Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Du TDAH à la dépression
Auteur Message
Répondre en citant
Message Du TDAH à la dépression 
Du TDAH à la dépression

Jim, 21/01/2011



Conduite aux États-Unis sur 125 enfants atteints de troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité (TDAH) et sur 123 sujets-contrôles, avec l’espoir d’identifier des éléments contribuant à définir précocement quels jeunes se révèleront les plus vulnérables psychiquement, une étude prospective a recherché si ces TDAH dans l’enfance constituent un risque accru de dépression et d’idées ou de tentatives de suicide à l’adolescence.
Les auteurs observent que c’est effectivement le cas : à 18 ans, le risque de dysthymie et de tentative de suicide se trouve majoré, par comparaison aux sujets-témoins. Cette prédisposition concerne plus particulièrement les filles, et des antécédents dépressifs chez la mère se révèlent un bon indicateur pour prévoir une sensibilité ultérieure des enfants avec TDAH à la dépression et aux comportements suicidaires.
Concernant à la fois les dysthymies isolées et récurrentes de l’adolescence, cette vulnérabilité augmentée pour la dépression se manifeste, cliniquement, environ 5 à 13 ans plus tard. Identifier les jeunes avec TDAH pouvant développer ensuite une symptomatologie dépressive est important car, expliquent les auteurs, cette démarche « prépare le terrain pour les essais de prévention précoce » en matière de troubles dépressifs et de comportements suicidaires. C’est d’ailleurs la première étude à s’intéresser si tôt (chez des enfants de 4 à 6 ans) à des facteurs susceptibles de prédire une pathologie dépressive émaillant leur évolution future, et associée à un contexte de TDAH.
Cette volonté de « repérage » précoce est toutefois à double tranchant : elle permet de progresser utilement sur la voie (controversée) d’une prophylaxie en psychiatrie, mais elle ne manquera pas de contrarier ceux qui contestent la tendance actuelle à « étiqueter » et à « psychiatriser » les individus, dès leur plus jeune âge. Avec les meilleures intentions, certes (dépistage, prévention). Mais, rappelle le dicton, l’enfer serait précisément pavé de bonnes intentions…



Dr Alain Cohen


Chronis-Tuscano A et coll. : Very early predictors of adolescent depression and suicide attempts in children with Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder. Arch Gen Psychiatry 2010 ; 67 (10) : 1044-1051.


http://www.jim.fr/medecin/21_psy/e-docs/00/01/DC/55/document_actu_med.phtml



_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Du TDAH à la dépression 
ouep ben reste à prouver que traiter les symptôme d'hyperactivité simplement par la manière de parler à l'enfant et de l'éduquer, éventuellement accompagnés d'un psychomotricien, ne soit pas aussi efficace voir plus efficace et moins dangereux pour ces jeunes cerveaux à long terme.
Ensuite, ma question : est-ce que ces 125 enfants diagnostiqués TDAH ont aussi été bourrés de ritaline dans l'enfance?
Non parce que, par hasard, ne se pourrait-il pas que ce soient les amphet qui les aient rendus vulnérables ?

Répondre en citant
Message Du TDAH à la dépression 
Ce qui m'a personnellement frappée, c'est l'ignorance d'un fait qui semble pourtant évident sur le plan clinique : que l'hyperactivité correspond à une lutte antidépressive - la dépression étant donc déjà là ! Avec les diagnostics symptomatiques à la mode DSM, on dirait que les praticiens ont oublié leur clinique Rolling Eyes


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Du TDAH à la dépression 
Merci pour le résumé.
Je me souviens avoir lu un sujet similaire sur la prévention de la schizophrénie...
Je ne sais plus si c'est sur questions-psy.

Répondre en citant
Message Du TDAH à la dépression 
 
Citation:
Ce qui m'a personnellement frappée, c'est l'ignorance d'un fait qui semble pourtant évident sur le plan clinique : que l'hyperactivité correspond à une lutte antidépressive - la dépression étant donc déjà là ! Avec les diagnostics symptomatiques à la mode DSM, on dirait que les praticiens ont oublié leur clinique

ah oui tiens, eh bien je n'ai pas pensé à cela en lisant l'article, pourtant je le sais à force de potasser, mais je me souviens d'une phrase qui m'avait marquée par rapport aux enfants hyperactif... ne me demandez pas où je sais plus  Rolling Eyes ...

parlez de la mort à un enfant hyperactif et tout d'un coup il accepte de s'assoir


Bon c'était je suppose illustratif et pas à prendre totalement au pied de la lettre, mais voilà cela m'a marquée.

Message Du TDAH à la dépression 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation