Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Sentiments
Auteur Message
Répondre en citant
Message Sentiments 
Bonjour à tous,

J'ai 55 ans,j'ai un trouble bipolaire stabilisé, suivie depuis presque 23 ans par une psychiatre qui a accepté un jour de m'aider "plus sérieusement" en me précisant qu'elle n'avait pas beaucoup de temps à me consacrer mais qu'elle acceptait de me prendre en charge pour une psychothérapie.
Depuis bientôt 3 ans, avec elle,  j'ai entamé une TCC, celle de la méditation de la pleine conscience qui me réussit
Depuis 7 mois, tout un tas de prises de conscience, ce fût difficile, la route me semble longue.

Maintenant, je me trouve nez à nez avec mon affect envers ma mère biologique, vraisemblablement ayant eu la maladie bipolaire elle aussi.A son décès, j'ai fait la première bouffée délirante

clair que la psy qui me suit est ma mère substitutive

Je suis confrontée à l'affect, je "ne sais plus" si je dois aimer ou pas. Ma psy me dit que quand on avait la réponse on se sentait léger.Je veux bien le croire
j'ai déjà les épaules redressées depuis que mon trouble est stabilisé, au propre comme au figuré.
Avant, j'adorais, détestais, maintenant je ne sais plus dire si j'aime ou j'aime pas.
Pendant longtemps j'ai dit j'aime puis défaisais en prouvant en même temps son contraire, je culpabilisais


Quelle piste?
Serait-ce enfin la résolution de mon transfert sur cette psy? Il n'y a qu'elle qui m'ait réellement aidé pour ma maladie.
Elles, la psy qui m'accompagne,ainsi que l'infirmière référente que je vois de temps en temps, à la demande, m'aident bien et semblent plus accueillantes qu'à l'ordinaire.

J'arrive à la réalité depuis 7 mois
Je suis inf psy, ça aide un peu pour le jargon psy mais pas complètement, le jargon reste jargon et m'éclaire peu même si hier soir, j'arrivais à me retrouver dans le travail de deuil des dépressions bipolaires
je ne dois revoir ma psy que fin février, tout se passe si vite lors des consultations, je me demande si j'ai bien compris
en tout cas j'arrive à un moment clé de ma thérapie

pour l'instant seule ma fille, qui me fait confiance, et mon petit-fils comptent vraiment pour moi

Ma culpabilité, je suppose est à prendre consciemment en compte

Par avance, merci de m'aider
j'ai le sentiment que mon ancien monde s'écroule, que je ne pourrai plus aimer les gens autour de moi de la même façon, je suis loin d'être désespérée, je suis plutôt confiante, encore un passage difficile...
je travaille mes émotions, elles me guident vers ce nouvel réel affect
cela me fait du bien de vous écrire


_________________
"En vérité, le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout."
Albert Camus
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Sentiments 
C'est sans doute une étape dans ta thérapie kounga - on passe nécessairement, je crois, par ces remises en cause et en doute de nos affections, de nos croyances, au fur et à mesure que l'on découvre que beaucoup d'entre elles n'étaient pas ou mal fondées. Cela ne signifie pas que l'on ne pourra plus aimer, mais que l'on aimera mieux à mon avis


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Sentiments 
Merci Traviata


_________________
"En vérité, le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout."
Albert Camus
Message Sentiments 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation