Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
L'interprétation comme objet et modalité du délire.
Auteur Message
Répondre en citant
Message L'interprétation comme objet et modalité du délire. 
Voilà,


J'aurais pu présenter mon histoire comme étant celle d'un ami, ou l'aborder par un angle purement hypothétique/théorique. En réalité, c'est bien de moi que je parle. 




Il y a quelques mois j'ai été victime/bénéficiaire d'une série de synchronicités.


Avant de poursuivre, j'aimerais préciser que j'ai deux moyens d'en parler :
- Je pourrais décrire précisément ces synchronicités, ce qui équivaudrait à rentrer/vous exposer ce délire. 
- Ou bien je pourrais en parler dans les termes de la théorie vers laquelle m'a mené cette série de synchronicités. Problème : je viens seulement de commencer à l'apprendre, d'autre part même si je la maîtrisais vous seriez largué (cette théorie est considérée comme une des sommités de la science moderne). 


Donc je ne vais pas réellement en parler. 
D'autre part, je ne suis pas absolument certain que le terme synchronicité soit vraiment approprié dans le sens où ces coïncidences font joindre des éléments séparés d'une longue durée dans le temps, et que d'autre part aucune implique un événement concret (du style du scarabée de Jung), toutes portant sur des éléments abstraits/théoriques. Peut être serait-il plus approprié de parler de diachronicités. 


J'ai donc vécu un délire interprétatif - c'est comme cela je crois que la psychanalyse aborde le problème des synchronicités. J'en ai été conscient dès le commencement, et c'est en quelque sorte cette connaissance même, qui a motivé le plus le délire. 
En effet, si l'interprétation à été la modalité de mon délire (plutôt que l'hallucination par exemple), l'interprétation à été l'objet de ce délire : en d'autre terme, ce courant théorique vers lequel ces synchronicités m'ont poussé, a pour objet l'interprétation même. 


Attention, je parle bien d'objet du délire, et non pas d'issue ou d'extrémité. Il ne s'agit pas d'un raisonnement du type :
- mon dieu, tel signe me montre que je suis pourchassé par la CIA. 
- hop hop hop je suis en plein délire. 
- tout cela est fort intéressant et me montre comment l'interprétation fonctionne. 


Non : cet embryon théorique que j'ai formé au sujet de l'interprétation est bel et bien l'objet de mon délire.




À cela, que peux dire la psychologie ?




PS: Par délire j'entends : voir du sens la ou il n'y en a pas, en particulier dans les événement qui n'entretiennent pas de relations causales.

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation