Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
La nature de métamatière et l'égalité homme/femme
Auteur Message
Répondre en citant
Message La nature de métamatière et l'égalité homme/femme 
Bonjour.

Les humains ont une anatomie mammifère proche des primates mais ils ne sont pas des animaux. Ils ont une classification à part. Il y a les végétaux, les animaux et les humains. Ils se différencient par la possession d'une deuxième énergie : l'intelligence. Ils ont l'instinct et l'intelligence. Leurs comportements sont instinctifs et intelligents. Les animaux et les végétaux n'ont que l'instinct pour vivre. Leurs comportements sont seulement instinctifs. L'instinct suffit largement pour vivre dans la nature de matière.

Les humains font partie intégrante de la nature de matière. Ils sont soumis à ses lois. Ils ont des comportements influencés par l'instinct matériel. Ils ont aussi des comportements influencés par l'intelligence métamatérielle.
Ils ont un pied dans la nature de métamatière compte tenu qu'ils possèdent son énergie : l'intelligence.
 
Instinct matériel et intelligence métamatérielle sont deux énergies distinctes qui ne doivent pas être mélangées. Elles se côtoient chez l'humain. Si les deux énergies se mélangent il se produit des comportements humains anarchiques. L'instinct se met au service de l'intelligence et l'intelligence se met au service de l'instinct. Ces comportements détruisent la nature de matière et nuisent aux humains.

Les humains entrent dans le processus de renouvellement spécifique à la nature de matière ; tout se renouvelle sans  cesse sans jamais se rassasier. Ils ont un système de reproduction sexuée. Des espèces animales ont le même système de reproduction. Elles ont des comportements uniquement guidés par l'instinct. La femelle attire le mâle. Il y a accouplement. Lorsque l'accouplement est terminé, l'attirance disparait instinctivement.

L'instinct incite les humains à se reproduire. Ils ont l'intelligence en plus de l'instinct. L'intelligence libère des liens de l'instinct le processus de reproduction. Elle peut exacerber l'instinct de reproduction. Hommes et femmes sont donc tenus à se fixer des règles de conduite et de respect. Les hommes sont instinctivement attirés sexuellement par les formes des femmes. En dehors de chez elles et aux regards de tout le monde, les femmes doivent éviter de montrer leurs formes. Elles doivent les dissimuler par respect pour les hommes afin de leurs éviter un sentiment frustrant. En dehors de chez eux, les hommes ne doivent pas soutenir le regard des femmes dans un but d'attirance sexuelle par respect pour la gente féminine.

Femmes et hommes sont égaux au regard de la nature de matière et de la nature de métamatière. Un homme par  femme. Une femme par homme.
 
L'homosexualité n'est pas contre nature matérielle. Elle n'est pas soumise à la riposte de la nature de matière contre toute agression : la souffrance. Elle n'est pas non plus contre nature métamatérielle. Elle ne produit pas de métons non conformes.

Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message La nature de métamatière et l'égalité homme/femme 
Vu là.
http://www.ummo-sciences.org/fr/index.htm

"avant le moment d'analyser plus soigneusement le problème, nous vous informons préalablement que la grande défaillance de la SOCIÉTÉ sur la PLANÈTE TERRE repose sur la structure défectueuse des communications sociales. Dit d'une autre façon plus compréhensible pour les personnes qui ne sont pas versés en sociologie : le RÉSEAU SOCIAL TERRESTRE soufre les conséquences des relations spirituelles mal orientées entre ses membres et d'une véritable indigence dans les moyens de communication sociale qui empêche ses membres de se comprendre et de s'identifier entre eux. C'est le milieu externe qui vous rends malheureux et non pas votre propre structure cérébrale."

--------

Vers les six heures de l'après midi de cette date, ADAA 66, fils de ADAA 65, maraudant dans les environs en compagnie d'un autre frère et pendant qu'ils arrachaient par-ci par-là des petites branches et des feuilles pour les analyser ensuite, dans les arbustes inconnus, observa aux environs de deux grands arbres, des pierres amoncelées et noircies. La structure des fragments de roche permettait de les identifier comme étant des calcaires; des cendres répandues autour faisaient deviner qu'elles avaient été utilisées pour un feu, mais ce n'était pas cela le plus intéressant. A 1,8 Enmoo (1 ENMOO = 1,9 mètres) ils localisèrent des fragments d'une lamelle blanche jaunâtre, flexible et fragile, froissée et pleine de caractères ou signes de manière évidente écrits par des êtres humains. Trois d'entre eux paraissaient tachés par des matières fécales. Une multitude d'animaux volants inconnus prirent leur envol

La découverte fut jugée transcendantale et ils retournèrent immédiatement à la galerie. La structure microscopique de ces feuilles fut très vite analysée. La texture était inconnue pour nous, en effet sur UMMO l'on n'utilise pas la pâte de cellulose pour la fabrication du papier. Les signes ou caractères codés révélaient qu'ils n'avaient pas été manuscrits mais imprimés au moyen de moules standard. Sans aucun doute, l'on avait employé un liquide pour l'impression (encre d'imprimerie), ceci était étonnant pour nous car en effet nos anciens systèmes d'impression de caractères pour leur lecture, soit employaient un système électrostatique de projection de poudre colorée, soit brûlaient légèrement la surface de la feuille imprimée. ... La présence de matières fécales constitua au début une énigme. L'analyse de l'excrément révéla la présence de cellules épithéliales sans doute issues des glandes intestinales humaines.

L'on fit une liste des hypothèses probables. La plus soutenue était de lui attribuer un caractère rituel. Peut-être les humains, quand ils étaient en désaccord avec les idées exprimées dans un document écrits, le barbouillaient-ils avec leurs matières fécales.

Répondre en citant
Message La nature de métamatière et l'égalité homme/femme 
D'abord on dit sexualité de l'enfant... est ce du sexe? Non... c'est de l'énergie CRÉATRICE PAS ENCORE SEXUELLE qui se rassemble au sexe et qui alors se souille de culpabilité liée au désir et à l'interdit (variantes selon sociétés)... ce que ne devrais pas connaître un Ange qui s'en débarrasse en le refoulant ou en la transformant pour rester un ange qui se trimballe hélas dans la vie non divine avec une grosse merde sur lui: la sexualité, la prison du désir, de l'attachement, la tentation... le "diable"....

Cette énergie est placée en structure de la personnalité et sublimée en langage, art, compulsions diverse: l'énergie CRÉATRICE qui n'est pas employée sexuellement sert à structurer le MONDE vécu de l'ange tombé sur terre...
Si cette énergie est détournée par un traumatisme, au lieu de recréer de la vie (procréation), elle recrée à l'image émotive de ce traumatisme une symbolique en tout plans (irradiée) qui structure la vie, par l'expression dans l'art, de l'intérêt, de la curiosité, des destinées structurant ainsi la base de tout le contexte vital...

Ça a une utilité... reproduire le cadre de vie de l'être... sa culture. On est prisonnier d'une culture en accord avec la morale de celle ci comme on l'est de traumatismes. Seulement les clients des pyschologues sont des porteurs de traumatismes allant contre la morale de la culture.
Les Sages se libèrent de la culture comme des traumatismes et se mettent en dehors du système.

Si cette énergie CRÉATRICE PAS ENCORE SEXUELLE est toute dédiée au sexe justement, à la construction de la sexualité vers dans une construction très banale de la sexualité, on obtient un humain bien "bête" qui s'adapte parfaitement à la "basse société" et mène sa vie, pour peu qu'il a une vie sexuelle constante... sans problèmes psychologiques, bien dans les clichés de mâle...tant qu'il est "performant".. l'énergie CRÉATRICE est en effet dans la sexualité, et servira à la reproduction de l'espèce.
Un tel humain ne crée pas beaucoup d'autre choses par ailleurs et regarde essentiellement des films érotiques car n'ayant que de l'énergie sexuelle à dépenser il a besoin de fantasmer sur ces clichés là pour compenser le fait qu'en occident nous ne sommes plus des bêtes mais des consommateurs de l'économie de marché. Il n'y a qu'à voir la surface consacré à la location des cassettes porno pour s'apercevoir que la proportion de ce type de créature n'est pas négligeable.

Si cette énergie CRÉATRICE PAS ENCORE SEXUELLE est en partie dédiée au sexe et une autre grosse partie en compulsion sociale, en culture et dressage... ,on obtient un humain parfait bien "sociable, bien intègre", moins bête qui s'adapte parfaitement à la société et mène sa vie... sans problèmes sociaux psychologique, bien dans les clichés mais plus "évolué", artiste, intello, bon consommateur de produits hi tech... l'énergie CRÉATRICE à la reproduction de l'espèce est en partie dédiée à la vie sociale et intellectuelle, comme dans toute société évoluée.
Dans les sociétés archaïque c'est le cas aussi.
L'énergie "non sexuelle" PAS ENCORE SEXUELLE est aussi échangée par des accolades faites en groupe en se serrant bien entre hommes avec une sensualité et des caresses pour avoir plus d'énergie avant les combats et la chasse et un lien plus profond. En occident cela subsiste dans les sports de ballon, et souvent, c'est inversé.. on le fait sur le podium... on devrait le faire avant la course.
Les femmes en groupe se dorlotent entre elle, en inde surtout pour avoir plus de profondeur dans leur conversation philosophiques... même chose, l'autre coté du cerveau. Ce que les hommes font pour se battre, les femmes le font pour penser!!!
Les androgynes mentalement non réunis (qui n'ont pas conscientisé l'enfance mais pas construit leur sexualité) ont ainsi, à la fois et en eux la rigueur mentale de la virilité et la sensibilité des femmes, mais ils subliment la frustration en création. C'est le cas de la plupart des génies et des artistes car il faut en principe la pensée complète pour l'art (sinon c'est de l'architecture!). On dit qu'ils accouchent de leur oeuvres dans la souffrance...
Un tel humain peut crée beaucoup de l'art, travailler, et sera intéressé par les progrès, curieux.. mais pas encore sage et candidat à une évolution spirituelles du fait de la souffrance du questionnement existentiel ou simplement de la prise de conscience qu'il est sous compulsion et ne se sent pas libre..

l'énergie CRÉATRICE PAS ENCORE sexuelle comblée en revivant l'enfance, réuni en l'unité des deux sexes spirituels de l'enfance elle devient hors désir/ hors conjuration de souffrance. C'est la plénitude que tente d'obtenir les sages en résolvant leur enfance, qui peuvent aussi bien dédier cette énergie à la sexualité (donc assurer la reproduction) qu'à la méditation ou tout autre chose. Le libre arbitre est alors plus grand. Ces "humains" sont libres, ils vont dédier leur énergie plutôt à ce qui est "urgent", répandre le bien autour d'eux à partir du bien en eux... aider et aimer les autres (jésus) et les ouvrir à l'omniscience (bouddha)...


Un Androgyne-accepté, est donc un sage avec la circulation d'amour en lui... pouvant placer son énergie sur le sexe de son choix ou dans la méditation et la mystique pareillement sans désirer compulsivement ce qui manque, avec donc une grande part sur la conscience et la compréhension... C'est un être éveillé qui a les qualités mentales des deux sexes sans avoir de frustrations.

Répondre en citant
Message La nature de métamatière et l'égalité homme/femme 
L'union des parents
 
La croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains se positionne par rapport à la désunion des parents.
 
 
Tout aussi intelligents que soient les parents désunis pour  pour que tout se passe bien et qu'il continue l'éducation de leur(s) enfant(s) ensemble et en accord, il manque l'amour et le respect qui les unit. Les jeunes tirent leur éducation de l'union de leurs deux parents.  C'est une loi naturelle. Les humains doivent la respecter au risque de subir la riposte de la nature matérielle : la souffrance morale lancinante.
 

La formation de nouveaux couples n'empêche malheureusement pas la souffrance morale laquelle est une riposte de la nature de matière face à une agression.

Les parents désunis ont beau reformer un couple chacun de leur coté, la souffrance est là. Souffrance des enfants devant leurs parents désunis. Souffrance des parents qui voient leurs enfants souffrir. Une souffrance permanente, lancinante qui harcèle l'enfant et mine son caractère. Une souffrance tenace qui consume les heures et les jours des parents, des moments normalement prévus pour Vivre (avec un grand V).

La vie est courte. Les humains en ont qu'une. Il n'en auront pas une autre après la mort de leur corps de matière. Agir contre nature de matière et subir sa riposte légitime : la souffrance, est un temps perdu considérable.
 
 
Lorsque les enfants vivent dans des foyers où l'un des deux parents est battu, où l'un des deux parents est alcoolique, où les parents s'engueulent par manquent d'amour entre eux, vaut-il pas mieux se désunir pour "sauver" à l'enfant ?

C'est le point de vue de parents qui veulent se désunir, pas un point de vue d'enfant. Les parents désunis ne doivent pas faire supporter à leur enfant le poids insupportable de leur désunion. Lui ne compte que sur l'union de ses parents pour se construire un patrimoine morale sain qu'il utilisera tout au long de sa vie.

L'amour et le respect entre les parents forment une union sacrée laquelle est un rempart contre une légitime riposte de la nature de matière suite à une action non-conforme naturellement. Riposte directe contre l'enfant et indirecte contre les parents : la souffrance morale lancinante qui déséquilibre et mine la santé morale de l'enfant.


La nature de matière a instauré des lois depuis toujours et pour toujours. Contre venir à ces lois c'est s'exposer à la riposte de la nature de matière : la souffrance morale lancinante.


Chez certaines espèces mammifères dont l'Humain, les jeunes tirent leur éducation de l'union de leurs parents. C'est une loi naturelle. Contre venir à cette loi c'est s'exposer à une souffrance lancinante qui mine la formation du patrimoine moral de l'enfant.
 
Les animaux n'ont que l'instinct pour vivre. Certaines espèces animales savent d'instinct que se désunir pendant l'éducation des jeunes s'expose à subir la riposte de la nature de matière : la souffrance.
 
L'entrée dans la vie adulte de l'enfant sonne la fin de l'obligation d'union des parents.

Avant la naissance des enfants, un couple n'a pas obligation d'union. Il peut se défaire sans provoquer la riposte de la nature de matière : la souffrance morale lancinante.

Pendant toute l'éducation du jeune, le couple a obligation d'union. La désunion est soumise à la souffrance morale lancinante qui mine la formation du patrimoine moral de l'enfant et consume la vie des parents.

Après l'éducation du jeune, le couple n'a plus obligation d'union. Il est libre de se désunir au regard de la nature de matière.
   
 
Les parents pensent que la matière ne régit pas tout, même si elle est en amont de la création et que  l'enfant puisse échapper à une souffrance quelle qu'elle soit. La souffrance fait aussi partie de la vie hélas et que l'enfant est effectivement soumis et subit les situations. Je pense que même la souffrance est structurante.

Ben voyons !! Le couple divorce pour faire plaisir à l'enfant !!
 
Il souffre le martyr moralement de la désunion de ses parents, en plus il endosse la responsabilité de la séparation : c'est pour lui faire plaisir que nous déunisons disent les parents. Pour lui éviter de souffrir !!
 
Il souffre de la désunion de ses parents et il se sent est responsable de sa souffrance. Lui qui est totalement innocent. Double peine.
 
Lorsque la nature de matière est agressée, comme dans le cas de la désunion d'un couple au moment de l'éducation des jeunes, sa riposte légitime tend vers la suppression des fautifs. Elle commence par une souffrance morale lancinante qui déstabilise la personnalité va jusqu'à son effondrement.
 
 
L'humain est intelligent. Il peut se libérer des liens de l'instinct et vivre comme bon lui semble contrairement aux animaux et aux végétaux qui n'ont pas l'intelligence. Ils ont seulement l'instinct et suivent les lois naturelles sans possibilité de dévier.

Les humains peuvent donc tout se permettre ? Non !

La nature de matière ne fait aucun compromis lorsqu'on touche à son "outil de production" : le processus renouvellement des espèces. C'est son moyen d'exister. Tout est mortel chez elle. Sans reproduction pas de nature de matière. Pour l'espèce humaine, lune moi naturelle veut que les jeunes tirent leur éducation de l'union de ses parents. Pas de compromis là dessus. Les contrevenants s'exposent à la riposte immédiate de la nature de matière : la souffrance lancinante qui mine la santé morale et qui tend à empêcher de Vivre (avec un grand V)
 
 
Des aléas de la vie peuvent faire disparaitre un membre d'un couple unit. Les parents sont toujours unis pour la nature de matière. Pour l'enfant aussi.

Le parent restant doit faire transparaître cette union au regard de l'enfant. Même s'il reforme un couple avec un autre partenaire, l'image du parent défunt et de son union avec lui doivent être présentes aux yeux de l'enfant. Dans ce cas, pas de riposte de la nature de matière.
 
 
La violence dans le couple
 
Que les parents ne fassent pas porter leur désunion sur les épaules de leur enfant en prétextant que la violence dans leur couple n'est pas structurante pour lui. L'enfant se soumet au point de vue de ses parents.
 
S'il n'y a plus l'amour dans la couple et qu'il y a violence, c'est une désunion. L'enfant est soumis à la souffrance morale lancinante qui le déstructure.
 
S'il y a encore l'amour dans le couple mais parfois violence, il n'y a pas désunion pour la nature de matière. Il n'y a pas de riposte légitime de sa part : la souffrance morale lancinante.
 
 
Pas de faux semblants possible avec les enfants !! Ils perçoivent de suite la désunion de ses parents et en souffrent le martyr !! L'union des parents doit être sincère.
 
S'il y a haine permanente, il y a désunion, il y a souffrance déstabilisatrice pour l'enfant.

Un reste d'union dans le couple c'est une bouée lancée à l'enfant dans un raz de marée de souffrance.
 
 
Les parents, tant qu'ils sont unis, sont les meilleurs artisans de la construction mentale de l'enfant. C'est une loi naturelle. Pour l'espèce humaine, c'est inscrit dans le livre perpétuel de la nature de matière.

Les parents doivent rester unis tout le temps de l'éducation du jeune. Après l'éducation du jeune, ils sont libres de se désunir au regard de la nature de matière. Ils ne sont plus tenus par l'obligation d'union du couple qui régit le processus naturel du renouvellement de l'espèce humaine.

Si les parents sont unis mais sont violents envers leur enfant au point de mettre en péril son intégrité physique, l'enfant doit être protégé et tenu loin de cette violence. Il ne doit pas être mis à l'écart de l'union de ses parents. Seulement mis à l'écart de la violence de ses parents sur sa personne. L'union de ses parents est vitale pour sa construction mentale.
 
Pour les parents, le développement naturel du patrimoine moral de leurs enfants doit primer sur le désir passager de se séparer.
 
S'il se détestent, s'ils ne se supportent plus, ils sont désunis. Une séparation n'est que la fin de leur désunion.

C'est avant de faire l'enfant de prendre toutes les précautions pour éviter une désunion pendant l'éducation du jeune. Maintenant, le mal est fait. Les parents sont désunis. L'enfant est exposé à la souffrance lancinante qui va miner la formation de son patrimoine moral.
 
Des parents unis ne sont pas un exemple d'union pour leur enfant. L'enfant n'a pas besoin d'un exemple d'union. Il ne veut s'unir à personne. L'union de ses parents est un terreau favorable à une bonne formation de son patrimoine moral.
 
 
La loi anti-désunion
 
Tout se renouvelle sans cesse dans la nature de matière. L'inconvénient avec le renouvellement est que tous les vieux individus -ceux qui savent- meurent et que tous les nouveaux individus -ceux qui ne savent pas encore- doivent apprendre.
 
La nature de matière a donc instauré une loi encadrant le renouvellement de certaines espèces pour garantir le bon fonctionnement de son environnement. L'Humain est soumis a cette loi. La naissance d'un enfant étant le renouvellement de l'espèce humaine. Un enfant nait totalement innocent. Totalement neuf. Il doit tout apprendre. Pour garantir son apprentissage, la nature de matière a imposé aux parents de rester unis pendant son éducation.
 
Chez les humains, la loi naturelle sur le renouvellement de l'espèce oblige les parents à rester unis le temps de l'éducation du jeune. S'ils outre-passent cette loi, la nature de matière riposte par la souffrance morale lancinante qui mine le caractère du jeune et qui tend à l'empêcher de Vivre (avec un grand V ). Tant que les humains respectent les lois de la nature de matière, ils peuvent espérer Vivre.

Aucune loi humaine ne peut obliger les parents à rester unis afin de respecter la loi naturelle sur le renouvellement de l'espèce humaine. Seule la nature de matière peut le faire via la perspective de la souffrance morale lancinante de l'enfant et celle des parents qui voient leur enfant souffrir le martyr.


 
Les animaux et les végétaux n'ont que l'instinct pour vivre. Ils ne peuvent pas dévier des liens de l'instinct. Ils n'ont pas l'intelligence pour le faire. Chez certaines espèces animales, les deux parents doivent élever ensembles les petits pour les éduquer. Si des parents meurent, les petits finissent par mourir aussi.

Les humains ont l'intelligence en plus des instincts. Ils ont deux énergies pour vivre. L'intelligence permet aux humains de se libérer des liens de l'instinct. Si les parents unis meurent, l'enfant est pris en charge et éduqué par un autre couple. Il projette l'union des ses parents décédés sur ses parents adoptifs. Il n'y a pas riposte de la nature de matière sur lui.
 
Une société est constituée de millions de cellules : les familles. Une famille est constituée d'un noyau parental soudé entouré d'enfants se nourissant de cette union. Lorsque le noyau parental se décompose la cellule s'altère et affaiblit la société.

La principale préoccupation d'une société est de protéger le noyau parental des cellules familiales contre toutes agressions extérieures susceptibles de la dégrader. Elle ne doit pas laisser la famille exposée à tous les dangers extérieurs qui tendent à la pervertir. C'est de l'hygiène sociétale.

La cellule familiale, elle, doit garantir son intégrité contre les dangers venant de l'intérieur et visant à la faire se désunir. C'est de l'hygiène familiale.
 
Non, les enfants ne sont pas heureux de la désunion de leurs parents. Ils ne sont pas heureux d'une trahison. En donnant naissance à des enfants un couple s'engage vis à vis d'eux : leur union est la matière dans laquelle les enfants puisent la formation de leur patrimoine moral. La désunion d'un couple est une trahison. Les parents trahissent la cellule familiale dans laquelle les enfants puisent la formation de leur santé morale.

C'est seulement à force de pressions permanentes de la part des parents que les enfants se résignent à cette désunion. Une désunion n'est pas du bonheur pour eux. C'est de la résignation. Les parents ne doivent pas faire supporter à leur enfant le poids insupportable de leur désunion. Les enfants n'aspirent qu'à l'union de leurs parents.
 
 
Pour l'enfant soit ses parents sont unis, soit ils sont désunis.

Plus les parents seront unis, plus l'enfant se forgera un patrimoine moral de qualité qu'il utilisera tout au long de sa vie.

Plus les parents seront désunis, plus le patrimoine moral de l'enfant sera altéré.  
 
S'il se détestent, s'ils ne se supportent plus, ils sont désunis. Une séparation n'est que la fin de leur désunion.

C'est avant de faire l'enfant de prendre toutes les précautions pour éviter une désunion pendant l'éducation du jeune. Maintenant, le mal est fait. Les parents sont désunis. L'enfant est exposé à la souffrance lancinante qui va miner la formation de son patrimoine moral.
 
 
Un enfant tire la formation de son patrimoine moral dans l'union de ses parents comme il tire la formation de son patrimoine physique de la nourriture que lui donnent ses parents. Se désunir pendant l'éducation des jeunes traumatise la formation de leur patrimoine moral comme les priver de nourriture traumatise la formation de leur patrimoine physique.
 
 
La libertée en pensée
 
Aucun humain n'est libre en pensée.

 
Soit c'est la nature de métamatière détentrice et émettrice de l'énergie intelligence qui fait évoluer son intelligence et par ricochets fait évoluer ses pensées et ses comportements. Il pense et agit selon une croyance : une logique métamatérielle.
Soit son intelligence est piratée par une intelligence humaine dévoyée de son but premier qui les oriente pour ses profits matériels. L'humain pense et agit selon une logique matérielle.

La première impacte peu sur l'environnement matériel. La seconde en est grande consommatrice.
 
 
La double peine
 
Ce n'est jamais pour le bien des enfants qu'un coule de désunit.

La nature de matière a instauré une loi que nous devons respecter : tout nouvel humain tire la formation de son patrimoine moral dans l'union de ses parents. La loi naturelle est claire.

Quand les parents se désunissent ils dérogent à cette loi. Se désunir ne veut pas dire se séparer physiquement. Un couple peut être désunit en restant ensemble. C'est un terreau pour toute les brutalités. Se désunir veut dire ne plus s'aimer.

La nature de matière riposte à cette agression sur les enfants. Les pauvres souffrent le martyr moral. C'est une riposte naturelle. Leur patrimoine moral en est affecté.

La nature de matière ne s'acharne pas directement sur les parents désunis. Leur souffrance, s'il y a souffrance, ne vient pas directement de la nature de matière. Elle vient seulement s'ils daignent regarder leurs enfants souffrir le martyr moral. Ils peuvent ne pas voir souffrir leurs enfants et se persuader que leur désunion est une bénédiction pour eux. Les parents désunis évitent ainsi la souffrance mais cette manoeuvre diabolique porte le coup de grâce au patrimoine moral des enfants. Double peine pour ces êtres innocents : ils subissent de plein fouet la désunion de leurs parents, en plus, ils en portent la responsabilité. Leurs parents se sont désunis pour leurs faire plaisir !
 
 
Les parents désunis ne maintiennent plus une cellule familiale stable et saine pour l'évolution moral de leur enfant. Ils abandonnent la formation du patrimoine moral de leur progéniture. L'enfant se retrouve orphelin moralement et accessible à toutes les dérives morales.    
 
Un couple dans une ambiance délétère est désunit. Les enfants souffrent de la désunion de leurs parents.

Le ou les enfants d'un couple désunit , vivant heureux séparément, souffrent de la même manière de la désunion de ses parents.

L'union des parents est le terreau idéal pour une bonne formation du patrimoine moral d'un enfant.
 
 
Les enfants ne souhaitent jamais la désunion de leurs parents.

Pourquoi ?

Parce qu'ils savent d'instinct qu'ils seront exposés à la riposte de la nature de matière, la souffrance morale lancinante qui mine la formation de leur patrimoine moral.
 
 
La souffrance morale lancinante
 
La séparation des parents n'est que l'aboutissement de leur désunion. Désunis pour désunis mieux vaut aller jusqu'au bout. L'enfant ne vivra pas au quotidien l'effondrement de l'union de ses parents. Il souffre le martyr moral dans les deux cas : parents séparés ou pas séparés. Il sait que ses parents sont désunis. Il sait qu'il est de ce fait exposé à la souffrance morale lancinante qui mine la formation de son patrimoine moral. Le malheureux enfant se résigne à souffrir ou il se révolte à sa façon.
 
Les parents s'organisent pour ne pas souffrir eux-même de voir leur enfant souffrir. C'est différent. Les parents font tout ce qui est en leur pouvoir pour ne pas voir leur enfant souffrir parce que sa souffrance se reporte sur eux-même. Ils souffrent de voir leur enfant souffrir. Ils veulent l'éviter à tout prix. Ils veulent tirer un trait sur l'épisode d'une union malheureux. Ils font tout pour éviter la souffrance. Il la laisse porter par l'enfant seul. Les parents désunis ont souvent reconstruit une famille. Ils sont heureux. Le malheureux enfant lui reste avec sa souffrance morale lancinante qui mine la formation de son patrimoine moral. Soit il se résigne à souffrir et s'adapte, soit il se révolte à sa façon.
 
Les parents séparés ne délaissent pas "physiquement" leur enfant !! C'est leur désunion qui a délaissé la formation du patrimoine moral de leur enfant.

Un enfant a un besoin naturel de se forger un patrimoine physique et un patrimoine moral de qualité.
Pour le patrimoine physique, pas de problème dans nos sociétés tant qu'il y a à manger, à boire, à se soigner.
Pour le patrimoine moral, l'enfant a besoin de l'union des deux parents pour s'en forger un de qualité. S'il y a désunion du couple le malheureux enfant se retrouve vite en manque, tourmenté par la souffrance lancinante, riposte de la nature de matière contre toute agression. Il panique. Il réagit soit en se résignant soit en se révoltant à sa façon. La formation de son patrimoine moral est dès lors laissé à la merci.

Priver un enfant d'une bonne formation de son patrimoine moral en se désunissant c'est comme le priver d'une bonne formation de son patrimoine physique en le privant de nourriture. C'est la pire des choses qu'un couple peut faire à son enfant.
 
L'enfant cherche naturellement, sans qu'il s'en rende compte, une bonne formation de son patrimoine moral. Seule l'union des ses parents peut lui en fournir une bonne. Si ses parents se désunissent, il sait d'instinct qu'il s'expose à la souffrance morale lancinante qui va miner cette formation. D'où une panique chez lui. C'est la pire des choses que des parents peuvent faire à son enfant à égalité avec la privation de nourriture qui va miner la formation de son patrimoine physique. Un enfant a besoin de se forger un patrimoine physique et un patrimoine moral qu'il utilisera tout au long de sa vie.
 
Tant que les parents sont unis tout va bien pour l'enfant. Tout le "village" peut  même participer à la formation de son patrimoine moral. S'ils se désunissent tout se gâte pour lui. C'est naturel. C'est inscrit dans le marbre de la nature : chez l'espèce humaine la formation du patrimoine moral d'un enfant doit être fait par l'union de ses deux parents.
 
 
Se résigner à souffrir le martyr moral pendant la formation de son patrimoine moral conduit à des attitudes défensives exacerbées étant adulte.
 
Une attaque morale aussi violente qu'est la désunion de ses parents, à un moment de sa vie aussi vulnérable que sont l'enfance et l'adolescence engendre une combativité défensive exacerbée dans la vie adulte.

La désunion du couple pendant l'éducation des jeunes est la pire des choses que peuvent faire des parents à ses enfants.
 
 
La construction du patrimoine moral
 
Un enfant a besoin de l'union de ses parents pour se construire un patrimoine moral solide et de qualité. S'il y désunion parentale, il y a carence morale insupportable chez l'enfant. Il faut pourtant qu'il forge son patrimoine moral. Orphelin moralement, il glane de si de là des modèles disparates qui formeront un patrimoine moral hasardeux. Il utilisera toute sa vie ce patrimoine moral altéré. La désunion parentale est bien la pire des choses que des parents peuvent faire à leur enfant.
 
Un enfant ne redoute pas de manquer de nourriture ou de manquer de jouer ou de manquer de copains... tant qu'il est avec ses parents. Ce qu'il redoute par dessus tout c'est que ses parents se désunissent. Il sait d'instinct qu'il va se retrouver orphelin moralement et soumis à la souffrance morale lancinante.
 
Des parents unis et ensembles : c'est idéal pour une bonne formation du patrimoine moral de l'enfant.
Unis mais pas ensembles : c'est acceptable pour la formation de son patrimoine moral.
Désunis et ensembles : commence pour l'enfant les degrés du processus de descente aux enfers moraux liés au degrés du processus de désunion de ses parents.
Désunis et pas ensemble : il touche le fond des angoisses morales. Il essaies bien de se redresser en glanant de ci de là des brides de modèles mais l'ardeur ni est plus.
 
Malgré tous les aménagements faits par les parents désunis pour limiter la casse et se donner bonne conscience afin d'éviter de souffrir soit même, le mal est fait. Les enfants souffrent le martyr moral de la désunion de leurs parents. La formation de leur patrimoine moral est abandonné. En carence, ils se dirigent naturellement vers d'autres modèles. Un patrimoine moral bigarré se forge dans la douleur.
 
L'ossature solide du patrimoine moral d'un enfant se construit avec les matériaux puisés dans l'union de ses parents. Ces "matériaux" se transfèrent sans difficulté dans le bonheur familial. Si les parents se désunissent totalement pendant cette phase cruciale, l'enfant se retrouve orphelin moralement. Il souffre le martyr moral à cause de cette carence morale permanente. Il doit malgré tout construire son patrimoine moral. C'est naturel. Il glane ça et là, tant bien que mal, des modèles dans son entourage. La construction de son patrimoine moral se fait dès lors dans le manque et la souffrance. Il débutera sa vie adulte avec un patrimoine moral fragile.
 
Les enfants savent faire la différence entre une entente de façade et une union de fond. Ils ont un besoin fondamental d'une union parentale. La preuve, demandes-leurs ce qu'ils souhaitent le plus au monde. Du fond de leur petit coeur, Ils te diront : que notre papa et notre maman s'unissent de nouveau. C'est viscéral chez eux. C'est la nature qui veut cela. Aucun enfant ne souhaitera la désunion de ses parents. Ils tirent la formation de leur patrimoine moral dans l'union de leurs parents.
 
Les parents divorcés ne veulent pas souffrir de voir leurs enfants souffrir. Ils ont déjà tant souffert de la désintégration de leur union. Leurs enfants deviennent maintenant une charge. Il faut donc à tout prix mettre en place une parodie d'union pour leurrer leur instinct afin qu'ils croient qu'il y a toujours union parentale. Les parents divorcés ne leurrent pas la nature de matière. Elle sait qu'il y a désunion parentale pendant l'éducation des jeunes. Elle riposte par la souffrance morale lancinante. Les enfants en font les frais. Leur souffrance est là pour doser le degré de désunion de leurs parents. Tout est naturel. Tout est inscrit dans le marbre de la nature de matière.
 
Il n'y a plus de lien parental. Le lien parental s'est dissout avec la désunion. Il y a seulement un homme et une femme qui font une parodie d'union pour faire croire à leurs enfants qu'ils sont toujours unis afin qu'eux même ne souffrent pas trop de voir leurs enfants souffrir le martyr moral. Mais les enfants ne s'y trompent pas. La souffrance morale qui les tenaille leurs rappelle qui leurs parents sont totalement désunis. Ce que tentent de leurs exposent leurs parents n'est qu'une union de façade. Ce n'est plus l'union parentale solide qui faisait le bonheur de la formation de leur patrimoine moral. Maintenant c'est seulement grapiller dans la douleur des modèles pour la construction nécessaire du patrimoine moral.
 
Les enfants ne souhaitent jamais la désunion de leurs parents quand le nid parental est source d'amour, d'exemple et de protection. Si le bouclier se désintègre, les malheureux enfants se retrouvent "à la rue" moralement et exposés à toutes les intempéries de la vie. Ils ne sont pas armés pour les affronter. Ils sont trop petits. Ils ont peur. Ils disent à leurs parents qu'ils ne veulent pas qu'ils se séparent. Rien y fait. Ils se résignent donc à souffrir le martyr moral.
 
Ce que les enfants veulent c'est aussi ce que veut la nature de matière : se forger un patrimoine moral de qualité dans un nid parental sain. Ils n'en ont rien à faire "qu'il existe peu de couple heureux sur la durée" .
 
Un condamné à mort ne veut pas mourir. L'autorité qui le retient prisonnier doit faire son office. Elle lui dit : "tu verras c'est mieux dans leur monde". C'est pour ton bien. D'autres sont passés par là. Ils sont heureux maintenant là haut au Paradis". Le malheureux se résigne. Il n'a pas le choix. Il s'apporte lui-même un peu de chaleur au coeur dans cette froideur d'angoisse : "C'est vrai que dans mon couloir de la mort, je connais untel, untelle qui est parti à la salle d'exécution le sourire au coin des lèvres...." Et la discussion s'engage. L'exécution peut commencer.  C'est le même processus qu'utilisent des parents désunis pour faire accepter à leurs enfants leur désunion. Les enfants craignent la désunion parentale. Ils savent d'instinct quelle est pour eux une source d'angoisses et de souffrances morales.
 
La formation du patrimoine moral d'un enfant s'effectue autour d'un centre d'attraction - l'union parentale - en cercles concentriques de plus en plus larges au fur et à mesure de la formation du patrimoine moral.

Au début, soudée à l'union parentale - le bébé - la trajectoire s'élargit à la famille proche, puis aux copains ou aux copines, puis aux amis et au monde extérieur, de plus en plus vite, de plus en plus large, jusqu'à s'éjecter du champ d'attraction de l'union parentale et d'en sortir le moment venu : un patrimoine moral sain et mature prêt à affronter la vie adulte.

La désintégration et la disparition du centre d'attraction - l'union parentale - pendant la circonvolution de la formation du patrimoine morale signifie une perte majeure pour l'enfant. Son repère naturel est dissout. Il n'a plus de centre d'attraction. Il éprouve de profondes angoisses. Il doit néanmoins grandir moralement. Il va chercher à tourner autour d'orbites qui ne lui sont pas naturelles. Puis il sortira du champ de toutes attractions et commencera sa vie adulte avec un patrimoine moral dépareillé, forgé dans la douleur.
 
Pour un enfant, il n'existe qu'un seul centre d'attraction naturel, l'union de ses parents. Quand elle est établie et forte, la formation de son patrimoine moral se déroule dans une béatitude naturelle. Quand elle n'est plus, c'est dans la détresse que l'enfant grappille ça et là des modèles pour graviter autour d'eux.
 
 
Le centre d'attraction
 
La particularité de la nature de matière (celle dans laquelle nous vivons notre vie de tous le jours, différente de la nature de métamatière, celle dans laquelle nous nous verrons vivre après la mort de notre corps de matière)est que tout est mortel. Tout se renouvelle sans cesse dans cet univers sans jamais se rassasier. Tout nait, tout vit, tout meurt. Tout suit la même évolution : fécondation, gestation, naissance, vie, mort, dissipation.

Un humain suit ce cycle de renouvellement. Sa fécondation est issu de l'amour de ses parents. Il se génère au dépend du corps de la mère comme un organe éphémère. Il naît tout neuf à la vie. Le savoir des vieux meurt avec leur corps. Les nouveaux nés doivent apprendre à vivre. C'est le propre du renouvellement.

La nature de matière s'est donné les moyens pour garantir le renouvellement de l'espèce humaine. Elle leurs a imposé une loi : un enfant humain apprendra à vivre au sein de l'union parentale. L'union de ses parents sera son centre d'attraction naturel le temps de son apprentissage à la vie. Au début soudé à elle, l'enfant puis l'adolescent graviteront autour d'elle en cercles concentriques de plus en plus large. Le jeune homme ou la jeune femme sortira du champ d'attraction de l'union parentale une fois la patrimoine physique et moral établis.

Si par malheur le centre de gravité naturel se désintègre du fait de la désunion des parents, le pauvre enfant se retrouve orphelin moralement. C'est le pire qui peut lui arriver. Il est pétrit d'angoisse sur son devenir.

S'il leurs reste un peu d'union, les parents doivent le sauver et le mettre en évidence pour leurs enfants. Ceux ci s'accrocheront à ce reste d'union et garderont l'espoir. Les angoisses s'éloigneront un peu.

Mettre la reste de l'union parentale sur le devant de la scène et garder la désunion à l'arrière, c'est le devoir de tous parents responsables vis à vis de leurs enfants.

Afficher la désunion en la matérialisant par la séparation et effacer volontairement les restes de l'union parentale est totalement irresponsable vis à vis des enfants. Les personnes extérieures au couple qui incitent à la séparation totale en masquant les brides d'union sont aussi irresponsables. Tant qu'il y a union parentale ne serait-ce que des bribes, il y a espoir pour les enfants.

Un enfant ne renait jamais de la désintégration de son centre d'attraction naturel. Il est obligé de se trouver d'autres centres d'attractions qui ne lui seront pas naturels. La formation de son patrimoine moral se fera dès lors dans la douleur. Tester d'abord la famille proche. Tantes ou oncles. C'est presque les parents. C'est toujours batailler avec le doute et les angoisses. Si le jeune se trouve dans la phase la plus active de sa formation morale : l'adolescence, alors là ça explose littéralement à cause de trop fortes pressions internes !

Tant qu'il y a bribes d'union parentale l'enfant s'en contentera. C'est son centre d'attraction naturel. Il n'est pas en bon état mais il a le mérite d'exister. C'est mieux que s'il ne l'avait plus.
 
 
Plus le couple désuni affichera leur désunion, plus l'enfant souffrira le martyr moral.

Un enfant a besoin de se forger un patrimoine moral et un patrimoine physique qu'il utilisera tout au long de sa vie.

Le martyr moral pour un enfant, c'est de chercher un ou des autres centres d'attractions afin de graviter autour pour se forger son patrimoine moral. C'est une formation morale forgée dans la douleur avec son lot de dysfonctionnement issu de la douleur.

Le martyr physique pour un enfant c'est de chercher quotidiennement sa nourriture afin de grandir. Un adulte lui est grand. Son patrimoine physique est constitué. Il doit seulement l'entretenir. Un enfant doit le former. Le former et l'entretenir. Chercher sa nourriture, batailler pour manger, c'est une formation physique forgée dans la douleur avec son lot de dysfonctionnement issu de la douleur.

Un bol de soupe chaude et un crouton pain sont des bienfaits pour le patrimoine physique des enfants des rues.
Une bise entre les parents désunis et quelques mots amicaux sont des bienfaits pour le patrimoine moral des enfants de divorcés.

Répondre en citant
Message La nature de métamatière et l'égalité homme/femme 
On peut résumer en "aimez vous les uns les autres"...
comment des gens qui ne s'aiment pas eux même peuvent monter un couple.. Et c'est de plus en plus souvent le cas.
Les gens ONT PEUR DE L'AMITIÉ car l'amitié est plus essentielle encore que l'Amour sexuel..
et ils s'unissent pour le sexe, alors que l'Amour n'y est pas (le sexe a été construit sur une personalité déjà blessée qui a peur des souffrance du besoin-d'amour d'enfant et est une compensation)..

L'amitié se trouve dans l'union physique MAIS dans l'abstinence sexuelle pour qu'il émane de l'Amour de la transcendance du désir sexuel... On devrait attendre 3 ans avant de s'autoriser l'acte, le temps d'avoir découvert... l'Amour...
Il y aurait union sexuelle alors sans exclusivité d'Amour.. en effet, si un couple trouve l'Amour, L'amour lui n'est pas exclusif... il l'est si il y'a dépance et donc non-amour.. Ainsi l'Amour peut aussi être dédiés aux amis et aux enfants et le couple est entouré, soutenu et aimé, alors que si un couple est uni par le sexe et le manque d'Amour ainsi compensé.. la peur de désunion instaure un lien de non confiance et donc de dépendance et la solitude et l'insécurité pèse sur un couple où l'un est la béquille fatiguée de l'autre...

On a alors un couple en mésentente inavouée ou liant 2 dépendants affectifs souvent l'un qui est dans le doute et la demande, l'autre dans la peur de se faire bouffer, et qui est fermé aux amis qui ne peuvent plus alors qu'être gérés que comme des relations, toujours avec un interdit d'échange d'affection (exemple: consoler un ami en peine? danger: risque d'attachement et d'émotion et donc jalousie réelle ou projeté de la femme insécurisée.. résultat: "je ne prend que ma femme dans les bras"...)..

il s'agit alors d'un couple en souffrance, dont les membres cherchent à se rassurer en se liant exagérément tout en se fuyant dans l'activisme ou ils se consacrent a des activités compulsives (notre société est toute prévue pour exploiter cette énergie en consommation ou en travailler plus pour dépenser plus), ils projettent ce qui leur manque dans les enfants qui transmettent ainsi, "génétiquement" (peut être bien génétiquement aussi)... leur mécanisme de déni de la souffrance avec la souffrance, dans les enfants alors affectés d'un noyau profondément hystérique, la souffrance d'un enfant qui a grandi dans l'insécurité affective: la maladie de l'occident: l'hystérie... avec sa gamme varié de mécanisme de refus-d'Amour pour ne pas découvrir ce condensat de souffrance à évacuer par une bonne décompensation psychotique guidée par l'Amour (Mais qui donnera l'Amour alors dans notre monde? des psychiatre qui n'ont pas de lien d'amitié?! les médocs?)

LE SALUT EST DANS LA VÉRITABLE AMITIÉ...

prenez vous dans les bras, et aimez vous, comme des enfants le feraient.. si ça résiste.. cherchez donc pourquoi..

Répondre en citant
Message La nature de métamatière et l'égalité homme/femme 
Les humains ont une anatomie mammifère mais ne sont pas pour autant des animaux et encore moins des végétaux. Ils forment une classification à part.  Dans le monde des vivants, Il y a les végétaux, les animaux et les humains.
 
Les humains se différencient par la possession de deux énergies : l'instinct et l'intelligence. 
Les animaux et les végétaux eux n'ont que l'instinct pour vivre. 
 
Les humains font partie intégrante de la nature de matière. Ils sont donc soumis aux lois qui ordonnent l'environnement matériel.
 
Chez certaines espèces, une loi naturelle veut que les jeunes soient élevés par leurs deux parents. Les jeunes tirent leur éducation de l'union de ses deux parents. C'est le cas de l'espèce humaine.
 
Chez l'espèce humaine, la désunion des parents pendant l'éducation des jeunes est contre nature. Elle est soumise à la riposte de la nature de matière : la souffrance.
 
Avant la naissance des jeunes, la désunion d'un couple n'est pas contre nature et n'est pas soumise à la souffrance.
Après la naissance des jeunes et pendant toute leur éducation, la désunion des parents est contre nature et soumise à la souffrance.
Après l'éducation des jeunes, la désunion des parents n'est plus contre nature et n'est plus soumise à la riposte matérielle : la souffrance.

Message La nature de métamatière et l'égalité homme/femme 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation