut que tu saches ce que tu veux! J'ai l'impression que tu confonds entre psy et ami! J'ai cru comprendre que ta problématique tournait autour de l'abandon, je suppose Gabie, que tu as du mal à gérer ton attachement.
Un psy te consacre du temps lors d'une consultation et à la fin, il se fait payer. Que tu l'appèles par téléphone et que tu veuilles lui raconter quelque chose, je comprends ta souffrance mais je comprends aussi qu'il te demande d'en reparler en consultation! Imagine le temps que ça lui prendrait de répondre 20 ou 30 minutes à tout patient qui l'appèle! Toi, tu considères qu'il doit te consacrer de l'attention même en dehors de la consultation, mais moi je trouve que la consultation est plus cadrée, plus professionnelle. Ce n'est pas un rejet, c'est un replacement des choses dans leur contexte professionnel pour éviter tout dérapage ou malentendu au téléphone.
Gabie, ne demande pas qu'un psy te consacre l'attention que devrait te consacrer ton père ou ton frère ou ton mari ou ton ami.
Psy= métier=consultation= honoraires.
Ami et parent= pas de consultation ni honoraires.
Pour ton ancien psychiatre, si ça peut te faire du bien et calmer ta colère, prends rendez-vous pour une consultation et pose-lui toutes tes questions! Au moins là, tu es certaine d'avoir des réponses, SES réponses ( car tu es restée très "attachée" à lui), ce sera 1 problème en moins et il n'y a rien de ridicule dans la mesure où ça peut te soulager.

Maintenant, si tu trouves que ces professionnels ne font pas "assez" pour toi, il faudrait peut-être que tu te demandes si ce n'est pas toi qui en demande "trop" d'eux?.
Gabie, as-tu des amis sur qui tu peux compter quand tu vas mal? Qui pourrais-tu appeler ou voir si tu te sens mal? En dehors d'un psy?
Tu dis que personne ne se soucierait si tu allais mal, bein je ne te connais pas, mais je connais AU MOINS une personne qui s'en soucierait, c'est ton petit garçon sourire ! Et je suis certaine qu'il y a d'autres personnes.

Sinon, si tu sens que ces consultations te rendent plus mal, tu as toujours la possibilité de consulter d'autres psys, jusqu'à ce que tu tombes sur la personne qui te convienne le mieux.
Voilà, du courage Gabie, ne prends pas mal une parole de ma part, mon but est de te dire ce que je pense, de t'aider comme je peux et non de te faire du mal. Les autres membres aussi d'ailleurs, ils sont là pour partager avec toi leurs avis, on s'entraide comme on peut, alors relax quand tu viens sur ce forum .



Dernière édition par Tournesol le Lun 7 Mar 2011 - 18:32; édité 2 fois

_________________
Un être humain= corps, esprit et âme...
Son équilibre= organique, psychique et spirituel...
Message TRANSFERT 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 2 sur 3
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation