Questions Psy Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
Le Prozac est-il inefficace ?
Auteur Message
Répondre en citant
Message Le Prozac est-il inefficace ? 
Sur le site du Figaro, une interview de Sophie Fornairon (propos recueillis par Laurent Suply), chef du Département de l'Evaluation Thérapeutique des Autorisations de mise sur le marché de l'Afssaps, suite à la publication britannique selon laquelle les antidépresseurs de nouvelle génération ne feraient preuve que de peu d'efficacité (voir ici : http://www.lemonde.fr/sciences-et-environnement/article/2008/02/26/les-anti…. Elle apporte un éclairage sur ces conclusions hâtives.

INTERVIEW « Le Prozac ne marche pas », titre le quotidien britannique Guardian, après une nouvelle étude sur les antidépresseurs. Pour Sophie Fornairon, docteur et chef du Département de l'Evaluation Thérapeutique des Autorisations de mise sur le marché de l'Agence Française de Sécurité SAnitaire des Produits de Santé (Afssaps), ce raccourci est abusif.


Lefigaro.fr : La revue Plos Medecine publie une étude qui relativise l'efficacité du Prozac et d'autres antidépresseurs. Quels éléments nouveaux apporte-t-elle ?
Sophie Fornairon: Il n'y a pas d'éléments nouveaux. Les points que l'étude souligne sont déjà discutés depuis au moins dix ans. Les dépressions sont classées en deux catégories : sévères et mineures. Nous sommes tous d'accord qu'il ne faut pas traiter les dépressions mineures avec ces molécules. Elles sont souvent de courte durée ou liées à un évènement, tels qu'un décès ou un divorce. Il faut évidement les traiter en première intention par psychothérapie, et c'est ce que préconise déjà l'Afssaps.


Cette étude insiste sur le rôle de l'effet placebo. Les antidépresseurs ne servent-ils donc à rien ?
L'effet placebo est déjà très bien connu dans les dépressions, et là encore, l'étude n'apporte aucune nouveauté. De plus, elle semble souffrir de certains biais scientifiques, notamment en tenant compte de tests où des dépressions mineures et sévères ont été mélangées, ou encore d'autres dans lesquels les patients n'étaient pas tous hospitalisés. Or, le suivi thérapeutique des patients testés est primordial si l'on veut étudier ces effets.


La France fait une grosse consommation d'antidépresseurs. Cette étude n'est-elle pas un signal d'alarme ?
Il n'y a pas d'étude sur l'utilisation de ces médicaments en France ou sur un éventuel mésusage. C'est une vraie question de santé, qu'il faut traiter en s'adressant aux médecins prescripteurs et aux patients, qui ont parfois tendance à demander une petite pilule qui leur facilite la vie. L'Afssaps a récemment émis plusieurs recommandations à l'intention des médecins sur le bon usage de ces molécules, notamment chez les enfants. Il faudra voir dans quelques temps si ces recommandations ont modifié les usages. Quant aux patients et à leur famille, c'est au médecin lui-même d'expliquer les enjeux des traitements et de les informer sur les éventuels effets secondaires. La question se pose autant pour les enfants que pour les personnes âgées.


Les articles sur cette étude mettent en avant l'existence de tests négatifs qui sont passés sous silence…
Là encore, le fait que les études négatives ne soient pas publiées n'est pas nouveau, et n'est pas restreint aux antidépresseurs. L'interprétation de cette étude est exagérée. Si le message de la presse anglo-saxonne est de dire qu'il faut dialoguer avec les malades avant de les mettre sous antidépresseurs, nous sommes d'accord. Mais il y a vraiment des patients souffrant de dépressions très sévères qui sont sauvés par ces molécules.


http://www.lefigaro.fr/sante/2008/02/26/01004-20080226ARTFIG00473-le-prozac…


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message Le Prozac est-il inefficace ? 
Je suis étonnée de savoir qu'il y a une classification des dépressions en "sévères" ou "mineures".

Pour moi une dépression c'est toujours sévère. Je me souviens que mon ancien psy avait marqué sur l'arrêt maladie "dépression majeure", je ne comprenais pas bien ce que ce grade venais faire là, pour moi c'était dépression tout court.

Pour les dépressions mineures ils donnent comme exemple un décès ou un divorce, moi j'appelle ça un deuil


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Le Prozac est-il inefficace ? 
Moi aussi ! C'est bien le problème de ce genre d'étude, qui mêle ce qui est dépression et ce qui ne l'est pas (une déprime passagère, des événements de vie douloureux, etc.). Dans ces derniers cas, il est certain que ce n'est pas un antidépresseur qui va changer le cours des choses, au contraire d'ailleurs, mais qu'il faut laisser à la personne le temps d'élaborer psychiquement ce qui lui est arrivé, si besoin avec l'aide d'un psychothérapeute.

Par contre, il y a différents degrés dans les vraies dépressions, c'est-à-dire les "épisodes dépressifs majeurs" (c'est tout simplement le terme employé par le DSM, celui qu'on note effectivement dans les dossiers ou sur les papiers officiels).

On peut donc distinguer, toujours selon le DSM (mais quelles que soient les classifications cela revient toujours un peu au même), épisode dépressif majeur :
1 - léger
2 - moyen
3 - sévère sans caractéristiques psychotiques
4 - sévère avec caractéristiques psychotiques
6 - en rémission partielle
7 - en rémission complète


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Répondre en citant
Message Le Prozac est-il inefficace ? 
"Le Prozac est fait pour les vrais malades"
Propos recueillis par Alice Pouyat
Chef de service de psychiatrie au centre hospitalier Sainte-Anne, à Paris, Jean-Pierre Olié revient sur la publication d'une étude polémique qui remet en cause les effets du Prozac.

Faut-il prendre au sérieux les conclusions de cette étude?
Décidément, après avoir été considéré comme la pilule du bonheur, le Prozac fait l’objet d’une grande agitation. Mais il faut savoir que des études comme celle-ci, qui ne permettent pas d’établir une différence entre un antidépresseur et un placebo, il y en a plein les tiroirs. Un essai clinique sur deux échoue.

C’est assez inquiétant…
Les essais thérapeutiques, ce n’est pas la vraie vie. Les personnes qui y participent sont des volontaires. Elles savent qu’elles ont une chance de recevoir un placebo. Dans certains pays, où il n’existe pas notre système de Sécurité sociale, des personnes acceptent aussi ces tests pour avoir des soins gratuits. Dans ces conditions, aux Etats-Unis, ce sont plutôt 8 essais sur 10 qui ratent.

Le Prozac aurait donc des effets... mais dans la vraie vie?
C’est un médicament fait pour les vrais malades. Or, dans les essais, on inclue des personnes qui répondent à des critères très larges. En gros: pendant les 15 derniers jours, avez-vous été triste, fatigué… Les dépressifs graves sont peu nombreux. On exclue évidemment les personnes à risque suicidaire. Or l’étude en question montre justement une amélioration chez les patients à sévérité dépressive forte.

Est-ce un bon moyen de soigner la dépression?
Les antidépresseurs ne sont pas les outils fantastiques que l’on aimerait. Il a été maintes fois montré qu’il est important de les associer à la psychothérapie. Le problème aujourd’hui est que l’on dispose de médicaments un peu efficace pour un grand nombre de personnes. Nous avons besoin des médicaments plus ciblés, très efficaces pour peu de patients.

Pourquoi ce type d’études restent cachées?
Jusqu'en 2006, les industries n’étaient pas obligées de les publier. On sait par ailleurs que ce sont des études qui échouent souvent. D’habitude, les résultats négatifs n’intéressent personne.

Y-a-t-il un risque à cesser brutalement son traitement?
Le Prozac a des effets encore cinq semaines après son arrêt. Il n’y a pas de risque de sevrage brutal, si ce n’est la réapparition de la dépression. Par ailleurs, c’est un médicament bien toléré. Il a peu d’effets secondaires. Il ne fait pas grossir. C’est un stimulant plus qu’un sédatif. Ce qui rend d’ailleurs difficile de le distinguer d’un placebo.


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Le Prozac est-il inefficace ? 
Pardon, j'ai oublié la source, là : http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=467127


Moi j'aime bien tout ce tapage médiatique pour en arriver à la conclusion : Les antidépresseurs ne sont efficaces que pour les dépressions, et les médicaments sont plus pertinents pour soigner les malades que les bien portants.
Ils sont trop forts 


_________________
Penser c'est frôler le précipice, assumer le désespoir et la solitude [L.Adler Dans les pas d'Hannah Arendt]
Répondre en citant
Message Le Prozac est-il inefficace ? 
Remarque, c'est aussi un retour de manivelle que Lilly (le labo) n'a pas volé, à force de vendre des médicaments comme si c'étaient des produits de beauté, avec un marketing agressif du genre, prenez donc ça, vous serez plus beau, plus mince, plus fort, plus performant... il était un peu inévitable qu'ils se prennent leurs conneries à travers la figure...
Le problème, c'est que ce tintamarre affecte aussi les gens qui ont vraiment besoin de médicaments, tout comme les conneries de Bonnaire n'affectent que les gens qui ont vraiment besoin de la psychiatrie...


_________________
« Le bonheur n’est pas chose aisée. Il est difficile de le trouver en soi. Il est impossible de le trouver ailleurs. » N. de Chamfort
Message Le Prozac est-il inefficace ? 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation