Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
je me suis perdue
Auteur Message
Répondre en citant
Message je me suis perdue 
Bonjour,


je viens à vous aujourd'hui parce que je suis toute perdue. j'ai de plus en plus de mal à savoir qui je suis. j'ai 27 ans et maman d'un merveilleux petit bouchon de bientôt 2 ans. j'ai affronté bien des souffrances... cela a commencé dans mon enfance où je me suis toujours sentie en manque de reconnaissance. ce que je faisais n'était jamais assez bien, jamais assez vite, jamais assez... ma grossesse a été très difficile; j'attendais des jumeaux et j'ai du prendre la dure décision de pratiquer une img sur un des jumeaux... l'angoisse toute la grossesse et la culpabilité depuis l'accouchement... l'année dernière mon couple a explosé. c'était un tout. mon mari ne s'engageait pas dans notre vie de famille et surtout n'arrivait pas à voir ma détresse. j'avais l'impression de couler. j'ai essayé de lui expliquer mainte et mainte fois que j'avais besoin de son aide pour surmonter tout çà mais il n'a pas su quoi faire... il a donc totalement lâché prise et s'est laissé vivre. il a du reste toujours été comme çà mais jusque là j'avais tenu bon. mais à force de tenir bon il y a un jour où l'on craque... quel gâchis.
côté boulot c'est pas la joie non plus (mais bon j'ai du travail c'est déjà çà). je travaille avec des bras cassés que je n'arrive pas à remuer. du coup mes collègues ne m'apprécie pas du tout. je vais jusqu'à recevoir des insultes au passage. je me défonce dans mon boulot parce que nous avons des impératifs d'horaires mais ils ne se sentent pas concernés. alors je suis coincée entre mon patron qui en demande toujours plus et mes collègues qui ne veulent pas avancer. 
j'en viens donc à me poser des questions sur moi. suis-je trop strict, trop rigoureuse? trop investie? est-ce que la rigueur et le fait d'aimer organiser sont des défauts ou des qualités? en ce moment j'ai l'impression que se sont des défauts, que çà à pourri ma vie de famille et que çà pourri mes relations sociales et professionnelles. 
tantôt je me dis que je suis quelqu'un de bien, droite, sur qui on peut toujours compter et qui est toujours là quand on a besoin. et tantôt je me dis que je suis une chiante, qui passe son temps à râler et à pleurer. ma situation affective est désastreuse. j'ai besoin de vos lumières. je ne sais plus qui je suis, si j'ai tort ou si j'ai raison, si je suis fragile ou solide... 
merci de m'avoir lue.

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message je me suis perdue 
Bonsoir Argail,

Tu sembles avoir un bon esprit d'analyse et être ouverte aux remises en question.
D'ailleurs en te lisant je me disais que quelque chose paraissait dores et déjà en route en toi.
Tu as déjà envisagé de faire une psychothérapie ? 
C'est souvent très éclairant d'être accompagnée dans ce travail intérieur par un professionnel.
En tout cas je te souhaite bon courage.
Fracat


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message je me suis perdue 
Merci Fracat de m'avoir lu et répondu si rapidement;


j'y pense beaucoup à la psychothérapie, cependant, j'ai un peu du mal à franchir le cap. pourtant je suis convaincue
que cela m'aiderait beaucoup. car j'ai beau réfléchir sur moi-même, je ne sais pas où je vais. et c'est donc là que je 
me dis que j'aurais bien besoin d'un guide!
Je pense qu'il y a aussi une part de fierté en moi (éducation vieille école!!!); je m'en suis toujours sortie toute seule, 
on peut compter que sur soi ect... mais ce n'est pas vrai. on croit qu'on a résolu le problème, que nos fantômes sont derrière
nous mais il n'en est rien. ils sont juste camouflés dans un coin de notre tête parce que nous avons été assez fort pour les faire taire
mais à la moindre faiblesse ils vous envahissent de nouveau et sont de plus en plus nombreux. et ainsi arrive le jour où nous 
n'arrivons même plus à les faire taire.


Je te remercie Fracat, je pense que l'idée de la psychothérapie va faire son bonhomme de chemin et que bientôt je prendrais rendez vous.
merci pour tes encouragements.
Argail

Répondre en citant
Message je me suis perdue 
Tes constats sont très pertinents Argail.
 Le travail fait en psychothérapie aide à ouvrir des portes et bien souvent on découvre que derrière ces portes se cachent d'autres portes... 
C'est une véritable aventure si on a la chance de tomber sur le professionnel qui nous convient bien.
Et puis surtout je voudrais te dire que faire cette démarche est tout le contraire d'une solution de facilité, cela demande du courage et de grands efforts et c'est un vrai travail souvent douloureux qui avance lentement, mais ô combien payant !
J'avais une fierté similaire à celle que tu décris avant de me lancer dans l'aventure...je suis maintenant très fière d'avoir réussi à faire ce travail là.
Je suis persuadée que tu finiras par te retrouver ou à te trouver...
amicalement  sourire
Fracat


_________________
Je me mis enfin à réfléchir, c'est à dire à écouter plus fort.
( Samuel Beckett)
Répondre en citant
Message je me suis perdue 
mais j'y compte bien!!! même si je pleure pour rien, au fond de moi je sais que je suis une battante.
merci de remettre les choses à leur place; je sais qu'une thérapie est un vrai travail souvent très difficile
et qu'il demande beaucoup de volonté mais j'ai tendance à l'oublier ou en tout cas ma fierté me le fait oublié...


je te remercie de prêter une telle attention à mes écrits, çà me fait beaucoup de bien!


merci encore pour tes encouragements précieux
amicalement 
Argail

Répondre en citant
Message je me suis perdue 
Argail a écrit:
j'en viens donc à me poser des questions sur moi. suis-je trop strict, trop rigoureuse? trop investie? est-ce que la rigueur et le fait d'aimer organiser sont des défauts ou des qualités? en ce moment j'ai l'impression que se sont des défauts, que çà à pourri ma vie de famille et que çà pourri mes relations sociales et professionnelles. 

tantôt je me dis que je suis quelqu'un de bien, droite, sur qui on peut toujours compter et qui est toujours là quand on a besoin. et tantôt je me dis que je suis une chiante, qui passe son temps à râler et à pleurer. ma situation affective est désastreuse.

Bonsoir,
Ce que j'ai remarqué, c'est que les qualités dans un monde vicieux portent parfois préjudice et font souffrir! Faut-il détruire les qualités ou changer le monde? Le mieux ne serait-il pas d'apprendre à s'adapter, ajuster ses qualités selon le contexte, l'entourage.

Pour l'IMG, ce n'était pas VOTRE décision, mais plutôt une décision collective: vous, votre conjoint, le médecin. Il fallait la faire, vous l'avez fait! Maintenant, vous avez un enfant vivant devant vous, sur qui vous risquez de pratiquer une autre "IMG" en continuant à souffrir et culpabiliser! Appréciez ce que vous avez réussi à sauver, votre vie et celle de votre petit.

Pour votre conjoint, vous dites vous-même qu'il a toujours été "comme ça"! Je comprends que vous n'avez jamais pu compter sur lui finalement! Encore moins dans vos moments de faiblesse! Vous trouvez que votre vie affective est désastreuse, je le comprends, mais ce qui aurait été plus désastreux c'est de continuer à se mentir et à vivre avec un homme tout en sachant qu'il ne vous soutient pas.

Les gens qui souffrent le plus sont ceux qui ont le plus de qualités, de principes, c'est une évidence. N'hésitez pas à demander l'aide d'un spécialiste en la matière, nous sommes des êtres humains, nous avons le droit de craquer parfois! Et c'est parce que nous sommes solides que nous arrivons à rebondir encore plus haut.
C'est toujours plus facile de conseiller, mais ce que vous avez vécu est assez dur, mais du moment que vous voulez le surpasser, je vous dis beaucoup de courage.


_________________
Un être humain= corps, esprit et âme...
Son équilibre= organique, psychique et spirituel...
Répondre en citant
Message je me suis perdue 
Bonsoir Tournesol,


Je suis en accord avec vous sur toute la ligne mais il est très difficile de me le faire entrer dans le crane...


J'ai surtout du mal à m'adapter au travail (où je passe le plus clair de mon temps) je n'arrive pas à relativiser
et je me met beaucoup trop de pression, du coup je ne supporte pas très bien mes collègues "je m'en foutiste".
(pardonnez l'expression). je sais que je devrais passer outre et continuer sans prêter attention mais je suis 
comme çà et puis comme les patrons viennent me demander des comptes, forcément çà m'aide pas beaucoup 
à ignorer la qualité (enfin surtout la quantité!) de travail que fournissent mes collègues. Il faut absolument que j'apprenne 
à m'adapter et à me contrôler (la larme facile) dans toute les situations, vous avez raison, c'est pas facile mais je vais apprendre.


A la naissance de mon fils, il a eu beaucoup de problème de reflux gastrique et lorsque je l'ai emmené chez l'hostéo il a su tout 
de suite que le problème venait en partie de moi. il ressentait mes émotions et se refermait sur lui. électro choc, j'ai donc compris 
que ce n'était pas à lui de me porter et que mon bébé ne devait pas me servir de béquille. Aujourd'hui, c'est un petit garçon très épanouie
et curieux de tout! je profite de chaque instant avec lui. j'ai compris aussi qu'à la naissance mon entourage a été plus ou moins désemparé face
à mon chagrin et ma culpabilité (ce que je comprend: la naissance d'un enfant est la plus belle chose qu'il puisse arriver). et tout le monde me 
disait d'arrêter de pleurer que j'ai un magnifique petit garçon et qu'il faut que je m'accroche à lui. et mon petit cerveau bécassou c'est ce qu'il a fait, il a
traduit çà littéralement! l'hostéo a pu remettre les choses à leur place et j'ai compris ce que voulait en fait dire "s'accrocher à mon petit": lui apporter tout
ce dont il a besoin dans les meilleurs conditions possibles. 


pour ce qui concerne mon conjoint, je crois que ce qui ma le plus fait mal c'est qu'il n'a rien fait pour me retenir... même pas un petit peu. c'est d'ailleurs lui
qui a parler en premier de divorce. les choses se sont tout de même bien passé et nous sommes en bon terme pour le bien être du petit bonhomme. mais quand même
après 7 ans de vie commune, de bonheur, de galère... j'espérais peut être le réveiller en lui annonçant ma décision de partir mais finalement peut être avait il envie 
de la même chose? le principal c'est que notre séparation s'est faite sans méchanceté et que le petit continue à voir ses deux parents dans de bonnes conditions.


Merci pour vos précieux conseils et la question d'une thérapie fait son chemin dans ma tête mais j'ai besoin d'un peu de temps pour me préparer.


encore merci Tournesol


Amicalement 


Argail


PS: j'ai encore écrit un roman! désolée!

Message je me suis perdue 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation