Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
au secours
Auteur Message
Répondre en citant
Message au secours 
Bonjour je m'appel stephanie j'ai 22 ans et je vais vraiment tres mal physiquement et moralement en l'espace de 4 mois j'ai deja fait 3 tentatives de suicides j'ai subit plusieurs hospitalisation.


Sa fait deja 2 ans que je suis sous anti depresseurs anxiolitique et somnifere. Je vis seule dans un studio de 25m que j'arrive pas a me sentir chez moi, par ailleurs je bosse au mc do et je deteste mon taff tellement que je suis mal dans ma peau je dors toute la journée je ne sort jamais car je suporte pas de voir du monde.
J'ai l'impression que je suis juste bonne a rien car j'arrive pas à obtenir mon permis de conduire j'ai l'impression d'etre moins bien que les autres. Je suis epuiser moralement et physiquement.
Je n'ai plus de famille et j'ai pas d'amis car je fais fuir tout le monde j'ignore la raison. Pouvez vous m'aider s'il vous plait je sais plus quoi faire, j'ai juste envie de mourir.




Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message au secours 
c'est peut être le trouble bordeline.. avec l'isolement, la dépréciation, la solitude, la demande trop forte, la colère, l'envie de se suicider.. ect.

tout le monde fuit car la demande affective est trop forte, et il ya la colère d'avoir été abandonné (par rapport à un ressenti de l'enfance)..

j'ai ce trouble.. Je le soulage en me mettant dans les bras d'un ami et en pleurant le plus possible. (on peut comprendre la tendance à fuir des amis!!!)

ça marche mieux avec UN ami (même sexe) car la souffrance en fait, c'est une blessure narcissique, un manque d'identité, et quand je ressens la force rassurante d'un ami.. par miroir de moi même en lui, ça m'en donne à moi..

Je sais qu'il est rare et donc difficile de faire une "thérapie des étreintes" en pleurant le plus possible dans les bras d'un ami..
car forcément ça fait de l'attachement et des émotions pour l'ami qui alors a peur de s'engager, peur d'une telle responsabilité... Mais cette pratique est salutaire, si l'occasion se présente il faut le faire comme il faut...

c'est le fait de ressentir physiquement la présence de l'autre en vidant ses pleurs qui répare, car ainsi c'est à la source que la souffrance est corrigée..

le trouble bordeline réfère à une époque de l'enfance où l'on est en symbiose avec l'autre en ignorant la différence sexuelle: ça marche donc mieux avec le même sexe...

Répondre en citant
Message au secours 
j'ai aucun ami sur qui je peux pleurer alors comment faire 
j'ai qu'une envie c'est de me fracasser la tete contre les murs car j'ai la tete qui est en train d'exploser

Répondre en citant
Message au secours 
la solitude est terrible.. ..
il faudrait peut être évacuer de cette colère en faisant une crise sur des coussins ou autres... et vite aller consulter en sugérant le trouble bordeline... c'est rarement connu... mis à part qu'il y'a eu un article dans "le monde" hier sur ce sujet!


Je dis cela mais moi ça été le désert, j'ai eu un ami pressé de rendre un service (ça lui était gratifiant au début)... et me suis dépêché de pleurer avec lui.
mais l'essentiel je l'ai vidé en m'exprimant en faisant des textes et en pleurant sur des musiques évocatrices..
il faut exprimer tout ce qui vous passe par la tête.

Un truc aussi qui compte... PRIER... croire en soi même..
je sais c'est pas facile, car dans ce trouble, on n'est pas soit même si on n'a personne à aimer, alors faute d'autre, il ne reste qu'à s'aimer soi....

Je ne sais pas comment vous aider sinon... j'habiterais pas loin j'offrirais des bras volontiers mais je suis loin, et si internet peut donner des pistes pour orienter un diagnostique... ce n'est pas le bon lieu pour trouver de la chaleur humaine..

Répondre en citant
Message au secours 
je ne crois pas en moi, je ne crois pas en dieu par ailleur je suis mal dans ma peau j'ai fait de nombreux regime mais je me suis aperçu que j'ete mal dans ma peau je me reconnaissait plus et la quand j'ai repris le poid que j'avais perdu sa devient pire j'ai l'impression d'etre un gros thon moche et horrible.

Répondre en citant
Message au secours 
c'est cela même qui te rend malade: ne pas croire en toi... (ce que je dis est général pour toute personne qui n'a pas pu se construire bébé-enfant pour cause de manque de sécurité affective)

c'est pas rationnel car la blessure est dans une zone de conscience non accessible, avant l'âge de 3 ans, elle n'est pas dans le mental, mais dans l'idée même de la conception corporelle de ton être qui ne s'est pas senti accepté dans l'Amour (des parents), mais les parents pour un si jeune enfant, c'est soit même.
Alors plus tard, ne pas s'être senti accepté dans l'amour des parents est devenu ne pas s'accepter soit même: le fond de toi même est donc conditionné pour se sentir moche, pourri, pas aimable, damné... etc..
La seule solution est de constater que c'est bien un conditionnement..

Ce qu'on n'accepte pas en soit même est projeté sur les autres..
Ainsi, si quelqu'un t'aimait, quoicqu'il fasse, il finirait par avoir un défaut inaceptable
Deux solution..

Soit il est insatisfaisant et tu finit par le jeter en lui disant que c'est de sa faute..

Soit il est très aimant et dévoué, et tu le bouffes et il finit par s'éloigner.. si il est très gentil, sans dire ses besoins, donc finir par ne pas répondre et cela est très blessant pour vous.

et c'est ainsi que la boucle se referme. Les autres n'acceptent pas quelqu'un qui ne s'accepte pas soit même, une fois passé une étape de gentillesse ou séduction superficielle

Il faut que tu trouve quelqu'un (un forum est déjà mieux que rien) que tu peux appeler quand tu veux, même au milieu de la nuit..
La thérapie salutaire serait une thérapie dialectique.

mais il faut de l'aide, c'est un trouble lourd, sans aide tu te manipulera subtilement pour te planter... crois moi.. Et aussi, c'est délicat à dire.. pour en guérir, il faudrait une fois la sécurité affective obtenue dans un lieux thérapeutique, ne plus prendre de médicament car ceux ci te coupent de tes émotions, et alors il faudrait vider ses crises dans les bras de quelqu'un, mais là, il vaudrait mieux aller chez un shaman amazonien ou tibétain ou malgache ou de n'importe quel pays pauvre... plutôt que d'aller en psychiatrie... si encore il en existe car cela s'est perverti avec les contacts occidentaux et les méthodes qui fonctionnent souvent récupérées par des sectes...
Vigilance..

c'est l'AMOUR qui guérit.. pas le sexe ni les médocs...
et l'Amour se trouve en priant... faute de croire en Dieu, de croire en soit même (c'est encore mieux!)

dommage que les MP soit désactivés, j'aurais aimé qu'on se téléphone.

Répondre en citant
Message au secours 
c'est simple je n'ai jamais eu l'amour de mes parents
'ai un BEP carriere sanitaire et sociale et j'ai arreter mes etudes lorsque j'ete en 1ere Sciences Medico Social je l'ai arreter car j'ete en competition avec ma soeur a l'epoque. 
Je ne parle plus a ma famille car j'en ai voulu a ma famille que j'ai subit un viol entre l'age de 9 à 12 ans. 
Et par ailleurs depuis toute petite ma mere ma toujours dis que j'ete une merde , j'ai subit des moqueries et de la mechanceter et elle ma toujours reproché d'etre en surpoid depuis toute petite, d'etre moins bien que mes soeurs.
Quand a mon pere je ne lui parle plus car il ma dit que de toute façon il ma jamais voulu et que j'aurai jamais du exister.
Et en plus durant ma scolarité j'ai subit des moqueries, je me suis faite agresser physiquement et moralement et j'ai ete la risée de ma classe. Par ailleurs je suis en dépression depuis l'age de 9ans mais je le dissimuler et le montrer pas que j'ete mal.
Maintenant je suis la risée dans mon travail (je bosse au mc do) et sa se passe mal, car je subit la mechanceté de la part de toute mon équipe.
Je n'arrive pas à obtenir mon permis de conduire je suis a 150h de conduite et 5600€ de frais.
Je vis actuellemen dans un foyer de jeune travailleur dans lequel j'ai un studio de 30m² que je deteste.
J'ignore la raison, en ce moment je passe mes journées à dormir, il y a plus rien qui m'interresse.
J'espere que tu arrivera mieux a me cerner en esperant que je ne t'ai pas choquer.

Répondre en citant
Message au secours 
Non non... rien de choquant..
tout ce que tu a exprimé, c'est déjà ça de moins en toi..
et le fait de l'exprimer publiquement signe que ce n'est plus TON affaire personnelle et ta souffrance..
N'est tu pas fatigué depuis que tu oses en parler (par écrit?!)...si c'est le cas, peut être que l'énergie de ta souffrance est passé de la lutte à la confidence, ton corps se repose..

Oui... c'est bien cela.. toute ta vie est la répétition du conditionnement que tu as reçu petite.. ce qui te programme ce destin est bien sur ce qui n'est pas conscient directement mais qui est devenu le fondement de ta personalité, mais ce qui t'arrive peut t'indiquer ce qui est en toi..

Ta mère n'aurait t'elle pas elle aussi du surpoids (projection sur toi?)

Ça ne sert pas à grands chose de dresser la liste de tout ce qui ne va pas..

Par contre, si tu trouve la similitude entre tout ce qui ne va pas autour de toi et ce qui ne va pas en toi... ça serait une prise de conscience, d'une symbolique assez simple du drame de ta vie que tu rejoue sur la base d'une émotion dominante... évidément c'est pour toi le désespoir...

considère que ce qui arrive dans la vie est métaphorique de ta personalité profonde..
quelqu'un qui a peur et honte de recevoir (de la jouissance, amour concrétisé par des câlins trop sensuels par exemple) par exemple aura des histoires de honte.. ses relations avec ses amis seront honteuses, ses études honteuses, sa apparence physique honteuse... et il aura peur d'avancer dans la vie..
Il cachera cela sous un masque de JOIE-ORGUEIL... et jouera une comédie pour dénier qu'il flippe pour tous et a honte..
Et bien, tout foire dans sa vie... d'une façon flippante ou honteuse et il sombre dans le ridicule

quelqu'un qui a été désespéré de ne pas avoir (d'amour, de câlins..) aura des échecs désespérant, des études abandonnées avant la fin, des amis qui l'abandonne, et son état physique sera à l'abandon (de diverses drogues par exemple)... etc.. une vie de désespoir.
Et bien, tout foire dans sa vie... d'une façon désespérante en succession d'abandon et il sombre dans le désespoir..


Le mal qui est sur ta famille et toi attend une prise de conscience pour être éradiqué.. t'es sur la voie de le faire.. ça concerne TOI et TES PARENTS..; et tes proches et futurs enfants peut être.. car si tu prend conscience et les pardonnes, le lien d'Amour originel pourrait tout réparer, des deux cotés et le mal disparaître par ta prise de conscience.

Si tes parents ont agit comme cela, c'est qu'ils souffraient aussi, ils t'ont légués cette souffrance, à toi de choisir de te considérer comme une victime et de l'entretenir... ou bien de considérer cette souffrance comme un enseignement, un guide.. (et donc une prise de conscience qui la retournera en avancée, en savoir, en expérience, en pouvoir guérisseur... etc)

Le destin t'a donné une mission: celle de comprendre la souffrance d'une famille et de résoudre un mal familial, et tu en tirera une qualité spirituelle équivalente en positif au mal que tu as éradiqué..

Si tu souffre ce mal en victime, tu le lègue aux autres et le perpétue.

À défaut de nettoyer ce mal directement par une fusion dans l'Amour de toi même (pas facile: avec de l'aide, l'amour pour soi même se rencontre dans une fusion avec une personne sur qui se projeter, mais fusion constructive ou fusion enfermante, dilemne).. à défaut de fusion affective salutaire, ce noyau de souffrance, tu devrais déjà pardonner... pardonner tes parents, pardonner toi, et tenter de te convaincre que le monde extérieur est (oui oui, c'est dur d'admettre cela comme... UN FAIT BIEN RÉEL), le reflet de ton monde intérieur et que c'est ton conditionnement qui provoque un tel destin ou tu es mauvaise et mal aimée..

Considère le monde que tu vis, tes parents, tes amis, ton travail ton logement, comme le reflet de ce qui ne vas pas en toi, et en aimant tout ça... tu pourra t'aimer toi, ou vice versa: LA SOURCE DU MAL EST DE NE PAS AIMER...

Tu peux réparer en allant voir tes parents et en manifestant de l'Amour pour eux, les pardonner. Après tout ce ne sont que des victimes d'une affliction mentale qui leur est tombé dessus... ils n'y sont pour rien, ils sont dans la même galère que toi..


C'est de la théorie.. ce n'est pas facile. Et le noyau de souffrance est aussi corporel... alors fais toi du bien, fait de la marche à pieds, de l'endurance, et de l'activité physique pour que ton corps soit mieux, et que la tête soit ailleurs que dans la souffrance.

dans ces moments d'ouverture peut être un ou une amie feraient route avec toi et tu recevra un peu d'aide... si tu y crois et que tu aime ce que tu fais à ce moment là..

que tu dormes et te laisse aller est peut être une abbdication de tes résistances par l'action, une plongée dans la souffrance, une décompensation d'une lutte: attention à ne pas contempler la souffrance avec le mental..
Par contre vider la souffrance en pleurant l'Amour sur de la musique évocatrice pourrait être guérisseur, à condition, après de sortir faire autre chose..

il y aura des déclics à analyser ensuite, par le mental... mais..

Le mental? ruminer... entretenir.. sauf si colère devient du SAVOIR donc une analyse et non pas de la rumination: Attention l'Amour pour soi est le guide.. sinon l'analyse devient de l'autodestruction par la rumination (le martel en tête)

L'émotionnel... exprimer.. éprouver de l'Amour pour soi..

rappelle toi, alternes les deux..
Voit les émotions comme une glue qui colle les liens de nœuds de faits que pourrait analyser le mental.. si tu veux défaire les noeuds et en apprendre sur toi, les émotions sont à éprouver pour fondre cette glue.

Message au secours 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation