Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
violence conjugale?
Auteur Message
Répondre en citant
Message violence conjugale? 
Depuis quelques mois, je me pose des questions quant à ma relation de couple. Je suis mariée depuis 21 ans et j'ai 5 enfants. En thérapie depuis un an.

Je ne sais pas si c'est une impression, ou bien si je suis en train de me réveiller d'une anesthésie psychique, mais je ressens de la violence dans le comportement de mon mari.

Il ne me bat pas physiquement, bien que ce soit arrivé quelquefois par le passé mais rien de grave: des giffles, des bousculades, des scènes qui me reviennent aujourd'hui en mémoire mais que j'avais occultées.

De la violence verbale, oui, régulièrement. Des menaces. Des semaines sans me parler jusqu'à ce qu'il explose soudain et me reproche de le pousser à bout. Du chantage sexuel, du forcing, du genre si tu dis non tu vas le payer. Des humiliations du genre je t'aime vieux crapaud ou comment vas tu vieux détritut?

L'autre jour, il m'a étranglé. Ce n'était pas violent. Il m'a dit: voilà ce que j'ai envie de te faire et puis le ton a monté et il m'a dit: tu vas m'aimer?

Quand il est comme ça avec moi, je perds tous mes moyens. Je me sens vidée de mon énergie. Je n'arrive plus à réagir. Je suis incapable d'avoir accès à ma colère. Ce que j'éprouve, c'est de la peur, de la tristesse et beaucoup de culpabilité.

Quand il me dit que tout est de ma faute, j'ai honte. Je ferais n'importe quoi pour rattrapper la situation. Mais il en profite. A la moindre frustration, quand il se sent mal, il se décharge sur moi. Il me rend responsable de tout ce qui ne va pas.

Mon problème, c'est que du coup je me suis isolée de l'extérieur et je ne sors pratiquement plus. J'ai le permis mais je suis incapable de conduire, c'est une phobie. Mes enfants sont tous en thérapie. Une de mes filles êst même hospitalisée dans un centre psy suite à une tentative de suicide. Elle aussi a une phobie sociale et a été déscolarisée malgré ses fortes compétences. Elle a peur des autres.

Je crains que son mal être soit lié aux tensions que je ressens au sein du couple. Elle s'implique souvent quand son père est contre moi et il la prend à partie. Elle essaie tant bien que mal de calmer le jeu, le plus souvent en s'efforçant d'apaiser son père.

Ma question, c'est: pourquoi mon mari me demande t il si je l'aime et aussitot que je lui réponds oui il me demande s'il peut m'étrangler. Il le fait régulièrement et a recommencé tout à l'heure. C'est pour ça que j'ai décidé de poster sur ce forum. Parceque je ne comprends pas. Ces deux messages sont tellement contradictoires, vous trouvez pas? Ils sont pourtant exprimés sur le même ton. Ca me jette dans la confusion.

En dehors des périodes de tension, ça va.

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message violence conjugale? 
Bienvenue Colombe,

Je ne pense pas qu'il soit très utile pour toi de comprendre pourquoi ton mari se comporte ainsi (la réponse à cette question est certainement très complexe et ne pourrait lui être accessible que s'il décidait de se faire soigner), en revanche, ce qui le serait, me semble-t-il, ce serait de comprendre pourquoi, toi, tu minimises les effets de ce comportement... Des gifles, des menaces, des gestes d'étranglement, c'est grave. Ce qui est également grave est l'isolement dans lequel tu te trouves, et le visible retentissement de l'atmosphère familiale sur les enfants.
Il est possible en effet que tu aies été longtemps "anesthésiée" et que la thérapie t'aide à prendre conscience de ce que tu vis - il me semble en tous cas urgent de prendre soin de toi, et de tes enfants, de vous protéger.
Je ne sais pas s'ils te seront accessibles si tu ne conduis pas, mais il existe un peu partout des groupes de parole pour les femmes victimes de violences conjugales, qui peuvent constituer un très bon soutien dans une période comme celle que tu traverses.



Dernière édition par Traviata le Mar 22 Fév 2011 - 19:48; édité 1 fois

_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message violence conjugale? 
Comme j'habite en ville, je me suis rendue au cidf qui m'a orientée vers le planning familial. Je viens de commencer les groupes de paroles. C'est très bien.

A 10 minutes de chez moi, il y a un foyer qui accueille les femmes victimes de violence. Je suis allée les rencontrer le mois dernier. Ca m'a rassurée. Je sais que j'ai une porte de sortie. Qu'il existe des aides. Que si je décide de sortir de cette relation qui me détruit je ne serai pas à la rue.

Le plus difficile, c'est de partir. En fait, je ne peux pas. Je suis comme paralysée à l'idée de le faire. Même aller au cidf la première fois je l'ai fait en pleurant. Je me sentais coupable.

Parfois, je me dis que si mon mari me battait phsiquement, ce serait plus facile. Mais là, sa violence ne laisse pas de traces, alors...

Dernièrement, j'ai essayé de lui expliquer ce que je ressentais mais il s'est énervé et m'a ridiculisée. Finalement, comme il s'obstinait à ne plus me parler, je lui ai demandé s'il était d'accord pour qu'on se sépare. Ca faisait plusieurs jours qu'il me menaçait de partir parceque sa vie était un enfer avec moi, alors je l'ai pris au mot.

Quand je lui ai dit que je voulais partir il s'est confondu en excuses et m'a promis qu'on allait s'en sortir, qu'il ne pouvait pas vivre sans moi. Depuis, il est comme fou amoureux de moi, à part qu'il continue de me demander s'il peut m'étrangler, alors je ne comprends pas.

J'ai l'impression de vivre sous son emprise. Je suis dépendante affective. Ca lui donne du pouvoir sur moi. Quand il est en colère, je me sens abandonnée. C'est la pire des souffrances qui soit. Je préfèrerais encore recevoir des coups. Au moins, ça me donnerait le courage necessaire pour partir. Enfin, sans doute.

Ma psy, elle dit que je suis masochiste. Pourtant, je n'aime pas souffrir. Par contre, j'ai été maltraitée dans l'enfance. Je crois que c'est lié.

Mon mari, j'ai l'impression qu'il s'engouffre dans mes blessures. C'est comme ça qu'il me tient.

Ce qui me terrifie ce sont les murs de ma prison psychique. Ils me semblent infranchissables. Je pourrais partir sur le champ. Un foyer d'accueil m'attend qui se propose de m'aider dans toutes les démarches. Mais voilà! Je ne peux pas. Je suis comme piégée dans une toile d'araignée.

Vous croyez vous qu'on peut s'en sortir un jour? Moi, j'ai peur de ne jamais parvenir à prendre la décision de fuir. Pourtant, au fond de moi, y a une voix qui me dit que si je reste c'est la mort psychique assurée. Quant à mes enfants, quel exemple je leur donne en supportant les humiliations et les cris sans réagir? Quel image du couple vont ils enregistrer?

J'ai peur de la répétition. Je me dis que même si je n'ai pas la force de le faire pour moi, pour eux, il faudrait que je réagisse. Mais comment réussir à bouger quand on se sent paralysé psychiquement?

Répondre en citant
Message violence conjugale? 
Tu as tout mis en place pour lever cette paralysie, donc tu peux te faire confiance. Reste qu'il faut du temps, cela ne se fera pas du jour au lendemain, car, comme tu le pressens, il y a certainement dans ton histoire un écheveau de facteurs qui t'ont conduite à maintenir cette relation et qu'il te faut maintenant dénouer. Tout ce que tu décris est parfaitement normal dans le parcours des femmes rencontrant les mêmes problèmes - puisque tu échanges avec certaines d'entre elles, tu dois t'en rendre compte - la libération vient au terme d'un parcours difficile, où tu auras besoin d'être aidée et soutenue.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message violence conjugale? 
Bonsoir et bienvenue, Colombe  sourire


Je ne suis pas doué pour la diplomatie.
Je vais donc simplement te dire que : non, le comportement de ton mari n'est à mon sens ni normal, ni acceptable (ta souffrance est évidente) mais pervers... 
Bon courage.





_________________
Aussi longtemps que les ours n'auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur.
(proverbe africain, personnalisé)
Répondre en citant
Message violence conjugale? 
Bonjour Colombe,

J'en ajoute une louche, pour moi aussi ton mari est violent.
Et le fait qu'il soit plus violent psychologiquement que par les coups, ne change rien à l'affaire. Si ce n'est que pour toi, c'est sans doute plus difficile à reconnaitre.

Ce que tu ressens est normal, toutes les femmes qui passent par là racontent la même chose. C'est parfois -curieusement- moins dur de rester dans une violence connue qu'en sortir pour aller dans l'inconnu.
Et comme tu le dis, c'est important aussi que tes enfants voient que la violence dans un couple, c'est inacceptable et ça justifie de s'en échapper.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message violence conjugale? 
Merci pour vos messages. Ca fait du bien de sortir du silence et de la honte. Vos conseils me boostent pour avancer.

J'ai lu quelques ouvrages et visité des sites qui parlent du harcèlement moral dans la famille.

Au sujet des pervers narcissiques, j'ai lu que ce sont des personnes qui ne changent jamais.

Mon mari, un jour il peut être tout à fait attentionné et bien dans sa peau, puis le lendemain, il s'effondre et en veut à la terre entière, en commençant par moi.

Ca correspond au chaud et froid que soufflent les PN vous trouvez pas? Je t'aime/je te hais.

Si je n'étais pas dépendante affective, je pense que je serais partie depuis longtemps. Mais là, je me suis adaptée à ma façon. Quand il est colérique, je me coupe émotionnellement. Le problème depuis que j'ai débuté ma thérapie, c'est que mes mécanismes de défense sont beaucoup moins efficaces. Parfois, j'aimerais me rendormir mais je n'y arrive pas. En plus, ça me met en colère.

Le seul accès à la colère que je ressens, c'est envers moi même, à cause de mon incapacité à m'affirmer, de mon incapacité à prendre ma vie ma main, à sortir d'une emprise qui me détruit.

C'est difficile de prendre conscience. En fait, par moments, j'ai l'impression d'être en plein choc traumatique.

J'aimerais ne plus avoir de doutes, ne plus ressentir de culpabilité, ne plus céder au chantage affectif, être autonome...

Je vis dans une prison sans barreaux et j'aime mon bourreau. C'est comme une addiction. Je n'arrive pas à vivre indépendamment de lui. A dire STOP. Quand il me fait souffrir, j'étouffe de tristesse, mais au lieu de partir, je me culpabilise et je me soumets.

Lui, on dirait qu'il est satisfait quand il me voit pleurer, car c'est ce qui se passe généralement au moment où il justifie sa violence en m'accablant de discours moralisateurs.

Ce n'est qu'une fois les tords déposés à mes pieds qu'il accepte de me rouvrir ses bras. Moi, dans ces cas là, je ressens du soulagement et je me mets en mode "automatique" le temps de digérer. Quand je commence à reprendre mes esprits, que je suis plus en lien avec mes émotions, il ne tarde pas à redevenir désagréable. La tension monte progressivement jusqu'à ce qu'il explose et ça recommence.

Là, je suis en train de reprendre mes esprits. Quand je suis comme ça, je me pose toutes sortes de questions et je suis en colère parceque j'ai l'impression de tourner en rond.

Ecrire, c'est comme une soupape de sécurité. Ca me permet d'évacuer mon trop plein d'émotions, sinon, je deviendrais folle...

Répondre en citant
Message violence conjugale? 
J'ai une autre question à poser et puis après je vais essayer de me débrouiller pour me sortir de tout ça. Comment on fait quand on ressent de la colère?

Moi, cet aprem, j'en ai ressenti suite à la visite que nous avons rendu à notre fille qui est hospitalisée dans un centre formidable pour ado.

J'en ai ressenti, parceque mon mari qui était de mauvaise humeur a passé son temps à me ridiculiser et à se plaindre de sa relation de couple. Or, ma fille est déjà assailliepar grand nombre d'angoisses et je trouvais vraiment déplacé de la prendre à témoin dans une situation aussi difficile pour elle.

Sur le chemin du retour, j'ai éprouvé de la colère envers l'attitude de mon mari. Comme je ne suis pas habituée à exprimer ce que je pense, je me suis tue. Mais la colère est toujours là et je ne sais pas comment l'apaiser.

Je me demande si ce n'est pas toutes les colères refoulées qui sont en train de remonter car j'ai vraiment l'impression d'étouffer. J'aimerais en finir avec la vie mais je ne peux pas à cause de mes enfants.

Je n'ai jamais exprimé mes désaccords à mon mari sous peine d'être traitée de folle ou de malade, alors je ne sais plus quoi faire, surtout quand la santé psychique de ma fille est en jeu.

Parfois, je me demande si je ne devrais pas partir tout simplement. Attendre le bon moment , celui où je me sentirai prête, ça ne veut rien dire. Jamais il n'y aura de bon moment. Jamais je ne serai prête.

Une femme victime de violences, elle part contre ses convictions vous croyez pas? Je ne crois pas qu'on part de son plein grès quand on vit sous l'emprise de quelqu'un. On part pour ses enfants ou pê parcequ'on commence à réaliser que rien ne changera jamais. Alors...

Moi, je ne sais pas quoi faire de la colère que je ressens. L'exprimer, c'est impossible. Partir, ça me fait peur, à part que tout est en place pour m'accueillir et m'aider dans les démarches. Je veux bouger, réagir, mais je n'y arrive pas. Pourtant, je sens de plus en plus que ma situation n'est pas normale.

Que me conseillez vous pour canaliser la colère que je ressens? Moi, je ne sais plus quoi faire car je sens qu'elle me détruit. Souvent, elle est remplacée par la peur. Mais là non. Là, je suis en colère, parceque ma fille est très malade psychiquement et que je suis furieuse que mon mari la prenne à témoin dans de telles circonstances. Ca me révolte!

Répondre en citant
Message violence conjugale? 
Bonsoir Colombe,
C'est une colère légitime, ce serait le fait de ne pas être en colère qui serait anormal dans cette situation. Alors même si c'est douloureux c'est néanmoins bon signe.
Laisse-toi le temps, tant que la situation n'empire pas tu n'es pas pressée par rien, la séparation se fera quand ce sera le moment pour toi. Et n'hésite pas à demander de l'aide, ou des conseils, ou du soutien, aux professionnels que tu rencontres.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message violence conjugale? 
Oui, je vais rappeler le planning familial. Seule, je m'en sortirai pas. J'ai la chance d'avoir du soutien près de chez moi. Demain, je vais les appeler pour prendre rendez vous. Je n'aime pas ça, parceque ça me confronte à mon sentiment de culpabilité, mais je vais le faire. Merci!

Message violence conjugale? 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation