Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 3
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Transfert et projection
Auteur Message
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Bonjour Amalta je connais peu de chose de la psychanalyse (jamais pris de cours) mais je lis des livres sur la psychanalyse
je voudrais connaître la différence entre " le transfert et la projection"
merci d'avance

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Bonjour Jane,

Le terme de transfert renvoie au déplacement de sentiments, désirs, etc., inconscients, d'un objet vers un autre. Quand on emploie ce terme en psychanalyse, il implique généralement le déplacement de désirs infantiles inconscients sur la personne de l'analyste. L'analysant se met alors à "rejouer", avec un intense sentiment de réalité, d'anciennes problématiques.
On donne généralement l'exemple des désirs œdipiens pour l'un des parents, à l'origine d'un transfert amoureux sur l'analyste. Mais il peut aussi s'agir de sentiments de haine, de rivalité (envers un membre de la fratrie), de "simples" sentiments de tendresse, de confiance, etc.

La projection est un mécanisme de défense, qui consiste à faire porter à autrui des sentiments, désirs, etc., que l'on ne peut accepter comme siens.
Des pulsions de haine qui seraient considérées comme dangereuses pour le Moi du sujet, par exemple, peuvent être projetées sur une personne, ou un groupe de personnes, extérieures, qui deviennent, pour le sujet, porteuses de ce sentiment. Ce n'est pas moi qui suis haineux, c'est l'autre.
Le risque étant que la projection ne revienne en boomerang sur le sujet, dans le délire paranoïaque par exemple : sentiment de haine - projection de ce sentiment sur une personne extérieure - sentiment d'être persécuté par cette personne.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Merci pour l'explication Traviata une dernière question, le transfert s'aplique-t'il seulement de l'analysant à l'analyste ?
Ou est-ce possible d'employer ce terme de transfert vers la personne que l'on aime qui partage notre vie, ou même une personne comme un professeur.

Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Voilà une question qui m'interpelle.

Pour moi par contre je ne peux pas comparer les sentiments que je peux ressentir dans le cadre du transfert avec la personne qui partage ma vie, parce qu'il y a la dimension charnelle de la relation qui n'est pas compatible avec ces sentiments.

Mais il m'est arrivé d'avoir vis à vis d'un de mes professeurs, ou du père d'une copine lorsque j'étais plus jeune, des sentiments assez similaires en y pensant. C'est peut-être en fait quelque chose d'assez proche d'une relation maternante, ou paternante (je sais pas si ce mot existe ?) avec un adulte, un sentiment d'avoir en face de soi un cadre solide et contenant. Je sais pas si j'arrive à m'expliquer clairement... Enfin en tout cas, j'y vois une relation, surtout des sentiments très similaires.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Le transfert n'est pas spécifique à la situation psychanalytique. Chacun de nous l'éprouve dans des circonstances très variées. Telle personne va nous émouvoir parce que le timbre de sa voix nous rappelle inconsciemment celui de notre grand-mère qui nous lisait des histoires le soir, ou tel homme va nous attirer parce qu'il fume le même tabac que l'oncle Rodolphe, dont on était la nièce préférée et qui nous gardait des heures sur ses genoux, etc. Nous "transférons" tout le temps, le plus souvent sans le savoir.
On s'en aperçoit un peu quand on se fait manifestement piéger par ces déplacements d'affects et qu'on se demande pourquoi diable on a été irrésistiblement attirée par telle personne qui s'est avérée n'être qu'un(e) sale con(ne).

La situation analytique exacerbe ce mouvement naturel, d'abord parce qu'elle induit une régression qui favorise l'émergence d'anciens affects, conflits, etc, et ensuite parce que la personne de l'analyste, dont on ne sait rien, s'offre comme un support parfait pour recevoir ces déplacements. Il peut être tour à tour un père aimé ou haï, une mère bienfaisante, une sœur rivale, etc. Il n'y a aucune épreuve de réalité qui nous empêche de lui faire endosser tous les rôles. Enfin, contrairement à ce qui se passe dans la réalité, ce phénomène n'est plus seulement vécu inconsciemment, mais le transfert, ses aléas, ses résistances, etc., sont interprétés au fur et à mesure. C'est la dynamique transféro-contretransférentielle, comme on dit de façon barbare, qui est un des principaux moteurs de la cure.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Ce n'est pas incompatible avec le désir charnel Séverine. Tu peux désirer intensément un homme sur le plan physique, et en même temps, avoir été inconsciemment attirée par lui parce qu'une petite chose, la forme de ses yeux, sa façon d'allumer une cigarette, a réveillé chez toi des désirs infantiles.
C'est sûr qu'une figure d'autorité, comme un professeur, va avoir tendance à réveiller des affects liés à la relation au père (ou à la mère d'ailleurs, ou au grand-père), qui peuvent être d'admiration, d'amour, de haine, de rivalité...
Mais, souvent, ce sont de petits détails bien plus subtils qui nous titillent.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Ce que je veux dire c'est le fait qu'il y ai passage à l'acte (quel terme charmant et élégant ici Confused ) fait basculer la relation dans une autre dimension, d'autres sentiments, une autre manière de voir les choses.

Il me semble que ces sentiments liés au transfert reposent sur l'imaginaire, et que dans la relation amoureuse on n'est plus dans l'imaginaire mais dans la réalité toute crue, telle qu'elle est.
Et dans le partage du quotidien c'est pareil, là où l'imaginaire du transfert nous fesait voir l'autre tel qu'on désirait le voir, le quotidien nous ramène à la réalité d'un autre tout simplement humain, avec ses failles et ses défauts, enfin différent de ce qu'on aurait voulu voir dans le cadre d'un transfert.

Je sais pas si je m'emmêle pas les neurones avec cette notion de transfert, j'ai l'impression mais je ne vois pas où 


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Je ne crois pas (c'est un point de vue psychanalytique, c'est sûr) qu'on ait jamais accès à la "réalité toute crue" dans nos relations aux autres. Bien sûr que la vie quotidienne, etc., restreint le champ des possibles, mais nous ne voyons jamais les autres tels qu'ils sont, même après 30 ans de vie commune et 5 enfants

Les autres sont recouverts par nos fantasmes, plus ou moins c'est certain, mais c'est un phénomène qui est en perpétuel mouvement, qui est "travaillé" par l'inconscient et qui donc se renouvèle sans cesse. Et heureusement ! Je ne sais pas trop ce que ça donnerait de voir quelqu'un sans qu'il soit justement habillé par nos rêves, nos espoirs, nos souvenirs... C'est dans cet écart que se situe l'amour à mon avis, le fait que l'on court derrière un objet qui a été façonné par nos désirs infantiles, et qui restera inaccessible d'ailleurs, mais on ne le sait pas. Sinon, il n'y aurait que de la reproduction, ce serait réduire l'érotisme à la pornographie pour prendre un exemple élégant.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
C'est bizarre cette conversation, plus j'avance dans la réflexion et plus je me sens embrouillée. Ca me touche un point sensible mais je ne comprends pas où.

Pour poser ce qu'il me reste de clair là, moi je rattache ces sentiments du transfert à un cadre qui ne peux qu'exister dans une relation qui n'est pas charnelle. Que ce soit le psy ou le père de la copine. Dès que je peux, dans mon imagination, supposer l'autre comme un partenaire amoureux potentiel, ça devient très différent pour moi. Très différent du transfert je veux dire.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Ben là, c'est moi qui ne te suis plus...

Tu acceptes l'idée du transfert dès qu'il est "désexualisé", mais dès qu'il s'agit de pulsions sexuelles, tu ne veux plus que ce soit du transfert ? Serais-tu récalcitrante à accepter l'idée d'une sexualité infantile?


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Laughing

Bon, je tente d'expliquer (j'avais dit que c'était compliqué et embrouillé, hein ) : pour moi le transfert, c'est ce que je ressens avec mon thérapeute. Qui ressemble beaucoup à ce que j'ai pu ressentir avec d'autres personnes.
C'est, disons, sexualisé, mais justement dans le sens d'une sexualité infantile : c'est de la sexualité, du désir, mais qui est complètement différent de mes désirs de femme adulte. Là je suis en train de me dire, voui, normal, puisqu'il y a régression !

Et donc, voilà je m'emmêle encore plus les pinceaux. Je sens que cet aprem je ne regarderais pas mon psy comme d'habitude


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
bonjour,
puisque "Le transfert n'est pas spécifique à la situation psychanalytique" le transfert c'est de l'amour, sauf que "avec l'analyste" c'est pas possible (enfin mon opinion c'est que ça les arangent bien de penser que c'est pas possible) mon opinion c'est que c'est possible mais je comprends que cela gâcherai l'analyse.
  

Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Ça ferait pire que de gâcher l'analyse Jane, ce serait un traumatisme. En analyse, le transfert est fait pour être analysé, et servir à l'analysant, pas pour être agi.
C'est toujours possible de coucher avec son psy, mais ce n'est pas souhaitable, c'est une transgression, qui fait de gros dégâts de part et d'autre.

Louise de Urtubey a écrit un beau livre courageux à ce sujet : Si l'analyste passe à l'acte, PUF, 2006.


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
J'ai pas compris pourquoi tu dis que ça arrange les psys que ça ne soit pas possible ?

D'autant que, effectivement, ce n'est pas possible, pas que ça gâcherait l'analyse mais que ça serait parfaitement hors éthique et dangereux pour le patient en analyse, parce que le transfert repose aussi sur cette distance nécessaire avec le thérapeute.




Traviata arrête de répondre plus rapidement que moi ça me frustre


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Transfert et projection 
Séverine parce que il doivent gérer leurs contre-transfert au quotidien et que avant tout ce sont des humains, j'ai d'ailleurs une petite anecdote, c'était l'année dernière un jour d'été, comme il faisait très chaud aller hop je sors une petite robe, je pars voir le psy très correcte la séance se passe comme d'habitude et au moment de partir du coin de l'oeil (j'étais prèsque retournée) je vois qu'il me jette un coup d'oeil et là j'ai vu dans ces yeux qu'il me regardait plus comme une  patiente mais comme une femme enfin j'ai dû mal à m'expliquer j'espère que vous avez compris.

Ce que je veux dire c'est qu'a la base il sont comme nous, désirs envie .... seulement il faut une preuve scientifique donc "le transfert" je sais vous allez dire que je suis gonflée, contredire les plus grands mais j'y adhère pas à cette histoire de transfert vous avez peux-être et surement  raison lacan Freud oui, mais j'y arrive pas ça rentre pas dans ma petite tête pour moi le transfert c'est de l'amour. un point c'est tout. vous allez dire oh elle est butée celle-çi. 

Traviata j'ai lu ton message qui explique bien ("Le terme de transfert renvoie au déplacement de sentiments, désirs, etc., inconscients, d'un objet vers un autre.")j'ai compris mais je n'arrive  pas à me convaincre.  



Dernière édition par Jane le Ven 19 Oct 2007 - 14:28; édité 1 fois
Message Transfert et projection 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 3
Aller à la page: 1, 2, 3  >
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation